Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

23 octobre 2017

Des honnêtes gens d’alors et d’aujourd’hui

Classé dans : Histoire, Philosophie, Politique, Progrès, Religion, Société — Miklos @ 13:03


Sylvain Maréchal : Almanach des honnêtes gens. 1788.
Cliquer pour agrandir.

[En cette période de violences ethniques et religieuses de tous ordres de par le monde et du rejet de l’autre sous prétexte d’une différence quelconque, il est salutaire de relire attentivement l’Almanach des honnêtes gens que Sylvain Maréchal avait publié en 1788, ce pourquoi il avait été emprisonné pendant quatre mois et l’Almanach condamné à être « lacéré & brûlé » selon un Arrêt de la Cour de parlement, qui, lui aussi, mérite d’être lu – on l’a également reproduit ci-dessous : les arguments de la Cour d’alors, à peine plus d’un an avant la Révolution française, sont si semblables à ceux des ultra conservateurs de nos jours ! ne croirait-on pas entendre, ici et là, la voix de la fondatrice contemporaine du Parti chrétien-démocrate ?]

Présentation de l’Almanach par son auteur

Dans ce calendrier tout profane, on n’a pas prétendu faire loi. Mais comme mal­heu­reu­sement les habitants de la terre sont divisés de culte, on a tenté de les rapprocher par un lieu commun de fraternité. Le proverbe dit : Il y a des honnêtes gens partout. C’est d’eux & pour eux qu’on s’est occupé ici. L’Almanach des honnêtes gens pourra être consulté également par le catholique & le protestant, le luthérien & l’anglican, le chrétien & le Mahométan, l’idolâtre & l’hébraïsant. On ne doit cependant regarder ceci que comme le germe informe d’un ouvrage plus important ; comme le portique ébauché d’un édifice de paix, où les hommes se trouveront un jour plus à leur aise que partout ailleurs.

Qu’on ne fasse pas l’injure à l’espèce humaine de croire qu’elle n’a produit de grands hommes que ceux dont les noms se trouvent ici, on n’a inscrit que ceux dont on a pu découvrir la date un peu certaine de la naissance & de la mort, indiquées par une n ou par une m.

Les changements qu’on s’est permis s’expliqueront assez d’eux-mêmes.

On a divisé chaque mois de cet Almanach des honnêtes gens par décades, c’est-à-dire de dix en dix jours en sorte qu’il y a dans l’année 36 décades : les 6 jours excédant les 360 jours, serviront d’Chacun des jours que les anciens Égyptiens ajoutaient à leur année de 360 jours pour la faire coïncider avec l’année solaire.épagomènes & peuvent être consacrés si l’on veut à des solennités purement morales : Par exemple,

Une fête de l’Amour au commen­cement du printemps, le 31 mars ou Princeps,

Une fête de l’Hyménée, au commen­cement de l’été, le 31 mai ou Ter.

Une Fête de la Recon­naissance en automne, le 31 août ou Sextile.

Une fête de l’Amitié, en hiver le 31 décembre.

La fête de tous les grands Hommes, aémères, c’est-à-dire, dont on ne sait point la date de la mort & de la naissance, le 31 janvier ou un-décembre,

Quand au choix des personnages, à l’exemple du rédacteur on sera libre d’y substituer tous ceux qui paraîtront mériter la préférence, ou bien d’imiter chacun dans sa famille, ce que le rédacteur a fait pour la sienne, au 21 d’octobre. Un almanach composé en entier dans cet esprit ne pourrait tourner qu’au profit des mœurs.

Le défaut de place n’a pas permis de citer l’année de la naissance & de la mort des grands Hommes de ce Calendrier. On désirerait aussi que chacun d’eux eût été peint d’un trait. On tâchera d’y suppléer dans un petit livret portatif qui paraîtra dans le cours de l’année sous le titre de Dictionnaire des honnêtes gens.

Sylvain Maréchal, Almanach des honnêtes gens, 1788.


Page de garde de la réédition de 1836 de l’Almanach des Honnêtes Gens.

Avertissement de Génin pour la réédition de cet Almanach en 1836

Le hasard m’ayant fait découvrir dans cet almanach une particularité fort extraordinaire, en la rapprochant des événements qui ont suivi sa publication, je me décide, d’après la demande de Entre autres M. le baron de Vincent dont la mort récente laisse de si justes regrets.plusieurs personnes recommandables, à le faire réimprimer à un très petit nombre d’exemplaires ainsi que l’arrêt du Parlement dont je l’ai trouvé accompagné dans la bibliothèque de M. Moüette, mon beau-père, qui le possédait depuis 1788, époque où il fut publié.

Cet imprimé, confondu avec plusieurs productions de ce temps, n’attira d’abord mon attention que par sa conformité avec le calendrier républicain, décrété quelques années plus tard ; en effet, les mois y sont divisés par décades, et les jours excédant cette division y figurent comme jours complémentaires à la fin de chaque mois de 31 jours ; les noms des saints y sont remplacés par ceux des hommes les plus célèbres de l’antiquité ou des temps modernes, et chacun suivant le jour de sa naissance ou de sa mort ; ainsi Jésus Christ y est porté au 25 décembre, jour de la Nativité, et l’amiral Coligny au 24 août, jour de la Saint Barthélemy… ; mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque, parcourant cet almanach avec plus d’attention je remarquai qu’un seul jour de l’année n’était rempli d’aucun nom… et se trouvait être le 15 août !… jour de la naissance de Napoléon !!… Cette lacune est en effet tellement étrange qu’on ne sait à quoi l’attribuer ; serait-ce au hasard?.. ou l’auteur de cet almanach n’a-t-il trouvé aucun nom célèbre à placer à cette date?.. ou enfin voulait-il se la réserver pour lui-même parce qu’il était né le 15 août ?… On ne peut le supposer, puisque rien ne l’empêchait d’user du privilège qu’il accorde à chacun de ses lecteurs, de se substituer à tel nom qu’il voudra, comme il l’a fait au 21 octobre, jour de la naissance de son père…. ; mais, quelque soit la cause ou le motif de cette lacune, toujours est-il qu’elle est si remarquable par l’application qu’on peut lui faire aujourd’hui du nom de Napoléon, qu’elle ne devait pas rester plus longtemps inconnue.

Un ouvrage publié en 1813 par M. Sallier, ancien nombre du parlement de Paris, intitulé Annales françaises depuis 1774 jusqu’en 1789, Page 304 . « Parmi les écrits de ce temps, dit M. Sallier, il y en a un qui ne fut regardé alors que comme une débauche d’imagination, et qui devint par la suite le type d’une loi importante ; il avait été imprimé dès l’année précédente, mais la censure du parlement en avait arrêté la publicité. Il reparut avec éclat, à la faveur de la licence de 1789. C’était un calendrier intitulé Almanach des Honnêtes Gens pour l’an Ier de la raison : les divisions des mois étaient de dix jours appelés décades ; il y en avait trente-six par année et cinq jours laissés dans les mois de trente et un jours. On proposait de a faire de ces cinq jours excédents, que l’on nommait Épagomènes ou intercalaires, des fêtes à l’amour, à l’hymen etc., etc……. Cette feuille portait un nom d’auteur, celui de Pierre-Sylvain Maréchal. »fait bien mention de cet almanach comme ayant été réimprimé en 1789 a la faveur de la licence de ce temps. Mais, l’auteur ne parlant pas de la lacune que je remarque sur l’original (quoiqu’en 1813 Napoléon fût parvenu à l’apogée de sa gloire), je suis porté à croire qu’elle n’existait point dans l’almanach réimprimé que Sallier avait alors sous les yeux, ou plutôt qu’il ne l’a pas aperçue; car je viens de la découvrir encore dans Cette réimpression, qui ne porte point de date et contient exactement la lacune, offre cependant une différence avec l’orignal : c’est la suppression du dernier paragraphe de l’almanach, indiquant la demeure de l’éditeur et finissant, comme le porte l’arrêt du Parlement, par ces mots : soit ployé dans un étui. Aussi l’arrêt, reproduit à la suite de ce petit almanach, pour être d’accord avec cette suppression, porte-t-il que l’imprimé se termine par ces mots : Dictionnaire des Honnêtes Gens, qui sont ceux de l’avant–dernier paragraphe.un de ces almanachs réimprimés depuis avec l’arrêt du Parlement, sous le format d’un almanach de poche. De plus, cette même lacune n’est point signalée dans la Biographie nouvelle des contemporains, qui cependant fournit J’ai cru devoir reproduire cette notice à la suite de l’arrêt du Parlement, pour mieux faire connaître l’auteur de l’Almanach des Honnêtes Gens.une notice assez étendue sur M. P. Sylvain Maréchal ; enfin l’Almanach des Honnêtes Gens y est désigné comme livre, et non comme simple calendrier ou almanach de cabinet en feuille tel que le mien. Sylvain Maréchal aurait-il composé un Almanach des Honnêtes Gens plus développé que celui condamné par le Parlement, et auquel on pouvait donner le nom de livre ? ou C’est tort qu’on attribue à Sylvain Maréchal les Anecdotes peu connues sur les journées des 10 août, 2 et 3 septembre 1793, Paris 1793. J’ai entre les mains une brochure in-16, portant bien la même date et ayant pour titre Almanach des Honnêtes Gens, avec des prophéties pour tous les jours de l’année et des anecdotes peu connues ; mais cet ouvrage est loin d’être l’œuvre de Sylvain Maréchal, car il est composé dans un esprit tout à fait opposé aux idées politiques du temps. Peut-être son auteur a-t-i1 voulu sauver son livre par le titre et se donner, sous l’enveloppe du républicanisme, le droit de le persifler tout à son aise. Je dirai même que le calendrier, donné dans cet almanach, n’est que le calendrier ordinaire et non celui de Sylvain Maréchal ; qu’enfin tout ce qui est traité dans ce petit outrage, sous le titre d’Éclipses, de Prédictions, etc., n’est qu’une suite d’allusions mordantes contre les désordres de l’époque et les auteurs de la révolution.

Il n’en est pas de même de l’Almanach des Républicains, Paris 1793, broch. in-16, par l’auteur de l’Almanach des Honnêtes Gens : on retrouve dans cet ouvrage tout ce que promettait le premier, et de plus le cynisme politique qui avait gagné les plus chauds partisans de ce temps de désordre. Dans cet Almanach des Républicains, pour servir à l’instruction publique, l’auteur avait conservé une grande partie des noms placés dans son almanach de 1788. Mais il avait cherché à leur donner alors quelques titres & l’admiration des républicains. C’est ainsi que dans son commentaire sur Moïse, qu’il place toujours au Ier mars, il dit : « Moïse, ce grand homme possedait à fond la théorie des insurrections, et il sut la mettre en pratique en délivrant les hébreux, qui ne le méritaient guère, de l’aristocratie égyptienne. »

« Turenne, Quel capitaine c’eût été sous la république française ! »

« Ninon de l’Enclos, Citoyens, nous vous demandons grâce pour cette femme, c’était une républicaine en amour et un homme en affaires. »

Ce qu’il dit de Fénelon, de Catinat, de Voltaire, de Washington, de Machiavel et de Sully, n’est pas moins ridicule et bizarre. Je dois aussi faire observer que, dans cet almanach, la lacune laissée au 15 août dans l’almanach de 1788 est remplie par le nom d’Urceus, poète philosophe et critique sévère. Mais ici, l’auteur ne pouvait pas laisser de lacune, puisque chaque jour de l’année devait offrir son commentaire pour l’instruction publique.se trompe-t-on sur la forme et le contenu de cet almanach, faute d’un exemplaire qui appartienne à l’époque même de sa publication ? Dans cette hypothèse, la réimpression de cette pièce et de l’arrêt qui l’accompagne doit offrir un nouvel intérêt, et pourra satisfaire la curiosité des amateurs, jaloux de rechercher les moindres documenta relatifs aux annales de ce temps surtout s’ils se rattachent à l’homme extraordinaire qui a si longtemps rempli le monde de son nom et de sa gloire.

J’ai fait réimprimer l’almanach et l’arrêt du Parlement avec toute la précision d’un fac simile (hors cependant la forme plus perfectionnée des caractères qui servent aujourd’hui à l’impression), afin que ceux qui auraient entre les mains des exemplaires de ces deux pièces puissent juger si elles sont de l’édition primitive ou de celles qui ont paru postérieurement, et ne présenteraient pas dèd lors tous les caractères de l’original que je possède : car ce que j’ai dit dans, une des notes qui précèdent prouve assez le peu d’exactitude des réimpressions qui ont été faites. Au surplus l’arrêt du Parlement, rendu presque aussitôt que la publication de l’almanach, doit nécessairement avoir atteint une très grande partie des exemplaires qui avaient déjà paru ; et le mien, devenu fort rare, se trouvera du moins reproduit par cette réimpression, dont je ne compte disposer qu’en faveur de quelques bibliothèques publiques et particulières, où elle pourra être consultée. Quant à l’original, j’offre très volontiers d’en donner communication aux amateurs qui désireront s’assurer de tous les caractères d’authenticité qu’il présente et y voit la lacune que personne jusqu’ici n’avait encore relevée, et qui rend cette production si extraordinare.

GÉNIN.

Nancy, le 17 Avril 1856.


Page de garde de l’arrêt de la cour du Parlement, 7 janvier 1788.
Cliquer pour agrandir.

« Arrêt de la cour de Parlement, qui condamne un imprimé, sans nom d’imprimeur, ayant pour titre : Almanach des honnêtes gens »

Arrêt de la Cour de Parlement
qui condamne un imprimé, sans nom d’imprimeur, ayant pour titre : Almanach des honnêtes Gens, à être lacéré & brûlé, par l’Exécuteur de la Haute- Justice, dans la Cour du Palais, au pied du grand Escalier d’icelui.

Extrait des registres du Parlement,
Du sept Janvier mil sept cent quatre-vingt- huit.

Ce jour, à l’issue de l’Audience du Rôle, les Gens du Roi sont entrés ; &, Me Antoine-Louis Séguier Avocat dudit Seigneur Roi portant la parole, ont dit :

Messieurs,

Nous venons de prendre communication de l’Imprimé que la Cour nous a fait remettre, dont elle nous a chargés de lui rendre compte, & sur lequel elle nous demande des conduirons.

Nous nous arrêterons d’abord au titre de cet écrit vraiment scandaleux ; il est intitulé Almanach des honnêtes Gens. Pourrait-on se flatter de comprendre quel est le but de l’auteur de cette misérable production ? Veut-il que ce soit un Almanach à l’usage des honnêtes gens seulement, ou plutôt n’a-t-il pas voulu présenter ce catalogue, comme devant servir à remettre sans cesse sous les yeux tous les hommes, prétendus honnêtes, dont il pense que les noms doivent faire époque dans les fastes du genre humain ? Cette question serait un problème, si le rédacteur de cet Almanach n’avait pris la peine de nous instruire lui-même de son intention.

On lit dans une note : Il y a des honnêtes gens partout, & c’est d’eux & pour eux qu’on s’est occupé ici. Cet aveu fait disparaître jusqu’au moindre doute. Ce Calendrier nouveau est fait pour les honnêtes gens, & ne contient que la nomenclature des gens honnêtes : c’est-à-dire, que tous ceux qui y sont compris, ont droit de prétendre au titre d’homme honnête, titre honorable, si prodigué aux sectateurs du matérialisme par les philosophes modernes, & si rare parmi eux en effet, d’après l’absurdité de leurs principes, puisqu’ils ne pourront jamais croire la doctrine qu’ils enseignent.

Si de l’examen du titre, nous descendons dans le détail des noms compris dans ce nécrologe, nous voyons, avec douleur, que cet esprit insensé, sous prétexte d’amuser ou d’intéresser la curiosité publique, s’est: permis de publier une collection bizarre de personnages, étonnés de se trouver réunis, & d’avoir tous le même genre de célébrité. L’auteur place à son gré à chaque jour de l’année combinée suivant le style ancien, les noms les plus respectables à côté des noms les plus dignes de mépris ; ou du moins qui ne sont pas exempts de blâme. On est indigné de voir Moïse rangé dans la même classe que Mahomet. Hobbes, Spinoza, Voltaire & Freret sont sur pris d’être honorés comme Bossuet, Pascal, Fénelon & Bourdaloue. Socrate & Platon ne sont pas plus recommandables qu’Épicure & Démocrite ; Spartacus est égal à Cicéron ; Caton n’est pas plus vertueux que l’assassin de Jules César ; Vespasien ressemble à Marc Aurèle ; Titus est mis en parallèle avec Cromwell ; & Julien se trouve à côté de l’Empereur Trajan.

Quelle idée 1’auteur s’est-il donc fait de ce qu’on peut appeler un honnête homme ? Quelle est sa façon de penser sur ces êtres privilégiés qu’on doit proposer pour modèles aux siècles à venir ? Quel est son système, lorsqu’il place sur la même ligne Plutarque & Boindin, Soliman & Louis IX, Sully & Machiavel, Wolf & Colbert, Bayle & d’Aguesseau ? Que devient l’honneur & la vertu de la plus belle moitié du genre humain, si l’espèce de célébrité honteuse que Ninon Lenclos s’est acquise doit consacrer son nom, & lui attirer l’hommage dû à Eudoxie, épouse infortunée du jeune Théodofe.

Cet assemblage monstrueux de personnages, choisis dans l’étendue des siècles, ce rapprochement de noms également célébrés ou fameux, cette réunion enfin des hommes qui ont fait la gloire & les délices de la Terre avec ceux qui ont fait la honte & le malheur de l’humanité, annonce le projet formé depuis longtemps d’anéantir, s’il était possible, la religion chrétienne, par le ridicule qu’on veut répandre sur ses plus zélés défenseurs.

Peut-on lire sans indignation, que cet Almanach est donné pour l’an premier du règne de la Raison, comme si la raison ne pouvait dater son empire que de l’époque qu’un vil troupeau d’incrédules veut bien lui assigner ; comme si le monde avait été jusqu’à présent dans les ténèbres ; comme si les novateurs du siècle étaient venus l’éclairer du flambeau de la vérité. Mais en quoi consiste donc cette lumière de la raison nouvelle qu’on veut faire briller à nos yeux ? Elle consiste à supprimer de nos anciens calendriers les noms de tous ceux qui se sont distingués par leur piété & leurs vertus, & à substituer à leur place les noms des payens, des athées, des Pyrrhoniens, des incrédules, des comédiens, des courtisanes, en un mot des détracteurs outrés ou des ennemis déclarés de notre religion sainte ; & si ces derniers se trouvent confondus avec des noms respectés & respectables, c’est: pour accorder aux premiers une célébrité politique, qui, dans l’intention de l’auteur, s’allie avec son plan destructeur de toutes les institutions religieuses.

Mais ce que nous ne pourrions jamais croire, si nous n’en avions la preuve entre les mains, c’est de trouver le saint nom de Jésus Christ au milieu de cette foule d’imposteurs & d’impies.

Quel blasphème d’associer le nom de notre divin sauveur, Dieu & Homme tout ensemble, le seul objet de notre culte & de notre adoration, à une multitude d’idolâtres & même de scélérats !

Non seulement les mystères de notre sainte religion sont pour ainsi dire écartés, comme les fruits de l’ignorance & de la crédulité, mais l’auteur propose de substituer à nos fêtes solennelles, la Fête de l’Amour profane, celles de l’Hyménée, celle de la Reconnaissance & de l’Amitié, qu’il érige en divinités païennes, pour nous replonger dans l’aveuglement de l’idolâtrie.

C’est en rougissant que nous rendons compte à la Cour des conséquences absurdes & révoltantes qui résultent de cet ouvrage d’impiété, d’athéisme & de folie. Nous ne pouvons envisager l’auteur que comme un frénétique dont l’imagination ne produit que des idées extravagantes & inconciliables. Mais le scandale inouï qu’un tel Ouvrage peut causer dans le public, & le cri général qui s’est élevé au moment même de sa distribution, nous forcent, malgré nous-mêmes, de proposer à la Cour de lui donner une sorte de publicité par une flétrissure éclatante ; & puisque l’auteur n’a pas craint de mettre son nom à la fin de son Almanach, pour se donner à lui-même le juste tribut de louange qu’il croit mériter, en requérant que cet écrit soit condamné aux flammes, comme scandaleux & blasphématoire, nous nous élèverons contre l’auteur, comme impie & blasphémateur.

C’est l’objet des conclusions par écrit que nous avons prises, & que nous laissons à la Cour avec l’imprimé qu’elle nous a fait communiquer.

Et se sont les Gens du Roi retirés, après avoir laissé sur le bureau ledit imprimé & les conclusions par eux prises par écrit sur icelui.

Eux retirés.

Vu l’imprimé commençant par ces mots : Almanach des Honnétes Gens, & finissant par ceux-ci, soit ployé dans un étui. Conclusions du Procureur Général du Roi. Ouï le rapport de Me Gabriel Tandeau, Conseiller. La matière mise en délibération.

LA COUR ordonne que ledit imprimé sera lacéré & brûlé dans la cour du Palais, au pied du grand escalier d’icelui, par l’exécuteur de la haute justice, comme impie, sacrilège, blasphématoire, & tendant à détruire la religion : Enjoint à tous ceux qui en ont des exemplaires de les apporter au greffe de la Cour, pour y être supprimés : fait inhibitions & défenses à tous libraires, imprimeurs, d’imprimer, vendre & débiter ledit écrit, & à tous colporteurs, distributeurs & autres, de le colporter ou distribuer, à peine d’être poursuivis extraordinairement, & punis suivant la rigueur des ordonnances : Ordonne qu’à la requête du procureur général du Roi, & par-devant le conseiller qui sera commis par la Cour, il sera informé contre les auteurs, imprimeurs ou distributeurs dudit écrit, pour l’information faite, rapportée & communiquée au procureur général du Roi, être par lui requis, & par la Cour ordonné ce qu’il appartiendra : Ordonne que le nommé M. P. Sylvain Maréchal sera pris & appréhendé au corps, constitué prisonnier dans les prisons de la Conciergerie du Palais, pour être ouï & interrogé par-devant le conseiller rapporteur, sur les faits sur lesquels le procureur général du Roi voudra le faire ouïr & interroger ; & où ledit Sylvain Maréchal ne pourrait être pris ni appréhendé, sera, après perquisition faite de sa personne, assigné à quinzaine, ses biens saisis & annotés, & à iceux établi commissaire, jusqu’à ce qu’il ait obéi, suivant l’ordonnance. Ordonne que le présent arrêt sera imprimé, publié & affiché partout où besoin sera, & copies collationnées dudit arrêt envoyées aux bailliages & sénéchaussées du ressort, pour y être lu, publié & registré : Enjoint au substitut du procureur général du Roi au Châtelet de Paris, & aux substituts du procureur général du Roi dans les sièges royaux, de tenir la main à l’exécution dudit arrêt, & d’en certifier la Cour dans le mois. Fait en Parlement, le sept janvier mil sept cent quatre-vingt-huit. Collationné Lutton.

Signé YSABEAU.

Et le Mercredi neuf janvier mil sept cent quatre-vingt-huit, ledit imprimé ci-dessus énoncé, ayant pour titre : Almanach des Honnêtes Gens, a été lacéré & brûlé par l’exécuteur de la haute justice, au pied du grand escalier du palais, en présence de moi Étienne Timoléon Ysabeau, écuyer, l’un des greffiers de la grand’ chambre, assisté de deux huissiers de la Cour.

Signé YSABEAU.

28 mai 2017

Culture et communication à la Mairie de Paris

Classé dans : Actualité, Arts et beaux-arts, Langue, Progrès, Sciences, techniques — Miklos @ 17:41

Madame Hidalgo
Maire de Paris
Mairie de Paris
 
Paris, le 27 mai 2017.

Madame la Maire,

En passant en fin de matinée le vendredi 26 mai devant la mairie du premier arrondissement, j’ai contemplé l’accrochage de Miroslav Sekulic-Struja sur ses grilles. La pancarte qui parle de l’œuvre et de l’artiste y parle d’un ouvrage, « Renée Magritte Vu par... » (pancarte que j’ai prise en photo). Or comme vous devez le savoir, il s’agit de René Magritte.


Cliquer pour agrandir.

J’ai voulu le signaler aussitôt. Le gardien à l’entrée de la mairie m’a dit qu’il n’y avait personne pour ce faire…

J’ai alors voulu le signaler sur le site de la dite mairie : à la fin de la saisie, le site me répond invariablement que « Les caractères : <, >, #, « , & sont interdits dans les champs de saisie !  » Or mon message ne comportait aucun de ces caractères (j’avais même supprimé les guillemets partout).

En désespoir de cause, je me suis rendu sur le site de la Mairie de Paris, pour vous déposer le message ci-dessus dans le formulaire de contact qui s’y trouve. Et voilà que je reçois cet « accusé de réception » n° Ref417095 par courriel :


Cliquer pour agrandir.

et pourtant c’était ce que je venais de faire !

Je trouve cette conjonction de problèmes – culturel et commu­ni­ca­tionnels – bien désolante. À toutes fins utiles, je précise qu’étant infor­ma­ticien je sais en général me servir des outils de commu­ni­cation disponibles sur l’internet (quand ils fonctionnent correctement).

Veuillez accepter, Madame la Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

11 avril 2015

Le chemin le plus court d’un point à un autre, ou, Une énigme multimillénaire enfin résolue

Classé dans : Géographie, Histoire, Progrès, Religion, Sciences, techniques — Miklos @ 17:39


Itinéraire proposé par Google Maps pour aller de Haïfa au Mont Hermon.
Cliquer pour agrandir.

On se demande encore et toujours – surtout à cette période de l’année où se célèbre la Pâque juive – pourquoi le peuple juif a erré dans le désert, à sa sortie d’Égypte, pendant quarante ans au lieu de foncer droit vers la Terre promise. Il aurait pu emprunter le court chemin que prendront, bien des siècles plus tard, Joseph, Marie et l’Enfant Jésus, pour s’enfuir en Égypte (on doute qu’il y avait alors des sens interdits qui auraient empêché de le prendre à rebours), comme on peut le constater sur ces plans.

Si la réponse traditionnelle est que ce laps de temps était nécessaire pour effectuer un changement de générations, de sorte que ceux qui entreraient dans le pays de leurs ancêtres seraient des hommes nés libres dans le désert et non pas des ex esclaves de Pharaon, la vraie réponse est bien plus simple : Moïse avait dû utiliser Google Maps pour se diriger.

Pour preuve, voici l’itinéraire que propose notre AMIAspirateur Mondial de l’Information. à tous pour aller de Haïfa au Mont Hermon : 4.160 km (près d’un an à pied, en se reposant le jour du Seigneur, quelque soit votre Seigneur), tandis qu’à vol d’oiseau (il y a beaucoup d’oiseaux dans cette région), il n’y a que 118 km (moins d’une semaine à pied) et des routes carrossables qui permettent d’effectuer ce parcours en 2-3 heures.

Ce qui n’est pas sans rappeler aux dinosaures de l’Internet le chemin que prenaient nos courriels pour aller d’un arrondissement à l’autre de Paris, il n’y a qu’une vingtaine d’années.

Merci à JacobNon, il ne s’agit pas du patriarche dont l’un des fils, Joseph, sera vendu par ses frères à des marchands qui l’emmèneront, devinez ou ? En Égypte. Dont il fallu sortir 400 ans plus tard par des pérégrinations interminables. de nous avoir informé de cette proposition de parcours historique, qui devrait permettre à ceux qui l’emprunteraient de passer près du Mont Sinaï (avec ou sans révélation à la clef).

22 janvier 2015

When web improvement turns into a death kiss

Classé dans : Actualité, Progrès, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 13:15

People have always been on the move (as animals are). As transportation is becoming cheaper and faster, their number is probably on the increase, and thus many are looking for any kind of accommodations. Depending on their finances and their need for short- or long-term accommodations, the available shelters vary from the sidewalk, the bridges of Paris and slums to luxury suites in five-star hotels or hôtels particuliers in the best neighborhoods. Two affordable alternatives are available for those looking for a short-term and mid- to long-term roof: couch surfing and house share respectively.

Couch surfing denotes free hosting for a couple of days of a traveler by a host who provides at least a sleeping space – anything for a floor (preferably in a sleeping bag) to an individual couch or a shared one – and, optionally, one or more meals, socializing, etc. The closest (paying) alternative is bed-and-breakfast.

Houseshare denotes the rental of a flat by several independent people, each one usually occuping a separate room and sharing common space and utilities (bathroom, kitchen, living room…).

As expected, an increasing number of websites provide ways to find such hostings.

EasyRoomMate.com / Appartager.com

This international freemium site allows for advertising and searching for (usually) single rooms to rent in a flat. It has localized versions in a number of countries (and thus languages). There are two kinds of distinct profiles, one for people who offer a housesharing space, one for people who look for such a space. Either kind of user can search for the other kind (and only for them: a renter cannot look for, nor peruse, profiles of other renters, the same goes for owners) by a few criteria (such as neighborhood, age, gender and occupation – free keyword search is not available) and send personal messages to the person(s) he wishes to contact. Creating a profile is free of charge as well as posting a room and/or searching for one, but communication between two non-paying members is actually impossible: at least one of them needs to subscribe to the site.

This site has had unfixed bugs for years, most notably some related to the handling of cookies with specific widespread browsers, but it was overall usable. There has however been one major recent change, probably due to the wish to make it more usable on mobile devices and match new interface paradigms, which have removed important search feature to such an extent that it has become quite unusable for some heretofore available usages: people who have a room for rent in the future – say a couple of months from today – can’t filter anymore (this used to be possible) the potential roommates by their desired date of entrance, while this date is mentioned in the profiles. As a result, the list of responses they get is so long (especially in large cities where it can number many hundreds of profiles) and unwieldy as most of the responses are irrelevant to the request. Other search facets have been removed (such as amount of rent willing to pay, sexual orientation, for those who cared to mention it), and as there is no free search in the text of the profiles, there is no substitute for this loss.

This is a case where spiffy interfaces have taken over usefulness and efficiency, an all-too-common phenomenon in this world of appearances.

Couchsurfing.com

This more-than ten year old site is a free exchange platform for travelers and hosts, allowing for people who most likely would never have met to do so and thereby enrich their personal experience.

Anyone can create a profile (which he can use both as a host and traveler – there are no separate profiles for either contrarily to EasyRoomMate, and this is good: anyone can be, at any time, either a traveler or a host) providing as little or as much information about himself, on what he’s willing to share when traveling or hosting, and, if hosting, on the kind of provided space and conditions. Users can upload any number of photos to their profile (themselves, their hosts or guests, their house, their town…) and group them in thematic folders. Travelers can publish public travel requests which can be searched by potential hosts, while travelers can search by hosts. Groups – public thematic forums that any user can create – allow for public exchange on any topic. Users can send a personal request (host invitation or hosting request) to any other person and communicate via a personal messaging system until the “deal” is clinched. Once a traveler has stayed with a host, he can write a reference which will be displayed on the host profile (for future potential travelers to see) and conversely, the host can write a reference on the profile of the traveler he just hosted. References can be qualified as “positive”, “neutral”, “negative” in addition to the free text describing the hosting experience. Last, any two profiles can mark each other as friends (much like in Facebook), and this will show on both people’s profiles.

Late 2014, the site has undergone major technical restructuring, in an apparent attempt at making it “faster, more reliable, and easier to use across web and mobile”. But as an increasing number of users have noticed and publically complained, the new site suffers from many new problems, some of them bugs, other ones design problems (useful features having disappeared).

What adds to the frustration of users is the lack of information about the process of evolution of the site. There was a known site issues page but it was left empty, and it has now disappeared. There is no public buglist, there is no roadmap to speak of, other than a page listing intentions without implementation dates.

As a consequence, the number of valid hosting requests, of group participation and of overall usefulness of the site has decreased, as far as I can see as a day-to-day user. Some have just given up and migrated to other sites. At the same time, “noise” has increased (cut-and-paste impersonal requests from empty profiles, etc.; see below).

Profiles have been so simplified, excluding HTML formatting and inline images which made them nicer and better structured. The only structuring in the new interface is through a fixed number of section titles which are much less visible than the text itself and thus harder to peruse. The date (day, month, year) of creation of the profile isn’t shown anymore, just the year: as a consequence, a profile could be a day or a year old, there is no way to know anymore. The types of, and reasons for, friendships aren’t displayed anymore. When one writes a reference without a return reference, it doesn’t show on one’s profile. It is now impossible to create new folders for photos in one’s profile: every newly uploaded photo has to go into an existing folder, even if none reflects (by its name) the type of that new photo.

The groups one belongs to aren’t shown on one’s profile, nor is there a way to find all one’s (or anyone else’s) posts to groups. When one posts a request for hosting in a group, the number of travellers, number of references and friends don’t show along the title of the request in the discussion list, one has to click more than once so as to see this info. Search for groups is missing such important functions that the returned list, sometimes quite long, is useless: e.g., searching for groups by the word “piano” returns dozens of groups, some which have 0 or 1 members (sic), some which have been inactive for years, and there is no way to filter them out or sort them by currency or number of members: they have to be perused one by one.

The use of the onsite mailbox has become totally inefficient: there is no way to search among the received mail by name of sender; there is no way to delete from the mailbox irrelevant mail; there is no way to see pending and past hostings; there is no way to see if one’s sent messages have been read. Additionally, the site has now (as of 1/18/15) randomly stopped notifying some users by email the reception of messages and requests: this was a very useful feature indeed, as it allowed for instant notification without the need to connect repeatedly to the site. While support didn’t reply to reports of this bug, the Couchsurfing head of product replied that this was happening to users whose email was hosted by Hotmail due to the fact “they [Hotmail] think couchsurfing email is spam”. These notifications started being distributed later, each with a 48 hour delay, which impacted negatively exchanges for emergency hosting.

For people about to travel, there was a way to create a so-called Public Trip, indicating the destination, dates, number of travelers and some free info from the travelers. Hosts could then search in the list of public trips to their city for people to host and invite those that they select (a.k.a. proactive hosting). But two things have happened to that feature. First, bugs have been introduced. Search by arbitrary keywords totally failed until a few days ago, regardless of the keyword even when it was patently present; when this was finally fixed, it turned out to be limited only to the public trip description (which can be quite short) and not to the whole profile of the traveler (contrarily to the search for hosts, where keyword search looks in the profiles). This is indeed very restrictive: one can’t search anymore for travelers sharing, say, similar tastes or characteristics (“music, “gay”…) as described in their profiles. The second change is that the link for creating a Public Trip isn’t that easily located. Additionally, the online documentation (FAQ), which describes Public Trips, says “Learn more about Public Trips here” – but “here” is a link to a forbidden page!

The hosting request form, allowing a traveler to send a personal request to a potential host has been simplified in such a way that surfers don’t feel they have to explain why they would like to stay with this specific host (in the previous version there was a specific section for this purpose), whence the cut-and-paste irrelevant requests abound now. More than 50% of the requests come now from people who haven’t bothered filling sometimes even one word in their profile: it would be so easy to prevent them from sending requests unless there is a certain number of words and at least one photo in their profile.

For hosts, the site has gone worse too: as mentioned above, the search by keyword was bugged and is now lacking. Moreover, there is no way to filter travelers by number of travelers in the party: so if one can host only one person, there is no way to select only single travellers. Filtering by country of residence requires one to know the precise form and spelling of the name of the country the site uses including capitalization: there is no list prompting for such names. As a consequence of all of these missing features, the returned list to a search is often so long – hundreds of profiles, some listed repeatedly, more than once, which makes the list even longer – that it is functionally useless.

Last but not least, support has ceased acknowledging bug reports. Also, patently obvious bugs which have been reported already a while ago are still in place.

It appears Couchsurfing has been trying for quite a while to find ways to monetize their site (beyond the optional identity validation which allows users to have their profile marked as validated, for a small one-time fee): advertisement, transaction fees, premium services, etc. But who in his right mind would like to advertise or pay for an increasingly disfunctional site, which failed in their stated goals to make the site “faster, more reliable, and easier to use across web and mobile”?

12 octobre 2014

Life in Hell : Agent Orange, ou, Une pénible fibroscopie

Classé dans : Actualité, Cinéma, vidéo, Progrès, Sciences, techniques — Miklos @ 0:48

Orange a relié l’immeuble d’Akbar à la fibre optique. Une fois passé le délai de trois mois imposé par l’Arcep, un agent d’Orange appelle Akbar pour lui faire une offre commerciale particulièrement alléchante : un abonnement mensuel quasiment au même tarif qu’il paie à Free – dont il souhaite vivement se libérer – pour un débit plus que décuplé, et en sus avec une promotion qui réduit ce coût de près de 50 % pendant un an. Akbar demandant à réfléchir, le commercial lui fournit son adresse électronique au cas où il aurait d’autres questions à lui poser.

Réflexion faite, Akbar est tenté, mais il lui reste effectivement quelques questionnements. Il envoie un mail à son interlocuteur et attend une réponse. Elle ne vient pas. Il le relance. Sans effet. Au bout de plusieurs jours, il décide d’appeler Orange et reçoit des réponses satisfaisantes de vive voix. Il décide alors de passer commande en ligne.

Ô surprise, comme par coïncidence, l’alléchante promotion s’est terminée la veille, et celle qui vient d’entrer en vigueur est bien moins intéressante. Akbar rappelle Orange et proteste : il avait écrit en temps et en heure pour demander un complément d’information nécessaire à sa prise de décision, et c’est Orange qui n’a pas répondu, était-ce pour attendre la fin de l’alléchante promotion, susurre-t-il dans le combiné ? Son interlocutrice lui répond que c’est comme ça, elle ne peut rien faire. Akbar demande à quelle adresse écrire pour protester, l’interlocutrice lui dit d’attendre un moment.

Reprenant la communication, elle lui dit qu’elle pourra lui faire bénéficier de l’alléchante promotion s’il passe commande sur-le-champ, avec elle. Akbar lui dit qu’il est d’accord, si seulement elle en fera bénéficier aussi Jeff, qui attendait la décision d’Akbar pour faire son choix. Madame Orange lui répond que c’est d’accord si Jeff passe aussi commande avec elle dès qu’elle en aura fini avec Akbar. Ce dernier appelle son compère sur un autre téléphone, et une fois obtenu son accord, il passe commande.

Quelques jours plus tard, un technicien efficace et aimable vient poser la fibre. Même s’il se plante en raccordant la télévision à la box – c’est Akbar qui réussira à le faire correctement –, tout le reste se passe bien. Avant de partir, il remet à Akbar un papier qu’il lui faudra apporter à une boutique Orange pour bénéficier du remboursement quasi-total du décodeur pour la télévision.

Le lendemain, Akbar recherche sur le site d’Orange l’adresse et les horaires d’ouverture de la boutique la plus proche. Elle se trouve au Forum des Halles, porte Lescot et, dit le site, est ouverte ce jour-là. Il s’y rend. Une fois arrivé, il trouve porte close : pour cause de travaux, la boutique a été transférée porte Berger. Il s’y rend. Une fois arrivé, il trouve porte close : pour cause de travaux, la boutique a été transférée au-delà de la place carrée. Il s’y rend, et celle-là est bien ouverte. Vu le temps depuis lequel les travaux aux Halles ont commencé, Akbar se demande pourquoi Orange n’a pas mis à jour son site.

Rentré chez lui, il regarde finalement sa chaîne musicale favorite. Il s’aperçoit que l’image est un peu étirée verticalement : c’est sans doute le fait du format de l’écran – 4/3 – qui n’est pas reconnu par la box, qui croit qu’il s’agit d’un 16/9. Il trouve comment configurer cette information sur la box, mais sans effet sur l’image.

Il se décide à se connecter au support en ligne d’Orange. Avant d’être mis en relation avec un technicien, il doit renseigner son numéro de téléphone, son nom et son adresse. Puis le chat s’engage :

Malcolm : Bonjour, je suis Malcolm, que puis-je pour vous ?

Akbar : Bonjour,

Malcolm : Bonjour, que puis-je pour vous ?

Akbar : On vient de m’installer hier la fibre, option LiveBox Play Fibre. Je ne peux régler le format de l’image sur ma télévision : que je choississe 4/3 ou 16/9 sur le menu, l’image ne change pas de format (et est déformée).

Malcolm : Afin de prendre en charge votre demande, pouvez vous me communiquer votre numéro ligne fixe (commençant par 01, 02, 03, 04 ou 05) et le nom du titulaire associé ?

Akbar : Je l’ai renseigné en me connectant. « 0123456789, Akbar ».

Malcolm : Très bien.

Malcolm : Si j’ai bien compris vous voulez regler le format de la télévision mais ca ne fonctionne pas?

Akbar : Exact : j’accède au réglage dans le menu, mais que je choisisse l’un ou l’autre format, pas de changement de l’image.

Malcolm : C’est a dire le probléme vient de votre télévision?

Akbar : Non, il vient du boîtier Orange qui amène l’image à ma télévision. Avant que j’aie pris Orange, l’image était correcte.

Malcolm : D’accord.

Malcolm : Mais si j’ai bien compris vous changer le format d’image avec la télécommande de télévision?

Akbar : Oui.

Malcolm : Très bien.

Akbar : Mais je le fais dans le paramétrage Orange, pas dans celui de la télévision (il n’y a pas de paramétrage de ce type).

Malcolm : Parfait.

Malcolm : Et quand vous changez de format rien ne se passe?

Akbar : Exact.

Malcolm : D’accord.

Malcolm : Merci de patienter afin que je puisse effectuer quelques tests.

Akbar : OK

Malcolm : Très bien.

Malcolm : Merci pour votre patience.

Malcolm : J’arrive pas accéder a votre dossier avec le numéro 0123456789. Avez vous une adresse mail orange?

Akbar : Akbar@orange.fr

Malcolm : Très bien.

Malcolm : Je vais lancer un test a distance.

Malcolm : Veuillez redémarrer votre décodeur éléctriquement.

Malcolm : Depuis la prise éléctrique.

Akbar : OK, j’y vais.

Malcolm : Très bien.

Akbar : C’est fait, il est en train de se réinitialiser.

Malcolm : Parfait.

Malcolm : Il va prendre quelque minute pour redémarrer.

Malcolm : Puis vous tester a nouveau.

Akbar : Oui, il est en « lancement ».

Malcolm : Parfait.

Akbar : L’image est revenue, elle est au même format qu’avant.

Malcolm : Très bien.

Malcolm : Pouvez vous tester de changer de format ?

Akbar : OK j’y vais.

Malcolm : Parfait.

Akbar : Je suis passé de 4/3 à 16/9, sans effet sur l’image.

Malcolm : D’accord.

Malcolm : Dans ce cas je vous propose l’échange de votre décodeur.

Malcolm : Je vais vous donnez un code d’échange.

Akbar : OK

Malcolm : Très bien.

Malcolm : Je vous prie de rester en ligne le temps que je valide l’échange de votre matériel.

Akbar : D’accord. Pour info : je garde l’actuel jusqu’à l’arrivée de l’autre ?

Malcolm : Merci de patienter.

Malcolm : Je vous prie de bien noter votre code d’échange qui est bien : SAVI-98765432, ce code est valide dans toutes les boutiques d’Orange.

Malcolm : Et je tiens à vous informer que vous disposez de 10 jours pour déposer l’ancien décodeur et récupérer le nouveau décodeur en boutique. Et n’oubliez pas d’enlever votre carte d’accès VIACCESS et de la garder chez vous, celle ci rester toujours fonctionnelle

Akbar : Merci. Est-ce que toutes les boutiques ont des décodeurs sur place, ou il me faudra attendre qu’ils en aient ?

Malcolm : Vous pouvez faire l’échange par la boutique la plus proche.

Akbar : Ce n’est pas ce que j’avais demandé : ma question est : Est-ce que les boutiques ont des décodeurs en stock, ou quand j’apporte celui que j’ai je dois attendre plusieurs jours avant d’avoir celui en remplacement ?

Malcolm : Oui biensur vous trouvez le décodeur.

Malcolm : Voulez-vous qu’un expert d’Orange vous rappelle pour s’assurer du rétablissement de vos services ?

Akbar : Pas nécessaire, je le ferai moi-même et s’il y a un problème j’appellerai.

Malcolm : D’accord.

Malcolm : Ravi d’avoir pu vous aider.

Akbar : Merci bonne fin de journée.

Malcolm : Orange vous remercie de votre confiance M. Akbar et vous souhaite une bonne journée.

Akbar localise une autre boutique Orange, plus proche que celle qui n’a de cesse de se déplacer dans les Halles, et y apporte son décodeur qu’il a soigneusement emballé dans son carton d’origine. L’employée le prend et lui en apporte un neuf. Une autre employée ouvre les deux cartons et remplace précipitamment les câbles du nouveau par ceux de l’ancien, va savoir pourquoi se demande Akbar, ils devraient être identiques, non ?

C’est en rentrant chez lui qu’il a la réponse à sa question : en ouvrant le carton qu’on vient de lui remettre, il constate qu’il n’y a pas de câble secteur tandis qu’il y a deux autres câbles identiques (là où il ne devrait y en avoir qu’un) servant à relier le décodeur à la box

Quelque peu furax, Akbar appelle l’agence. L’employée ne veut tout d’abord admettre qu’il manque un câble, et après qu’Akbar le lui ait patiemment et poliment mais fermement réexpliqué, elle lui lance qu’il n’a qu’à venir le prendre.

Akbar refait le chemin vers l’agence. Une fois arrivé, il est accueilli par l’employée qui le regarde en se marrant. Elle lui tend le câble manquant, sans un mot d’excuse.

Rien n’a changé. Il ne reste plus à Akbar qu’à tenter de recontacter le support d’Orange (mission quasi impossible vu la complexité du parcours sur leur site) et, entre temps, de chercher sur quelle chaîne il pourrait regarder ce célèbre film de Stanley Kubrik…

Le lendemain, Akbar passe un long moment sur le site d’Orange à chercher le lien permettant, selon son intitulé, de contacter par chat l’assistance fibre pour un problème de télévision. Il clique.

Le service lui indique une attente de quelques instants d’une vingtaine de minutes. Au bout de dix minutes, une conseillère se connecte. Il se présente comme un nouveau client fibre, et s’évertue à lui expliquer le problème. Après moult explications et réexplications de son côté, elle lui fournit, à deux reprises, l’adresse d’une page censée expliquer comment régler le format de l’image – avec des copies d’écran ne correspondant d’ailleurs pas à l’interface de la LiveBox –, toutes opérations qu’Akbar avait faites sans succès.

Au bout d’une demi-heure de cet échange quasi-surréaliste, elle lui dit qu’elle constate qu’il est relié par la fibre (ce qu’il lui avait dit au début), qu’il se trouve au service ADSL (contrairement à ce qu’affiche la page qui lui a permis de s’y connecter) et qu’elle ne peut rien pour lui. Elle lui explique qu’il n’y a pas de support chat pour les connectés par la fibre (curieux, se dit Akbar in peto, c’est pourtant plus rapide que l’ADSL, non ?) et l’invite à appeler un numéro de téléphone (à la tarification complexe, c’est le moins qu’on puisse dire, ronchonne Akbar) pour joindre un « technicien expert ». Elle s’excuse, elle (pas comme la boutique d’hier, constate Akbar), de ne pas avoir pu l’aider.

Plus tard. Akbar appelle le numéro en question. Il s’entend dire que le temps d’attente est de moins de deux minutes. Et le téléphone égraine « Merci de patienter, un conseiller va prendre votre appel ». La conseillère qui lui répond 12 minutes plus tard écoute son problème, puis le met en attente pour le transférer au service fibre…

Quatre minutes plus tard, un conseiller lui répond d’une voix décidée et nonobstant aimable : « Bonjour, Monsieur Akbar. Je comprends que vous avez un problème avec le décodeur de votre télévision ». Akbar le lui explique ; la réponse est immédiate, efficace et claire : le décodeur ne change pas le format de l’image fournie par la prise Péritel, qui est analogique (et donc assez… ancienne, dit le conseiller délicatement) ; ce n’est pas une impossibilité technique, mais c’est ainsi que le décodeur est programmé. Le technicien ajoute qu’en sortie HDMI (numérique), il arrive aussi que le décodeur ne puisse changer le format.

Akbar est fixé. Il utilisera donc sa télévision en mode 16/9, avec les bandeaux noirs horizontaux (finalement assez discrets puisque de la même couleur que le boîtier du téléviseur), même si en conséquence elle est quelque peu diminuée en hauteur.

Ayant une personne compétente et aimable au téléphone, il en profite pour lui demander comment accéder au paramétrage de la LiveBox elle-même, ce dont son interlocuteur l’informe en quelques mots, puis comment attribuer des numéros IP fixes à son équipement informatique : les réponses sont toujours efficaces et aimables, et l’échange est tout à la fois technique et informatif, rapide et léger.

Enfin un vrai expert, soupire Akbar avec soulagement, et remercie vivement son interlocuteur. La longue et pénible fibroscopie se termine ainsi agréablement.

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos