Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

10 août 2020

Pourquoi les Américains à Paris souffrent moins de la canicule que les Français

Classé dans : Actualité, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 14:42

Hot Weather Sketches. Illustration du The Illustrated London News, 23 juillet 1881..

J’ai deux thermomètres qualifiés de vintage par leur vendeur (« néo-rétro » vend moins bien) : l’un accroché à l’ombre sur l’embrasure externe d’une de mes fenêtres, l’autre au centre de mon appartement.

Pour illustrer la grande diffé­rence de températures hier à 17h30 – 39,5°C sur rue, 28°C en intérieur (sans cli­ma­ti­sa­tion, je précise : je ferme volets et fenêtres), j’ai photo­gra­phié ces deux instru­ments, et ai mis côte à côte, à la même échelle (en alignant les deux gra­duations en Celsius), le résultat, que l’on peut voir ci-contre (cliquer pour agrandir).

C’est alors que j’ai remarqué que les graduations en Farenheit ne correspondaient pas l’une à l’autre, elles. Et si l’on fait un rapide calcul (C = (F-32) x 5 / 9), on constate que c’est le thermomètre de droite qui affiche une échelle plus basse de 10°F que les valeurs correctes.

En regardant de plus près l’ensemble de ce thermomètre (que l’on peut voir ci-contre à gauche, cliquer pour agran­dir), je m’aperçois que le mar­quage en Farenheit disjoncte au-dessus des 50°F : l’indi­cation suivante aurait dû être 70°C, puis 90°, etc. Soit dit en passant, il manque aussi le signe « moins » devant les mesures en-dessous du 0°F.

Et enfin, comble de la contre­façon contre lequel ce thermo­mètre avertit, si l’on compare cet objet à celui d’ori­gine (cf. photos ci-contre, cliquer pour agran­dir), on voit que sur ce dernier les tempé­ratures sont indi­quées en Celsius des deux côtés du tube central. Le rem­pla­cement du marquage de droite par l’échelle Farenheit est destiné, sans nul doute, aux touristes anglo­phones qui utilisent encore cette unité de mesure. On est très curieux de savoir dans quel pays ces contre­fa­çons ther­mo­mè­tres ont été fabriqués.

Ainsi, pour eux, il ne ferait, d’après ce thermomètre, que 92°F (ce qui correspond à 33°C, au lieu des 39,5°C = 102°F). Mais au vu des restrictions sur les vols internationaux du fait de la pandémie, ce type de touristes ne vient pas chez nous. Alors pourquoi ne pas revenir au vintage d’origine ?

23 juillet 2020

Monoprix se voile la face à défaut de se la masquer

Classé dans : Actualité, Santé, Société — Miklos @ 1:16

Respect du port du masque dans les surfaces de mon quartier. Cliquer pour agrandir.

Lundi 20 juillet est entrée en vigueur l’obligation du port de masques dans les lieux publics clos par « toute personne de onze ans ou plus » (cf. le décret en vigueur). Cela concerne donc et les clients, et les employés.

Lundi 20 juillet j’étais allé faire une course au grand Monoprix de mon quartier. Au sous-sol, où se trouve l’alimentation, je vois près des caisses un employé le masque sous le menton, alors que ses collègues – toutes des femmes – portent le leur correctement.

M’adressant à lui, je lui demande pourquoi ne le porte-t-il pas correctement. Il me lance : « Parce que je ne veux pas respirer du CO2. » M’adressant alors à une responsable, je lui relate cet incident, et lui demande pourquoi ne lui font-ils pas respecter la loi, ou, à défaut, travailler hors contact du public s’il n’est pas capable de porter un masque. Elle me répond qu’on lui avait déjà demandé par le passé à plusieurs reprises de porter le masque correctement, ce qu’il se refuse à faire. Elle rajoute, « Nous allons maintenant le lui écrire ».

Il est clair qu’ils n’ont rien fait de concret par le passé pour corriger la situation, et que, vu les délais de la Poste, ce n’est pas un échange de courriers qui va en accélérer la résolution. Une fois rentré chez moi, j’écris au service clients de Monoprix. Leur réponse est un copié-collé de formules standard : « Nous mettons en place tout le nécessaire afin d’assurer votre protection et celle de notre personnel. Nos équipes suivent des consignes d’hygiène très strictes. » etc. S’ils les suivent, c’est de très loin. Rien de concret, donc. Bonne raison de ne plus y aller, du moins avant la disparition de ce petit virus.

Il n’y a pas que Monoprix qui semble prendre à la légère cette affaire : le supermarché G20 de mon quartier était affligé du même problème, comme récemment relaté.

Heureusement qu’il y a un Franprix non loin, où tout le monde semble bien masqué.

Plus sérieusement : il est désolant que tant de gens et d’entreprises (on pense aussi par exemple à ces bars à Nice, le week-end dernier, dans lesquels des foules de jeunes faisaient la fête, agglutinés les uns contre les autres et sans masques) prennent à la légère les recom­man­dations destinées à empêcher la diffusion du virus. Ce n’est malheureusement pas étonnant qu’il semble y avoir un regain de l’épidémie.

Développements ultérieurs

Monoprix m’a finalement répondu sur le fond que « La Directrice du magasin s’est entretenue avec l’employé concerné. Elle lui a rappelé les consignes concernant le port du masque. Soyez rassuré, tout a été mis en œuvre pour éviter qu’une telle situation ne se renouvelle. » On l’espère.

Quant à G20, après avoir relancé leur responsable communication – marketing qui devait avoir pris connaissance le 20 juiilet de mon message du 7, j’ai finalement reçu une réponse dans laquelle elle m’a d’abord dit ne pas avoir reçu mon mail du 7 (et pourtant elle y avaut répondu…), puis qu’il avait dû aller dans les spams et enfin que des personnes « s’en sont occupé ». Après ce préliminaire quelque peu alambiqué, deux formules : « Toutes les mesures à mettre en place et à respecter ont été transmises aux magasins et chaque magasin veille à la santé de toutes et tous. » Or ledit magasin ayant fermé pour travaux peu après mon mail du 7, je serais curieux de savoir où ses équipes appliquent les mesures en vigueur…

Le directeur du magasin a pris connaissance de vos différents mails, les équipes ont été sensibilisées et appliquent les mesures en vigueur.

16 juillet 2020

DHL, ou, Délai Horriblement Long

Classé dans : Actualité, Progrès, Société — Miklos @ 10:47

Cliquer pour agrandir

Une (toute petite) commande en ligne devant m’être livrée par ce transporteur, je reçois un mail de sa part précisant que « La livraison est pour le moment prévue pour le 13 juil. 2020 entre 09h et 18h. »

Toute une journée d’attente, les alternatives proposées (collecte ul­té­rieure dans point de livraison) ne convenant pas à mon calendrier ! Sans autre information, j’ai attendu chez moi, consultant régu­liè­rement mes mails : rien de DHL.

Vers la fin de l’après-midi, je m’aperçois avoir reçu un SMS d’un numéro à trois chiffres (qui était donc ignoré de mon système d’alerte…) : « Votre colis DHL sera livré par TousFacteurs aujour­d’hui entre 18h-20h. »

À 18h13, un nouvel SMS m’indique que « Votre colis est en cours de livraison », le livreur étant à 3 km environ de chez moi.

Il est arrivé à 19h45.

Et voici la réponse, robotisée sans doute, du service client de DHL à mon courrier de plainte : « Votre envoi nnn a été réceptionné le 13 juillet à 19h43 par vos soins. Toute l’équipe du Service Clientèle de DHL Express vous remercie de votre confiance et reste à votre entière disposition pour toute information complémentaire. »

À quoi j’ai répondu que non, ma « confiance » ne leur est pas accordée, bien le contraire, et que j’étais en sus choqué qu’ils ne se soient pas excusés de m’avoir fait ainsi perdre la journée.

En retour, je reçois ceci : « […] cette situation est tout à fait exceptionnelle et ne reflète en rien la qualité de service qu’offre DHL. Par ailleurs, nous vous informons qu’à Paris les livraisons peuvent se faire en début de soirée afin de faciliter la livraison aux particuliers. »

Scandaleux, non ? Contradictoire, d’abord : si c’est exceptionnel, cela ne peut être la pratique à Paris. Et si c’est la pratique à Paris, pourquoi ne pas m’avoir donné un créneau en début de soirée ?

DHL Express ? DHL Expressément non.

8 juillet 2020

G20, ou, Des mots, oui, mais surtout pas des actes. Ou encore : dangereux, à éviter !

Classé dans : Actualité, Santé — Miklos @ 9:22

Cliquer pour agrandir.

Je suis un client régulier du supermarché G20 de mon quartier. Une affi­che sur sa façade annonce en lettres capitales : « Toute l’équipe de votre magasin porte un masque et respecte strictement les règles sani­taires ».

Or c’est faux. Si ce fut l’une des premières surfaces de proximité à pro­po­ser du gel hydroalcoolique à l’entrée (étonnamment, son concur­rent bio d’en-face, La Vie Claire, que je fréquente aussi, n’en a installé que très récemment, bien après la fin du confinement), je suis toujours stupéfait de voir qu’une grande partie du personnel – je dirai environ 50 % selon les jours et principalement les hommes et y compris parfois même le responsable de service – portent des masques en-dessous du menton (alors que la plupart des employées, voire toutes, se couvrent correctement nez et bouche) tout en se trouvant dans les allées que nous, clients, fréquentons.

J’en avais fait la remarque à l’un des employés récemment ; il a osten­si­blement remis son masque puis m’a demandé fort ironiquement si j’allais bien. Quel mépris…

J’ai envoyé un message, à deux reprises – il y a quelques semaines puis plus récemment –, à la société via leur site : aucune réponse. Je les ai finalement appelés hier, les informant que faute de réponse je me tournerai vers les médias. Ils m’ont fourni une adresse élec­tro­nique à laquelle écrire, ce que j’ai fait. Réponse ? « En congés, je prendrais connaissance de votre mail à mon retour, le lundi 20 juillet. »

Le virus, lui, n’est pas en congés. Que faire d’autre, sinon éviter ce type de magasin (et écrire à 60 Millions de consommateurs, ce que j’ai fait) ?

8 mai 2020

Apéro virtuel XLVII : des labyrinthes de Borges – de l’auteur et de l’authenticité – des réseaux de Gengis Khan – du réseau social comme moyen de découverte de proches et d’amis

Gengis Khan, fondateur de l’Empire mongol, donne audience. Miniature persane du XIVe siècle. (source : Enclyclopédie Larousse)

Jeudi 7/5/2020

À propos de labyrinthes, Françoise (C.) nous a montré quelques photos de celui créé en 2011 sur l’île San Giorgio Maggiore pour la fondation Cini à la mémoire de Jorge Luis Borges, décédé 25 ans auparavant ; elle y état allé dans le cadre de voyages Arts et Vie qu’elle accompagne depuis un certain nombre d’années. Ce labyrinthe avait été dessiné par l’architecte Randoll Coate dans les années 1980 (et réalisé d’abord en Argentine), inspiré par la nouvelle El jardin de senderos que se bifurcan (Le jardin aux sentiers qui bifurquent) écrit par Borges en 1941 ; ce dessin représente, outre le nom « Borges », un tigre, un sablier et un point d’interrogation. Jean-Philippe dit alors que Borges – dont il a vu par hasard la maison où il est décédé à Genève – est effectivement l’écrivain du labyrinthe. Citons un bref passage de cette nouvelle : « Le jardin aux sentiers qui bifurquent est une énorme devinette ou parabole dont le thème est le temps ; cette cause cachée lui interdit la mention de son nom. Omettre toujours un mot, avoir recours à des métaphores inadéquates et à des périphrases évidentes, est peut-être la façon la plus démonstrative de l’indicer. [...] Le jardin aux sentiers qui bifurquent est une image incomplète, mais non fausse, de l’univers tel que le concevait Ts’ui Pên. À la différence de Newton et de Schopenhauer, votre ancêtre ne croyait pas à un temps uniforme, absolu. Il croyait à des séries infinies de temps, à un réseau croissant et vertigineux de temps divergents, convergents et parallèles. » Sur l’éventuelle relation de ce texte (et de l’œuvre de Borges) avec la physique moderne, on pourra lire « De la citation apocryphe à la théorie cachée : ”Le jardin aux sentiers qui bifurquent” de Jorge Luis Borges » de Carolina Ferrer, qui précise entre autres que « Le temps et le labyrinthe sont des thèmes qui reviennent très souvent dans l’analyse de l’œuvre borgésienne ». Michel a alors évoqué Alberto Manguel – dont il a lu des ouvrages qu’il apprécie beaucoup, princi­pa­lement consacrés au livre –, qui avait été, jeune homme, lecteur de Borges devenu aveugle. Bien plus tard, il avait vécu un certain nombre d’années en en Poitou-Charentes où il possédait une bibliothèque comptant plusieurs dizaines de milliers de livres (il en est parti pour les États-Unis, puis en Argentine pour y diriger pendant 2 ans la bibliothèque nationale, poste dont il a démissionné en 2018 et est reparti à New York). Jean-Philippe mentionne alors l’exposition immersive réalisée à la BnF, « La bibliothèque, la nuit », imaginée et réalisée en 2015 par le metteur en scène Robert Lepage et sa compagnie Ex Machina, inspirée de l’ouvrage éponyme d’Alberto Manguel.

Michel a alors relaté l’enquête qu’il a menée ce jour-là pour comprendre l’attribution erronée à Diderot d’une citation sur l’amitié (on en a parlé dans les deux derniers comptes rendus) : elle appa­raissait ainsi partout sur l’internet, notamment dans le Dico­ci­tations du Monde et dans la Citation du jour sur le site d’Ouest-France. Il s’avère que sa première édition et la réédition qui a suivi (1761, 1764, 1775) ont été publiées sans le nom de l’auteur, alors qu’une (seule) édition, de 1770, porte comme titre Les œuvres morales de M. Diderot contenant son traité de l’amitié et celui des passions (voir ci-contre). Ayant consulté les catalogues de la Bibliothèque municipale de Lyon et de la bibliothèque nationale, il a pu y constater que les notices de toutes les éditions anonymes mentionnent bien comme auteur Marie Thiroux d’Arconville ; un seul exemplaire, celui portant le nom de Diderot dans le titre, se trouve à Lyon, et la notice ne mentionne pas l’auteur… La confirmation finale de l’attribution correcte est parvenue de la bibliothèque du Metropolitan Museum de New York, qui, elle, mentionne dans sa notice : « Erroneously attributed to Diderot ». Ayant contacté les sites du Monde et d’Ouest France, ils ont accepté cette information, l’un l’a déjà intégrée et l’autre a dit qu’il le ferait. Ce faisant, Michel a trouvé un article tout à fait passionnant sur l’auteure – fameux personnage ! – et son choix de publier anonymement : « Au fil de ses ouvrages anonymes, Madame Thiroux d’Arconville, femme de lettres et chimiste éclairée », par Élisabeth Bardez, in Revue de l’histoire de la pharmacie en 2009. Michel a conclu en disant que « l’information » peut être erronée partout, non seulement sur l’internet, mais sur des documents bien plus anciens ; de ce fait, la recherche de la « vérité » nécessite d’effectuer de tresser des réseaux de recherche, de choisir et de recouper des sources selon leur degré de fiabilité. Françoise (B.) a alors dit qu’on pourrait revenir sur la notion d’auteur, qui est fina­lement rela­ti­vement récente et qui a pris une importance croissante, non seulement pour l’écrit, mais aussi, par exemple, pour les arts plastiques : les ateliers de peintres, les attributions… Ce qui peut rendre la tâche plus complexe, c’est l’usage de pseudonymes (voire d’hétéronymes) : on connaît bien l’un de ceux qu’utilisait Romain Gary (né Roman Kacew…) – Émile Ajar – mais ceux de Fosco Sinibaldi (pour l’allégorie satirique L’Homme à la colombe) et Shatan Bogat (pour le polar Les Têtes de Stéphanie) ? Quant à Pessoa, on ne compte plus ses pseudonymes. De là, la discussion a glissé sur les limites parfois floues entre citations, variations sur un thème, plagiats, pastiches… non seulement en littérature et dans les arts plastiques mais aussi en musique. Françoise (B.) rappelle alors que tous les artistes ont appris leur métier en copiant des œuvres du passé. Mais après… On voit par exemple la concurrence entre Braque et Picasso qui travaillaient sur la même inspiration, à se demander pour certaines œuvres auquel des deux l’attribuer. Françoise (P.) ajoute alors que quand on monnaye les œuvres, c’est là que leur authenticité devient encore plus critique, et, rajoute Michel, que les grands faussaires sévissent. Françoise (B.) a alors raconté qu’une de ses amies est l’ayant-droit de Max Jacob, connu surtout pour son œuvre littéraire, mais qui avait beaucoup dessiné au trait. S’il n’a pas une cotte énorme en tant qu’artiste, il est incroyablement plagié et approprié par des faussaires qui font « à la manière de Max Jacob » des centaines de faux. Françoise (P.) mentionne un « usurpateur » d’un autre ordre dans le monde de la peinture : il s’agit de Boronali, un des premiers artistes d’art contemporain abstrait…

Jean-Philippe a finalement pu faire sa présentation sur le thème des réseaux. Il a parlé des Les Routes de la soie de Peter Frankopan, dont l’intérêt pour lui est qu’il démontre qu’on a tout à gagner à analyser l’histoire à travers les relations des pays entre eux, au fil de 25 chapitres dont l’intitulé commence par « La route de… ». Il s’est étendu sur l’un des chapitres, « La route de l’enfer », qui illustre bien selon lui la polysémie récemment vue du terme « réseau » : il décrit le chemin des invin­cibles Mongols – grands stratèges et commu­nicants (y compris en véhi­culant de fausses infor­mations) – depuis leur territoire d’origine en Chine vers l’Occident, qui sont arrivés à construire le plus grand empire de l’histoire, en 1241 – empire qui n’a pas duré longtemps. La « mondia­lisation » du commerce à l’époque a eu entre autres pour effet de commencer à produire des guides de voyage… Mais c’est sans doute à eux aussi qu’on doit la propa­gation de la peste dite noire à l’envergure incroy­ablement étendue. Cette épi­démie eut tout de même un effet béné­fique, celui de réduire quelque peu le fossé entre riches et pauvres, « car les propri­étaires étaient obligés de faire de meilleures condi­tions aux ouvriers métayers »… Cela ne nous rappelle-t-il pas quelques changements (qu’on espère durables) actuels ?

Sylvie étant arrivée sur ces entrefaites, elle a raconté comment, grâce à Facebook, elle a pu retrouver une branche de sa famille paternelle et des personnes issues de la même ville où il était né – Żelechów en Pologne (à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Varsovie) – et avait vécu jusqu’en 1939 (parti alors vers l’Est, en URSS, pour échapper aux armées hitlériennes). Sa fille avait trouvé qu’il y avait, sur Facebook, un groupe privé consacré à Żelechów, créé en 2017 par David Lukowiecki, un jeune (28) Colombien dont le grand-père, qu’il n’avait pas connu, y était né ; pour en savoir plus, il avait consulté le livre mémoriel de la communauté juive disparue de cette ville, intitulé (en yiddish, langue qu’il a dû apprendre, avec l’hébreu, pour lire diverses parties de l’ouvrage), Yisker-bukh fun der Zhelekhover yidisher kehile. Ayant aussi creusé dans des archives diverses concernant cette ville, il a pu constituer une liste de noms de personnes – et donc de familles – qui y vivaient alors, et a pu retrouver des descendants vivant de nos jours. Sylvie et David ont fait connaissance, et de fil en aiguille elle a étendu son cercle d’amis à certaines des personnes dont la famille est issue de cette ville. La fille de Sylvie est entrée en contact avec une homonyme vivant à Iekaterinbourg (ville de Sibérie occidentale), qui s’avère être la petite-fille d’un cousin du père de Sylvie resté en Union soviétique. Cette histoire illustre un des côtés positifs des réseaux sociaux.. Michel a brièvement parlé du site JewishGen, qui sert à retrouver des informations sur des proches, notamment en Europe de l’Est, et fournit de nombreuses ressources numérisées et des liens pour ce faire. À propos de réseaux sociaux, il a rappelé aussi comment Sylvie l’a retrouvé – quelques bonnes dizaines d’années après qu’ils aient étudié ensemble sans se revoir après – grâce au réseau LinkedIn. Enfin, il a raconté comment, grâce à une liste de diffusion de bibliothécaires, il est tombé – par le plus grand des hasards – sur une amie de jeunesse de sa mère et a noué des liens d’amitié avec ses descendants (on trouvera ici la relation de cet épisode). Jean-Philippe a alors évoqué la théorie selon laquelle entre n’importe quelles deux personnes sur Terre il y aurait un petit nombre de personnes les « reliant ». Il s’agit en fait de ce qu’on appelle « les six degrés de séparation » (ou « théorie des six poignées de mains ») établie par l’écrivain hongrois Frigyes Karinthy, igure mythique de la littérature hongroise et dont le fils, soit dit en passant, Ferenc arinthy, écrivain lui-même, est l’auteur du saisissant roman Épépé, que Michel, qui l’a reçu de Françoise (B.) apprécie beaucoup.

Sur ce, après avoir levé le coude, on leva la séance.

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos