Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

15 novembre 2017

Les 3 B, ou, Beethoven pour bandonéon sur Brava

Classé dans : Musique, Médias — Miklos @ 22:57


Ce soir sur Brava : la 7e symphonie de Beethoven interprétée par un trio bandonéon, contrebasse et…
Cliquer pour agrandir.

Un 4e B : bravo !

1 novembre 2017

Quelques alternatives toujours éprouvées au courrier électronique

Classé dans : Musique, Peinture, dessin, Photographie, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 12:57


« Offrir une tournée à un facteur ne manque pas d’à-propos. » — Frédéric Dard
Cliquer pour agrandir.

Quand un facteur s’envole
S’envole, s’envole
C’est qu’il est trop léger
Alors pour voyager
Au-dessus des platanes
Il plane, il plane
Au-dessus des maisons
Il chante une chanson
Les oiseaux à la ronde
Lui font bonjour
Autant d’oiseaux au monde
Autant de lettres d’amour
Que le facteur apporte
Et glisse sous les portes
C’est le courrier du cœur
Le courrier du bonheur
C’est le courrier du cœur
Le courrier du bonheur
Joie sans pareille
Pour le facteur
Comme il fait bleu
Qu’il fait bon dans son cœur !
Il s’émerveille
Ô liberté
Joli soleil
Amour clarté !

Quand un facteur s’envole
S’envole, s’envole
Il voit le monde petit
Les gens comme des fourmis
Le clocher du village
Bien sage bien sage
L’école et la mairie
Et la gendarmerie
Sa fiancée toute rose
Dans un jardin
Comme une fleur éclose
Au milieu du chemin
Alors vite il se repose
Et cueille cette rose
Qu’il emporte avec lui
Seul dans son paradis
Qu’il emporte avec lui
Seul dans son paradis
Et c’est ainsi
Ainsi que finit
La chanson folle
Du facteur qui s’envole.

Charles Trénet

11 novembre 2016

Ah, ces couples infernaux…

Classé dans : Musique — Miklos @ 0:46

Air : Mon p’tit cœur, vous ne m’aimez guère, &c.

Non, il ne s’agit pas de Donald et Hillary, mais de Pierrot et Catherine et de Colas et Lison. On vous avait présenté, il y a un temps, le premier. Pierrot reproche à Catherine d’avoir l’humeur « plus aigre qu’un citron vert » et de changer tout le temps d’avis et d’attitude, à tel point qu’il ne sait plus sur quel pied danser avec elle. Catherine, elle, lui répond qu’il n’est qu’un nigaud qui prend tout au premier degré et ne comprend rien à demi-mot : quand elle se couche dans l’herbe faisant semblant de dormir, eh bien, il la réveille et puis… plus rien. Et en plus, il est jaloux de Lucas qu’elle aime…

On a du mal à s’imaginer que ce Lucas qui plait à Catherine soit le père ou l’amant (on espère : pas les deux à la fois) de Lison, qu’aime Colas, mais en tout cas c’est aussi le troisième larron de ce couple-ci, qui s’engueulent mutu­el­lement, comme le rapportent ces deux chansons, à chanter sur le même air de Mon p’tit cœur, vous ne m’aimez guère :

Reproches de Colas

Un jour, le jeune Colas
Trouvit Lison sa bergère,
Qui v’noit de quitter le bras
Du gros Lucas son compère ;
Il l’abordit chapiau bas,
Lui disant, vous ne m’aimez guère,
Car tout ça n’vous touche pas ;
Hélas ! vous n’m’aimez pas.

Vous n’faites plus du tout d’cas
D’un berger qui parsevère,
Vous désirez mon trépas ;
Mais, las ! pour vous satisfaire
Y m’faudroit un coutelas,
Mon p’tit cœur vous n’m’aimez guère, &c.

Tout chacun dit, qu’j’ai des ratsAvoir des rats, avoir des rats dans la tête : avoir des caprices, des bizarreries, des fantaisies. ;
Je n’puis fermer la paupière,
Je jeune pour vos appas
D’une terrible magnière,
Autrefois j’étois si gras :
Mon p’tit cœur vous n’m’aimez guère, &c.

Vous disiais, queuqu’fois : Colas,
Passe devant not’ chaumière,
Je m’tiendrai dessus le pas ;
Ce souv’nir me désespère :
Nous y prenions nos ébats :
Mon p’tit cœur vous n’m’aimez guère, &c.

Souvent j’allions tout là-bas
Dans ce bosquet solitaire,
Nous promener pas à pas,
En dépit de votre mère,
Qui n’savoit rien du fracas,
Mon p’tit cœur vous n’m’aimez guère, &c.

Quant on lui contit le cas,
Ça la mit tout en colère ;
Pourtant, malgré son fracas,
Ma mine vous étoit chère.
C’n’est pas d’même à st’heure, hélas !
Je l’vois bien, vous n’m’aimez guère, &c.

Faut-il qu’avec tant d’appas
Vous soyez parfide & fière,
Et que j’parde tous mes pas,
Pour vous avoir cru sincère !
Vous m’plantez là pour Lucas ;
Hé, fi donc ! vous n’m’aimez guère :
Car tout ça n’vous touche pas,
Hélas ! vous ne m’aimez pas.

Le Grand Colas (ou : Reproches mutuels)

L’autre jour, le biau Colas,
Au fond d’un bois solitaire,
Vit la fille au gros Lucas
Qui dormait sur la fougère.
Il la tirit par le bras :
« Mon p’tit cœur, vous n’m’aimez guère,
Car tout ça n’vous touche pas ;
Hélas ! Vous n’m’aimez pas !

Je rôtis de vos appas,
Vous n’en êtes que plus fière ;
Mon cœur pousse des hélas
Qui feraient fendre une pierre.
Vous m’réduisez au trépas,
Mon p’tit cœur, etc.

Quand vous allais tout là-bas,
Dans les champs de votre mère,
D’œufs durs, de fromage gras
J’emplis votre panetière ;
Je vous y donne le bras :
Mon p’tit cœur, etc.

Je n’fais plus que tras repas,
Et devant votre chaumière,
Tou d’bout comme un échalas,
Je passe la nuit entière ;
Mes soupirs font peur aux chats :
Mon p’tit cœur, etc. »

Lison, voulant fuir Colas,
Sentit rompre sa jarr’tière ;
Ça l’i fit faire un faux pas :
« Ah ! méchant, qu’allez-vous faire ?
Vous m’mettrez dans l’embarras :
Je l’vois bien, vous n’m’aimez guère, etc.

Finirez-vous donc, Colas ?
J’ l’irai dire à votre mère.
Ouf ! vous me tordez le bras ;
Agit-on de c’te manière ?
Quel tourment j’endure, hélas !
Aye ! aye ! aye ! vous n’m’aimez guère, etc. »

Il prit deux baisers ou tras
Sur le sein de la bergère,
Puis il se croisit les bras,
Et resta là sans rien faire.
« Vous êtes donc las, Colas ?
Je l’vois ben, vous n’m’aimez guère,
Car tout ça n’vous touche pas.
Hélas ! Vous n’m’aimez pas. »

De La Borde.

Nouveau recueil de chansons choisies avec les airs notés. Tome second. À Geneve, MDCCLXXXV.

Les chansons d’autrefois. Vieux chants populaires de nos pères, recueillis et annotés par Charles Malo. Illus­tra­tions par Gustave Doré. Paris, 1861.

4 novembre 2016

Si nos cœurs sont faits l’un pour l’autre, ou, Recette musicale pour une collation du soir

Classé dans : Cuisine, Musique — Miklos @ 18:25


Recette en musique des meringues. Cliquer pour agrandir.

Faire la cuisine au jour le jour est, on le sait, une tâche ennuyeuse (du moins pour certains d’entre nous), risquée (un soufflé qui retombe, par exemple) et ingrate (sans parler de la vaisselle qu’il faut se taper) à défaut d’éventuels compliments des palais auxquels elle cherche à plaire.

Dans le but de fournir un peu de distraction aux dames « de vrai et bon caractère » (quel sexisme !) alors qu’elles « enseignent à faire des ragoûts et sauces à quelques-uns de leurs sujets subalternes », J. Lebas publie en 1788 (il y avait encore des sujets subalternes, à l’époque) un joli petit ouvrage, Festin joyeux, ou, La Cuisine en musique, en vers libres, « qui pourra leur servir d’amusement et de récréation » pendant que les dits sujets subalternes peineront à la tâche, on suppose.

Parmi ces appétissantes recettes (on vous recommande les Œufs à l’italienne entre autres), on a choisi celle des meringues, à exécuter sur l’air Si nos cœurs sont faits. En ce qui concerne la dite chanson, on en a retrouvé les paroles, et on se demande si Lebas a choisi d’assortir cet air à la confection de ce dessert du fait de l’étymologie du mot meringue, « collation du soir » : l’homme qui chante ce menuet à la belle Iris semble avoir quelques arrière-pensées concernant sa collation du soir…


Paroles de Si nos cœurs sont faits.
Source : Nouveau recueil de chansons choisies, t. 4. La Haye, 1732.
Cliquer pour agrandir.

19 octobre 2016

Ce violoniste a de la poigne

Classé dans : Musique, Sciences, techniques — Miklos @ 17:51

La chaîne Brava diffusant en ce moment même le Concerto pour violon de Jan Sibelius, interprété par Valeriy Sokolov au violon avec l’orchestre de chambre d’Europe sous la direction de Vladimir Ashkenazy, on était curieux d’en savoir un peu plus à propos de l’adolescent blondinet qui maniait si bien le violon.

Et voici ce qui s’affiche à l’écran : il serait, en sus d’un excellent violoniste, adepte de la boxe anglaise. Pourtant, il n’en a pas telle­ment l’air, et on imagine mal ses mains fines et aux doigts si agiles capables d’envoyer des uppercuts imparables sans en subir des conséquences désastreuses pour son art.

Il n’aura pas fallu longtemps pour trouver que notre AMI à tous a sans doute confondu – voire fusionné – le violoniste ukrainien Valeriy Sokolov (Вале́рій Соколо́в), né en 1986 (et qui devaitImpossible de le savoir : le sous-titrage de la chaîne n’a rien à voir avec ce qui est diffusé, et son site ne fournit pas cette information. avoir 22 ans lors de l’interprétation diffusée actuellement), avec l’ex boxeur amateur soviétique Valerian Sokolov (Валериан Серге́евич Соколов) né quarante ans plus tôt. Encore heureux qu’il ne l’ait pas confondu avec le footballeur professionnel russe Valeri Sokolov (Валерий Андреевич Соколов), de deux ans plus jeune que le soliste en question. À la décharge de notre AMI à tous, certains encouragent la (con)fusion entre Ukraine et Russie, alors avec des noms qui se ressemblent, en plus, où va-t-on, je vous le demande.

À Odessa, tiens ?

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos