Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

31 octobre 2017

Something to believe in for everyone || Vous y croyez, vous ?

Classé dans : Langue, Littérature, Philosophie, Politique, Religion, Société — Miklos @ 16:38

Some words ending in –ism.
Some words ending in –ism (fuller list below).
Click to enlarge.

The liberal is your true undying friend
But disagree with him and that’s the end.

The radical, however, claims no friend
Except his catechism, which can bend.

In the revolution there are always cracks:
The Communists killed Trotsky with an ax.

The guns of the Idealists are red-hot:
Whoso commits nonviolence is shot.

Karl Jay Shapiro (1913-2000), ISMs.

Ableism ⋅ Abolitionism ⋅ Absenteeism ⋅ Absolutism ⋅ Abstractionism ⋅ Absurdism ⋅ Academicism ⋅ Academism ⋅ Achromatism ⋅ Acrotism ⋅ Actinism ⋅ Activism ⋅ Adonism ⋅ Adoptianism ⋅ Adoptionism ⋅ Adventism ⋅ Adventurism ⋅ Aeroembolism ⋅ Aestheticism ⋅ Ageism ⋅ Agism ⋅ Agnosticism ⋅ Agrarianism ⋅ Alarmism ⋅ Albinism ⋅ Alcoholism ⋅ Aldosteronism ⋅ Alevism ⋅ Algorism ⋅ Alienism ⋅ Allelism ⋅ Allelomorphism ⋅ Allomorphism ⋅ Alpinism ⋅ Altruism ⋅ Amateurism ⋅ Amoralism ⋅ Amorphism ⋅ Amyraldism ⋅ Anabaptism ⋅ Anabolism ⋅ Anachronism ⋅ Analogism ⋅ Analphabetism ⋅ Anarchism ⋅ Anecdotalism ⋅ Aneurism ⋅ aneurysm ⋅ Anglicanism ⋅ Anglicism ⋅ Animalism ⋅ Animatism ⋅ Animism ⋅ Anisotropism ⋅ Antagonism ⋅ Anthropocentrism ⋅ Anthropomorphism ⋅ Anthropopathism ⋅ Antialcoholism ⋅ Antiauthoritarianism ⋅ Antiblackism ⋅ Anticapitalism ⋅ Anticlericalism ⋅ Anticolonialism ⋅ Anticommercialism ⋅ Anticommunism ⋅ Antielitism ⋅ Antievolutionism ⋅ Antifascism ⋅ Antifeminism ⋅ Antiferromagnetism ⋅ Antihumanism ⋅ Antiliberalism ⋅ Antimaterialism ⋅ Antimilitarism ⋅ Antinepotism ⋅ Antinomianism ⋅ Antiquarianism ⋅ Antiracism ⋅ Antiradicalism ⋅ Antirationalism ⋅ Antirealism ⋅ Antireductionism ⋅ Antiritualism ⋅ Antiromanticism ⋅ Antiterrorism ⋅ Aphorism ⋅ Apocalypticism ⋅ Apocalyptism ⋅ Arabism ⋅ Archaism ⋅ Arianism ⋅ Armirianism ⋅ Asceticism ⋅ Assimilationism ⋅ Associationism ⋅ Asterism ⋅ Astigmatism ⋅ Asynchronism ⋅ Atavism ⋅ Atenism ⋅ Atheism ⋅ Athleticism ⋅ Atomism ⋅ Atonalism ⋅ Atropism ⋅ Atticism ⋅ Autecism ⋅ Auteurism ⋅ Authoritarianism ⋅ Autism ⋅ Autoecism ⋅ Autoeroticism ⋅ Autoerotism ⋅ Automatism ⋅ Automorphism ⋅ Baalism ⋅ Bábism ⋅ Bahaism ⋅ Baptism ⋅ Barbarianism ⋅ Barbarism ⋅ Bathouism ⋅ Behaviorism ⋅ Behmenism ⋅ Benthamism ⋅ Benzhuism ⋅ Biblicism ⋅ Bibliophilism ⋅ Bicameralism ⋅ Biculturalism ⋅ Bidialectalism ⋅ Bilateralism ⋅ Bilingualism ⋅ Bimetallism ⋅ Bimoism ⋅ Binarism ⋅ Biologism ⋅ Bioregionalism ⋅ Bipartisanism ⋅ Bipedalism ⋅ Biracialism ⋅ Blackguardism ⋅ Bogomilism ⋅ Bogyism ⋅ Bohemianism ⋅ Bolshevism ⋅ Boosterism ⋅ Bossism ⋅ Botulism ⋅ Bourbonism ⋅ Boyarism ⋅ Brahmanism ⋅ Briticism ⋅ Brominism ⋅ Bromism ⋅ Brutism ⋅ Bruxism ⋅ Buddhism ⋅ Bureaucratism ⋅ Cabalism ⋅ Cabbalism ⋅ Caciquism ⋅ Caesarism ⋅ Calvinism ⋅ Cambism ⋅ can-do-ism ⋅ Cannibalism ⋅ Capitalism ⋅ Careerism ⋅ Casteism ⋅ Castroism ⋅ Catabolism ⋅ cataclysm ⋅ Catastrophism ⋅ Catechism ⋅ Catharism ⋅ Catholicism ⋅ Cavalierism ⋅ Centralism ⋅ Centrism ⋅ Ceremonialism ⋅ Charism ⋅ Charlatanism ⋅ Chauvinism ⋅ Chemism ⋅ Chemotropism ⋅ Cheondoism ⋅ Chimaerism ⋅ Chimerism ⋅ Chrism ⋅ Chromaticism ⋅ Cicisbeism ⋅ Cinchonism ⋅ Civicism ⋅ Civism ⋅ Cladism ⋅ Classicism ⋅ Classism ⋅ Clericalism ⋅ Clonism ⋅ Cocainism ⋅ Cockneyism ⋅ Collaborationism ⋅ Collectivism ⋅ Colloquialism ⋅ Colonialism ⋅ Colorism ⋅ Commensalism ⋅ Commercialism ⋅ Communalism ⋅ Communism ⋅ Communitarianism ⋅ Conceptualism ⋅ Concretism ⋅ Confessionalism ⋅ Conformism ⋅ Confucianism ⋅ Congregationalism ⋅ Connubialism ⋅ Conservatism ⋅ Constitutionalism ⋅ Constructionism ⋅ Constructivism ⋅ Consumerism ⋅ Controversialism ⋅ Conventionalism ⋅ Corporatism ⋅ Corporativism ⋅ Cosmism ⋅ Cosmopolitanism ⋅ Cosmopolitism ⋅ Countercriticism ⋅ Counterculturalism ⋅ Counterterrorism ⋅ Creationism ⋅ Credentialism ⋅ Cretinism ⋅ Criticism ⋅ Cronyism ⋅ Cryptorchidism ⋅ Cryptorchism ⋅ Cubism ⋅ Cultism ⋅ Cynicism ⋅ Czarism ⋅ Dadaism ⋅ Daejongism ⋅ Daltonism ⋅ Dandyism ⋅ Darwinism ⋅ de Gaullism ⋅ Defeatism ⋅ Deism ⋅ Demonism ⋅ Denominationalism ⋅ Despotism ⋅ Determinism ⋅ Deviationism ⋅ Diabolism ⋅ Diamagnetism ⋅ Diastereoisomerism ⋅ Diastrophism ⋅ Dichroism ⋅ Dichromatism ⋅ Diclinism ⋅ Dicrotism ⋅ Didacticism ⋅ die-hardism ⋅ Diffusionism ⋅ Dilettantism ⋅ Dimerism ⋅ Dimorphism ⋅ Dinkoism ⋅ Dioecism ⋅ Discordianism ⋅ Ditheism ⋅ Divisionism ⋅ Docetism ⋅ Doctrinairism ⋅ Dodoism ⋅ Dogmatism ⋅ do-goodism ⋅ Don Juanism ⋅ Donatism ⋅ Druidism ⋅ Dualism ⋅ Dudeism ⋅ Dwarfism ⋅ Dynamism ⋅ Dysphemism ⋅ Ecclesiasticism ⋅ Echoism ⋅ Eclecticism ⋅ Ecofeminism ⋅ Ecoterrorism ⋅ Ecotourism ⋅ Ecumenicalism ⋅ Ecumenicism ⋅ Ecumenism ⋅ Egalitarianism ⋅ Egocentrism ⋅ Egoism ⋅ Egotism ⋅ Electromagnetism ⋅ Elitism ⋅ Embolism ⋅ Emotionalism ⋅ Empiricism ⋅ Enantiomorphism ⋅ Encyclopedism ⋅ Endemism ⋅ Endomorphism ⋅ Endoparasitism ⋅ Entrepreneurialism ⋅ Environmentalism ⋅ Eonism ⋅ Epicenism ⋅ Epicureanism ⋅ Epicurism ⋅ Epigonism ⋅ Epigrammatism ⋅ Epiphenomenalism ⋅ Epiphytism ⋅ Epizoism ⋅ Equalitarianism ⋅ Eremitism ⋅ Erethism ⋅ Ergotism ⋅ Eroticism ⋅ Erotism ⋅ Erraticism ⋅ Erythrism ⋅ Escapism ⋅ Esotericism ⋅ Essenism ⋅ Essentialism ⋅ Establishmentarianism ⋅ Estheticism ⋅ Etatism ⋅ Ethnocentrism ⋅ Eudaemonism ⋅ Eudaimonism ⋅ Euhemerism ⋅ Eunuchism ⋅ Euphemism ⋅ Euphuism ⋅ Evangelicalism ⋅ Evangelism ⋅ Evolutionism ⋅ Exceptionalism ⋅ Exclusivism ⋅ Exhibitionism ⋅ Existentialism ⋅ Exogenism ⋅ Exorcism ⋅ Exoticism ⋅ Exotism ⋅ Expansionism ⋅ Expatriatism ⋅ Experimentalism ⋅ Expertism ⋅ Expressionism ⋅ Externalism ⋅ Extremism ⋅ Factionalism ⋅ Factualism ⋅ Faddism ⋅ Fairyism ⋅ Faism ⋅ Familism ⋅ Fanaticism ⋅ Faradism ⋅ Fascism ⋅ Fatalism ⋅ Fauvism ⋅ Favism ⋅ Favoritism ⋅ Federalism ⋅ Feminism ⋅ Ferrimagnetism ⋅ Ferromagnetism ⋅ Fetichism ⋅ Fetishism ⋅ Feudalism ⋅ Feuilletonism ⋅ Fideism ⋅ Finalism ⋅ Flagellantism ⋅ Flunkyism ⋅ Fogeyism ⋅ Fogyism ⋅ Foreignism ⋅ Formalism ⋅ Formulism ⋅ Frankism ⋅ Fraternalism ⋅ Freneticism ⋅ Funambulism ⋅ Functionalism ⋅ Fundamentalism ⋅ Fusionism ⋅ Futilitarianism ⋅ Futurism ⋅ Gallicism ⋅ Galvanism ⋅ Gangsterism ⋅ Genteelism ⋅ Geomagnetism ⋅ Geotropism ⋅ Germanism ⋅ Giantism ⋅ Gigantism ⋅ Globalism ⋅ Gnosticism ⋅ Gongorism ⋅ Gothicism ⋅ Gourmandism ⋅ Governmentalism ⋅ Gradualism ⋅ Grangerism ⋅ Greenbackism ⋅ Gutturalism ⋅ Gynandromorphism ⋅ Gypsyism ⋅ Hasidism ⋅ Heathenism ⋅ Hebraism ⋅ Hedonism ⋅ Heightism ⋅ Heliotropism ⋅ Hellenism ⋅ Helotism ⋅ Hemimorphism ⋅ Henotheism ⋅ Herbalism ⋅ Hermaphroditism ⋅ Hermeticism ⋅ Hermetism ⋅ Hermitism ⋅ Heroinism ⋅ Heroism ⋅ Hetaerism ⋅ Hetairism ⋅ Heteroecism ⋅ Heteromorphism ⋅ Heterothallism ⋅ Highbrowism ⋅ Hinduism ⋅ Hipsterism ⋅ Hirsutism ⋅ Hispanism ⋅ Historicism ⋅ Hitlerism ⋅ Hoboism ⋅ Holism ⋅ Holometabolism ⋅ Homeomorphism ⋅ Homoeroticism ⋅ Homomorphism ⋅ Homothallism ⋅ Hoodlumism ⋅ Hoodooism ⋅ Hooliganism ⋅ Hucksterism ⋅ Humanism ⋅ Humanitarianism ⋅ Hussitism ⋅ Hybridism ⋅ Hydrotropism ⋅ Hylozoism ⋅ Hypercatabolism ⋅ Hypercriticism ⋅ Hyperinsulinism ⋅ Hypermetabolism ⋅ Hyperparasitism ⋅ Hyperparathyroidism ⋅ Hyperpituitarism ⋅ Hyperrealism ⋅ Hyperthyroidism ⋅ Hyperurbanism ⋅ Hypnotism ⋅ Hypocorism ⋅ Hypoparathyroidism ⋅ Hypopituitarism ⋅ Hypothyroidism ⋅ Ibsenism ⋅ Idealism ⋅ Idiotism ⋅ Idolism ⋅ Illiberalism ⋅ Illuminism ⋅ Illusionism ⋅ Imagism ⋅ Immanentism ⋅ Immaterialism ⋅ Immobilism ⋅ Immoralism ⋅ Imperialism ⋅ Impressionism ⋅ Incendiarism ⋅ Incrementalism ⋅ Indeterminism ⋅ Indifferentism ⋅ Individualism ⋅ Industrialism ⋅ Infantilism ⋅ Inflationism ⋅ Initialism ⋅ Institutionalism ⋅ Instrumentalism ⋅ Insularism ⋅ Intellectualism ⋅ Internationalism ⋅ Interventionism ⋅ Introspectionism ⋅ Intuitionism ⋅ Invalidism ⋅ Iodism ⋅ Iotacism ⋅ Irishism ⋅ Irrationalism ⋅ Irredentism ⋅ Islamism ⋅ Ism ⋅ Isma’ilism ⋅ Isobarism ⋅ Isochronism ⋅ Isolationism ⋅ Isomerism ⋅ Isomorphism ⋅ Jainism ⋅ Jansenism ⋅ Jediism ⋅ Jesuism ⋅ Jesuitism ⋅ jim crowism ⋅ Jingoism ⋅ Jism ⋅ John Bullism ⋅ Journalism ⋅ Judaism ⋅ Jujuism ⋅ Junkerism ⋅ Kabalism ⋅ Kabbalism ⋅ Kaiserism ⋅ Kemetism ⋅ Kopimism ⋅ Krishnaism ⋅ Ku Kluxism ⋅ labsurdism ⋅ Laconism ⋅ Laicism ⋅ Lamaism ⋅ Lamarckism ⋅ Landlordism ⋅ Landmarkism ⋅ Lathyrism ⋅ Latinism ⋅ Latitudinarianism ⋅ Leftism ⋅ Legalism ⋅ Legitimism ⋅ Leninism ⋅ Lesbianism ⋅ Liberalism ⋅ Libertarianism ⋅ Libertinism ⋅ Lingayatism ⋅ Literalism ⋅ Liturgism ⋅ Lobbyism ⋅ Localism ⋅ Locoism ⋅ Lollardism ⋅ Lookism ⋅ Looksism ⋅ Loyalism ⋅ Luciferianism ⋅ Luminism ⋅ Lutheranism ⋅ Lyricism ⋅ Lyrism ⋅ Machoism ⋅ Maenadism ⋅ Magnetism ⋅ Majoritarianism ⋅ Malapropism ⋅ Mammonism ⋅ Mandaeism ⋅ Mandarinism ⋅ Manichaeism ⋅ Mannerism ⋅ Manorialism ⋅ Marcionism ⋅ Martinism ⋅ Marxism ⋅ Masochism ⋅ Materialism ⋅ Maternalism ⋅ Mazdakism ⋅ Mechanism ⋅ Medievalism ⋅ Melanism ⋅ Meliorism ⋅ Mendelism ⋅ Menshevism ⋅ Mentalism ⋅ Mercantilism ⋅ Mesmerism ⋅ Messianism ⋅ Metabolism ⋅ Metamerism ⋅ Metamorphism ⋅ Metasomatism ⋅ Methodism ⋅ me-tooism ⋅ Metricism ⋅ Microorganism ⋅ Microprism ⋅ Microseism ⋅ Militarism ⋅ Millenarianism ⋅ Millennialism ⋅ Millerism ⋅ Minimalism ⋅ Misoneism ⋅ Mithraism ⋅ Mobbism ⋅ Modernism ⋅ Mohism ⋅ Mohockism ⋅ Momism ⋅ Monachism ⋅ Monadism ⋅ Monarchism ⋅ Monasticism ⋅ Monetarism ⋅ Mongolism ⋅ Monism ⋅ Monochromatism ⋅ Monoecism ⋅ Monometallism ⋅ Monomorphism ⋅ Monorchidism ⋅ Monotheism ⋅ Montanism ⋅ Moralism ⋅ Mormonism ⋅ Moronism ⋅ Morphinism ⋅ Mosaicism ⋅ Mullahism ⋅ Multiculturalism ⋅ Multilateralism ⋅ Multilingualism ⋅ Multiracialism ⋅ Mumboism ⋅ Muqallidism ⋅ Mutism ⋅ Mutualism ⋅ Muwahhidism ⋅ Mysticism ⋅ Nabobism ⋅ Nanism ⋅ Narcism ⋅ Narcissism ⋅ Narcotism ⋅ Nasalism ⋅ Nationalism ⋅ Nativism ⋅ Naturalism ⋅ Naturism ⋅ Nazism ⋅ Necessitarianism ⋅ Necrophilism ⋅ Negativism ⋅ Neoclassicism ⋅ Neocolonialism ⋅ Neoconservatism ⋅ Neo-Druidism ⋅ Neoliberalism ⋅ Neologism ⋅ Neopaganism ⋅ Neoplasticism ⋅ Neoplatonism ⋅ Neopythagoreanism ⋅ Neorealism ⋅ Neoshamanism ⋅ Nephrism ⋅ Nepotism ⋅ Neuroticism ⋅ Neutralism ⋅ Nihilism ⋅ NIMBYism ⋅ Noahidism ⋅ Nomadism ⋅ Nominalism ⋅ Nomism ⋅ Nonconformism ⋅ Nondenominationalism ⋅ Nonobjectivism ⋅ Nonrepresentationalism ⋅ Nontrinitarianism ⋅ Nudism ⋅ Obeahism ⋅ Obelism ⋅ Obiism ⋅ Objectivism ⋅ Obscurantism ⋅ Obstructionism ⋅ Occultism ⋅ Odinism ⋅ Officialism ⋅ Ogreism ⋅ Ogrism ⋅ Onanism ⋅ Operationalism ⋅ Operationism ⋅ Opiumism ⋅ Opportunism ⋅ Optimism ⋅ Oralism ⋅ Orangeism ⋅ Organicism ⋅ Organism ⋅ Orientalism ⋅ Orphism ⋅ Ostracism ⋅ Overoptimism ⋅ Pacificism ⋅ Pacifism ⋅ Padronism ⋅ Paeanism ⋅ Paedomorphism ⋅ Paganism ⋅ Paleomagnetism ⋅ Paludism ⋅ Pan-Slavism ⋅ Pantheism ⋅ Papism ⋅ Parajournalism ⋅ Parallelism ⋅ Paralogism ⋅ Paramagnetism ⋅ Parasitism ⋅ Parecism ⋅ Parkinsonism ⋅ Parochialism ⋅ Parsiism ⋅ Particularism ⋅ Passivism ⋅ Pastoralism ⋅ Paternalism ⋅ Patriotism ⋅ Pauperism ⋅ Pedestrianism ⋅ Pentecostalism ⋅ Peonism ⋅ Perfectionism ⋅ Personalism ⋅ Pessimism ⋅ Phallicism ⋅ Phallism ⋅ Pharisaism ⋅ Phenomenalism ⋅ Philhellenism ⋅ Philistinism ⋅ Photochromism ⋅ Photojournalism ⋅ Photoperiodism ⋅ Phototropism ⋅ Physicalism ⋅ Pianism ⋅ Pictorialism ⋅ Pietism ⋅ Plagiarism ⋅ Platonism ⋅ Plebeianism ⋅ Pleinairism ⋅ Plenism ⋅ Pleochroism ⋅ Pleomorphism ⋅ Plumbism ⋅ Pluralism ⋅ Plutonism ⋅ Pococurantism ⋅ Poeticism ⋅ Pointillism ⋅ Polycentrism ⋅ Polyglotism ⋅ Polyglottism ⋅ Polymerism ⋅ Polymorphism ⋅ Polytheism ⋅ Populism ⋅ Porism ⋅ Positivism ⋅ Postmillenarianism ⋅ Postmillennialism ⋅ Postmodernism ⋅ Pragmaticism ⋅ Pragmatism ⋅ Predatism ⋅ Predestinarianism ⋅ Prelatism ⋅ Premillenarianism ⋅ Premillennialism ⋅ Presentism ⋅ Priapism ⋅ Priggism ⋅ Primitivism ⋅ Prism ⋅ Privatism ⋅ Probabilism ⋅ Professionalism ⋅ Prognathism ⋅ Progressivism ⋅ Prosaism ⋅ Proselytism ⋅ Prostatism ⋅ Protectionism ⋅ Protestantism ⋅ Provincialism ⋅ Prussianism ⋅ Pseudoclassicism ⋅ Pseudomorphism ⋅ Psychologism ⋅ Ptyalism ⋅ Puerilism ⋅ Pugilism ⋅ Purism ⋅ Puritanism ⋅ Puseyism ⋅ Pygmyism ⋅ Pyrrhonism ⋅ Pythagoreanism ⋅ Quackism ⋅ Quakerism ⋅ Quietism ⋅ Quislingism ⋅ Quixotism ⋅ Quranism ⋅ Rabbinism ⋅ Racemism ⋅ Racialism ⋅ Racism ⋅ Radicalism ⋅ Raelism ⋅ Rationalism ⋅ Reactionaryism ⋅ Realism ⋅ Rebaptism ⋅ Recidivism ⋅ Reconstructionism ⋅ Reductionism ⋅ Reformism ⋅ Refugeeism ⋅ Regionalism ⋅ Relativism ⋅ Representationalism ⋅ Republicanism ⋅ Restorationism ⋅ Restrictionism ⋅ Revanchism ⋅ Revisionism ⋅ Revivalism ⋅ Rheumatism ⋅ Rhotacism ⋅ Rightism ⋅ Rigorism ⋅ Ritualism ⋅ Robotism ⋅ Romanism ⋅ Romanticism ⋅ Rosicrucianism ⋅ Rousseauism ⋅ Routinism ⋅ Rowdyism ⋅ Royalism ⋅ Ruffianism ⋅ Ruralism ⋅ Sacerdotalism ⋅ Sacramentalism ⋅ Sadism ⋅ Sadomasochism ⋅ Salvationism ⋅ Samaritanism ⋅ Sansculottism ⋅ Sapphism ⋅ Sardonicism ⋅ Satanism ⋅ Saturnism ⋅ Savagism ⋅ Scapegoatism ⋅ Scepticism ⋅ Schematism ⋅ Schism ⋅ Scholasticism ⋅ Scientism ⋅ Sciolism ⋅ Scotticism ⋅ Secessionism ⋅ Sectarianism ⋅ Sectionalism ⋅ Secularism ⋅ Sedevacantism ⋅ Seism ⋅ Seismism ⋅ Semicolonialism ⋅ Semitism ⋅ Sensationalism ⋅ Sensualism ⋅ Sentimentalism ⋅ Separatism ⋅ Serialism ⋅ Servomechanism ⋅ Sethianism ⋅ Sexism ⋅ Shabakism ⋅ Shaivism ⋅ Shakerism ⋅ Shaktism ⋅ Shamanism ⋅ Shaykhism ⋅ Shintoism ⋅ Sikhism ⋅ Simplism ⋅ Sinapism ⋅ Skepticism ⋅ Slumism ⋅ Snobbism ⋅ Socialism ⋅ Solarism ⋅ Solecism ⋅ Solidarism ⋅ Solipsism ⋅ Somnambulism ⋅ Sophism ⋅ Southernism ⋅ Sovietism ⋅ Spartanism ⋅ Specialism ⋅ Speciesism ⋅ Spinozism ⋅ Spiritism ⋅ Spiritualism ⋅ Spoonerism ⋅ Stalinism ⋅ Standpattism ⋅ Statism ⋅ Stereoisomerism ⋅ Stoicism ⋅ Structuralism ⋅ Stylitism ⋅ Subjectivism ⋅ Sufism ⋅ Supernaturalism ⋅ Superorganism ⋅ Superparasitism ⋅ Superpatriotism ⋅ Superrealism ⋅ Superromanticism ⋅ Supranationalism ⋅ Suprematism ⋅ Surrealism ⋅ Survivalism ⋅ Suwunism ⋅ Swarajism ⋅ Swedenborgianism ⋅ Sybaritism ⋅ Sycophantism ⋅ Syllabism ⋅ Syllogism ⋅ Symbolism ⋅ Symmetallism ⋅ Synchronism ⋅ Syncretism ⋅ Syndactylism ⋅ Syndicalism ⋅ Synergism ⋅ Syntheism ⋅ Systematism ⋅ Tachism ⋅ Talmudism ⋅ Tantrism ⋅ Taoism ⋅ Tarantism ⋅ Tautomerism ⋅ Technopaganism ⋅ Tectonism ⋅ Teetotalism ⋅ Televangelism ⋅ Tenebrism ⋅ Tengrism ⋅ Teratism ⋅ Territorialism ⋅ Terrorism ⋅ Teutonism ⋅ Theatricalism ⋅ Theism ⋅ Theocentrism ⋅ Thermoperiodism ⋅ Thermotropism ⋅ Thigmotropism ⋅ Thromboembolism ⋅ Titanism ⋅ Titoism ⋅ Toadyism ⋅ Tokenism ⋅ Toryism ⋅ Totalism ⋅ Totalitarianism ⋅ Totemism ⋅ Tourism ⋅ Traditionalism ⋅ Transcendentalism ⋅ Transnationalism ⋅ Transsexualism ⋅ Transvestism ⋅ Traumatism ⋅ Triadism ⋅ Tribadism ⋅ Tribalism ⋅ Trichromatism ⋅ Triliteralism ⋅ Trimerism ⋅ Tritheism ⋅ Triumphalism ⋅ Troilism ⋅ Tropism ⋅ Trotskyism  ⋅ Truism ⋅ Tsarism ⋅ Tzarism ⋅ Ultraconservatism ⋅ Ultraism ⋅ Ultraleftism ⋅ Ultraliberalism ⋅ Ultramontanism ⋅ Ultranationalism ⋅ Ultrarealism ⋅ Uniformitarianism ⋅ Unionism ⋅ Unitarianism ⋅ Universalism ⋅ Uranism ⋅ Urbanism ⋅ Ureotelism ⋅ Uricotelism ⋅ Utilitarianism ⋅ Utopianism ⋅ Utopism ⋅ Vagabondism ⋅ Vaishnavism ⋅ Valentinianism ⋅ Valetudinarianism ⋅ Vampirism ⋅ Vandalism ⋅ Vanguardism ⋅ Vedantism ⋅ Veganism ⋅ Vegetarianism ⋅ Ventriloquism ⋅ Verbalism ⋅ Verism ⋅ Vernacularism ⋅ Vigilantism ⋅ Virilism ⋅ Vitalism ⋅ Vocalism ⋅ Vocationalism ⋅ Volcanism ⋅ Voltaism ⋅ Voluntarism ⋅ Voluntaryism ⋅ Volunteerism ⋅ Voodooism ⋅ Vorticism ⋅ Voyeurism ⋅ Vulcanism ⋅ Vulgarism ⋅ Wahhabism ⋅ Warlordism ⋅ Welfarism ⋅ Wellerism ⋅ Wesleyanism ⋅ Wholism ⋅ Witticism ⋅ Womanism ⋅ Workaholism ⋅ Wotanism ⋅ Xerophytism ⋅ Yahooism ⋅ Yankeeism ⋅ Yarsanism ⋅ Yazdânism ⋅ Yiddishism ⋅ Zalmoxianism ⋅ Zionism ⋅ Zombiism ⋅ Zoroastrianism ⋅ Zurvanism ⋅ Zwinglianism

23 octobre 2017

Des honnêtes gens d’alors et d’aujourd’hui

Classé dans : Histoire, Philosophie, Politique, Progrès, Religion, Société — Miklos @ 13:03


Sylvain Maréchal : Almanach des honnêtes gens. 1788.
Cliquer pour agrandir.

[En cette période de violences ethniques et religieuses de tous ordres de par le monde et du rejet de l’autre sous prétexte d’une différence quelconque, il est salutaire de relire attentivement l’Almanach des honnêtes gens que Sylvain Maréchal avait publié en 1788, ce pourquoi il avait été emprisonné pendant quatre mois et l’Almanach condamné à être « lacéré & brûlé » selon un Arrêt de la Cour de parlement, qui, lui aussi, mérite d’être lu – on l’a également reproduit ci-dessous : les arguments de la Cour d’alors, à peine plus d’un an avant la Révolution française, sont si semblables à ceux des ultra conservateurs de nos jours ! ne croirait-on pas entendre, ici et là, la voix de la fondatrice contemporaine du Parti chrétien-démocrate ?]

Présentation de l’Almanach par son auteur

Dans ce calendrier tout profane, on n’a pas prétendu faire loi. Mais comme mal­heu­reu­sement les habitants de la terre sont divisés de culte, on a tenté de les rapprocher par un lieu commun de fraternité. Le proverbe dit : Il y a des honnêtes gens partout. C’est d’eux & pour eux qu’on s’est occupé ici. L’Almanach des honnêtes gens pourra être consulté également par le catholique & le protestant, le luthérien & l’anglican, le chrétien & le Mahométan, l’idolâtre & l’hébraïsant. On ne doit cependant regarder ceci que comme le germe informe d’un ouvrage plus important ; comme le portique ébauché d’un édifice de paix, où les hommes se trouveront un jour plus à leur aise que partout ailleurs.

Qu’on ne fasse pas l’injure à l’espèce humaine de croire qu’elle n’a produit de grands hommes que ceux dont les noms se trouvent ici, on n’a inscrit que ceux dont on a pu découvrir la date un peu certaine de la naissance & de la mort, indiquées par une n ou par une m.

Les changements qu’on s’est permis s’expliqueront assez d’eux-mêmes.

On a divisé chaque mois de cet Almanach des honnêtes gens par décades, c’est-à-dire de dix en dix jours en sorte qu’il y a dans l’année 36 décades : les 6 jours excédant les 360 jours, serviront d’Chacun des jours que les anciens Égyptiens ajoutaient à leur année de 360 jours pour la faire coïncider avec l’année solaire.épagomènes & peuvent être consacrés si l’on veut à des solennités purement morales : Par exemple,

Une fête de l’Amour au commen­cement du printemps, le 31 mars ou Princeps,

Une fête de l’Hyménée, au commen­cement de l’été, le 31 mai ou Ter.

Une Fête de la Recon­naissance en automne, le 31 août ou Sextile.

Une fête de l’Amitié, en hiver le 31 décembre.

La fête de tous les grands Hommes, aémères, c’est-à-dire, dont on ne sait point la date de la mort & de la naissance, le 31 janvier ou un-décembre,

Quand au choix des personnages, à l’exemple du rédacteur on sera libre d’y substituer tous ceux qui paraîtront mériter la préférence, ou bien d’imiter chacun dans sa famille, ce que le rédacteur a fait pour la sienne, au 21 d’octobre. Un almanach composé en entier dans cet esprit ne pourrait tourner qu’au profit des mœurs.

Le défaut de place n’a pas permis de citer l’année de la naissance & de la mort des grands Hommes de ce Calendrier. On désirerait aussi que chacun d’eux eût été peint d’un trait. On tâchera d’y suppléer dans un petit livret portatif qui paraîtra dans le cours de l’année sous le titre de Dictionnaire des honnêtes gens.

Sylvain Maréchal, Almanach des honnêtes gens, 1788.


Page de garde de la réédition de 1836 de l’Almanach des Honnêtes Gens.

Avertissement de Génin pour la réédition de cet Almanach en 1836

Le hasard m’ayant fait découvrir dans cet almanach une particularité fort extraordinaire, en la rapprochant des événements qui ont suivi sa publication, je me décide, d’après la demande de Entre autres M. le baron de Vincent dont la mort récente laisse de si justes regrets.plusieurs personnes recommandables, à le faire réimprimer à un très petit nombre d’exemplaires ainsi que l’arrêt du Parlement dont je l’ai trouvé accompagné dans la bibliothèque de M. Moüette, mon beau-père, qui le possédait depuis 1788, époque où il fut publié.

Cet imprimé, confondu avec plusieurs productions de ce temps, n’attira d’abord mon attention que par sa conformité avec le calendrier républicain, décrété quelques années plus tard ; en effet, les mois y sont divisés par décades, et les jours excédant cette division y figurent comme jours complémentaires à la fin de chaque mois de 31 jours ; les noms des saints y sont remplacés par ceux des hommes les plus célèbres de l’antiquité ou des temps modernes, et chacun suivant le jour de sa naissance ou de sa mort ; ainsi Jésus Christ y est porté au 25 décembre, jour de la Nativité, et l’amiral Coligny au 24 août, jour de la Saint Barthélemy… ; mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque, parcourant cet almanach avec plus d’attention je remarquai qu’un seul jour de l’année n’était rempli d’aucun nom… et se trouvait être le 15 août !… jour de la naissance de Napoléon !!… Cette lacune est en effet tellement étrange qu’on ne sait à quoi l’attribuer ; serait-ce au hasard?.. ou l’auteur de cet almanach n’a-t-il trouvé aucun nom célèbre à placer à cette date?.. ou enfin voulait-il se la réserver pour lui-même parce qu’il était né le 15 août ?… On ne peut le supposer, puisque rien ne l’empêchait d’user du privilège qu’il accorde à chacun de ses lecteurs, de se substituer à tel nom qu’il voudra, comme il l’a fait au 21 octobre, jour de la naissance de son père…. ; mais, quelque soit la cause ou le motif de cette lacune, toujours est-il qu’elle est si remarquable par l’application qu’on peut lui faire aujourd’hui du nom de Napoléon, qu’elle ne devait pas rester plus longtemps inconnue.

Un ouvrage publié en 1813 par M. Sallier, ancien nombre du parlement de Paris, intitulé Annales françaises depuis 1774 jusqu’en 1789, Page 304 . « Parmi les écrits de ce temps, dit M. Sallier, il y en a un qui ne fut regardé alors que comme une débauche d’imagination, et qui devint par la suite le type d’une loi importante ; il avait été imprimé dès l’année précédente, mais la censure du parlement en avait arrêté la publicité. Il reparut avec éclat, à la faveur de la licence de 1789. C’était un calendrier intitulé Almanach des Honnêtes Gens pour l’an Ier de la raison : les divisions des mois étaient de dix jours appelés décades ; il y en avait trente-six par année et cinq jours laissés dans les mois de trente et un jours. On proposait de a faire de ces cinq jours excédents, que l’on nommait Épagomènes ou intercalaires, des fêtes à l’amour, à l’hymen etc., etc……. Cette feuille portait un nom d’auteur, celui de Pierre-Sylvain Maréchal. »fait bien mention de cet almanach comme ayant été réimprimé en 1789 a la faveur de la licence de ce temps. Mais, l’auteur ne parlant pas de la lacune que je remarque sur l’original (quoiqu’en 1813 Napoléon fût parvenu à l’apogée de sa gloire), je suis porté à croire qu’elle n’existait point dans l’almanach réimprimé que Sallier avait alors sous les yeux, ou plutôt qu’il ne l’a pas aperçue; car je viens de la découvrir encore dans Cette réimpression, qui ne porte point de date et contient exactement la lacune, offre cependant une différence avec l’orignal : c’est la suppression du dernier paragraphe de l’almanach, indiquant la demeure de l’éditeur et finissant, comme le porte l’arrêt du Parlement, par ces mots : soit ployé dans un étui. Aussi l’arrêt, reproduit à la suite de ce petit almanach, pour être d’accord avec cette suppression, porte-t-il que l’imprimé se termine par ces mots : Dictionnaire des Honnêtes Gens, qui sont ceux de l’avant–dernier paragraphe.un de ces almanachs réimprimés depuis avec l’arrêt du Parlement, sous le format d’un almanach de poche. De plus, cette même lacune n’est point signalée dans la Biographie nouvelle des contemporains, qui cependant fournit J’ai cru devoir reproduire cette notice à la suite de l’arrêt du Parlement, pour mieux faire connaître l’auteur de l’Almanach des Honnêtes Gens.une notice assez étendue sur M. P. Sylvain Maréchal ; enfin l’Almanach des Honnêtes Gens y est désigné comme livre, et non comme simple calendrier ou almanach de cabinet en feuille tel que le mien. Sylvain Maréchal aurait-il composé un Almanach des Honnêtes Gens plus développé que celui condamné par le Parlement, et auquel on pouvait donner le nom de livre ? ou C’est tort qu’on attribue à Sylvain Maréchal les Anecdotes peu connues sur les journées des 10 août, 2 et 3 septembre 1793, Paris 1793. J’ai entre les mains une brochure in-16, portant bien la même date et ayant pour titre Almanach des Honnêtes Gens, avec des prophéties pour tous les jours de l’année et des anecdotes peu connues ; mais cet ouvrage est loin d’être l’œuvre de Sylvain Maréchal, car il est composé dans un esprit tout à fait opposé aux idées politiques du temps. Peut-être son auteur a-t-i1 voulu sauver son livre par le titre et se donner, sous l’enveloppe du républicanisme, le droit de le persifler tout à son aise. Je dirai même que le calendrier, donné dans cet almanach, n’est que le calendrier ordinaire et non celui de Sylvain Maréchal ; qu’enfin tout ce qui est traité dans ce petit outrage, sous le titre d’Éclipses, de Prédictions, etc., n’est qu’une suite d’allusions mordantes contre les désordres de l’époque et les auteurs de la révolution.

Il n’en est pas de même de l’Almanach des Républicains, Paris 1793, broch. in-16, par l’auteur de l’Almanach des Honnêtes Gens : on retrouve dans cet ouvrage tout ce que promettait le premier, et de plus le cynisme politique qui avait gagné les plus chauds partisans de ce temps de désordre. Dans cet Almanach des Républicains, pour servir à l’instruction publique, l’auteur avait conservé une grande partie des noms placés dans son almanach de 1788. Mais il avait cherché à leur donner alors quelques titres & l’admiration des républicains. C’est ainsi que dans son commentaire sur Moïse, qu’il place toujours au Ier mars, il dit : « Moïse, ce grand homme possedait à fond la théorie des insurrections, et il sut la mettre en pratique en délivrant les hébreux, qui ne le méritaient guère, de l’aristocratie égyptienne. »

« Turenne, Quel capitaine c’eût été sous la république française ! »

« Ninon de l’Enclos, Citoyens, nous vous demandons grâce pour cette femme, c’était une républicaine en amour et un homme en affaires. »

Ce qu’il dit de Fénelon, de Catinat, de Voltaire, de Washington, de Machiavel et de Sully, n’est pas moins ridicule et bizarre. Je dois aussi faire observer que, dans cet almanach, la lacune laissée au 15 août dans l’almanach de 1788 est remplie par le nom d’Urceus, poète philosophe et critique sévère. Mais ici, l’auteur ne pouvait pas laisser de lacune, puisque chaque jour de l’année devait offrir son commentaire pour l’instruction publique.se trompe-t-on sur la forme et le contenu de cet almanach, faute d’un exemplaire qui appartienne à l’époque même de sa publication ? Dans cette hypothèse, la réimpression de cette pièce et de l’arrêt qui l’accompagne doit offrir un nouvel intérêt, et pourra satisfaire la curiosité des amateurs, jaloux de rechercher les moindres documenta relatifs aux annales de ce temps surtout s’ils se rattachent à l’homme extraordinaire qui a si longtemps rempli le monde de son nom et de sa gloire.

J’ai fait réimprimer l’almanach et l’arrêt du Parlement avec toute la précision d’un fac simile (hors cependant la forme plus perfectionnée des caractères qui servent aujourd’hui à l’impression), afin que ceux qui auraient entre les mains des exemplaires de ces deux pièces puissent juger si elles sont de l’édition primitive ou de celles qui ont paru postérieurement, et ne présenteraient pas dèd lors tous les caractères de l’original que je possède : car ce que j’ai dit dans, une des notes qui précèdent prouve assez le peu d’exactitude des réimpressions qui ont été faites. Au surplus l’arrêt du Parlement, rendu presque aussitôt que la publication de l’almanach, doit nécessairement avoir atteint une très grande partie des exemplaires qui avaient déjà paru ; et le mien, devenu fort rare, se trouvera du moins reproduit par cette réimpression, dont je ne compte disposer qu’en faveur de quelques bibliothèques publiques et particulières, où elle pourra être consultée. Quant à l’original, j’offre très volontiers d’en donner communication aux amateurs qui désireront s’assurer de tous les caractères d’authenticité qu’il présente et y voit la lacune que personne jusqu’ici n’avait encore relevée, et qui rend cette production si extraordinare.

GÉNIN.

Nancy, le 17 Avril 1856.


Page de garde de l’arrêt de la cour du Parlement, 7 janvier 1788.
Cliquer pour agrandir.

« Arrêt de la cour de Parlement, qui condamne un imprimé, sans nom d’imprimeur, ayant pour titre : Almanach des honnêtes gens »

Arrêt de la Cour de Parlement
qui condamne un imprimé, sans nom d’imprimeur, ayant pour titre : Almanach des honnêtes Gens, à être lacéré & brûlé, par l’Exécuteur de la Haute- Justice, dans la Cour du Palais, au pied du grand Escalier d’icelui.

Extrait des registres du Parlement,
Du sept Janvier mil sept cent quatre-vingt- huit.

Ce jour, à l’issue de l’Audience du Rôle, les Gens du Roi sont entrés ; &, Me Antoine-Louis Séguier Avocat dudit Seigneur Roi portant la parole, ont dit :

Messieurs,

Nous venons de prendre communication de l’Imprimé que la Cour nous a fait remettre, dont elle nous a chargés de lui rendre compte, & sur lequel elle nous demande des conduirons.

Nous nous arrêterons d’abord au titre de cet écrit vraiment scandaleux ; il est intitulé Almanach des honnêtes Gens. Pourrait-on se flatter de comprendre quel est le but de l’auteur de cette misérable production ? Veut-il que ce soit un Almanach à l’usage des honnêtes gens seulement, ou plutôt n’a-t-il pas voulu présenter ce catalogue, comme devant servir à remettre sans cesse sous les yeux tous les hommes, prétendus honnêtes, dont il pense que les noms doivent faire époque dans les fastes du genre humain ? Cette question serait un problème, si le rédacteur de cet Almanach n’avait pris la peine de nous instruire lui-même de son intention.

On lit dans une note : Il y a des honnêtes gens partout, & c’est d’eux & pour eux qu’on s’est occupé ici. Cet aveu fait disparaître jusqu’au moindre doute. Ce Calendrier nouveau est fait pour les honnêtes gens, & ne contient que la nomenclature des gens honnêtes : c’est-à-dire, que tous ceux qui y sont compris, ont droit de prétendre au titre d’homme honnête, titre honorable, si prodigué aux sectateurs du matérialisme par les philosophes modernes, & si rare parmi eux en effet, d’après l’absurdité de leurs principes, puisqu’ils ne pourront jamais croire la doctrine qu’ils enseignent.

Si de l’examen du titre, nous descendons dans le détail des noms compris dans ce nécrologe, nous voyons, avec douleur, que cet esprit insensé, sous prétexte d’amuser ou d’intéresser la curiosité publique, s’est: permis de publier une collection bizarre de personnages, étonnés de se trouver réunis, & d’avoir tous le même genre de célébrité. L’auteur place à son gré à chaque jour de l’année combinée suivant le style ancien, les noms les plus respectables à côté des noms les plus dignes de mépris ; ou du moins qui ne sont pas exempts de blâme. On est indigné de voir Moïse rangé dans la même classe que Mahomet. Hobbes, Spinoza, Voltaire & Freret sont sur pris d’être honorés comme Bossuet, Pascal, Fénelon & Bourdaloue. Socrate & Platon ne sont pas plus recommandables qu’Épicure & Démocrite ; Spartacus est égal à Cicéron ; Caton n’est pas plus vertueux que l’assassin de Jules César ; Vespasien ressemble à Marc Aurèle ; Titus est mis en parallèle avec Cromwell ; & Julien se trouve à côté de l’Empereur Trajan.

Quelle idée 1’auteur s’est-il donc fait de ce qu’on peut appeler un honnête homme ? Quelle est sa façon de penser sur ces êtres privilégiés qu’on doit proposer pour modèles aux siècles à venir ? Quel est son système, lorsqu’il place sur la même ligne Plutarque & Boindin, Soliman & Louis IX, Sully & Machiavel, Wolf & Colbert, Bayle & d’Aguesseau ? Que devient l’honneur & la vertu de la plus belle moitié du genre humain, si l’espèce de célébrité honteuse que Ninon Lenclos s’est acquise doit consacrer son nom, & lui attirer l’hommage dû à Eudoxie, épouse infortunée du jeune Théodofe.

Cet assemblage monstrueux de personnages, choisis dans l’étendue des siècles, ce rapprochement de noms également célébrés ou fameux, cette réunion enfin des hommes qui ont fait la gloire & les délices de la Terre avec ceux qui ont fait la honte & le malheur de l’humanité, annonce le projet formé depuis longtemps d’anéantir, s’il était possible, la religion chrétienne, par le ridicule qu’on veut répandre sur ses plus zélés défenseurs.

Peut-on lire sans indignation, que cet Almanach est donné pour l’an premier du règne de la Raison, comme si la raison ne pouvait dater son empire que de l’époque qu’un vil troupeau d’incrédules veut bien lui assigner ; comme si le monde avait été jusqu’à présent dans les ténèbres ; comme si les novateurs du siècle étaient venus l’éclairer du flambeau de la vérité. Mais en quoi consiste donc cette lumière de la raison nouvelle qu’on veut faire briller à nos yeux ? Elle consiste à supprimer de nos anciens calendriers les noms de tous ceux qui se sont distingués par leur piété & leurs vertus, & à substituer à leur place les noms des payens, des athées, des Pyrrhoniens, des incrédules, des comédiens, des courtisanes, en un mot des détracteurs outrés ou des ennemis déclarés de notre religion sainte ; & si ces derniers se trouvent confondus avec des noms respectés & respectables, c’est: pour accorder aux premiers une célébrité politique, qui, dans l’intention de l’auteur, s’allie avec son plan destructeur de toutes les institutions religieuses.

Mais ce que nous ne pourrions jamais croire, si nous n’en avions la preuve entre les mains, c’est de trouver le saint nom de Jésus Christ au milieu de cette foule d’imposteurs & d’impies.

Quel blasphème d’associer le nom de notre divin sauveur, Dieu & Homme tout ensemble, le seul objet de notre culte & de notre adoration, à une multitude d’idolâtres & même de scélérats !

Non seulement les mystères de notre sainte religion sont pour ainsi dire écartés, comme les fruits de l’ignorance & de la crédulité, mais l’auteur propose de substituer à nos fêtes solennelles, la Fête de l’Amour profane, celles de l’Hyménée, celle de la Reconnaissance & de l’Amitié, qu’il érige en divinités païennes, pour nous replonger dans l’aveuglement de l’idolâtrie.

C’est en rougissant que nous rendons compte à la Cour des conséquences absurdes & révoltantes qui résultent de cet ouvrage d’impiété, d’athéisme & de folie. Nous ne pouvons envisager l’auteur que comme un frénétique dont l’imagination ne produit que des idées extravagantes & inconciliables. Mais le scandale inouï qu’un tel Ouvrage peut causer dans le public, & le cri général qui s’est élevé au moment même de sa distribution, nous forcent, malgré nous-mêmes, de proposer à la Cour de lui donner une sorte de publicité par une flétrissure éclatante ; & puisque l’auteur n’a pas craint de mettre son nom à la fin de son Almanach, pour se donner à lui-même le juste tribut de louange qu’il croit mériter, en requérant que cet écrit soit condamné aux flammes, comme scandaleux & blasphématoire, nous nous élèverons contre l’auteur, comme impie & blasphémateur.

C’est l’objet des conclusions par écrit que nous avons prises, & que nous laissons à la Cour avec l’imprimé qu’elle nous a fait communiquer.

Et se sont les Gens du Roi retirés, après avoir laissé sur le bureau ledit imprimé & les conclusions par eux prises par écrit sur icelui.

Eux retirés.

Vu l’imprimé commençant par ces mots : Almanach des Honnétes Gens, & finissant par ceux-ci, soit ployé dans un étui. Conclusions du Procureur Général du Roi. Ouï le rapport de Me Gabriel Tandeau, Conseiller. La matière mise en délibération.

LA COUR ordonne que ledit imprimé sera lacéré & brûlé dans la cour du Palais, au pied du grand escalier d’icelui, par l’exécuteur de la haute justice, comme impie, sacrilège, blasphématoire, & tendant à détruire la religion : Enjoint à tous ceux qui en ont des exemplaires de les apporter au greffe de la Cour, pour y être supprimés : fait inhibitions & défenses à tous libraires, imprimeurs, d’imprimer, vendre & débiter ledit écrit, & à tous colporteurs, distributeurs & autres, de le colporter ou distribuer, à peine d’être poursuivis extraordinairement, & punis suivant la rigueur des ordonnances : Ordonne qu’à la requête du procureur général du Roi, & par-devant le conseiller qui sera commis par la Cour, il sera informé contre les auteurs, imprimeurs ou distributeurs dudit écrit, pour l’information faite, rapportée & communiquée au procureur général du Roi, être par lui requis, & par la Cour ordonné ce qu’il appartiendra : Ordonne que le nommé M. P. Sylvain Maréchal sera pris & appréhendé au corps, constitué prisonnier dans les prisons de la Conciergerie du Palais, pour être ouï & interrogé par-devant le conseiller rapporteur, sur les faits sur lesquels le procureur général du Roi voudra le faire ouïr & interroger ; & où ledit Sylvain Maréchal ne pourrait être pris ni appréhendé, sera, après perquisition faite de sa personne, assigné à quinzaine, ses biens saisis & annotés, & à iceux établi commissaire, jusqu’à ce qu’il ait obéi, suivant l’ordonnance. Ordonne que le présent arrêt sera imprimé, publié & affiché partout où besoin sera, & copies collationnées dudit arrêt envoyées aux bailliages & sénéchaussées du ressort, pour y être lu, publié & registré : Enjoint au substitut du procureur général du Roi au Châtelet de Paris, & aux substituts du procureur général du Roi dans les sièges royaux, de tenir la main à l’exécution dudit arrêt, & d’en certifier la Cour dans le mois. Fait en Parlement, le sept janvier mil sept cent quatre-vingt-huit. Collationné Lutton.

Signé YSABEAU.

Et le Mercredi neuf janvier mil sept cent quatre-vingt-huit, ledit imprimé ci-dessus énoncé, ayant pour titre : Almanach des Honnêtes Gens, a été lacéré & brûlé par l’exécuteur de la haute justice, au pied du grand escalier du palais, en présence de moi Étienne Timoléon Ysabeau, écuyer, l’un des greffiers de la grand’ chambre, assisté de deux huissiers de la Cour.

Signé YSABEAU.

11 décembre 2016

Qu’ont André Comte-Sponville et Guy Bedos en commun ?

Classé dans : Littérature, Médias, Philosophie — Miklos @ 17:47


« Il m’arrive de m’abriter derrière l’humour pour supporter des choses qui pourraient me faire mal. Vous savez, je suis très fidèle à une phrase du philosophe Kirkegaard qui avait écrit “L’humour est la politesse du désespoir”. » (Guy Bedos)

Dans un article de Philomag du 2/10/2013, l’un écrivait : « L’humour, disait Boris Vian, est la politesse du désespoir. » L’autre attribuait aujourd’hui même, sur France 2 lors du « 13h15 Le Dimanche, Les humoristes politiques », cette citation à Søren Kirkegaard, d’un air doctement profond (cf. copie d’écran ci-dessus).

Soit dit en passant, on peut comprendre leurs choix respectifs : pour le premier, on l’imagine mal sur la 2e marche du podium des philosophes, et pour le second, rien de plus valorisant que de citer le philosophe de la vérité de l’existence individuelle et de la subjectivité. La classe, quoi. Surtout dit avec un tel sérieux.

Et justement, même en français (à vrai dire je ne comprends pas le danois, moi ; Bedos peut-être oui), ça me semblait un peu, comment dire, idée reçue ? « Cherchez et vous trouverez », a dit Jacques Lacan (qui cherchait dans les profondeurs), pardon, non, Irène Joliot-Curie (première sous-secrétaire d’État chargée de la recherche), zut, non plus, ah, c’est celui, là, qu’avait qu’un cheveu sur sa tête.

J’ai donc cherché et ai trouvé cet article de Jérôme Garcin, qui dit de Dominique Noguez, « excellent écrivain, qui tient à la fois de l’égyptologue et du détective privé » et auteur de La Véritable origine des plus beaux aphorismes (Payot) :

Il rend, par exemple, à Chris Marker, cette magistrale définition de l’humour : « la politesse du désespoir », que d’aucuns attribuaient à Hugo, Wilde, Duhamel, Vian, Valéry, voire Churchill. L’enquête d’authen­ticité menée par l’inspecteur Noguez fait six pages, elles sont dignes d’un mini-polar.

Et maintenant, attribuée à Kirkegaard aussi, grâce à Bedos. Mais comme le disait si justement celui-qu’a-qu’un-ch’veu, « Il faut rendre à César ce qui est à César », ce que nous illustrerons ainsi :


César : Compression Renault

21 août 2014

Des promesses

Classé dans : Actualité, Littérature, Philosophie, Politique, Société — Miklos @ 0:18

«I. D’où se dérive l’obligation de remplir les promesses.

Ceux qui raisonnent sur des principes moraux innés, supposent que le sentiment de l’obligation des promesses en est un. Mais sans faire cette supposition, ou toute autre, aussi peu prouvée, nous pouvons déduire l’obligation de remplir les promesses, de la nécessité d’une telle conduite pour le bien être, ou l’existence même de la société humaine.

Les hommes agissent par espéranceExpectation. Nous n’avons pas de mot qui réponde précisément à celui-là. Trad.. L’espérance est le plus souvent déterminée par les assurances et les engagements que nous recevons de la part des autres. Si l’on ne pouvait compter sur ces assurances, il serait impossible de savoir quel jugement porter sur plusieurs événements futurs, ou comment régler sa conduite par rapport à ces événements. La confiance dans les promesses est donc essentielle dans les relations de la vie ; car sans elle la plus grande partie de nos actions procéderait au hasard. Mais il est impossible qu’il y ait de la confiance pour les promesses, si les hommes ne sont pas obligés de les remplir. L’obligation de remplir les promesses est donc essentielle pour le même but et dans le même degré.

Quelqu’un imaginera peut-être, que, si cette obligation était suspendue, il en résulterait des précautions générales, et une défiance mutuelle, qui produiraient le même effet. Mais, s’il considère combien, dans chaque moment de notre vie, nous sommes obligés de nous reposer sur la confiance que nous avons dans les autres ; et combien il est impossible de faire un seul pas, bien plus, de s’asseoir un seul moment, sans cette ferme confiance, il sera bientôt revenu de cette erreur. J’écris maintenant à mon aise, sans mettre en doute (ou plutôt très assuré de ce point, et n’y pensant pas), que mon boucher n’envoie à temps le mets que j’ai commandé, que son valet ne me l’apporte ; que mon cuisinier ne l’apprête ; que mon domestique ne le serve, et que je ne le trouve sur table à une heure. Cependant je n’ai pas d’autre assurance de tout cela que la promesse du boucher, et l’engagement ordinaire de son valet et du mien. Les mêmes motifs pèsent sur les relations les plus importantes de la vie sociale, comme sur les plus familières. Dans le premier cas, l’intervention de la promesse est formelle ; on la voit et la reconnaît : notre exemple tend à la faire reconnaître dans le second où elle n’est pas aussi manifeste.

II. Dans quel sens on doit interpréter les promesses.

Lorsque les termes d’une promesse ont plus d’un sens, la promesse doit être accomplie « dans le sens où celui qui l’a faite a reconnu qu’elle a été comprise par celui qui l’a reçue, dans le temps où elle a été faite. »

Ce n’est pas le sens dans lequel le prometteur voulait l’entendre, qui doit diriger toujours dans l’interprétation d’une promesse équivoque ; car, ainsi, vous exciteriez des espérances que vous n’auriez jamais entendues, et que vous ne seriez pas obligé de réaliser. Encore moins le sens dans lequel le receveurOn me permettra l’emploi de ces mots prometteur et receveur, sans lesquels ce passage aurait perdu de sa clareté. Trad. de la promesse l’a réellement comprise ; car suivant cette règle vous seriez entraîné dans des engagements que vous n’auriez jamais eu dessein de contracter. Il faut donc que ce soit le sens (car il n’en reste pas d’autre) dans lequel le prometteur crut que le receveur entendait sa promesse.

Ce sens ne peut jamais différer de la véritable intention du prometteur, lorsque la promesse est faite sans réserve et sans fraude : mais nous avons donné la règle dans la forme ci-dessus, pour ôter tout moyen d’évasion, dans le cas où le sens ordinaire d’une phrase, et la signification exacte et grammaticale des mots ne sont pas les mêmes ; et en général, dans tous les cas où le prometteur cherche à s’esquiver par quelque ambiguïté dans les expressions dont il s’est servi.

Timur promit à la garnison de Sébaste que, si elle voulait se rendre, il n’y aurait point de sang répandu. La garnison se rendit, et Timur fit enterrer vivants tous ceux qui la composaient. Timur remplit sa promesse dans un sens, et dans le sens où il l’avait entendue lui-même ; mais non dans le sens où la garnison de Sébaste l’avait réellement comprise, ni dans la sens que Timur savait bien être celui qu’entendait la garnison. Ce dernier sens était cependant celui dans lequel Timur était obligé de remplir sa promesse, suivant notre règle.

D’après l’exposition que nous avons donnée de l’obligation des promesses, il est évident que cette obligation se fonde sur l’attente que nous excitons, le sachant et le voulant. En conséquence, toute action, toute forme de conduite envers un individu, que nous savons exciter en lui quelque attente, est autant qu’une promesse ; et produit une stricte obligation, non moins que les assurances les plus expresses. Si nous prenons, par exemple, le fils d’un parent, si nous l’élevons pour une profession libérale, ou convenable seulement à l’héritier d’une grande fortune, nous sommes aussi fortement obligés de le placer dans cette profession, ou de lui laisser cette fortune, que si nous en avions fait une promesse signée de notre propre main. De même, un Grand qui encourage un client pauvre, un ministre d’État qui distingue et qui caresse à son lever un homme, dont la situation lui rend nécessaire une protection puissante, s’engage par une telle conduite à penser à lui. — Tel est le fondement des promesses tacites.

Vous pouvez, ou déclarer simplement votre intention actuelle, ou accompagner cette déclaration d’un engagement à vous y conformer, ce qui constitue une promesse complète. Dans le premier cas, vous avez rempli votre devoir, si vous avez été sincère, c’est-à-dire, si vous aviez réellement cette intention dans le moment où vous l’avez exprimée, quels que soient ensuite les motifs et la promptitude de votre changement. Dans le second cas, vous avez perdu la liberté de changer. Tout cela est bien clair. Mais il faut observer que la plupart de ces expressions, qui, dans un sens strict, ne contiennent qu’une déclaration de notre intention actuelle, ne laissent pas, par la manière dont on les entend ordinairement, de faire naître une attente, et par conséquent d’avoir la force d’une promesse absolue. Ainsi : « je destine pour vous cette place ; » — « j’ai l’intention de vous léguer ce domaine ; »— « je me propose de vous donner ma voix ; » — « je veux vous servir. » Bien que l’intention, le dessein, la volonté soient exprimés par des termes pris au présent, vous ne pouvez cependant vous en éloigner ensuite sans manquer à la bonne foi. Si donc vous voulez faire connaître votre intention présente, et cependant vous réserver la liberté de la changer, vous devez préciser votre expression par une clause additionnelle, comme « j’ai l’intention maintenant, si je ne change pas, » — ou telle autre. Et après tout, comme vous ne pouvez avoir d’autre raison pour manifester votre intention que celle de faire naître quelque espérance, un changement inutile, dans une intention manifestée, trompe toujours quelqu’un, et devient toujours injuste par cela même.

Il y a, chez un grand nombre de personnes, par rapport aux promesses, une certaine faiblesse qui les jette souvent dans de grands embarras. Par la confusion, l’hésitation et l’obscurité avec lesquelles ils s’expriment, surtout lorsqu’ils sont intimidés ou surpris, ils encouragent quelquefois des espérances, et s’attirent des demandes, auxquelles ils n’avaient peut-être jamais songé. C’est un défaut, moins d’intégrité que de présence d’esprit.

III. Dans quels cas les promesses ne lient point.

1. Les promesses ne lient pas, lorsque l’accomplissement en est impossible.

Mais observez que le prometteur est coupable de fraude, s’il s’aperçoit de l’impossibilité dans le moment où il fait la promesse. Car, lorsqu’un homme fait une promesse, il affirme, pour le moins, qu’il en croit l’accomplissement possible ; personne ne pouvant ni accepter, ni même comprendre une promesse sans celte supposition. Voici quelques exemples de ce genre. Un ministre promet une place qu’il sait être engagée, ou n’être pas à sa disposition. — Un père, en dressant les articles d’un contrat de mariage, promet de laisser à sa fille un bien, qu’il sait ne pouvoir aller qu’à l’héritier mâle de la famille. — Un marchand promet une cargaison, ou partie d’une cargaison, qu’il sait, par une information secrète, avoir péri en mer. Celui qui fait la promesse, comme dans les exemples ci-dessus, connaissant l’impossibilité, est justement tenu de donner une compensation. Hors de ces cas, il ne le doit pas.

Lorsque le prometteur lui-même fait naître l’impossibilité, il ne fait ni plus ni moins que manquer directement à sa parole ; comme lorsqu’un soldat se mutile, ou qu’un domestique se rend malade, pour rompre son engagement.

2. Les promesses ne lient point, lorsque l’accomplissement en est illégitime.

Il y a ici deux cas. Le premier, lorsque les parties connaissent l’illégitimité, dans le temps qu’elles font la promesse ; comme lorsqu’un assassin promet à celui qui l’emploie, de le défaire de son rival ou de son ennemi, un domestique de trahir son maître, un homme de procurer une maîtresse, ou un ami de prêter son assistance dans un plan de séduction. Les parties, dans ces cas, ne sont pas obligées d’accomplir la promesse, parce qu’elles étaient dans une obligation antérieure de faire le contraire. Qu’y a-t-il en effet ici pour les dégager de cette obligation antérieure ? leur promesse ? leur propre contrat ? leur propre action ? Mais une obligation dont un homme peut se libérer par sa propre action, n’est point une obligation véritable. C’est pourquoi le crime de ces promesses consiste à les faire et non à les violer. Si, dans l’intervalle entre la promesse et l’exécution, un homme fait des réflexions assez sérieuses, pour se repentir de ses engagements, il ne doit certainement pas les remplir.

Le second cas est celui où l’illégitimité n’existait pas ou n’était pas connue, au moment où la promesse fut faite ; comme lorsqu’un marchand promet à son correspondant étranger de lui envoyer une cargaison de blé dans une certaine époque, et qu’avant cette époque un embargo est mis sur les grains. — Une femme fait une promesse de mariage ; avant la célébration, elle découvre que son fiancé est d’un degré de parenté trop rapproché, ou qu’il a une épouse vivante. Dans tous ces cas, lorsque le contraire n’est pas manifeste, il faut toujours présumer que les parties supposaient l’objet de leur promesse légitime, et se fondaient sur cette supposition. La légitimité devient donc une condition de la promesse ; et là où la condition manque, l’obligation cesse. De ce genre était encore la promesse d’Hérode à sa belle-fille « qu’il lui donnerait tout ce qu’elle demanderait, jusqu’à la moitié de son royaume. » La promesse n’était point illégitime, dans les termes dont se servit Hérode ; et lorsqu’elle le devint par le choix de la belle-fille, qui demanda « la tête de Jean-Baptiste, » Hérode fut libéré de sa promesse par la raison que nous venons de donner, aussi bien que par celle que nous avons donnée dans le dernier paragraphe.

Et cette règle « que les promesses sont nulles, lorsque l’accomplissement en est illégitime, » s’étend aussi aux obligations imparfaites, par la raison que la règle comprend toutes les obligations. Ainsi, si vous promettez à un homme, soit une place, soit votre suffrage dans une élection, et qu’il se rende ensuite incapable ou indigne de l’un ou de l’autre, vous êtes libéré de l’obligation que vous impose votre promesse ; ou, s’il se présente un candidat plus digne, et que vous soyez engagé par serment, ou d’une autre manière, à vous diriger d’après les qualités des candidats, vous devez violer votre promesse.

Et ici je recommande, surtout aux jeunes gens, une précaution, dont la négligence jette souvent dans de grands embarras ; c’est de « ne jamais faire de promesse, dont l’accomplissement puisse devenir contraire au devoir. » Car, s’il en est ainsi, le devoir doit être rempli, même aux dépens de la promesse, et souvent aussi aux dépens de la réputation.

L’accomplissement ponctuel d’une promesse est regardé comme une obligation parfaite. Plusieurs casuistes ont établi, en opposition à ce que nous venons de dire, que lorsqu’une obligation parfaite et une obligation imparfaite sont en opposition, l’obligation parfaite doit prévaloir. Cette opinion n’est fondée que sur le sens apparent des mots parfait et imparfait, dont nous avons déjà fait remarquer l’inexactitude, dans ce cas. La vérité est que, de deux obligations contradictoires, celle-là doit prévaloir, qui est la première en date.

C’est l’illégitimité de l’accomplissement, et non l’illégitimité du motif, ou de l’objet de la promesse, qui la rend nulle ; ainsi un présent convenu, après que le suffrage a été donné, le prix de la prostitution, le payement de quelque crime, après que le crime a été commis, doivent être acquittés suivant la promesse. Car, par la supposition, le crime est commis, et ne le sera ni plus ni moins, par l’accomplissement de la promesse.

De la même manière, une promesse ne cesse pas d’être obligatoire, parce qu’elle a été faite par un motif illégitime. Un homme, du vivant de sa femme, et pendant qu’elle était malade, fit la cour, et donna des promesses de mariage à une autre femme ; l’épouse mourut, et l’autre femme demanda l’accomplissement de la promesse. L’homme, qui, sans doute, avait changé d’avis, eut ou, prétendit avoir des doutes sur l’obligation de cette promesse, et porta l’affaire devant l’évêque Sanderson, alors distingué par ses connaissances en ce genre. Sanderson écrivit une dissertation sur ce sujet, et décida que la promesse était nulle. D’après nos principes, il se trompa. Car, quelque criminelle que fût la passion qui avait conduit à la promesse, l’accomplissement, lorsqu’il fut exigé, était légitime, ce qui est la seule légitimité nécessaire.

Une promesse ne doit point être regardée comme illégitime, lorsque l’accomplissement ne produit pas d’autre effet que celui qui aurait nécessairement eu lieu, si la promesse n’avait pas été faite. Et voilà le seul cas dans lequel l’obligation d’une promesse puisse justifier une conduite, qui serait injuste, si la promesse n’avait pas été faite. Un captif peut légitimement recouvrer sa liberté, en promettant d’être neutre. Car, en recevant cette promesse, le gouvernement qui l’exige, ne reçoit rien, dont il n’eût pu s’assurer, par la mort ou par la détention du prisonnier. Cette neutralité devient donc innocente chez lui, bien que coupable chez un autre. Il est clair cependant que des promesses, qui tiennent lieu d’une détention, ne peuvent pas s’étendre plus loin qu’à une obéissance passive ; car la détention elle-même ne peut produire davantage. C’est sur ce principe encore que l’on ne doit point violer les promesses de secret, bien que le public pût retirer quelque avantage de cette violation. Il n’y a point dans ces promesses d’illégitimité, qui en détruise l’obligation ; car, comme le secret n’a été communiqué que sous cette condition expresse, le public ne perd rien par la promesse, qu’il eût pu gagner sans elle.

3. Les promesses ne lient pas, lorsqu’elles sont contradictoires à une promesse précédente.

Car alors l’accomplissement en est illégitime ; ce qui réduit ce cas au précédent.

4. Les promesses ne lient pas avant l’acceptation, c’est-à-dire, avant d’être connues de celui à qui elles sont faites ; car, lorsque la promesse est avantageuse, il faut toujours présumer que, si celui à qui elle est faite la connaît, il l’accepte. Tant que la promesse n’est pas communiquée, elle n’est qu’une résolution dans l’esprit du prometteur ; résolution qu’il peut changer à volonté. Il n’y a point d’attente excitée, il n’y a personne de trompé.

Mais, supposé que je déclare mon intention à un tiers, qui, sans autorisation de ma part, la découvre à celui qu’elle regarde, cette notification est-elle suffisante pour m’engager ? Non sans doute ; car je n’ai pas fait ce qui constitue l’essence d’une promesse ; — je n’ai pas volontairement excité une attente.

5. Les promesses ne lient point, lorsque celui qui les a reçues y a renoncé.

Cela est évident. Seulement, on peut quelquefois douter quel est celui qui les a reçues. Si je promets à B une place, ou une voix pour C ; comme à un père pour son fils ; à un oncle pour son neveu ; alors B est celui à qui j’ai promis ; celui dont le consentement seul peut me libérer de ma promesse.

Mais, si je promets ma voix à C par l’entremise de B ; c’est-à-dire, si B est le messager seulement pour faire parvenir la promesse à C ; si je lui dis, par exemple, « vous pouvez dire à C que je lui donnerai cette place, ou qu’il peut compter sur ma voix ; » ou si B est employé pour me porter la demande de C, et que je réponde de manière à y acquiescer, alors c’est à C que j’ai fait la promesse.

Les promesses, que l’on fait à une personne pour le bénéfice d’une autre, ne sont point annulées par la mort de la première. Car sa mort ne rend pas l’accomplissement impraticable, et ne suppose aucun consentement pour se désister de la promesse.

6. Les promesses erronées ne lient pas dans certains cas ; comme

1.° Lorsque l’erreur vient de la méprise ou de la fourberie de celui à qui elles sont faites.

Car la promesse suppose évidemment la vérité du récit que celui qui la demande fait pour l’obtenir. Un mendiant sollicite votre charité par le récit de la détresse la plus pitoyable ; vous promettez de le secourir, lorsqu’il reviendra. — Dans l’intervalle vous découvrez que son histoire n’est qu’un tissu de mensonges. — Cette découverte sans doute vous libère de votre promesse. Une personne qui a besoin de vos services, vous décrit l’affaire dans laquelle elle veut vous engager : — lorsque vous vous préparez à l’entreprendre, vous trouvez que le profit est plus petit et le travail plus grand, ou quelque circonstance importante, toute autre qu’elle ne l’avait dit. — Dans ce cas, vous n’êtes pas lié par votre promesse.

2.° Lorsque celui qui reçoit la promesse, entend qu’elle se fonde sur une certaine supposition ; ou lorsque le prometteur est persuadé que celui qui reçoit sa promesse l’entend ainsi ; si cette supposition se trouve ensuite être fausse, la promesse devient nulle.

Le meilleur commentaire de cette règle compliquée est un exemple. Un père reçoit de dehors la nouvelle de la mort de son fils unique : — bientôt après, il promet sa fortune à son neveu : — la nouvelle se trouve fausse. — Le père, suivant notre règle, est dégagé de sa promesse ; non pas seulement parce qu’il ne l’aurait jamais faite, s’il avait connu la vérité, — cette circonstance ne suffirait pas, — mais parce que le neveu lui-même comprit que la promesse ne se fondait que sur la supposition de la mort de son cousin ; ou du moins, parce que l’oncle crut que son neveu l’entendait ainsi. L’oncle en effet ne pouvait penser autrement. La promesse était donc fondée sur cette condition, d’après la croyance même du prometteur, et, comme il le pensait alors, d’après la croyance des deux parties : cette croyance est précisément la circonstance qui le libère. Le fondement de cette règle est qu’un homme n’est obligé de remplir que l’attente qu’il a fait naître de son propre gré ; toute condition à laquelle il avait l’intention de soumettre cette attente, devient donc une condition essentielle de la promesse.

Les erreurs, qui ne peuvent se ranger dans aucune de ces deux classes, n’annulent pas l’obligation d’une promesse. Je promets ma voix à un candidat. — Bientôt après, il se présente un autre candidat, pour lequel j’aurais assurément réservé ma voix, si j’avais su qu’il se présentât. Ici, comme dans les autres cas que je viens d’alléguer, ma promesse est fondée sur une erreur. Je n’aurais jamais fait une semblable promesse, si j’avais connu la vérité de toutes les circonstances, comme je la connais maintenant. —Mais celui à qui j’ai promis lie savait rien de tout cela ; — il n’a pas reçu la promesse comme soumise à une telle condition, ou comme procédant d’une semblable supposition ; — dans ce moment je n’imaginais pas moi-même qu’il y songeât. — Cette erreur, que j’ai commise, doit tomber sur ma tête, et ma promesse doit être rempliePour que cet exemple soit juste, il faut que les talités du candidat soient indifférentes pour la place. Trad.. Un père promet en mariant sa fille une certaine dot, croyant posséder lui-même un certaine fortune. En examinant de plus près, il trouve sa position moins aisée qu’il ne le croyait. Ici la promesse est encore erronée ; mais, par la même raison que nous avons donnée pour le cas précédent, elle doit néanmoins être accomplie.

Le cas des promesses erronées n’est pas sans quelque difficulté ; car accorder que toute méprise ou tout changement de circonstance détruit l’obligation de la promesse, c’est accorder une latitude, qui finirait par annuler toutes les promesses : de l’autre côté, presser tellement l’obligation, qu’il n’y ait rien à rabattre pour des erreurs manifestes et fondamentales, c’est, dans bien des cas, se jeter dans l’embarras et l’absurdité.

On a longtemps disputé, parmi les moralistes, si l’on est lié par des promesses extorquées par la force ou par la crainte. — L’obligation des promesses résulte, comme nous l’avons vu, de l’utilité et de la nécessité de la confiance que les hommes mettent en elles. La question si ces promesses sont obligatoires, se résout donc en celle-ci : est-il utile pour le genre humain que de telles promesses obtiennent la confiance ? Un voleur vous arrête, et ne trouvant pas sur vous la proie qu’il attendait, il menace de vous tuer ; il s’y prépare même : — vous lui promettez, de la manière la plus solennelle, que, s’il veut épargner votre vie, il trouvera une bourse pour lui dans un lieu désigné : — sur la foi de cette promesse, il vous laisse aller sans mal. Votre vie a été sauvée par la confiance qu’a eue le voleur dans une promesse arrachée par la crainte ; la vie d’un grand nombre d’autres peut être sauvée de la même manière. Voila une bonne conséquence. D’un autre côté, l’accomplissement de semblables promesses favoriserait beaucoup le vol, et pourrait devenir l’instrument d’extorsions illimitées. Voilà une mauvaise conséquence. C’est dans la balance de ces deux conséquences opposées que se trouve la décision de la question sur l’obligation qu’imposent ces promesses.

Il y a d’autres cas plus clairs ; comme lorsqu’un magistrat met en prison un perturbateur du repos public, jusqu’à ce qu’il promette de se mieux conduire ; ou lorsqu’un prisonnier de guerre promet, s’il est mis en liberté, de revenir dans un temps donné. Ces promesses, disent les moralistes, sont obligatoires, parce que la violence ou la contrainte était juste. La véritable raison est que l’utilité de la confiance en ces promesses est précisément la même que celle de la confiance aux promesses des personnes parfaitement libres.

Les vœux sont des promesses faites à Dieu. On ne peut pas en établir l’obligation sur le même principe que celle des autres promesses. Leur violation cependant trahit un défaut de respect pour la divinité, qui suffit pour la rendre coupable.

Il ne paraît pas que les vœux soit encouragés ou ordonnés par aucun commandement des révélations chrétiennes ; encore moins y trouve-t-on la permission de les violer, lorsqu’on les a contractés. Les quelques exemples de vœux que nous trouvons dans le Nouveau TestamentAct. XVIII, 18 ; XXI, 23. ont été fidèlement accomplis.

Les règles, que nous avons établies pour les promesses, peuvent s’appliquer aux vœux. Ainsi» le vœu de Jephté, pris dans le sens où il est généralement entendu, n’était point obligatoire, puisque l’accomplissement, dans cette circonstance, était illégitime.

Will Paley, Principes de philosophie morale et politique, ch. « Des promesses ». Traduits de l’anglais sur la XIXe édition par J. L. S. Vincent. Paris, 1817.

7 août 2013

« L’illusion est un effet nécessaire des passions. »

Classé dans : Philosophie, Photographie, Société — Miklos @ 20:26

«Les passions nous induisent en erreur, parce qu’elles fixent toute notre attention sur un côté de l’objet qu’elles nous présentent, et qu’elles ne nous permettent point de le considérer sous toutes ses faces. Un roi est jaloux du titre de conquérant : la victoire, dit-il, m’appelle au bout de la terre ; je combattrai, je vaincrai ; je briserai l’orgueil de mes ennemis, je chargerai leurs mains de fers ; et la terreur de mon nom, comme un rempart impénétrable, défendra l’entrée de mon empire. Enivré de cet espoir, il oublie que la fortune est inconstante, que le fardeau de la misère est presque également supporté par le vainqueur et par le vaincu ; il ne sent point que le bien de ses sujets ne sert que de prétexte à sa fureur guerrière, et que c’est l’orgueil qui forge ses armes et déploie ses étendards : toute son attention est fixée sur le char et la pompe du triomphe.

Non moins puissante que l’orgueil, la crainte produira les mêmes effets ; on la verra créer des spectres, les répandre autour des tombeaux, et dans l’obscurité des bois les offrir aux regards du voyageur effrayé, s’emparer de toutes les facultés de son âme, et n’en laisser aucune libre pour considérer l’absurdité des motifs d’une terreur si vaine.

Non seulement les passions ne nous laissent considérer que certaines faces des objets qu’elles nous présentent ; mais elles nous trompent encore, en nous montrant souvent ces mêmes objets où ils n’existent pas. On sait le conte d’un curé et d’une dame galante : ils avaient oui dire que la lune était habitée, ils le croyaient ; et, le télescope en main, tous deux tâchaient d’en reconnaître les habitants. « Si je ne me trompe, dit d’abord la dame, j’aperçois deux ombres ; elles s’inclinent l’une vers l’autre : je n’en doute point, ce sont deux amants heureux… » — « Eh ! fi donc, madame, reprend le curé, ces deux ombres que vous voyez sont deux clochers d’une cathédrale. » Ce conte est notre histoire ; nous n’apercevons le plus souvent dans les choses que ce que nous désirons y trouver : sur la terre, comme dans la lune, des passions différentes nous y feront toujours voir ou des amants ou des clochers. L’illusion est un effet nécessaire des passions, dont la force se mesure presque toujours par le degré d’aveuglement où elles nous plongent. C’est ce qu’avait très bien senti je ne sais quelle femme, qui, surprise par son amant entre les bras de son rival, osa lui nier le fait dont il était témoin : « Quoi ! lui dit-il, vous poussez à ce point l’impudence… » — « Ah, perfide ! s’écria-t-elle, je le vois, tu ne m’aimes plus ; tu crois plus ce que tu vois que ce que je te dis. » Ce mot n’est pas seulement applicable à la passion de l’amour, mais à toutes les passions. Toutes nous frappent du plus profond aveuglément. […] Il n’est point de siècle, qui, par quelque affirmation ou quelque négation ridicule, n’apprête à rire au siècle suivant. Une folie passée éclaire rarement les hommes sur leur folie présente.

Au reste, ces mêmes passions, qu’on doit regarder comme le germe d’une infinité d’erreurs, sont aussi la source de nos lumières. Si elles nous égarent, elles seules nous donnent la force nécessaire pour marcher ; elles seules peuvent nous arracher à cette inertie et à cette paresse toujours prête à saisir toutes les facultés de notre âme.

Helvétius, De l’esprit, « Des erreurs occasionnées par nos passions » (Discours I, ch. II). »

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos