Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

12 octobre 2018

Une machine à lire innovante, simple et efficace en espace et en énergie

Classé dans : Arts et beaux-arts, Histoire, Livre, Peinture, dessin, Progrès — Miklos @ 22:44

Le Diverse et Artificiose Machine del Capitano Agostino Ramelli dal Ponte della Tresia. Ingeniero des Christianissimo Re di Francia et di pollonia. Nellequali si contengono uarij et industriosi Mouimenti, degni digrandissima Speculatione, per cauarne beneficio infinito in ogni sorte d’operatione ; Composte in lingua Italiana et Francese. A parigi in case del’autore, cõ priuilegio del Re. 1588. (source) Cliquer pour agrandir.

« Ceste cy est une belle & artificieuse machine, laquelle est fort vtile & commode à toute personne qui se delecte à l’estude, principalement à ceux qui sont mal dispos & subiects aux gouttes ; car auec ceste sorte de machine vn homme peut voir & lire une grãde quãtité de liures, sans se mouuoir d’vn lieu : outre, elle porte auec soy vne belle commodité, qui est de tenir & occuper peu de place, au lieu où on la met, comme tout homme d’entendement peut bien comprendre par son dessein. Ceste rouë est faicte auec l’artifice que on voit, à sçauoir, elle est construicte de telle maniere, qu’en mettãt les liures sur les tablettes, combien qu’on tourne la dicte rouë tout autour, iamais lesdits liures ne tomberont, ni se remueront du lieu où ils sont posés, ains demeurereont tousiours en vn mesme estat, & se representeront deuant le lecteur en la mesme maniere qu’ils ont esté mis sur les tablettes. Ceste rouë se peut faire grande & petite, selon la volonté de celuy qui la faict faire, obseruant toutesfois les proportions de chascune partie des artifices de ladicte rouë, comme il pourra fort bien faire, considerant diligemment toutes les parties de ceste petite rouë, & les autres artificies qui se voyent en icelle machine : lesquelles parties sont faictes par mesures & proportions. Et pour donner plus grande intelligence & cognoissance à vn chascun qui desirera faire mettre en œuure ladicte machine, i’ay mis icy à part & descouuert tous les artifices qui sont requis en telle machine, afin qu’vn chascun les puisse mieux comprendre, & s’en seruir à son besoin. »

6 octobre 2018

Life in Hell : Et la SNCF ? Oui, elle aussi !

Classé dans : Actualité, Progrès, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 15:15

Le 22 octobre 1895 à la gare de Paris-Montparnasse.
Cliquer pour agrandir.

Akbar aurait dû s’en douter, ce n’est pas la première fois que la SNCF s’en prend à lui

Giulietta et Romeo, ses chers amis italiens, lui font une proposition irrésistible : visiter l’exposition Mantegna and Bellini à la National Gallery à Londres. Akbar adore Bellini, non pas tant pour ses atmospheric, natural landscapes que vante le musée (pas étonnant, se dit-il, vu le goût des Anglais pour les paysages), mais pour les yeux et les regards des personnages qu’ils dépeints : si lumineux et profonds en même temps, il y est attiré, il s’y sent aspiré, il en perdrait la mémoire. Comment alors ne pas accepter, même s’il se demande s’il lui faudra un visa pour franchir la frontière européenne qui séparera les deux continents.

Le trio finit par s’entendre sur une date, et décide de se rencontrer ce matin-là à l’arrivée de leurs Eurostars respectifs. Akbar se rend sur le site idoine à commander le billet aller-retour. Il s’y connecte à son compte, trouve des horaires et des prix satisfaisants – il devra tout de même se lever à 5h du matin pour le prendre à l’aller – et s’apprête à payer.

Mais voilà que le site l’informe que sa tranche d’âge affichée ne correspond pas à sa date de naissance elle aussi affichée… ce qui est le cas :

Là où ça coince… Cliquer pour agrandir.

Akbar se félicite tout de même qu’ils l’aient rajeuni de 10 ans mais trouve tout à fait incompréhensible cette dissonance arithmétique : c’est le site qui calcule cette tranche en fonction de la date de naissance, pourtant correctement renseignée. En sus, le site lui demande de corriger cette tranche pour continuer sa commande, mais il n’y a aucun moyen pour ce faire.

En désespoir de cause, il appelle le support téléphonique, et oh ! miracle, une personne lui répond rapidement, aimablement et efficacement : elle lui conseille de repartir à zéro avec sa commande sans se connecter à son compte et d’indiquer là où on le lui demande sa tranche d’âge (sans se rajeunir, soupire Akbar). Et oh ! second miracle, tout se termine bien. Pour une fois, resoupire Akbar.

Ci vediamo, Giovanni et Andrea !

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

4 octobre 2018

Life in Hell : Banques, je vous hais (suite)

Banques, je vous hais ! Cliquer pour agrandir.

Akbar en a assez de ses démêlés avec sa banque, Haches Baissées. Il a donc décidé de migrer l’essentiel de son compte (et surtout : de ses débiteurs – taxes et impôts, assurances, syndic, gaz, électricité, internet, téléphone… et il en passe) vers AfterBank, banque toute numé­rique.

Chez AfterBank

Le passage s’effectue sans grandes douleurs, mais rapidement Akbar s’aperçoit que la carte Visa Premier de sa nouvelle banque a des ratées : certains des paiements en ligne qu’il effectue par son entre­mise sont rejetés, d’autres non, et le paiement par contact cesse de fonc­tionner (c’est énervant, ça, mais pas dramatique, au moins comme ça on ne pourra pas la pirater à distance, se dit Akbar in peto). Le service client (non entièrement numérique, lui) lui dit de réini­tialiser la carte, ce qu’il fait. Sans succès.

Chez Trésoreo

Sur les recommandations de Jeff qui l’encourage vivement à ne pas garder son épargne dans un livret mais dans une assurance-vie, Akbar en ouvre une chez Trésoreo, autre banque toute numérique : il remplit les formulaires adéquats et les dépose en ligne. Puis il attend. Au bout de quelques jours, il essaie de joindre le support pour demander ce qu’il en est. On ne peut le faire en ligne, et le numéro de téléphone indiqué pour ce faire est loin d’être gratuit. Après avoir appuyé sur quelques dizaines de touches pour répondre au robot qui veut le diriger sur le bon interlocuteur, il s’entend répondre qu’il y a un problème informatique, et que sa demande en ligne est peut être perdue, qu’il l’envoie par courrier papier s’il n’a pas de réponse la semaine suivante… Tentant de contrôler ses pressions systolique et diastolique, Akbar se dit qu’il attendra. Et finalement, une lettre lui parvient avec les informations pour se connecter à son nouveau compte.

Il lui faut maintenant alimenter cette nouvelle assurance-vie. Le site de Trésoreo propose une page pour ce faire, intitulée « Effectuer un versement sur votre contrat d’assurance-vie », mais le contenu de cette page annonce… « Veuillez nous excuser pour cette anomalie survenue lors du traitement de votre demande. Pour accéder à la page d’accueil de Trésoreo cliquer ici. » Une fois, deux fois, le matin, le soir… pas de changement.

Toujours contrôlant ses pressions, Akbar essaie de joindre le support client (même topo que ci-dessus, Akbar vous passe les détails) et s’entend répondre qu’il y a un (autre) problème informatique qui sera résolu la semaine prochaine. Entre temps, il peut virer de l’argent à partir d’une autre banque vers le compte courant qui « accompagne » le compte assurance-vie, puis remplir un formulaire (papier) qui demande à la banque de virer la somme arrivée sur le compte courant vers l’assurance-vie (vous suivez ? Plus compliqué tu meurs, grommelle Akbar).

Chez AfterBank

Pour effectuer le virement en question, Akbar retourne vers son compte en ligne AfterBank. Il doit d’abord rajouter le compte courant Trésoreo à la liste de ses bénéficiaires (de virements ! de rien d’autre, hein ?) : il renseigne l’IBAN, et arrive sur la page qui lui annonce qu’un code de confirmation lui sera envoyé par SMS. Il clique « OK », et alors… et alors s’affiche « Le service d’envoi SMS est momentanément indisponible, merci de réessayer ulté­rieu­rement »…

Calmement, Akbar essaie de joindre le support téléphonique. Après 4 minutes d’attente, un robot fort aimable lui annonce que « Tous nos agents sont occupés. Souhaitez-vous être rappelé ? ». Akbar opine, et choisit, parmi les créneaux, celui de 9h-12h et se rend disponible pour répondre à l’appel. Qui ne vient pas. . . À 13h30, Akbar rappelle, et tombe finalement sur un « conseiller » qui, à sa question concernant le non-rappel, lui dit qu’ils sont en sous-effectifs (ce n’est pourtant pas un organisme public, s’exclame Akbar silencieusement), et lui conseille de faire la demande d’ouverture dudit bénéficiaire par mail, ce qui sera plus rapide que via le site, même quand celui-ci refonc­tionnera.

Dont acte : Akbar remplit un n-ième formulaire, l’envoie… Et attend toujours ce rajout, plus de 36 heures plus tard. Le lendemain, il rappellera le support téléphonique ; après avoir tapé sur 19 touches du téléphone, il aurait dû tomber soit sur un conseiller (cela tient du miracle) soit sur le robot annonçant qu’ils sont tous occupés : que nenni, ce robot doit l’être aussi, Akbar n’entend qu’une musique de fond répétitive. Au bout de plusieurs minutes il raccroche.

Chez Haches Baissées

Le nouveau conseiller de la banque d’origine d’Akbar (nouveau, parce que le précédent en était parti sans qu’Akbar n’en soit informé) souhaite rencontrer Akbar. Officiellement : pour se présenter, faire connaissance (Akbar se demande s’il doit lui faire part de ses hobbies, et si c’est le cas, il lui demandera les siens). Mais Akbar suspecte aussi que c’est parce que le dit conseiller a dû s’apercevoir que le compte d’Akbar est devenu quasi inactif depuis les déboires de juillet : pas de virements, pas de prélèvements, pas de dépenses…

Lors de ce rendez-vous où Akbar évite de ressasser les griefs qu’il a contre cette banque, le conseiller évoque une assurance-vie qu’Akbar détient depuis des années chez Admirali par l’intermédiaire de Haches Baissées. Il (le conseiller) lui demande d’obtenir les détails du contrat, lui-même n’ayant aucune information sur ce contrat ni de moyens d’en avoir, bien qu’il représente Admirali auprès d’Akbar…

Chez Admirali

Après ce rendez-vous, Akbar cherche à se connecter sur le site de l’assureur, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant. En cherchant sur l’internet ce site, il en trouve un qui est dysfonctionnel (« Un problème est survenu : Le code apporteur de cette boutique n’est pas renseigné, aucun client ne peut être ajouté. ») ; puis un autre, qui ne le laisse pas créer un compte en ligne parce qu’il ne reconnaît pas son numéro de contrat (Akbar frémit) et lui propose d’appeler son robot téléphonique intelligent. Mais son intelligence doit être limitée, puisqu’il finit par dire qu’il ne comprend pas ce dont Akbar a besoin…

Chez Haches Baissées

En désespoir de cause (non, Akbar n’est jamais désespéré), il ne lui reste plus qu’à se retourner vers son conseiller chez Haches Baissées, celui qui lui avait demandé de se connecter chez Admirali. Celui-ci contacte Admirali, qui envoie finalement à Akbar un mail, complété par une lettre recommandée avec accusée de réception lui fournissant le moyen de se connecter à son compte.

Conclusion (toute temporaire)

Akbar se dit qu’il devrait sans doute faire comme Alécaki. Et puis, malèche !

Panait Istrati : Les récits d’Adrien Zograffi, t. IV, p. 57. Bibebook, 1926. Cliquer pour agrandir.

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

9 août 2018

Life in Hell : Banques, je vous hais

Classé dans : Actualité, Progrès, Société, Économie — Miklos @ 11:05

No comment.

Akbar s’était retrouvé malgré lui client de la banque Haches Baissées, ce géant multinational ayant racheté en 2008 la banque qui avait racheté, en 2001, RV, sa petite banque si sympathique, qu’il avait rejoint en 1999, après que la Beh ! Haine Pet (dont il était client depuis son retour en France en 1985, malgré son nom aux consonances menaçantes) ait totalement m…é avec son compte (vous suivez ?).

Ses déboires (et débits) n’ont pas tardé à venir : dès 2009, même. Relevant le défi, peu de temps après il ouvre un compte chez une banque en ligne, After Bank, après avoir comparé l’offre. Il y met ses économies, obtient même une carte de crédit gratuite, tout en continuant à utiliser Haches Baissées pour l’essentiel de la gestion courante qu’il peut effectuer en général en ligne, sans se rendre dans son agence ni passer par son « conseiller » qui, périodiquement, disparaît comme le chat de Cheshire mais sans le sourire ni sans prévenir Akbar, pour être remplacé parfois bien plus tard par un autre conseiller destiné à disparaître tout aussi soudainement.

Mais le mois de juillet a été catastrophique et pas que pour la planète. Akbar souhaite établir un virement mensuel permanent de 250 € vers l’étranger, à commencer impérativement le 1er août : comme il est impossible de l’établir en ligne (bien qu’on puisse rajouter des bénéficiaires et leur faire des virements ponctuels en ligne), il envoie le 9 du mois un courrier (électronique, c’est déjà ça) à la banque pour ce faire. Elle lui répond en demandant les coordonnées du bénéficiaire, ce qu’il fait le jour même. Huit jours plus tard, elle lui envoie (électroniquement, c’est déjà ça) un formulaire à signer (Akbar se demande in peto pourquoi ne l’avait-elle pas fait dès sa première réponse), il obtempère le même jour, le 17, en précisant que, si le premier de ces virements permanents n’est pas effectué le 1er août, il le fera manuellement. Dix jours plus tard, la banque l’informe que ses services centraux n’ont pas sa signature et ne peuvent donc valider la demande – alors qu’ils continuent à honorer ses chèques… –, lui envoyant un autre formulaire à signer pour… valider sa signature (à quoi Akbar se dit que si quelqu’un avait pris le contrôle de son compte, il aurait pu faire n’importe quoi pour le vider à toute berzingue), il obtempère le même jour. Le virement n’ayant pas été effectué à la date requise, Akbar le fait lui-même comme il en avait informé la banque, lui redemandant de ne pas faire ce premier virement. Il constate le lendemain que la somme est partie deux fois, identiquement, et qu’en sus la banque s’est octroyé 25 € de commission sur l’un et 45 € (18 %, précise Akbar sans calculette) sur l’autre (ce qui est loin d’être la petite commission, se dit Akbar).

Question petite commission, justement : il s’avère qu’Akbar reçoit une pension de… 70-75 € mensuellement de l’étranger depuis bientôt deux ans. Ayant constaté que la banque prélevait 25 € par virement (donc, plus d’un tiers !), il était parti en guerre contre elle, et avait obtenu qu’elle s’engage à ne s’octroyer que 12,50 € par virement, tout en remboursant la différence depuis le début. Ce qu’elle avait finalement fait, après des mois d’échanges de courrier de plus en plus allumés (non, ça n’a pas contribué au réchauffement climatique, assure Akbar). Et voici qu’il constate qu’en juillet il a été débité de 25 € sur ce virement, malgré l’engagement formel de la banque.

Ne pouvant joindre un être humain de vive voix dans son agence (pourtant une des plus grandes de Paris) – leur téléphone sonnant dans le vide ou passant parfois à occupé –, il décide de transférer l’essentiel de ses opérations financières vers la banque After Bank : en moins de 24 heures, il modifie ses coordonnées bancaires chez quasiment toutes les sociétés et organismes qui le débitent ou le créditent, et commence à utiliser quotidiennement la carte de crédit fournie avec ce compte.

Mais voilà… même si Akbar peut payer en magasin avec cette carte, voire retirer des espèces dans un distributeur, tous les paiements qu’il tente de faire en ligne sont rejetés, malgré les sommes dérisoires des achats, le contraignant à utiliser la carte liée à son compte Haches Baissées (il se dit qu’il a bien fait de la garder). Il attend toujours la réponse de sa seconde banque qui n’a pu lui fournir d’explication…

Maintenant, Akbar se dit, la haine au cœur, qu’il devra sans doute migrer vers le Mi colchón de DeS’S (aucun rapport avec le diplôme, comme on peut le constater) dont il vient d’apprendre l’existence ici.

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

9 janvier 2018

Les tribulations d’un colis en mer de Chine et ailleurs, ou, Comment les transporteurs Chronopost, DHL DPD et Päckchen n’assurent pas ce à quoi ils s’engagent ?

Classé dans : Actualité, Progrès — Miklos @ 9:54


J. J. Grandville : Les savants envoyèrent un académicien armé de ses ouvrages.

Chronopost, DHL

- 3.1.2017, 12:58, Paris : Dépôt d’une enveloppe au bureau de poste, à destination de Jakarta via Chronopost (coût : 59 €…), pour y être livrée en 48 heures.

- 4.1.2017, 01:04, Leipzig : « Colis en cours d’acheminement ».

- 4.1.2017, 08:58, Leipzig : « Acheminement retardé : départ à la prochaine liaison aérienne ou routière »

- 5.1.2017, 03:41, Jakarta : « Colis en cours d’acheminement » (les heures sont celles de Paris)

- 5.1.2017, 07:20, Jakarta : « Colis entré dans le pays de destination ». Curieux, il semblait déjà s’y trouver depuis plusieurs heures…

- 5.1.2017, 11:08, Jakarta : « Colis refusé par le destinataire. Contact expéditeur en cours. ». Faux et faux, le destinataire était chez lui avec ses proches, personne ne s’est présenté, et l’expéditeur, moi en l’occurrence, n’a pas été contacté.

- 5.1.2017, 11:54, Paris : L’expéditeur appelle Chronopost (nombreux essais, longues attentes). La personne qui lui répond lui redemande l’adresse et le numéro de téléphone du destinataire afin qu’il soit rapidement contacté. Il ne le sera pas. Cette personne confirme aussi que la mention « contact expéditeur » est mise pour la forme, mais que l’expéditeur n’est jamais contacté…

- 8.1.2017, 07:55, Jakarta : « Colis arrivé au SAV agence. Contact expéditeur ou destinataire en cours. » Faux, aucun des deux n’a été contacté.

- 8.1.2017, 11:00, Paris : L’expéditeur se rend au bureau de poste où il avait déposé l’enveloppe. La préposée essaie d’appeler à plusieurs reprises Chronopost, sans succès. L’expéditeur prend le relai. Au bout de quatre appels et une attente de plus de 10 minutes pour le dernier, la personne qui lui répond lui donne deux numéros de téléphone à joindre à Jakarta et le numéro du colis chez… DHL. L’expéditeur s’empresse de les transmettre par WhatsApp au destinataire qui les appelle : ils l’assurent qu’ils effectueront la livraison le lendemain matin.

- 9.1.2017, 6:17, Jakarta : « Livraison effectuée », donc 6 jours après l’expédition au lieu des 48 heures annoncées.

DPD

- 26.12.2017, 21:43, Paris : Commande chez Amazon d’un petit objet produit en Allemagne. Confirmation de commande, annonçant la « livraison rapide » pour « mercredi 2 janvier – samedi 6 janvier ».

- 27.12.2017, 14:47 : « Commande transmise à DPD » en Allemagne.

- 27.12.2017, 17:42 : « En transit » chez DPD Allemagne.

- 27.12.2017, 20:13 : « Nous vous informons que votre commande est en cours d’acheminement. »

- 3.1.2018, 05:59 : « Au dépôt » chez DPD France, une semaine après le début de son acheminement à partir de l’Allemagne…

- 5.1.2018, 08:58 : « En cours de livraison. »

- 5.1.2018, 19:24 : « Tentative de livraison non réussie ». Faux, personne ne s’est présenté : l’acquéreur se trouvait chez lui, à l’adresse de livraison, en compagnie de deux autres personnes qui peuvent en témoigner. Impossible de joindre DPD, message laissé sur le site d’Amazon.

- 8.1.2018, 08:20 : « En cours de livraison ».

- 8.1.2018, 14:24 : « Livré ». Effectivement, avec 2 jours de retard et sans réponse au courrier susdit.

Päckchen

- 5.10.2017, 08:16 : Commande d’un ouvrage à l’intention d’un destinataire en Indonésie. Livraison prévue : « Vendredi 20 octobre – Mardi 24 octobre ».

- 9.10.2017, 00:29 : « Votre commande a été expédiée ». Livraison : « Lundi 13 novembre 2017 », donc près d’un mois après la date mentionnée ci-dessus.

- 23.11.2017, 13:50 : La commande n’étant toujours pas livrée, courrier de réclamation à Amazon. Réponse : « There seems to be a problem with the routing of your package. I did some research with the transporter so that you can receive your order as soon as possible. […] In order to help you at my best, I immediately contacted our carrier, DP_INTL_PAECKCH […]. Exceptionally, for reasons beyond our control, this period may be extended by a few days. This is why we ask you to wait until 28 novembre 2017. […] In order to reduce your inconvenience, I requested a refund of an amount of 13.50 euros. » Il semblerait que le transporteur en question soit Päckchen International, filiale low-cost de DHL pour le transport de petits paquets.

- 17.12.2017, 00:20 : La commande n’étant toujours pas livrée, nouveau courrier de réclamation à Amazon. Réponse : « Given the delay in the delivery of yours order, it seems to me that your package has been lost. » Un remboursement du solde s’en est suivi.

Bilan

Sur trois envois, l’un n’est jamais arrivé à destination, les deux autres sont arrivés en retard, malgré le prix très élevé d’un des deux envois.

Chronopost fait partie de DPD Group, entreprise de messagerie française, filiale du groupe La Poste. Quant à DHL, elle fait partie de Deutsche Post DHL. Quand des sénateurs se recyclent dans les postes

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos