Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

4 septembre 2020

La valeur n’attend pas le nombre des années, mais quel est ce nombre exact ?

Classé dans : Musique, Médias — Miklos @ 11:43

Anatole Fistoulari

Lorsqu’on consulte dans la Wikipedia les biographies parallèles du grand chef d’orchestre Anatole Fistoulari (1907-1995), on remarque ceci :

  • (Français) Instruit par son père, Anatole dirige pour la première fois un orchestre à seulement huit ans, où il interprète une œuvre complexe de mémoire : la Sixième symphonie, Pathétique, de Tchaïkovski à l’opéra de Kiev.

  • (English) Anatole conducted for the first time, at the age of seven, Tchaikovsky’s 6th Symphony, the Pathetique, at a charity concert at the Opera House in Kiev.

  • (Español) Anatole dirigió por primera vez una orquesta con sólo siete años, cuando interpretó una obra tan compleja como la Sinfonía nº 6, Patética, de Chaikovski.

  • (Català) Als set anys dirigí de memòria la Simfonia núm. 6 (Txaikovski), a l’Òpera de Kíev

  • (Deustch) […] gab selbst sein Orchesterdebüt mit dem Alter von sieben Jahren mit Tschaikowskis Pathetique an.

On n’a pas besoin d’être polyglotte pour constater la différence. Les deux premières versions sont les seules à citer des sources pour cette information :

  • en français, le Dictionnaire des interprètes et de l’interprétation musicale depuis 1900 d’Alain Pâris, p. 281 ; on en a consulté une édition plus récente, Le Nouveau dictionnaire des inter­prètes, et l’on peut y lire : « à huit ans, il dirige la Symphonie pathétique de Tchaïkovski » ;

  • en anglais, deux articles publiés suite au décès de Fistoulari – l‘un du New York Times du 25 août 1995 qui écrit « Anatole Fistoulari, who made his debut as an orchestra conductor at age 7 […] in his native Kiev, Ukraine, conducting a performance of Tchaikovsky’s « Pathetique » Symphony. », un autre de l’Independent daté du 22 août 1995 qui débute par ces mots : « At the age of seven Anatole Fistoulari conducted Tchaikovsky’s Pathetique Symphony in his home city, Kiev ».

En effectuant une recherche complémentaire, on trouve un article de Beaux arts du 25 mars 1938 (p. 5), signé Claude Chamfray, intitulé « Quelques instants avec Fistoulari » et qui débute ainsi :

Les petits prodiges compositeurs ou instrumentistes ne sont pas rares. chaque Conservatoire en a compté sur ses listes d’élèves. Mais il est exceptionnel qu’un enfant ait la vocation de chef d’orchestre. Ce fut pourtant le cas d’Anatole Fistoulari qui. à l’âge de sept ans, prenait la baguette de chef pour conduire, à Kiev, sa ville natale, la Sixième Symphonie de Tchaïkowski. Ceci se passait en 1908.

— Ce désir s’imposa à moi. me confiait l’autre jour Fistoulari. Enfant, je préférais l’opéra aux jeux de mon âge. Un jour, j’affirmais à mon père ma volonté de diriger la Sixième Symphonie de Tchaikowski entendue par hasard, et qui m’avait laissé une impression violente.

« Bien entendu, mon père me conseilla de faire quelques années de piano ! Mais je ne pouvais attendre, et mon désir se réalisa.

— Quel souvenir avez-vous gardé de ce premier contact avec l’orchestre et le public ?

— Une satisfaction immense et purement musicale. Je n’avais pas le trac. Un peu de nervosité seulement, avant d’entrer dans la salle.

Mais est-ce une source tout à fait fiable ? Le premier paragraphe précise que ce fameux concert avait eu lieu en 1908. Or Fistoulari étant né en 1907 (au moins, toutes les sources, articles de presse y compris, s’accordent là-dessus), il aurait eu un an, lors de ses débuts… À cet âge-là, les humains normalement constitués commencent surtout leurs activités musicales dans le bel canto plutôt que dans la direction d’un orchestre (même si leurs cris et chuchotements sont destinés à faire marcher leurs parents à la baguette)…

Quant à quelques autres sources, principalement « papier » (livres, journaux, périodiques), qu’on a trouvées, voici ce qu’on y lit :

  • Encyclopédie Larousse en ligne (extrait de l’ouvrage Larousse Dictionnaire de la musique) : « Il [...] fit une carrière d’enfant prodige, débutant à l’âge de sept ans à l’Opéra de Kiev en dirigeant la 6e Symphonie de Tchaïkovski.

  • Le Oxford Dictionary of Music (2013) écrit à propos de Fistoulari (p. 295) : « Cond. Tchaikovsky’s 6th Sym. in Kiev at age of 7. » Succinct, mais clair.

  • Le International Who’s Who in Music and Musicians’ Directory (1994) : « Debut : First Symphony concert, Kiev 1914 » (donc avant ses huit ans).

  • Le Merit Students Encyclopedia (1973) ; « A child prodigy, Fistoulari conducted his first symphonic concert in Kiev at the age of eight. »

  • The Gramophone vol. 73, 1995 : « at the age of seven, gained a reputation as a child prodigy when he directed, from memory, a performance of Tchaikovsky’s Pathétiquefle nouv Symphony. »

  • Compositeurs et interprètes russes : du XVIIe à nos jours d’Ararat Dani­elian (2007), p. 131 : « …et voit s’ouvrir devant lui une carrière d’enfant prodige : à 8 ans, il dirige la Symphonie pathétique de Tchaï­kovski. »

  • Heard Melodies are Sweet: A History of the London Philharmonic Orchestra d’Edmund Pirouet (1998), p. 57 : « Born in Kiev in 1907 , he reputedly conducted Tchaikovsky ’s Pathétique Symphony at the tender age of seven ».

  • Le site du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou écrit ceci : « Григорий Фистулари был директором филармонического училища в Петрограде, он направил сына на поприще дирижирования, и под его руководством Анатоль уже в семь лет дебютировал за дирижерским пультом. »

Pour clore sans pouvoir conclure (il faudrait sans doute consulter la presse russe de ces années-là), on remarquera que le style des pages Wikipedia est parfois sujet à caution (tout autant que les informations elles-mêmes) ; on citera pour exemple la page anglaise consacrée à Fistoulari, où il est écrit : « His repertoire widened to include items like his father-in-law’s Fourth Symphony in his busy concert schedule. » alors que l’identité de ce mystérieux beau-père ne se révèle que si l’on clique sur le lien fourni avec le titre de l’œuvre, ou, cinq paragraphes plus bas, où il est mentionné qu’il avait épousé Anna Mahler, fille de Gustav Mahler, en 1943…

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

3 août 2020

Un remède idéal contre le covid-19 : la poudre de perlimpinpin conspirationniste

Classé dans : Médias, Santé, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 12:30

Caricature d’Éric Paratcha. Cliquer pour aggrandir.

Je n’ai aucune expertise scientifique médicale, mais je suis sidéré par ce qu’affirme une généticienne (qui n’est pas épidémiologue) dont je tairai le nom – inutile d’en rajouter à sa visibilité – sur une vidéo YouTube vue sur la page Facebook d’une amie (ces deux sites étant des vecteurs reconnus de la pandémie de fake news et de conspi­ra­tion­nisme, soit dit en passant). J’y reviendrai.

Mais je ne devrai pas être sidéré – cette vidéo est diffusé sur une chaîne YouTube d’extrême-droite, à propos de laquelle Marianne écrivait en 2016 : « ce média alternatif fondé par des anciens du Front national s’est imposé dans la “réacosphère” depuis sa création en 2014. Sous ses allures de chaîne neutre et professionnelle, [cette chaîne] fustige les “commentateurs officiels” et défend une ligne réso­lument identitaire (…) Elle apparaît désormais comme le pendant télé­visuel de la vieillissante Radio Courtoisie, antenne tradi­tion­nelle de l’extrême droite, dont elle a d’ailleurs récupéré plusieurs ani­mateurs. » Cette généticienne « fréquente » aussi au moins deux autres chaînes YouTube, l’une plus confidentielle, dont l’orientation conspirationniste semble assez claire, et l’autre anti « mariage pour tous », PMA, etc.

Pour en revenir à cette généticienne, sa page LinkedIn indique qu’elle est directeur de recherche à l’Inserm – or le site de ce dernier ne la mentionne pas et d’autres sites en parlent au passé. Elle l’a donc bien été, mais il semblerait que les dernières mentions de l’Inserm la concernant datent d’il y a plusieurs années, et je n’ai pas trouvé ce qu’elle a fait depuis, scien­ti­fi­quement parlant. Je rajouterai que ce n’est pas parce qu’elle y aurait fait un travail reconnu dans le passé (dans un autre domaine que celui de l’épidémiologie, si je comprends bien) qu’elle ne pourrait pas disjoncter, comme l’avaient fait d’autres scien­ti­fiques reconnus à l’instar de Linus Pauling (prix Nobel de chimie) à propos de la vitamine C ou de l’immunologue Jacques Benveniste à propos de la mémoire de l’eau.

Dès le début de l’entretien dans la vidéo en question, on voit bien que, sous-jacents à ses thèses, il y a une conspiration – bien qu’elle n’utilise pas le mot explicitement – et des arguments contradictoires en soi, que ce soit à propos de l’origine humaine (dans le fameux laboratoire P4 en Chine) récente du virus (alors qu’elle mentionne en passant qu’il circulait bien avant chez des animaux, et des recherches récentes le montrent bien présent chez la chauve-souris depuis longtemps), le fait que ce ne soit pas une pandémie mais un « épisode », que la courbe en cloche montre bien que les chiffres d’infection et de mortalité n’augmentent plus (ce qui est contraire à ce qui se passe dans divers pays et régions du monde et de la France, que ce soit en Australie, en Afrique, en Belgique, en Espagne…), et que, s’il y a une croissance du chiffre des décès, c’est dû aux comorbidités (seraient-ils donc morts maintenant même s’il n’y avait pas eu de coronavirus?), et que de toute façon, il y a plus de morts de la tuberculose que du covid-19 (sauf qu’elle ne dit pas en combien de temps ! pour la tuberculose, ce sont des chiffres annuels, pour le covid-19, au plus semi-annuels), que le Plaquenil (nom de marque de l’hydroxychloroquine) a montré de l’efficacité (alors que de plus en plus de tests ne le démontrent pas), que les masques ne protègent rien de rien et voire pire (les mailles laissent passer le virus, affirme-t-elle ; or si un virus tout seul passerait partout, il n’est jamais « tout seul » mais transporté par des supports bien physiques ; ce que les masques visent à éviter, ce sont les gouttelettes porteuses du virus prin­ci­pa­lement émises en toussant ou éternuant) et que le confinement n’a que des effets négatifs sur la santé physique, psychique (ce qui n’est pas totalement faux mais il a eu un effet clair et démontrable sur la baisse des cas graves/mortels – je ne doute pas qu’elle l’attribuerait à la « courbe naturelle » de cet « épisode » et non pas à quelque action humaine) et sociale (la commu­ni­cation entre tous), et j’en passe.

Alors, pourquoi « croire » à l’une ou l’autre thèse ? Je répondrai indi­rec­tement : pourquoi croire que la Terre est plate (ou ronde) ? Je ne suis pas vraiment en mesure de le vérifier moi-même (ou si indi­rec­tement que ce n’est pas une preuve). Se peut-il par exemple que toutes les photos de la Terre qui en montrent la rondeur (si je puis dire) soient en fait traficotées, comme l’auraient été celles des chambres à gaz nazies, selon les négationnistes de la Shoah, et donc où aurait-donc disparu une grande partie de ma famille ? Se peut-il que ce ne soit qu’une conspiration des scientifiques à la solde des laboratoires commerciaux qui visent ainsi à pousser la vente de leurs produits, médi­caments et masques ?

Eh bien, pour ma part, je ne « crois » pas un mot de ce que dit cette dame. Il y a des questions bien plus importantes (à mon sens) qui émergent au fil des découvertes scientifiques concernant ce virus, par exemple : on dit (une étude du King’s College de Londres) maintenant que l’immunité acquise par une personne qui aurait été exposée au virus ne durerait que quelques mois, quid de l’efficacité d’un quel­conque vaccin et/ou de l’immunité de groupe ? Et que signifie alors « immunité collective » si c’est le cas ? Réponse intéressante : « Les spécialistes font toutefois remarquer que l’immunité ne repose pas que sur les anticorps, mais aussi sur la réponse cellulaire. “Même si vous vous retrouvez sans anticorps circulants détectables, cela ne signifie pas néces­sairement que vous n’avez pas d’immunité protectrice parce que vous avez proba­blement des cellules mémoire immu­nitaires qui peuvent rapidement entrer en action pour démarrer une nouvelle réponse immunitaire si vous rencontrez à nouveau le virus. Il est donc possible que vous contractiez une infection plus bénigne” avance Mala Maini, (University College de Londres). »

Quant à un vaccin contre le coronavirus : il me semble (je répète, je n’ai aucune compétence dans les sciences de la médecine…) qu’il n’y a pas encore assez de savoir concernant la durée de l’immunité induite soit par la maladie elle-même soit par un éventuel vaccin (mais c’est vrai aussi – différemment – pour la grippe : le vaccin est efficace pendant un temps, et doit, lui aussi, évoluer pour correspondre autant que faire se peut aux mutations du virus). La course au vaccin a des motivations… variées : d’une part, contrer la pandémie et éviter ou réduire le nombre de malades et de morts, mais aussi, pour ceux qui le découvriraient, des rentrées commerciales non négligeables. Ce dernier facteur n’est pas une raison en soi de les suspecter de traficoter les vaccins, ni à l’inverse de faire de l’angélisme : c’est pourquoi il est plus que jamais nécessaire – voire vital – d’avoir des organismes de supervision indépendants (et, je rajouterai, de médias reconnus et indépendants), pour nous renseigner, nous fournir des éléments, qui nous permettraient de décider en meilleure connaissance de cause (le savoir absolu n’existe pas…), et pas selon des idéologies ou des peurs et des suspicions.

Pour finir : il est toujours plus facile de crier au mensonge (ou à la mani­pulation) – cela peut se faire même en quelques mots sur Twitter, comme le démontre le président américain – que de démontrer une thèse, processus bien plus complexe et long à exprimer. Il est donc compré­hensible pourquoi ces types de messages convainquent facilement : par facilité, et se transmettent tout aussi faci­lement – par un clic, même sans l’avoir lu. En ce sens, ils peuvent faire des dégâts réels : ceux qui y adhèrent ne se proté­geront pas et ne proté­geront pas les autres, contribuant ainsi à la (re)diffusion du virus. Et quel masque est efficace à leur encontre ? la vérification des sources.

4 juillet 2020

Libération en Chine ?

Classé dans : Médias, Sciences, techniques — Miklos @ 10:09


Cliquer pour agrandir.

Non, il ne s’agit pas d’une démocratisation inattendue de ce pays-là, mais de l’endroit où le site Web de ce brave quotidien serait hébergé.

Du fait d’un problème réseau généralisé ce matin, on s’était intéressé à suivre le chemin sur l’Internet depuis notre ordinateur jusqu’au serveur Web de Libération.

L’utilitaire « traceroute » (ou « tracert »), lancé sur l’ordinateur local, affiche – voir ci-dessous – toutes les étapes par lesquelles passent les données numé­riques, en montrant leur nom si disponible ou sinon uniquement leur identifiant numé­rique (« numéro IP »).


Traceroute de l’ordinateur local jusqu’au site de Libération. Cliquer pour agrandir.

Alors là, stupéfaction ! Tout d’abord, il s’avère que le nom du site « www.liberation.fr » est en fait un alias de « www.libe­ra­tion.fr.wtxcdn.com ». Et qui est donc wtxcdn.com ? Comme le montre un autre utilitaire (« whois »), il s’agit d’un nom de domaine (servant à désigner une famille de sites) appartenant à… « Alibaba Cloud Computing (Beijing) Co, Ltd », l’Amazon(e) chinoise :


Identification du titulaire du site hébergeant Libération.

Et enfin, ce qui semble bien confirmer la localisation de notre quotidien, l’avant-dernière ligne du traçage contient « Hong Kong » dans son nom. Cette étape, et celles qui les précèdent, font partie du domaine « cogento.com », appartenant à Cogent Communications, opérateur de télécommunications multinational américain et appa­rem­ment un des plus gros « véhiculeurs » de trafic internet au monde.

Ah, si Trump savait que cette société américaine héberge certains de ses serveurs… en Chine, dans la caverne d’Alibaba. Ou alors, serait-ce en fait une avant-garde de la libération de la Chine ?

1 mai 2020

Apéro virtuel XL : voyons rouge.

Classé dans : Actualité, Arts et beaux-arts, Médias, Sciences, techniques — Miklos @ 10:39

Rouges dans le répertoire des couleurs (cf. ci-dessous). Cliquer pour agrandir.

Jeudi 30/4/2020

Inspiré par l’actualité, Jean-Philippe nous avait proposé comme thématique du jour « rouge, vert ». Dont acte.

Françoise (P.) a commencé, annonçant qu’elle s’était cantonné au rouge pour aujourd’hui – se réservant le vert pour demain –, sujet quasi inépuisable (on ne parle pas de boisson, là) qu’elle a brossé : le rouge dans la religion (le fameux rouge cardinal, dérivée autrefois du carmin de cochenille), les robes de mariées (qui, à partir du Moyen-Âge et jusqu’au mariage de la reine Victoria, n’étaient plus blanches mais rouges, couleur qui tient longtemps et est symbole de richesse), le vin, les interdictions (à l’instar du feu de signalement), le sang, le maquillage, le cinéma et la littérature (comment ne pas citer Le Rouge et le Noir). Puis Françoise a mentionné le très intéressant Répertoire des couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits, publié en 1905 par la société française des chrysanthémistes avec la collaboration principale de Henri Dauthenay. Dans la discussion qui a suivi, Michel lui a dit que, puisqu’elle se mettrait demain au vert, elle pourrait mentionner l’agréable vinho verde portugais, à quoi Françoise a répondu qu’en France, l’expression « vin vert » dénote un vin qui n’est pas si agréable que cela…

Sylvie, rappelant que demain était le 1er mai, a dit que le rouge était, pour elle, intimement associé à ce jour, qui est non pas la fête du travail, mais celle des travailleurs, dont elle s’est empressée de nous en relater l’histoire (la date du 1er mai fut fixée aux États-Unis en 1886) et pourquoi le rouge lui est associé (symbole du sang versé lors des premières manifestations accompagnés de répression violente à Chicago). Comme le rappellent Sylvie et Jean-Philippe, ce drapeau de la révolte apparaît aussi dans une scène des Temps Modernes de Chaplin (où il y a d’évidence confusion entre la couleur rouge du drapeau comme fanion signalétique de danger pendant des travaux ou comme signal de manifestation ou de révolte). De nos jours, nombre de calendriers qualifient ce jour de « fête du travail ».

Michel a répondu par une devinette au défi du « rouge vert », en montrant l’image ci-contre (cliquer pour agrandir), constituée de deux lignes en rouge et trois en vert, sur un fond où l’on aperçoit des lettres sur de l’herbe (verte) formant des mots dont manquent… les voyelles, remplacées par des pots de fleurs. La réponse à la devinette se trouve ici. À propos de jeu avec des mots, Françoise (P.) fait remarquer que « souche à virus » est l’anagramme de « chauve-souris » (comme le fait entre autres l‘historienne Catherine Malaval).

Jean-Philippe nous a d’abord montré les livres dont il ne lira pas des extraits : une édition du Coran à la couverture verte, le roman Mon nom est Rouge d’Orhan Pamuk… Il a préféré lire un long extrait de L’intelligence collective de Joseph Henrich, qui décrit comment la connaissance, ou la perception des couleurs s’est manifestée dans diverses langues, certaines (sans préciser lesquelles) n’ayant dans leur vocabulaire que deux ou trois mots (voire aucun) pour dénoter des couleurs de base, d’autres beaucoup plus. Dans l’ordre de « préséance » : le noir et le blanc, le rouge, le jaune, le vert-bleu. Dans le débat qui a suivi, Michel s’est étonné de ce manque : la variété des couleurs existant partout – d’abord par les arcs-en-ciel, mais aussi dans de nombreuses autres facettes de la nature – comment se fait-il que des humains ne se soient donné aucun moyen d’en parler ? En sus, quelles distinctions faire entre nuances d’une même couleur, et couleurs distinctes, et tout l’entre-deux ? À ce propos, on voit bien la richesse des termes dans le dictionnaire qu’avait cité Françoise (P.), vid. sup. et dont l’index pour les termes dénotant la variété des rouges illustre ce compte-rendu. Du fait de son métier dans l’impression, elle a beaucoup travaillé avec les couleurs, et connaît donc bien des deux gammes de quatre couleurs de base – la GEU (gamme européenne unifiée), et la GFU (gamme française unifiée). Les affiches mises sur la voie publique (par exemple, les publicités dans les abribus) ayant tendance à tourner au bleu-vert, du fait que, au soleil, le rouge est la couleur qui passe le plus rapidement (Michel a mentionné qu’on peut aussi le voir sur les tapisseries d’antan), elle les faisait imprimer avec un léger surcroît de rouge.Le nuancier Pantone sert à décrire précisément les nuances souhaitées par les clients, les verts étant le couleurs les plus difficiles à reproduire en combinant les quatre couleurs de base, ce qui était un défi pour les publicités de Fleury Michon… : il était nécessaire de créer une encre verte spécifique pour ce faire. À l’époque du passage à l’informatique, s’il était plus facile de transmettre les demandes et les propositions de conception numériquement, à l’impression il pouvait y avoir des différences du fait de la diversité des supports (écrans – qui génèrent la lumière, et différant entre eux par leurs technologies –, papiers – de consistance et surface variées – qui la reflètent, etc.), d’où la nécessité de faire valider des épreuves sur le support final souhaité avant son impression finale.

Durant la levée de coudes finale, Françoise (P.) a remarqué que Jean-Philippe avait de la chance ces temps-ci : anniversaire, Saint Jean, Saint Philippe, à défaut de Saint Jean-Philippe… à quoi il a rétorqué que ces jours n’existaient pas pour lui, bien qu’il avait un faible pour la Saint-Jean et ses feux.

______________

Et la réponse est… Ces cinq lignes sont extraites du poème Les Voyelles d’Arthur Rimbaud – d’où la photo en arrière plan, qui est celle du jardin des voyelles, au domaine de Chaumont-sur-Loire –, et dont le premier vers est : « A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu ». On peut voir le poème en entier dans l’image ci-contre (cliquer pour agran­dir). Cette association de couleurs et de lettres fait penser à la synesthésie.

21 août 2019

« Tartempion, c’est vous et moi »

Classé dans : Histoire, Médias, Peinture, dessin, Politique — Miklos @ 23:04

Bosredon : Le vote ou le fusil. 1848. BnF.
Cliquer pour agrandir.

Tartempion

«Tartempion est frappé d’excommunication majeure. Il est à jamais exclu du temple de la République fermée. Quel attentat a-t-il donc commis pour mériter un châtiment si grave ? De quel forfait s’est-il donc rendu coupable, ce malheureux Tartempion ?

Vous demandez son crime ? Nous allons vous le taire connaître. Tartempion a tait un programme. Mais ne sommes nous pas en pleine période électorale, et un programme, si avancé qu’il puisse être, n’est il pas, après tout, un fruit naturel de la saison ! Oui, votre argument serait sans réplique, si Tartempion avait pris ses grades, si Tartempion portait un nom célèbre, si Tartempion était arrivé. Mais Tartempion, Tartempion tout court, qui donc connaît Tartempion t Lui un homme obscur, un intrus, se permet d’entrer dans l’église et pousse l’audace jusqu’à vouloir chanter au banc des chanoines, sans avoir été pourvu d’un canonicat.

Car c’est sous ce vocable ridicule de Tartempion que messieurs les docteurs du radicalisme doctrinaire affublent les malheureux électeurs coupables de demander des comptes à leurs mandataires. Quoi ! Tartempion se permet cela ; lui, un homme de rien, le premier venu, un ouvrier ! De quoi se mêle-t-il, je vous le demande ? Et là-dessus, messieurs les roués haussent les épaules et exécutent une pirouette galante !

Donc que Tartempion soit maudit ! Qu’il soit frappé d’anathème par le cotlège des grands prêtres, qu’il soit chassé par le bedeau, qu’il soit à jamais exclu de la communion des fidèles; et s’il essaye de franchir de nouveau le seuil du temple, qu’il soit condamné à être foulé aux pieds des éléphants sacrés qui portent sur leur dos robuste la tour d’ivoire où sont enfermées les doctrines de la pure démocratie.

Malheureux Tartempion, il ne te reste plus qu’à te couvrir la tête de cendres et a respecter la consigne Tu sauras, à l’avenir, ce qu’il en coûte de parler au public sans l’autorisation des grands lamas et de signer un manifeste d’un nom inconnu.

Mais nous sommes d’autant plus à l’aise pour parler du programme socialiste que nous n’avons cessé de combattre les doctrines de Tartempion. Nous croyons que ses réformes budgétaires, brutalement appliquées, ruineraient tout le monde sans enrichir personne que ses projets sur la suppression de l’armée seraient désastreux pour l’existence de la patrie, et qu’enfin c’est seulement dans les maisons centrales que ses idées sur le système pénitentiaire ont quelque chance d’être accueillies avec acclamation.

Mais enfin, de ce que les idées de Tartempion méritent, à notre avis, d’être combattues, est-ce une raison pour que nous ayons le droit de traiter avec dédain, non-seulement le programme, mais encore la personne de Tartempion ?

Est-ce que nous ne sommes pas en pleine période électorale ? Est-ce que Tartempion n’est pas électeur et éligible ? Est-ce qu’il ne jouit pas de tous ses droits de citoyen ? Dès lors, s’il lui plaît de publier sa pensée, de faire connaître ses plans de réforme économique et sociale, d’appeler l’attention de ses coreligionnaires politiques sur tel ou tel abus qu’il propose de redresser à sa manière, sur tel ou tel problème dont il croit avoir découvert la solution ; s’il prononce des discours, s’il fait placarder des affiches, Tartempion use de son droit et il n’est permis à personne de railler la conduite de Tartempion. Tartempion a donné sa voix à un candidat et il a même contribué quelque peu à le faire nommer député. Il veut demander des comptes à son mandataire, il veut savoir où en est l’exécution d’un contrat auquel il a été partie. Prétention excessive, exorbitante et les parlementaires satisfaits ne peuvent trouver assez d’anathèmes pour flétrir l’outrecuidance de l’infortuné Tartempion.

Tartempion, c’est vous et moi, c’est le simple électeur, qui a son rôle à remplir et ses droits à exercer dans toute société libre, démocratique et égalitaire.Tartempion,c’est le citoyen militant qui a la légitime prétention d’avoir ses doctrines à lui et de donner son suffrage en connaissance de cause. À la vérité, il se trompe parfois dans le choix de ses protégés, et il a éprouvé plus d’une déception dans le cours de sa carrière, mais il reste incorrigible dans son goût pour la politique, et il ne peut admettre que la démocratie devienne le patrimoine d’un petit nombre de privilégiés.

Tartempion existe aux États-Unis et là il n’est gêné par aucun souvenir de l’ancienne étiquette. Il va trouver le président de la République qui, même après avoir été appelé à la première fonction de l’État, ne se croit nullement obligé pour cela de prendre les talons rouges de l’ancien régime, ne fait aucune difficulté à recevoir la visite de Tartempion et à discuter au besoin le programme de Tartempion.

Un chroniqueur raconta jadis qu’une duchesse de Devon­shire déclara une fois qu’elle don­ne­rait un baiser à quiconque voterait pour le duc. Un jour qu’elle cherchait à décider son boucher à donner sa voix au duc, il déclara qu’il ne voterait qu’à la condition que la duchesse lui donnerait un baiser en échange. Elle consentit et le boucher devint fameux dans toute la contrée. Le chroniqueur ne nous dit pas d’ailleurs si le duc fut élu. Le Journal amusant, 7 juin 1919Bien qu’en Angleterre il ait ses coudées un peu moins franches, Tartempion joue son rôle dans les élections du Royaume-Uni. C’est même à ce dernier pays qu’il doit son origine. Le boucher de Londres qui, moyennant un baiser, vota pour le candidat de la duchesse de Devonshire, fut l’ancêtre commun de tous les Tartempions de l’Europe et du Nouveau-Monde.

Ô malheureux Tartempion de France, dans ce pays qui se pique d’être égalitaire par excellence,» toi qui es si dédaigneusement repoussé par les talons rouges de la démocratie arrivée, comme tu dois envier le sort de tes pareils d’Angleterre et des États-Unis !

ANDRÉ LORMIER
Le Petit Parisien, 30 septembre 1877

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos