Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

14 novembre 2019

How AI defends itself against humans who wish to resist its increasing domination

Classé dans : Actualité, Politique, Progrès, Santé, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 23:16

Fritz Lang: Metropolis (1927).
Cliquer pour agrandir.

A friend of mine had emailed me yesterday an article about the scandalous Google Project Nightingale – a major invasion of privacy concerning personal health information.

Here is a literal copy of what I replied to him:

Thanks! Not surprised, I read a few days ago a similar article, this time about the pharmaceutical industry… Speaking of which, an increasing number of medicines are missing from pharmacies: it turns out that as some prices go down here, the industry sells these products in other countries, and so makes more money. Health is definitely not their goal (unless the health of their wealth).

One thought about the increased size of « big data » and IA, leading to the increased robotization of society: one danger I haven’t seen addressed is that of bugs and viruses: they are inevitable, in any system: even a totally closed one, while immune to viruses (but is “totally” ever possible?) will have bugs. And this is much worse than a human error…

Pretty dark future.

Michael

My email reply was rejected with the following error message:

Mail delivery failed: returning message to sender
SMTP error from remote server for GREETING command, [...] reason: 500 5.7.1 Symantec Zodiac

Looking that error up, I found that it means that Symantec found the contents “objectionable”.

So what’s next? Probably effectively blocking access on the Web to such “objectionable” articles and to any reference to them by deleting them from their search engine?

Remember: Big Brother is watching you more than ever

26 août 2019

Letter to an Egyptian friend

Classé dans : Actualité, Politique, Société — Miklos @ 10:47

Jewish scribe (source)

Z.,

No, I was not mad at the first flurry of messages you had sent me, but sad. Sad that you speak of friendship between us – which I indeed thought there was – yet make totally unilateral assumptions about my “beliefs” (not to speak of my personal history) without having ever asked me or heard me say anything about them. This is definitely not my “belief” in what friendship (as you mention this word) is or should be. Or should have been. Friends, real friends, may have varying opinions on certain issues, without hampering mutual respect and communication.

I have long hesitated whether to answer at all. You had actually stopped responding to my emails since July of last year – more than one year ago –, after writing this last message: “There is something I would love to talk with you about , but maybe at a later time. I think I will need to go now. So, have a wonderful day , mi amigo!”. Had I not written again (and again), I wonder if you would have done so, and when you did, it was not to “talk with me”, but “talk to me” and prevent me from replying by putting an end to the conversation. Is that what an amigo is?

So now I wonder if you are at all in a position of hearing anything that I would say, or that my response would merely be an act of politeness to allow me to react, regardless of the content of my reaction, and that’s it. If this be the case, anything that follows below would be just noise. Is it worth that I tear all my insides in order to express this?

I don’t remember if I told you this: two years before we got in touch on the Couchsurfing site, I got in touch through the same site with M., a 23-year-old Egyptian guy. The initial contact, first in writing then by voice was so good that I asked him if he had noticed from my profile that I had lived in Israel (as I knew that the tension between our people might be resented by some on the personal level). The tone of his voice changed right away and he replied coldly: “So you are one of these Zionists?”, to which I asked: “What is a Zionist for you?”. His reply: “Those who want to throw us to the sea.” I couldn’t help bursting in laughter and say to him that for some Israelis, the Arabs are those who want to throw them to the sea… I then added two essential things (for me):

  1. Among the people who believe in most movements or ideologies – religious, political, social, cultural… – there is a whole spectrum which goes from one extreme to the other extreme (and luckily enough, many moderates in between). In Zionism (I defined it for M. and gave him a very brief history), there are people who believe that the land should be equally shared – i.e., one state – by Jews and Arabs alike, others that it should be split between two independent states, Israel and Palestine (which is what I happen to support), while others believe Israel should cover it all (and some even think it should extend from the Euphrates to the Nile, but luckily enough, very few).

  2. Any label – “Zionist” is a label, as well as “Arab”, “Jew”, “Muslim”, “Israeli”, Black”, “Gay”, etc. – is so generic that it does not define individuals, i.e., people: it does not say what they really believe in (as I mentioned above for “Zionist”) nor, more importantly, how they behave towards other people. There are Jews who don’t believe in any aspect of Judaism (the Jewish religion) and may or may not hold onto some traditions, while there are many different (and conflicting on some issues) Jewish trends among believers. So the fact that M. views me as “Jew” and “Israeli” doesn’t mean he knows anything about my values in any of these domains or my social and political (and religious) beliefs. He would have to know me personally so as to get any idea about where I stand on all of this.

The miracle in this is that M. heard me. His tone became friendly again, and he expressed his wish to stay with me. Not only was that experience great (for each one of us), but he came back since twice; later, I was among the first ones to which he announced his engagement, and he wants me very much to come to Egypt for his wedding later this year. Moreover, his whole attitude towards people who happened to be Israelis has changed: he is interested in communicating with them now (while he avoided them earlier).

This issue of “labels” is actually reflecting the problem of “identity”: this idea (of an identity, a single identity) is tragic, because it views us (humans, but this is true also of all the other living creatures) as organized in antagonistic groups – people, or nations, or clans, or tribes, or herds, whatever goes along a presumed binary “identity” which is perforce in conflict with any other “identity” – rather than a multiplicity of identities which may overlap and should allow us to negotiate and cooperate in order to address problems that are too big for anyone to face singly. This is, by the way, also true of friendships: they require at times not just communications, but negotiations on conflicting issues.

Now to the “issue at hand”. It is so complex that I won’t write here a whole book about it, but try to lay a few points. First off, I don’t believe in “being right or wrong”: both “sides” can be right – each according to its own arguments – yet in conflict. This is why the approach at addressing a conflict (this is true between two people too as well as between two groups or nations) is communication, pragmatism and mutual respect. The alternative is one-sided power aimed at making “the other” feel wrong, lower in position, or even totally eliminate him from the area or from the surface of the earth.

History is also a complex issue: Jews have lived in the area for over 2,500 years. At some points they ruled, and later were occupied and ruled by a variety of nations (Persia, Rome, Christians, the Ottomans, the British, and more in between), and partially exiled out of the country (but not totally: some Jews remained at every period) of the area. Even when they ruled, the borders of the area they ruled changed with time (and at one period, the Jewish Kingdom split in two different ones!). They were obviously not the only ones to live there, and when Islam appeared, obviously Muslims started appearing there too and developed their own sense of identity. After Jews started returning to the area (end of 19th century), conflicts developed which turned vicious. Yes, Arabs were chased out of some villages (and even killed), ironically as Jews had been chased out and killed in the past. History repeats itself in tragic ways.

An additional tragic dimension is the intermix of the sense of “national identity” (for Israelis, for Palestinians) and religion. According to Yeshayahu Leibowitch, a major Israeli thinker (who influenced my thoughts), they should totally be distinct, i.e., religion should not have any role in the politics of a state (in this case of Israel), which is sadly (in my mind) not the case, on the contrary: there is a confusion between Jews as a people (or nation) and Jews as a religion, and there is a radicalization, and far-right nationalist ultra religious Jews are increasing in number (as it happens these days also in other religions and countries). For this thinker, the issue of the Israeli-Palestinian problem should be viewed as a national issue, and both, legitimate nations, should have their own independent state, side by side (which I believe in). I believe in negotiations, not in power conflicts, which requires from both sides to be open and willing to give up too on their absolute positions.

Also, for this thinker, there is no such thing as a “holy place” in Judaism: nothing material can be holy, only God is holy. So the Temple Mount and the Wailing Wall should not be an issue in the political decisions to come. It is however ironic and sad that both religions claim the same place and fight about it, while religions should encourage love between people (but the more radical any religion becomes, the less respectful it is of other humans). So personally, I don’t care where these sites end up being (in Palestine? In Israel?), but hope that regardless of where they are, they should be open to any respectful visitor.

This brings us to the issue of territory. As borders (of the Jewish Kingdom in the past, of the territories more recently) have kept changing, which are the “right” borders? This question, in and of itself, could be true of any country: those of France had changed during the centuries, as those of many other countries: for instance, Al-Andalus, a large area of Spain and Southern France, was dominated for close to 800 years (from 711 to 1492) by Muslims. I think the approach to the Israel-Palestine issue should not rely that much on history (because then: which history, the one told by Jews or the one told by Muslims? How far back?), but be pragmatic. The pre-1967 borders provided each nation with a clear majority on its territory, so why not declare these (maybe with minimal adjustments) as the borders of the two states? This is what I think and hope might help solve the larger problems. It won’t necessarily bring immediate love between the neighbors, but if you see the situation between France and Germany, which had been at war on and off for more than 150 years and now live peacefully side by side, I think there is hope. In the not so far past there was almost an agreement achieved, but the Israeli Prime Minister Rabin was murdered – by a radical Jewish Israeli (as Sadat had been murdered by a radical Muslim Egyptian). At times, I think the worst enemy is inside, not outside.

In summary: I tried to express some of my views on this complex issue. I was not trying to prove anything. I don’t think I am “right” or “wrong” (nor think that you are), I don’t believe in “black and white” situations, and think that in view of the major global problems we all face (global earth warming, diminishing of resources, etc.) people should cooperate rather than fight to attempt to keep control of “their” resources. That’s why I also hope that our differences won’t destroy our previous friendship.

2 juillet 2019

La publicité n’a pas d’âme et fait feu de tout bois

Classé dans : Actualité, Médias, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 11:01

Et ce n’est pas peu dire. « C’est normal », répondra-t-on, « elle n’est mue que par l’appât du gain ». On le sait, mais ça choque tout de même.

Voici un cas d’espèce : un article du Monde concernant l’arrestation par l’Italie de la capitaine du Sea Watch 3, « navire humanitaire qui a accosté sans autorisation sur l’île de Lampedusa avec quarante migrants à son bord », est accompagné de publicités contenus spon­sorisés pour le moins déplacées.

La première (cf. ci-dessus) affiche, en regard de la photo illustrant l’arrestation de la capitaine en question, des sil­houettes élégantes de jeunes femmes promouvant la vente de ces tenues. La seconde, au bas de l’article (cf. ci contre, cliquer pour agrandir), illustrée de la photo de ces immenses et affreux pa­que­bots de croisière qui déna­turent les mers et les ports (surtout à Venise), mène en fait vers un site enregistré au Panama, et qui ne fait que lister auto­mati­quement quelques recherches concernant des croisières (cf. ci-dessous).

On peut comprendre comment une « intelligence artificielle » a choisi ces deux publicités : l’une fait écho à la silhouette de la capitaine, l’autre au fait qu’il s’agit d’un navire… Et vous appelez cela « intelligent » ? Non seulement ce type de service est mentalement déficient, il est sans âme et totalement amoral, et donc déplacé. On en aurait attendu mieux du Monde.

31 mars 2019

Back to the future, ou, Il est vraiment temps de vendre les aéroports de Paris

Classé dans : Actualité, Littérature, Progrès, Sciences, techniques — Miklos @ 22:55

Aéroplane, Le Petit Journal 1912.

Un ami devant prendre demain un vol Pékin – Paris, je me connecte au site des aéroports de Paris pour être alerté sur ce vol, service bien utile qui informe d’éventuels retards.

Quand ça marche.

Là, d’évidence, rien ne marche.

Je commence par chercher le vol par son numéro.

Le site répond : « Aucun vol ne correspond à votre recherche. Veuillez modifier vos critères. »

Alors je cherche par sa provenance – Beijing.

Le site répond : « Aucun vol ne correspond à votre recherche. Veuillez modifier vos critères. »

J’essaie « Pékin ».

Le site répond : « Aucun vol ne correspond à votre recherche. Veuillez modifier vos critères. »

Finalement je cherche par le nom de la compagnie.

Le vol – avec le numéro et la provenance (« Pekin » sans l’accent ; avec l’accent – qui est l’orthographe correcte – le site ne connaît pas) que j’avais indiqués – s’affiche.

Je clique alors sur « Être alerté sur ce vol ».

Le site répond : « Impossible de créer un assistant sur un vol passé. ».

C’est une blague du 1er avril par anticipation (nous sommes encore pour quelques heures le 31 mars) ?

Je vais (façon de parler) sur la page « Contacts » pour signaler ce curieux fonctionnement.

La page « Contacts » affiche :

Vous pouvez nous contacter en utilisant le formulaire ci-dessous. Paris Aéroport s’engage à vous répondre dans les meilleurs délais. Si vous êtes membre du programme de fidélité connectez-vous sur votre tableau de bord pour accéder à votre formulaire dédié.

Le formulaire est en cours de maintenance et sera de nouveau disponible dans les prochains jours. 

Par une curieuse association d’idées, ces événements me rappellent « Une vraiment trop drôle » d’Édouard Osmont (1874-1922), qui n’a rien à voir avec les aéroports, mais qui décrit un enchaînement… un enchaînement inéluctable (même si dans mon cas la conclusion fut différente que dans le sien).

La voici (et c’est bien la première fois qu’elle apparaît en ligne) :

UNE VRAIMENT TROP DRÔLE

Comme il devait se battre en duel le lendemain matin, et qu’il tenait spécialement à tuer son adversaire, M. Tapinois s’exerçait au pistolet dans la salle à manger.

Comment fit-il son compte ? Il est assez difficile de le savoir. Toujours est-il qu’au lieu d’aller faire vibrer la plaque de fonte, une balle s’en fut tuer net la bonne à tout faire, occupée pourtant assez loin, dans la cuisine, au fond d’un couloir, sur la cour.

Très embêté, M. Tapinois commença par verser quelques larmes sur le malheureux sort de la bonne à tout faire. Il avait une véritable affection pour cette fille, qui lui était, en réalité, très précieuse.

Puis, il s’effraya des conséquences possibles de son action.

La présence d’une bonne à tout faire chez un célibataire encore vert peut donner lieu à pas mal de commentaires. Des cancans plutôt malévoles étaient à craindre dans le quartier. On ne manquerait pas, sans doute, de glisser peu à peu de fâcheuses insinuations tendant à faire croire à un crime passionnel. Et le geste tout involontaire de M. Tapinois pouvait être travesti en meurtre prémédité.

M. Tapinois eut froid dans le dos.

Le plus simple lui parut de chercher à dissimuler le cadavre et de faire croire à un enlèvement.

Dans le placard ad hoc, il alla chercher une forte malle, dévissa soigneusement la plaque de cuivre qui portait son nom gravé en majuscules, prit dans ses bras le cadavre de la bonne à tout faire, l’installa aussi confortablement que possible dans la malle, rabattit le couvercle, boucla étroitement les courroies et ferma les deux serrures à double tour, pour plus de sûreté.

Je ne sais si vous avez remarqué, mais rien ne donne plus soif que de tuer une bonne à tout faire, même sans le faire exprès.

Ayant soif, M. Tapinois descendit donc dans la rue et alla s’attabler devant des bocks à la proche brasserie.

Là il réfléchit.

Il commença par se demander dans quels pays lointains il allait bien pouvoir porter sa malle pour la soulager de son contenu.

Puis il pensa non sans amertume qu’il n’aurait personne pour lui apporter son chocolat le lendemain matin.

Il se dit encore que s’il était blessé dans son duel, le médecin, la garde, les gens qui ne manqueraient pas de l’entourer pourraient fort bien découvrir le cadavre de la bonne à tout faire et que, certainement, il en résulterait pour sa tranquillité de fâcheux désagréments.

La perspective d’avoir à cirer lui-même ses souliers le lendemain lui valut de même quelques soucis.

C’est plutôt plongé dans un certain marasme qu’il regagna pensivement ses pénates.

Avant de se coucher, il voulut revoir sa victime.

Il déboucla donc les courroies, ouvrit la malle et, prenant sa lampe pour mieux voir, se pencha sut l’ouverture.

Damnation !

Le cadavre de la bonne à tout faire avait disparu.

M. Tapinois étouffa un cri de terreur et laissa échapper la lampe qui se brisa en mille morceaux.

Il dut rallumer une autre lampe.

Puis, pensant que quelque cambrioleur pouvait s’être introduit chez lui pendant sa courte absence, il fit le tour de l’appartement.

Il ne trouva rien.

En passant devant une glace, il se vit.

Il avait vieilli de dix ans.

N’y comprenant plus rien et éprouvant le besoin de se reposer un peu en prévision de son duel, il résolut de se coucher.

Il entra dans sa chambre et s’approcha du lit pour le préparer.

Horreur !

Le cadavre de 1a bonne à tout faire était dedans.

M. Tapinois laissa échapper un cri de terreur et étouffa ta lampe qui se brisa en mille morceaux.

N’ayant jamais eu que deux lampes, il dut se munir d’un bougeoir.

Il revint près du lit. Le cadavre de la bonne à tout faire avait disparu.

M. Tapinois se regarda dans la glace.

Il avait encore vieilli de dix ans.

Puis il se déshabilla.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais beaucoup de gens ont l’habitude, avant de se coucher, de prendre quelques petites précautions.

M. Tapinois voulut sacrifier à cette habitude.

Il ouvrit la table de nuit et en sortit un récipient de faïence grossière.

Horreur!

Le cadavre de la bonne à tout faire était au fond.

M. Tapinois étouffa un cri de terreur et laissa échapper le récipient qui se brisa en mille morceaux.

Déjà le cadavre de la bonne à tout faire avait disparu.

M. Tapinois se regarda dans la glace.

Il avait encore vieilli de dix ans.

Minuit sonna.

M. Tapinois frissonna.

Puis il lui souvint qu’il avait oublié de monter sa montre.

Il alla la quérir dans son gousset.

C’était une vieille montre à clef, héritage de son grand-père.

M. Tapinois ouvrit le. boîtier.

Horreur !

Le cadavre de la bonne à tout faire était dedans.

M. Tapinois étouffa un cri de terreur et laissa échapper la montre qui se brisa en mille morceaux.

Déjà le cadavre de la bonne à tout faire avait disparu.

M. Tapinois se regarda dans la glace.

Il avait encore vieilli de dix ans.

Ne pouvant plus dormir, il se promena de long en large dans l’appartement.

Mais ses pensées étaient lugubres.

Il ne s’amusait pas follement.

Il s’ennuyait même beaucoup.

Tellement qu’il bâilla.

En bâillant il ouvrit la bouche.

Horreur !

Le cadavre de la bonne à tout faire· était dedans.

M. Tapinois étouffa un cri de terreur et laissa échapper sa bouche qui se brisa en mille morceaux.

Déjà le cadavre de la bonne à tout faire avait disparu.

M. Tapinois se regarda dans la glace.

Il avait encore vieilli de dix ans.

Se voyant si vieux, si vieux, il résolut de faire son testament.

Il s’assit à sa table, prit une plume et écrivit :

« Devant me battre en duel demain et redoutant une issue fatale, je crois devoir faire mon testament. Avant de mourir …

Ici, il ouvrit une parenthèse. ·

Horreur !

Le cadavre de la bonne à tout faire était dedans.

Cette histoire pourrait sans doute durer encore très longtemps, chers lecteurs. Mais, comme je vous ai assez vus, je préfère m’en tenir là et terminer ma soirée avec des femmes de mauvaise vie.

Édouard Osmont (1874-1922)

Si M. Tapinois cherchait à se débarrasser du cadavre de la bonne à tout faire, moi ce serait plutôt de celui de ce service des aéroports de Paris…

11 février 2019

Monsieur Sfar, il n’est pas nécessaire de porter un gilet jaune pour faire preuve d’antisémitisme

Classé dans : Actualité, Politique, Société, antisémitisme, racisme — Miklos @ 14:49

Les tombes profanées du cimetière juif de Cronenbourg, près de Strasbourg,
le 27 janvier 2010. (Source)

On ne peut manquer de remarquer la croissante radicalisation du « mouvement » (pour autant qu’on puisse le qualifier ainsi) des gilets jaunes avec son essoufflement : nationalisme, putschisme, racisme et antisémitisme, complotisme… Avec l’éloignement graduel des modérés, ce sont les extrêmes qui perdurent, voire se renforcent, tendance trop souvent accompagnés du silence des autres.

Ainsi, Le Monde titrait le 24 décembre : Les dérapages antisémites et violents de certains « gilets jaunes » jettent le trouble, puis le 19 janvier : Les « gilets jaunes », nouveau terrain d’influence de la nébuleuse complotiste et antisémite. De son côté, dans un article publié aujourd’hui, France TV Info fait part d’une étude réalisée par l’Ifop pour la fondation Jean-Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch selon laquelle le complotisme y est bien plus élevé que chez la moyenne des Français.

Mais de là faut-il attribuer tout acte extrême à ces gilets jaunes, comme Joann Sfar l’a fait trop rapidement – c’est-à-dire avant qu’il n’y ait aucune preuve – à la suite du taggage de la vitrine d’un Bagelstein parisien du mot « Juden » ? Libération a rapidement indiqué que « rien ne permet pour l’heure, donc, d’attribuer ce tag antisémite à un ou plusieurs gilets jaunes ».

Mais Sfar revient à la charge dans sa page Facebook, en affirmant dans une longue diatribe (assez décousue) : « Je ne crois pas qu’un tel tag aurait été possible en France avant le mois de Novembre ».

C’est vraiment le comble ! Est-il croyable qu’une personne de son éducation ignore à tel point non seulement la longue présence de relents antisémites (en l’occurrence) en France, mais en particulier de récents événements qui ont fait la Une des médias sérieux (et qui sans doute ne l’ont pas ému à ce point), à l’instar de la profanation de tombes au cimetière juif de Cronenbourg, près de Strasbourg, le 27 janvier 2010, avec – entre autres – l’inscription JUDEN RAUS, ce tag que Sfar pensait impossible avant novembre ? On trouvera dans L’Express du 16 février 2015 une bien triste liste de profanations de cimetières juifs remontant à 1988. Enfin, comme l’indiquait Sud Ouest récemment, « Entre janvier et septembre, les actes antisémites ont augmenté de 69 %», donc avant le début du mouvement des gilets jaunes.

Ce n’est pas parce qu’il y a des manifestations du genre quenelle et salut nazi chez certains gilets jaunes que toutes ces manifestations, actuelles et passées, sont de leur fait. Les en accuser ainsi avant qu’il y en ait une preuve, c’est ignorer les bas-fonds constants de notre société – depuis l’étoile jaune que ma mère a dû porter et le « Sale juif » que je me suis récolté enfant à l’école communale dans un beau quartier de Paris –, et s’apparente aussi à une sorte de complotisme… Attendons sans hystérie l’identification du, ou des, auteurs de ce sale coup.

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos