Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

10 novembre 2018

Devinette botanico-géographique

Classé dans : Géographie, Nature, Peinture, dessin — Miklos @ 16:11

Cliquez pour agrandir.

Quelle capitale d’Europe cultive une plante renommée pour ses tiges dont on extrait les fibres textiles et pour ses graines utilisées en médecine ou en peinture ?

Vous avez cliqué trop rapidement. Regardez bien l’image ! Si tout de même… cliquez sur… l’1, là, à droite.Réponse.Oslo, parce qu’Oslo fait lin (ocelot – félin).1

Le charabia de la rubrique littéraire de Libé

Classé dans : Actualité, Langue, Littérature, Médias — Miklos @ 10:52

Cliquer pour agrandir.

Sans faire de paranoïa, on espère que la qualité du français de la traduction de cette œuvre de Nevo soit meilleure que celle, quelque peu perturbante (pour reprendre un de ses termes) de la critique de Libé la louant…

5 novembre 2018

Life in Hell : On ne va pas en faire un fromage, ou, Gardez votre pantoufle par devers vous

Classé dans : Cuisine, Littérature, Politique — Miklos @ 10:11

Akbar devant un demi cendrillon.

Toto le héros est rentré de vacances avec un cendrillon tout mignon. Alors pas de confusion ni de mauvais esprit, hein ? il ne s’agit pas de la version masculine de la douce jeune fille à la pantoufle de verre (ni d’ailleurs de vair, de vers ou d’œufs verts), mais d’un fromage de chèvre roulé dans la cendre (d’où son nom) prétendument originaire de l’Aveyron, comme ledit héros.

Akbar, n’en ayant jamais entendu parler, consulte l’La Parole de vérité.Ἀλήθεια (nom antique de l’internet). Il s’agirait en fait d’un fromage québécois couronné meilleur fromage à la compétition internationale World Cheese Awards 2009, qui s’est déroulé aux Îles Canaries, en Espagne (Akbar se demande in peto si une telle compétition, tenue hors de notre pays, connu pour son ingouvernabilité du fait de ses 258 sortes de fromages, a une quelconque valeur).

L’Aveyron aurait-il fait un frexit pour s’annexer au Québec, lui-même en voie de faire son canexit ? Quoi qu’il en soit, Akbar se dépêche de savourer avec Toto (mais sans le merlot proposé) ce cendrillon sur une tranche de pain de campagne.

La clé de l’énigme

C’est la duchesse corrézienne en sabots qui, ayant écrit le nom de ce fromage (alors que son fils le héros n’avait fait que le prononcer), a résolu l’énigme : il s’agit en fait d’un sandrillon, fabriqué et acheté à la ferme de la Boulie à Drulhe et apparemment médaillé d’or (par qui, Akbar se demande bien). Le nom du fromage ferait donc plutôt allusion au prénom de la fermière, Sandrine, qu’à son concurrent québécois. Soit dit en passant, on appelle là-bas une cendrillon « cendrouille » ou « cendrouillon »… Et pas de crainte, l’Aveyron ne rejoint (pour l’instant du moins) ni le Québec ni la Nouvelle Calédonie.

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

27 octobre 2018

À nos amis royalistes et/ou mélomanes

Classé dans : Histoire, Musique, Politique, Santé — Miklos @ 11:56


Peter Maxwell Davies (1934-2016) : Eight Songs for a Mad King (Huit Chants pour un roi fou), sur des textes de Randolph Stow et le roi George III. 1969. Avec Julius Eastman (baryton) et The Fires of London sous la direction de Sir Peter Maxwell Davies.

LES SOUVERAINS NÉVROPATHES

«La folie de l’empereur d’Annam, qui se manifestait par des accès de fureur et de cruauté dignes d’un. Néron, donne un intérêt d’actualité à l’article, consacré aux « Souverains névropathes », que publie le docteur Cabanès dans la « Chronique médicale ». En voici un extrait.

La maison royale d’Espagne, de 1449 à 1700, offre le frappant exemple d’une névropathie héréditaire qu’on peut suivre pendant un quart de siècle, sautant quelquefois une génération, se manifestant avec une intensité variable sous diverses formes, et finissant par amener l’extinction complète de la race. Cette tendance héréditaire fut encore renforcée par les mariages consanguins.

La maison d’Autriche, si souvent alliée à la maison d’Espagne, a présenté peu de membres aliénés, et se débarrassa finalement de l’hérédité nerveuse. Jean II de Castille, prince faible et imbécile, épousa Isabelle de Portugal, folle les dernières années de sa vie. Ferdinand, mari d’Isabelle la Catholique, mourut mélancolique en 1516. L’époux de Marie de Bourgogne, Maximilien d’Autriche, était un excentrique. La mère de Charles-Quint, Jeanne la Folle, considérée comme aliénée par le gouvernement espagnol, fut enfermée pendant cinquante ans dans le château de Tordecilles.

On connaît la singulière fantaisie de Charles-Quint assistant a ses propres funérailles dans le monastère de Saint-Just ; il en éprouva un si grand chagrin que son esprit « avait été touché », suivant l’aimable euphémisme de Balzac. La deuxième femme de Philippe II, Marie Tudor, fille de Henri VIII et de Catherine d’Aragon, était une folle hystérique : elle était, suivant l’expression de Hume, « entêtée, superstitieuse, violente et cruelle. ».

Rudolphe II était un excentrique ; Philippe III, un aliéné ; Philippe IV, un faible d’esprit. Un des fils de ce dernier, Charles II, était à la fois imbécile et fou.

Frédéric-Guillaume, père de Frédéric le Grand, avait de véritables accès d’aliénation mentale. Il menaça plusieurs fois de mort ses propres enfants, dans des moments de brutalité sauvage que rien ne justifiait.

Dans la galerie des hommes célèbres morts de peur, figure le superstitieux Frédéric Ier. Le roi sommeillait un jour dans son fauteuil. Un bruit de pas le réveille brusquement, et il aperçoit devant lui sa femme, Louise de Mecklembourg, demi-nue, les bras et les mains ensanglantées. Frappé de terreur, il s’alita aussitôt, en déclarant à qui voulait l’entendre qu’il avait vu la Dame blanche, chargée d’annoncer leur dernière heure aux princes de sa famille. Il expirait six semaines après.

Cet article, est d’autant plus curieux qu’il est le premier qu’ait écrit le docteur Cabanès : il parut, voilà vingt, ans, dans une feuille médicale. Il prouve que, dès ses débuts, le distingué historien, »auquel notre collaborateur Paul Mathiex consacrait récemment un article, était passionné pour un genre d’études qui devaient avoir le plus grand succès et établir sa réputation.

— Rubrique « Lectures », La Presse, n° 5331, 10 janvier 1907.

Et bien avant Magritte…

Classé dans : Arts et beaux-arts, Peinture, dessin, Sciences, techniques — Miklos @ 9:37

René Magritte, La Trahison des images, 1952. Exposition au Musée national d’art moderne, 15.10.2016 (autres photos ici). Cliquer pour agrandir.

«Il est vrai qu’on peut former des difficultés sur l’existence de la matière; mais ces difficultés montrent seulement les bornes de l’esprit humain avec la faiblesse de notre imagination. [...]

En admettant une fois l’existence des corps comme une suite naturelle de nos différentes sensations, on conçoit pourquoi, bien loin qu’aucune sensation soit seule et séparée de toute idée, nous avons tant de peine à distinguer l’idée d’avec la sensation d’un objet ; jusque-là que, par espèce de contradiction, nous revêtons l’objet même de la perception dont il est la cause, en appelant le soleil lumineux, et regardant l’émail d’un parterre comme une chose qui appartient au parterre plutôt qu’à notre âme, quoique nous ne supposions point dans les fleurs de ce parterre une perception semblable à celle que nous en avons. Voici le mystère : La couleur n’est qu’une manière d’apercevoir les fleurs  ; c’est une modification de l’idée que nous en avons en tant que cette idée appartient à notre âme.» L’idée de l’objet n’est pas l’objet même. L’idée que j’ai d’un cercle n’est pas ce cercle, puisque ce cercle n’est pas une manière d’être de mon âme.

— Denis Diderot, article « Sensations », in Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. 1765.

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos