Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

12 décembre 2017

En Brabant

Classé dans : Humour, Langue, Littérature, Médias, Peinture, dessin — Miklos @ 16:00

«Plusieurs lecteurs m’ont témoigné qu’ils goûtaient fort les échantillons de style belge qui leur furent soumis à plusieurs reprises ; en outre, lors d’un tout récent voyage à Bruxelles, j’ai pu me convaincre que ces citations ne laissaient point indifférents les sujets du roi barbu que l’aimable ballerine qui porte un bandeau de plus que l’Amour appelle « Sa Majesté Léopold II » et qu’ils nomment, eux, plus familièrement : « Popol. » Pour la plupart, d’ailleurs, ils accueillent de la meilleure humeur du monde nos innocentes taquineries et sont les premiers, «  Je dois une fois rire avec ça » , à se divertir de leurs belgicismes ; seuls, de rares grincheux crient à la diffamation et accusent de trahison les confrères bruxellois qui, ayant reproduit avec commentaires aimables les facéties sans fiel du Journal. Amusant, se sont rendus coupables d’introduire le loup dans la bergerie. Négligeons ces Stoeffer (« stouf-er ») Un vantard, quelqu’un qui aime se mettre en avant. Ex. : Ça c’est un vrai stoeffer tu sais ! De là vient aussi l’expression, faire de son stoef (« stouf ») !, action de se vanter, d’en remettre une couche. Ex. : Ça y est, il est encore en train de faire de son stoef ! Le féminin de stoeffer est stoefesse. (source)stoeffers pour ne retenir que leur plaisante formule de protestation :

« On veut pas fransquillonner ; mais on connaît quand même parler français. »

Voici l’Annonce brabançonne, gazette hebdomadaire. On y re­com­mande le sieur Léopold Messe, de la Vau, « pour tuer les cochons à domicile (sic) » ; on y loue la maison Joseph Bruy­ninckx « qui porte le numéro 50 et n’est pas sur un coin » (sic) pour la coupe irré­pro­chable de ses « uni­formes de gardes civiques, pompiers et tram­ways » ; je ne sais si l’on trou­verait, dans notre Paris tant vanté, un tailleur capable de vêtir, tour à tour, des mili­taires et des voitures publiques. La « prise des mesures » d’un tramway et l’essayage doivent être des opé­rations bien compliquées.

Le même journal annonçait pour le dimanche 15 janvier « un concours au jeu de cartes pour lapins et coqs, chez Mme veuve Maurice Laune, rue du Château ». Que dites-vous de ces matches entre animaux si diffé­rents ? quel dressage pré­ala­ble ils supposent et quelle intel­ligence chez ces humbles bêtes ! Ce ne sont point des galli­nacés vul­gaires qui peuvent ainsi cartonner ; et, quant aux lapins, ce sont de fameux lapins !…

Pour finir, revenons à ce manuel de conversation édité pur Bernardin-Béchet, dont nous avons donné l’autre jour de trop brefs essais : qualifié de « français-anglais, » il s’atteste « belge-anglais » indéniablement. Monsieur rentre à midi, pour se mettre à table ; Madame, d’humeur charmante, lui signifie qu’elle a préparé le repas à son intention :

J’ai soigné pour vous, dit-elle.

Et lui, satisfait :

— Mangeons, alors. Le temps passera entretemps.

Il explique ainsi son bel appétit :

Cela provient de se promener.

Après le repas, pour récompenser sa ménagère, il s’offre à lui lire le journal (j’espère que c’est l’Amusant) ; la proposition est acceptée avec enthousiasme :

Je suis très curieuse pour apprendre quelque chose.

La lecture terminée, le couple va se ba­lader dans la campagne ; monsieur témoigne de con­nais­sances botaniques :

— Voyez comme ces fruits sont beaux. Ce sont des pommes de terre en fleurs.

On arrive devant un château ; madame souhaite le visiter :

C’est une petite peine pour moi, assure monsieur (qui veut dire : « rien de plus facile »), parce que j’ai connaissance avec le jardinier.

À la servante accourue au coup de sonnette, il demande :

Ne serait-ce pas possible de causer avec le jardinier ?

Avec celui-ci s’engage une conversation au cours de laquelle on apprend que « le château date de monsieur son grand-père » (il a été question, un quart d’heure avant, du maître absent) et que « madame est de descendance noble », car « elle est une duchesse ». Cependant, on fait le tour du… jardinier, sinon du propriétaire, la visite se termine devant une volière qui contient « des oiseaux étrangers » et sur cette réflexion :

Cela sont des oiseaux chers.

Terminons, nous, sur celle-ci que le malheureux Anglais qui recourra au manuel Bernardin »passera bientôt aux yeux de nos compatriotes pour avoir étudié le français, non dans un ouvrage belge, mais à l’école d’une génisse espagnole.

Willy, « En Brabant », in Le Journal amusant : journal illustré, journal d’images, journal comique, critique, satirique, etc., 18/2/1905. Paris. Dessins de Benjamin Rabier.

15 novembre 2017

Les 3 B, ou, Beethoven pour bandonéon sur Brava

Classé dans : Musique, Médias — Miklos @ 22:57


Ce soir sur Brava : la 7e symphonie de Beethoven interprétée par un trio bandonéon, contrebasse et…
Cliquer pour agrandir.

Un 4e B : bravo !

De l’ubiquité de l’immobilier, ou, Des arnaques de Craigslist

Classé dans : Actualité, Médias, Sciences, techniques — Miklos @ 16:44


Arnaque à la location sur le site Craigslist.
Cliquer pour agrandir.

Craigslist, pour ceux qui ne connaissent pas, est un site international de petites annonces dans tous les domaines, allant du cœur (ou surtout : des rencontres sans lendemain) à l’emploi, aux loisirs, à la santé (ou surtout : aux masseuses coquines). On en a précédemment parlé.

Sa réussite tient non seulement à sa gratuité, mais au fait qu’il se décline en de nombreuses versions locales – à un pays ou à une ville. À ce titre, la section « paris » (par exemple) peut se comparer à ce que proposent Le Bon Coin ou Vivastreet, sauf que dans Craigslist la majorité des annonces est en anglais.

Il y existe plusieurs sous-sections consacrées à l’immobilier – achat, vente, hébergement temporaire, recherches et offres de location de longue durée, etc. Si cette dernière s’avère parfois très utile – on peut y proposer ou y trouver des locations en contact direct avec le loueur à des prix assez raisonnables (leur publication en anglais est donc très utile surtout pour les étrangers venant à Paris pour plus ou moins longtemps) –, elle est truffée d’arnaques de tous ordres, comme on peut le voir dans la copie d’écran ci-dessus  : une annonce identique (y compris les fautes typographiques) proposant une location identique située aux quatre coins du monde.

Le pauvre gogo qui y répondra se verra sans doute répondre par le « propriétaire » (ou « la propriétaire », le genre varie ici selon la ville) qu’il est momentanément en déplacement, mais que cela n’empêchera pas la visite des lieux (le pauvre gogo étant en général à l’étranger, cette généreuse offre lui sera inutile) voire la location : il lui suffit de virer, par Western Union (qui permet de rester anonyme et non localisable), une « garantie ». Une fois ceci fait, le « propriétaire » qui n’avait d’autre matérialisation que son mail, se volatilise avec l’argent, laissant notre gogo gros Jean comme devant.

Caveat emptor!

6 janvier 2017

Une pépite conjoncturelle

Classé dans : Langue, Médias, Sciences, techniques — Miklos @ 20:48


Extrait de l’article « Les LED sont-elles dangereuses pour les yeux ? » (Futura Santé, 6/1/2017). Cliquer pour agrandir.

L’article finalement assez inquiétant – il s’agit de la potentielle dangerosité pour les yeux des ampoules LED ayant remplacé les ampoules à incandescence – de Futura Santé est fort bien écrit. En sus, certains termes techniques, difficilement compréhensibles des non initiés (tels que « lumière » ou « œil ») peuvent être facilement élucidés : il suffit de cliquer sur le mot (souligné dans le texte) pour que s’ouvre une petite affichette définissant et illustrant ce terme.

Or (c’est le cas de le dire), voici que l’article confond la conjonction et le substantif « or », comme le montre l’illustration ci-dessus. On vous laisse voir par vous-même si l’explication de « LED » y serait donnée par la définition de « laide », ou celle de « lumière » par les biographies des célèbres frères.

4 janvier 2017

À 105 ans, Robert Marchand frôle la vitesse de la lumière à la virgule près

Classé dans : Médias — Miklos @ 19:44

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos