Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

16 octobre 2012

Alla breve. XXXV.

Classé dans : Actualité, Alla breve, Musique — Miklos @ 11:53

[243] Un luthier, vite ! Musician’s Guide Map est un site interactif permettant de géolocaliser facilement des magasins d’instruments de musique. Il en répertorie déjà près de 600, dont 562 en Europe – la grande majorité en France : non pas que ce soit la spécialité nationale de notre doulx pays, mais cette réalisation est sans doute relativement franco-française, malgré le secret dont elle s’entoure : aucune information sur son (ou ses) auteur(s), la page Crédits, truffée d’ailleurs de fautes d’orthographe, ne précisant que le fait qu’il est « protégé par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle et le droit d’auteur ». On suspecte fort qu’il soit la réalisation d’un Sylvain Bouancheau, a.k.a. Sylgoud, titulaire du nom de domaine et amateur d’oud, seul instrument mentionné dans la page Liens dudit site. (Source)

[244] Stefan Zweig le musicien. Celui dont on aime tant lire les nouvelles et les romans a aussi été librettiste, celui de La Femme silencieuse (Die Schweigsame Frau), opéra-bouffe d’un Richard Strauss vieillissant créé à Dresde en 1935 – en l’absence du juif Zweig dans cette Allemagne nazifiée – sous la direction de Karl Böhm (on lira ici avec profit les avatars de cette œuvre). C’est sous son bâton qu’on en trouve un enregistrement de 1959 dans les trois CD accompagnés d’un livre et comprenant nombre d’extraits d’œuvres de Bach à Berg en passant par Haydn, Mozart, Schubert, Mahler, Schoenberg, Webern, et que l’on peut écouter ici. (Source)

[245] Les déboires de Kurt Masur. En avril de cette année, alors que le chef du Gewandhaus de Leipzig dirige un concert de l’Orchestre national de France (dont il avait été le directeur artistique de 2003 à 2008), il chute du podium dans la salle et se fracture l’omoplate, ce qui ne l’a pas empêché de revenir sur scène : en septembre, il ouvre la 19e saison du festival de musique d’Usedom (en mer baltique), et y dirige l’orchestre philharmonique balte de jeunes dans la première symphonie de Chostakovitch. Certains des musiciens – surtout ceux assis à l’arrière de l’orchestre – ont regretté de ne pouvoir entendre ce que disait le chef durant les répétitions : à 85 ans, c’est surtout sa voix qui en a pris un coup. Et là-dessus, on apprend qu’il souffre – à l’instar de James Levine dont on vient de raconter les problèmes – de la maladie de Parkinson. (Source)

[246] Le retour de Georges Prêtre. On avait annoncé en septembre l’annulation pour raisons familiales du concert Trilogie romaine (d’Ottorino Respighi) que devait donner le chef, âgé, lui, de 88 ans, avec l’orchestre philharmonique de Monte Carlo. Il revient au podium diriger cette formation dans un concert qu’il dédie à la mémoire de son fils disparu ces derniers jours à l’âge de 70 ans. Au programme, deux œuvres de Poulenc – dont il était le chef préféré – et une de Moussorgski. (Source)

[247] Saint Ceré en hiver. On connaît le Festival de Saint-Céré, fondé en 1980 et issu des « Rencontres de chant choral » créées dans les années 1960 par Pierre Host. Depuis 1986, l’équipe du Festival gère Opéra Éclaté, une compagnie nationale de théâtre lyrique et musicale. Elle y organise un festival d’hiver qui s’est ouvert samedi dernier avec un concert du chœur Archipels sous la direction de Joël Suhubiette. (Source)

[248] Bordelais majeurs, la Cochonne rit en chœur recrute chez le Pépère ! Il s’agit d’une chorale associative, créée en 2010 afin de « valoriser la chanson à boire, à rire et à manger ». Quant au pépère en question, il s’agit d’un bar à vin, musiques et cochoncetés, pardon, cochonnailles qui organise toutes sortes de manifestations musicales qui ont l’air bien sympathiques, ma foi. (Source)

[249] Le compositeur assassin. On fête (si l’on peut dire) aujourd’hui l’anniversaire du décès de Gesualdo dans des circonstances plutôt gore. Lui-même avait occis sa femme et l’amant de cette dernière, ce qui ne l’avait pas empêché de reprendre, plus tard, une autre femme plus une maîtresse. Mais il devait drôlement (si l’on peut dire) regretter son geste…

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

Alla breve. XXXIV.

Classé dans : Actualité, Alla breve, Musique — Miklos @ 0:59

[236] Ça va très piano, pour les pianos. Comme le montre ce reportage de la chaîne NBC, la vente des pianos a non seulement baissé de plus de 80% ce dernier siècle (aux US ? ailleurs ?) mais ils finissent de plus en plus souvent leur vie dans des décharges publiques. Si au moins ils avaient été donnés à la merveilleuse compagnie Royal de Luxe pour leur lancer de pianos (qu’on a eu la chance de voir au Grand Palais, il y a quelques années)… !

[237] Ça va très bien pour Zubin Mehta. Le célèbre chef d’orchestre indien vient de recevoir des mains de Shimon Peres, président d’Israël, la médaille de distinction présidentielle en reconnaissance de sa contribution à la culture dans ce pays : il y dirige l’orchestre philharmonique depuis 1977 – ayant assisté alors à certains de ses concerts, je peux encore me souvenir du plaisir que j’y avais éprouvé – et a récemment créé un programme d’éducation musicale à l’intention des citoyens arabes d’Israël. (Source)

[238] Jubilé des fringants sexagénaires. Réservez vos places les 25 et 29 novembre à Londres et les 13 et 15 décembre à Newark (New Jersey), si vous êtes fans des Rolling Stones : pour fêter les cinquante ans de leur naissance (en tant que groupe), ils reviennent sur scène après cinq ans d’absence dans un tout nouveau décor de scène plein de langue et de lèvres qui atteindront le public, sans parler d’écrans vidéos et de toutes sortes d’effets hyper-énergétiques. (Source)

[239] Le Fantôme de l’Opéra fête ses 25 ans. Il ne s’agit pas du merveilleux roman de Gaston Leroux (dont on avait précédemment parlé) qui, lui, a fêté ses 100 ans il y a deux ans, mais de la comédie musicale d’Andrew Lloyd Webber, qui a l’insigne honneur d’avoir eu, à ce jour, plus de représentations que tout autre spectacle à Broadway : elle a battu le record précédent détenu par une autre œuvre du même compositeurs, Cats, en 2006, en passant le cap des 7468 spectacles, auxquels se sont rajoutés depuis 2800 autres. Cet anniversaire important (surtout financièrement) aura lieu le 26 janvier 2013. Le spectacle avait été créé à Londres deux ans auparavant, et avait donc fêté ses 25 ans britanniques il y a un an. On ne compte plus les prix qu’il a raflés. (Source)

[240] Mademoiselle Mozart a 7 ans. Stephen Fry dit, pardon, tweete, que la jeune violoniste, pianiste et compositrice Alma Deutscher est le (la ?) Mozart d’aujourd’hui. Dans une vidéo de NBC on la voit composer une sonate pour violoncelle puis interpréter ses œuvres au piano et au violon (simultanément ? l’article ne le précise pas). Elle a aussi composé un court opéra. Mais qu’en pensent les critiques musicaux ? (Source)

[241] Le retour de James Levine. Après deux ans d’absence pour de graves problèmes de santé, durant lesquelles il avait été remplacé par Fabio Luisi, le chef d’orchestre du Met annonce qu’il revient sur scène (en fauteuil roulant) diriger un concert en mai à Carnegie Hall puis, durant la saison 2013-2014, trois opéras – Cosi fan tutte de Mozart, Falstaff de Verdi et Wozzeck de Berg – au Met et trois autres concerts à Carnegie Hall. (Source)

[242] L’opéra romantique à la sauce multimédia participative. Un récital comprenant des arias d’opéras romantiques (Massenet, Verdi, Puccini, Humperdinck…) a été monté et réalisé avec la collaboration du public (c’est tellement dans l’air du temps qu’on n’est pas étonné), qui pouvait fournir, avant le début du spectacles, des citations littéraires accompagnées d’illustrations vidéos ; une fois le récital commencé, les citations s’affichaient ; le public pouvait réagir en envoyant un mot à l’aide d’un iPad ou d’un smartphone vers un site web, d’où il était projeté sur un des écrans dans la salle ; puis la vidéo était projetée, et enfin l’aria était interprétée. À l’entracte, le public était appelé à voter pour choisir des représentations d’œuvres d’art correspondant le mieux aux citations, et les lauréates étaient projetées dans la seconde partie du concert. Wow, man, that’s cool! (Source)

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

20 novembre 2010

Alla breve. XXXIII.

Classé dans : Actualité, Alla breve, Musique — Miklos @ 23:16

[230] Écoutez l’opéra Margaret Garner. Margaret Garner était esclave au Kentucky. Parvenue à s’échapper avec sa famille, ils sont découverts et cernés. Pour éviter de retomber en esclavage, elle jure de tuer ses enfants et de se tuer, et parvient à poignarder sa fille âgée de deux ans avant d’être maîtrisée et emprisonnée. Elle n’est pas jugée pour meurtre mais pour dégradation de propriété – en tant qu’esclave, elle n’a ni droits ni devoirs – et est renvoyée en esclavage avec son mari. Sur la base de cette histoire bien tristement vraie, le compositeur Richard Danielpour, lauréat d’un Grammy en 1991 pour toute son œuvre, et l’écrivain Toni Morrison, lauréate du prix Nobel de littérature en 1993 et du prix Pulitzer en 1988, ont collaboré à la composition de cet opéra dont la première mondiale a eu lieu en 2005. Le rôle titre est interprété par la soprano Denyce Graves, pour laquelle Danielpour a composé la partition du personnage. La National Public Radio américaine (dont on n’a de cesse d’apprécier la grande qualité de la programmation) propose l’écoute intégrale de l’œuvre, accompagnée d’éclairages du compositeur et de la librettiste. Celle-ci précise qu’il ne s’agit pas tant d’une histoire concernant le racisme, mais l’esclavage, ce qui n’est pas la même chose. « Tout le monde, chrétien, noir, juif, européen… a eu des esclaves parmi ses ancêtres. Ce n’est pas non plus à propos du fait de l’esclavage, mais de ses conséquences, de ce qui se passe intérieurement, émotionnellement, psychologiquement, quand on est soumis à l’esclavage. Que fait-on pour transcender cette circonstance ? C’est ce que cet opéra s’évertue à révéler. »

[231] Comment voyager avec un violoncelle. Umberto Eco avait étudié une problématique similaire, celle concernant le saumon. Mais le violoncelle, c’est une autre paire de manches, même s’il n’est pas fumé et qu’on n’essaie pas de le mettre dans le mini-frigo d’une chambre d’hôtel : le problème est en amont. Kristin Ostling, membre du quatuor américain Carpe Diem (aucun rapport avec un autre poisson, la carpe), s’est vu refuser l’entrée en Grande Bretagne du fait qu’elle voyageait accompagnée de son violoncelle, avec lequel elle venait accompagner (juste retour de procédé) gratuitement une conférence à l’Université de Leeds. La raison ? Se basant uniquement sur la taille de l’instrument, le gabelou de Sa Majesté en a conclu qu’elle tentait de s’infiltrer subrepticement pour travailler dans son royaume, et qu’il lui fallait donc un visa de travail en bonne et due forme, pour éviter sans doute qu’elle ne se joigne aux milliers de violoncellistes sdf qui saturent les rues de la capitale. Les autres membres du quatuor, équipés qui d’un violon qui d’un alto, ont pu franchir la frontière comme une lettre à la poste. La morale de cette histoire, la rirette, la rirette, c’est que les universités anglaises devront dorénavant bannir de leurs concerts toutes les œuvres comprenant un instrument d’une taille supérieure à, disons, 75cm, ou alors se contenter de violoncellistes britanniques pur jus (si si, il y en avait eu de bons : Jacqueline du Pré, évidemment, mais aussi Felix Salmond, dont le patronyme facilitait sans aucun doute le voyage avec son instrument en le noyant dans l’eau, en quelque sorte). (Source)

[232] Le chien qui chante. Si nous avons en France un chat qui pêche, les Britanniques, dont on vient de voir qu’ils ont un sens de l’humour bien particulier surtout quand il s’agit de musique et d’espèces animales, peuvent dorénavant apprécier un nouvel opéra à propos d’un chien qui chante. C’est l’histoire d’un chien errant, battu et affamé : « J’ai tout vécu, je suis résigné à mon destin, et si je pleure maintenant, c’est seulement à cause du froid et de la douleur physique, parce que mon âme n’est pas éteinte… c’est vivace, une âme de chien. » Elle est vivace, l’âme russe. Il sera recueilli par un médecin, qui va greffer au malheureux canidé l’hypophyse et les organes génitaux d’un homme venant de mourir. Et c’est là que tout dérape : la gentille bestiole devient odieuse, car le donateur était en fait un ivrogne grossier et sans scrupule, et se transforme en bureaucrate type. Le médecin finira par lui retirer les organes humains et lui remettre les siens. Cette histoire n’est pas sans rappeler la splendide et terrible nouvelle Des Fleurs pour Algernon, mais la précède de plusieurs décennies : il s’agit de Cœur de chien, la nouvelle satirique de Mikhaïl Boulgakov, écrite en 1925 et qui a sans doute inspiré Orango de Chostakovitch (voir brève suivante). Le texte, dans une traduction française de Vladimir Volkoff, est disponible en Livre de poche. L’opéra éponyme a été composé en 2008-2009 par le compositeur russe Alexander Raskatov (fils d’un journaliste connu du célèbre magazine satirique russe Krokodil) sur un livret de Cesare Mazzonis. La première mondiale avait eu lieu à Amsterdam, et il est actuellement représenté pour la première fois à Londres, au English National Opera. Dépêchez-vous, c’est jusqu’au 4 décembre. Pour vous aider à vous décider, voyez ceci. Le chien s’appelle, dans l’opéra, Charik (ce qui veut dire en russe « boulette ») et son rôle est tenu par trois personnes, la soprano dramatique Elena Vassilieva pour sa voix audible de chien, le contre-ténor Andrew Watts pour ses pensées et le ténor Peter Hoare pour sa voix humaine. (Source)

[233] Création mondiale d’un opéra de Chostakovitch. Ou presque. Orango est un opéra « satirique sous forme de fable futuriste » que Dimitri Chostakovitch avait commencé à composer clandestinement en 1932, sur la base d’un livret de l’écrivain Alexis Tolstoï (1882-1945) et le critique littéraire Alexandre Startchakov (né en 1892 et fusillé en 1938). Sujet éminemment séditieux – inspiré partiellement, semble-t-il, de la nouvelle Cœur de chien de Boulgakov dont nous venons de parler –, comme on peut le lire dans l’article du Devoir de mars 2009 qui relate la découverte récente de larges fragments de l’œuvre dans les archives du compositeur au musée de la culture musicale Glinka à Moscou. C’est l’Orchestre philharmonique de Los Angeles sous la direction d’Esa-Pekka Salonen qui aura l’honneur de donner en 2011 la première mondiale de l’orchestration qu’en a effectué le compositeur et musicologue britannique Gerard McBurney, spécialiste de musique russe : il avait étudié au Conservatoire de Moscou et a publié de nombreux articles et textes savants sur la musique russe et soviétique (on peut lire ici un article qu’il a consacré à Chostakovitch à l’occasion du centenaire de sa naissance). On ne sait exactement pourquoi Chostakovitch n’a pas achevé son projet. Salonen émet l’hypothèse qu’on lui a donné le conseil amical de se consacrer à un autre projet, s’il souhaitait rester en vie. (Source)

[234] La nuit des Mayas. La nuit dernière, France 3 a rediffusé un concert de l’Orchestre de Paris sous la direction de Kristjan Järvi (le mardi 27 octobre 2009 au Théâtre du Châtelet), intitulé La Nuit des Mayas… au cœur de la musique sud-américaine. Il tire la première partie de son titre d’une œuvre du compositeur et chef d’orchestre mexicain Silvestre Revueltas (1899-1940), La noche de los Mayas, suite orchestrale (1939) ; il s’agit en fait de la musique pour le film éponyme de Chano Urueta. Plusieurs éditions en ont été publiées après sa mort, notamment une sous forme d’une suite en quatre mouvements par José Ives Limantour, et une autre en deux mouvements par Paul Hindemith. Contemporain moins connu car plus discret d’intellectuels et d’artistes très actifs après la révolution culturelle, à l’instar de Diego Rivera ou de Frida Kahlo, sa musique n’était pas uniquement joyeuse ou exaltante, satirique ou ironique, selon l’analyse qu’en fait le poète Octavio Paz : elle est profondément imbue d’une empathie joyeuse pour l’homme, l’animal et les choses, bien plus signifiante que nombre d’œuvres de ses contemporains. L’enregistrement qu’a fait Esa-Pekka Salonen avec l’Orchestre philharmonique de Los Angeles d’un CD consacré entièrement à Revueltas a gagné un Diapason d’or en 1999 (on peut le voir diriger ici le quatrième mouvement de La noche de los Mayas). Le concert de l’orchestre de Paris comprenait, en sus de cette œuvre, Estancia, quatre danses d’Alberto Ginastera, la Suite pour guitare à sept cordes et orchestre de Mauricio Carrilho et le Concerto pour bandoneon et orchestre d’Astor Piazzolla. Très enlevé et swingant, comme concert. Les notes de programme du concert fournissent des détails fort intéressants sur les quatre œuvres et sur le contexte de leur composition. Pour les anglophones, on conseillera aussi la lecture des notes de programme du Kennedy Center consacrées à cette œuvre. (Source)

[235] L’Italie paie l’Europe pour un concert. Ça ne rigole plus à la Commission européenne : celle-ci a ordonné à l’Italie de lui payer la coquette somme de 720.000 €. Cette somme, prise sur des financements régionaux européens, avait été utilisée par les autorités locales pour organiser un concert d’Elton John au festival de Piedigrotta à Naples en septembre 2009. La raison : ce type de subvention peut servir à soutenir la culture, mais uniquement lorsqu’il s’agit d’investissements structurels à long terme, tels qu’une exposition d’œuvres d’art, la construction d’équipements culturels ou la restauration d’anciens bâtiments. La vache à lait européenne commence à se tarir… (Source)

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

Alla breve. XXXII.

Classé dans : Actualité, Alla breve, Musique — Miklos @ 3:19

[223] Vous avez tout juste une semaine pour… écouter gratuitement la retransmission, par la BBC, de l’enregistrement du concert Electronica donné le 6 octobre au Queen Elizabeth Hall de Londres. Ce concert était consacré aux instruments électroniques avec orchestre ; sur scène, il y avait deux thérémines (dont un joué par Lydia Kavina, petite-nièce de leur inventeur Lev Termen), deux ondes Martenot, six synthés et d’autres gadgets, en sus du BBC Concert Orchestra dirigé par Charles Hazlewood. Les œuvres présentées par Javis Cocker comprenaient : •••» la musique du film The Day The Earth Stood Still (Le jour où la terre s’arrêta) de Bernard Herrmann, qui a composé aussi la musique d’autres films célèbres (Psycho de Hitchcock, Citizen Kane, Taxi Driver) et d’émissions de radio (notamment pour Orson Welles) ; •••» la Suite Delphique (pour Iphigénie en Tauride) d’André Jolivet, pour ondes Martenot et quelques instruments acoustiques ; •••» Smear pour deux ondes Martenot et orchestre, la première œuvre classique et joliment acide de Jonny Greenwood (de Radiohead) ; •••» Journeys Into The Sky pour six synthétiseurs et orchestre, une création de Will Gregory (du groupe – attention avant de cliquer – Goldfrapp), partie expérimentale de son prochain opéra (qui sera diffusé en mars la BBC) consacré au vol stratosphérique d’Auguste Piccard en 1931 ; •••»  Luening*/Ussachevsky* – A Poem in Cycles and Bells & Other Music For Tape Recorder, composée en 1957 par Otto Luening et Vladimir Ussachevsky et adaptée pour bande magnétique et orchestre ; •••» Spellbound Concerto pour thérémine et orchestre de Miklós Rózsa pour le film éponyme de Hitchcock (en français : La maison du docteur Edwardes) ; •••» une orchestration de The Model pour thérémine et orchestre de (attention avant de cliquer…) Kraftwerk par la compositrice Ann Dudley, membre fondatrice du groupe Art of Noise et lauréate d’un Oscar pour la musique de Full Monty. Prévoyez de délicieux frissons dans le dos. (Source)

[224] Pollini et Chopin. Le 7 décembre, le (très grand) pianiste Maurizio Pollini donnera un récital d’œuvres de Chopin à la salle Pleyel. Au programme, Prélude op.45, Vingt-quatre Préludes op. 28, Deux Nocturnes op. 27, Scherzo n° 1 op. 20 et huit des Douze Etudes op. 25. À l’occasion de son soixantième anniversaire, en 2002, Deutsche Grammophon avait sorti un coffret de douze CD plus un bonus couvrant la carrière de Pollini et la variété des genres qu’il a maîtrisés : classique, romantique et contemporaine. (Source)

[225] Deux nouvelles sonates de Vivaldi. Deux sonates inconnues de Vivaldi, ainsi que des œuvres de Haendel, Corelli et Purcell, ont été découvertes dans une collection de manuscrits que possédait un homme d’affaires et acquise par le Foundling Museum de Londres en 2008. Selon des musicologues, il semblerait que ces sonates aient été composées pour des musiciens amateurs. L’une d’elle, en do majeur, sera créée à Liverpool demain dimanche. Le musée en question faisait partie jusqu’en 1998 de la fondation pour enfants Coram, elle-même héritière du Foundling Hospital, institution caritative destinée à recueillir les enfants abandonnés (« foundling » signifie enfant trouvé). Cet hôpital avait été créé en 1739 par un mécène, Thomas Coram, avec, entre autres, l’aide du compositeur Georg Frideric Handel, grâce à des concerts de ses œuvres. Le musée actuel est constitué de deux fonds, l’un concernant l’histoire de l’hôpital, et l’autre consacré à la vie et à l’œuvre de Handel ; c’est la plus grande collection privée concernant Handel. Elle comprend des manuscrits, des livres, des médailles et des œuvres d’art du XVIIIe au XXe siècles. (Source)

[226] Deux pianistes primés aux Pays Bas. Ralph van Raat est le lauréat du Prijs Klassik établi par NTR (service de radiodiffusion et télévision publique spécialisé dans l’information, l’éducation et la culture), qui lui a été décerné pour son plaidoyer sur le thème « composer de la musique aux Pays Bas ». Grand défenseur de la musique contemporaine (plusieurs disques, dont un très récent, chez Naxos), il avait décroché en 2005 le prix Elisabeth Everts, récompensant un musicien prometteur en début de carrière. Ce prix vient d’être décerné à Hannes Minaar (26 ans), lui-même déjà lauréat de plusieurs concours, dont celui de la Reine Elisabeth de Belgique. (Source)

[227] Un jeune chef québécois qui monte, qui monte… Jean-Michaël Lavoie a 28 ans : il a déjà à son actif le poste de chef-assistant de l’Ensemble inter­con­tem­porain ainsi qu’une résidence au Los Angeles Philharmonic en tant que Dudamel Conducting Fellow (Dudamel, faut-il le rappeler, est le très jeune chef de cet orchestre – à peine plus âgé que Lavoie) et va codiriger la création de Quartett, opéra de Luca Francesconi à la Scala de Milan en avril prochain. (Source)

[228] Proust et la soprano sacrifiée. Dans un article intéressant du magazine en ligne Slate.fr, le critique musical Jean-Marc Proust analyse le rôle archétypal de la femme dans l’opéra classique : glorifiée puis sacrifiée, de préférence de façon spectaculaire. « L’opéra aime le gore », écrit-il, exemples (toujours sexués et souvent sexuels) à l’appui. De L’Opéra ou la défaite des femmes écrit en 1979 par la philosophe Catherine Clément au Les femmes et l’opéra d’Hélène Seydoux en 2004, le dépoussiérage de l’opéra s’est accompagné d’une certaine féminisation et d’une libération de la féminité dans la mise en scène et dans l’interprétation du répertoire.

[229] Joyeux anniversaire ! L’Orchestre philharmonique de Liège fête ses cinquante ans en sortant un coffret de 50 CD à 50 €, rassemblant tous les enregistrements parus dans le commerce, dont la plupart ne sont plus disponibles. Œuvres de compositeurs belges, évidemment (à l’instar de César Frank ou de Henri Vieuxtemps), raretés (Léo Ferré en chef d’orchestre), solistes reconnus (Thierry Eschaich, Anne Gastinel…). Fondé en 1960 par Fernand Quinet, directeur du Conservatoire de Liège, l’orchestre aura été dirigé par Manuel Rosenthal (succédant à Quinet), Paul Strauss puis Pierre Bartholomée, et depuis 2001 par Louis Langrée, Pascal Rophé et François-Xavier Roth. (Source)

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

19 novembre 2010

Alla breve. XXXI.

Classé dans : Actualité, Alla breve, Musique — Miklos @ 2:01

[217] Amour, musique, folie. C’est ainsi qu’un journal people pourrait résumer, de façon plutôt réductrice, la vie de Robert Schumann, né en 1810 (et décédé depuis, pour ceux qui le demanderaient). À l’occasion de son bicentenaire, le nouveau centre culturel londonien, Kings Place (« musique, arts, restaurant »), avait organisé une série de concerts et de conférences. Dans une vidéo réalisée à la suite de l’événement deux acteurs et trois musiciens discutent de la musique de Schumann, de ses relations passionnelles avec sa femme Clara et avec Brahms, et de sa descente dans la folie. On y entend des extraits de deux Fantasiestücke et du Quatuor pour piano. Dans une autre vidéo, la pianiste Lucy Parham, qui avait organisé cet événement, parle de son attachement pour la musique de Schumann dans laquelle elle s’est spécialisée et y interprète Das Abends et l’Intermezzo en mi bémol majeur.

[218] Mahler devenu végétarien et bio grâce à Wagner ? Dans une lettre à un ami datée de 1880, Mahler l’informe qu’il est devenu végétarien depuis un moins, et que ce régime a un effet moral énorme. Il lui recommande de manger du pain complet fait à partir de blé poussant sur du compost et moulu à la pierre. Avait-il lu Wagner ? Cette année-là, ce dernier aurait publié un essai sur la nocivité de la viande, à la suite de sa lecture d’« un pamphlet sur l’alimentation végétarienne du français J. A. Gleizis » (source). Il s’agit en fait de Jean-Antoine Gleïzès (1773-1843), auteur (entre autres) de Thalysie, ou Système physique et intellectuel de la nature, publié en 1821, et, en 1841, de Thalysie, ou la nouvelle existence, qui visait à établir les bases scientifiques du « végétalisme ». Wagner possédait dans sa bibliothèque une traduction allemande, Thalysia oder Das Heil der Menschheit, publiée à Berlin en 1872. Persuadé de son propre génie, aurait-il été convaincu de l’argument-choc de Gleïzès, qui écrivait : « Je ferai voir que des hommes, se nourrissant d’animaux, ont pu avoir, à l’aide de quelques circonstances, des portions de raison et de génie ; mais qu’ils n’ont point eu et n’ont pu avoir la raison et le génie absolu ; ou, en d’autres termes, que les peuples carnivores, quelles que soient leur application et leur persévérance dans les lettres, dans les sciences et dans les arts, ne produisent et ne peuvent produire que des ouvrages incomplets, qu’il leur manque toujours la dernière pensée. » Les écrits de Wagner, dans ce domaine comme dans d’autres, auraient aussi influencé Hitler, mais ni lui ni Wagner n’ont été réellement végétariens, et quant à Mahler, il a rapidement cessé de l’être. Ce qu’on sait, c’est qu’il adorait les Marillenknoedel (quenelles aux abricots) que faisait sa sœur. (Source)

[229] Vers la fin du boycott officieux de Wagner en Israël ? Wagner n’était pas le seul antisémite, mais il l’était avec une virulence extrême, ce qui lui avait valu l’admiration particulière d’Hitler qui s’y référait dans bien des domaines, et l’importance donnée à ses œuvres dans l’univers nazi. De ce fait, sans que sa musique soit interdite en Israël, elle n’y avait presque jamais été jouée : on a un vague souvenir selon lequel un orchestre y avait subrepticement mis à son programme une des œuvres de Wagner, et quand il commença à la jouer, une partie du public, indignée, s’est levée, a quitté la salle et a pris leurs Volkswagen pour rentrer chez eux. Apocryphe ou non, cette histoire marque bien la difficulté de gérer des souvenirs si traumatisants. Quoi qu’il en soit, un avocat israélien vient de fonder – à Jérusalem, qui plus est – la Société wagnérienne israélienne, qui vise à « promouvoir la production d’œuvres de Wagner, notamment à l’Opéra de Tel-Aviv, afin de mettre fin au boycottage d’un des plus important compositeurs du 19e siècle. » Simultanément, on vient d’apprendre que l’Orchestre de chambre d’Israël a été invité à jouer à Bayreuth en 2011, non pas dans le cadre du festival (comme l’annonçaient certains journaux), mais à la même période. D’autre part, Katherina Wagner, l’arrière-petite-fille du compositeur et directrice du festival de Bayreuth, a accepté il a quelques mois de permettre l’accès de chercheurs aux archives de sa famille, qui contiendraient 278 lettres de Hitler. (Source)

[220] Py (que pendre ?) à l’Opéra de Paris. L’opéra Mathis der Maler (Matthias [Grünewald] le peintre) de Paul Hindemith entre à l’Opéra dans la mise en scène d’Olivier Py. Selon le (très) critique du Monde, Py y fait figurer « nazis, maîtres-chiens et bergers allemands, chars d’artillerie… [une] tarte à la crème dramaturgique » probablement inspirée par les circonstances de la composition de cet opéra et sa thématique : « Hindemith le compose en pleine période nazie – qu’il évoque avec un minimum de fard, par le filtre commode d’événements du temps passé : révolte/soumission du peuple et des puissants, querelles et idéaux religieux, autodafés, place de l’art et rôle de l’artiste dans la société… ». Mais le lecteur du roman Paradis de tristesse de Py ne peut oublier cette noirceur terrifiante, cette atmosphère étouffante de l’univers délirant qu’il y décrit, celui de la délectation absolue pour la domination-soumission violente et pour le sado-masochisme sanglant vécus dans une exaltation religieuse, et d’établir un rapprochement avec le choix de cette mise-en-scène, du moins telle que la décrit Renaud Machart. Tout en reconnaissant à Py une « extraordinaire inventivité », il n’a pas vraiment aimé non plus l’œuvre (« épais[se] et interminable… pontifiante ») ni la distribution (« ténors assez ingrats de voix… chanteuse à la voix défaite…) ; il n’y aura que le chef, Christoph Eschenbach, qui trouvera grâce à ses yeux (ou plutôt ses oreilles) : « après un premier tableau un rien instable et imprécis (on n’en attendait pas moins de Machart), l’ancien directeur musical de l’Orchestre de Paris s’est révélé un interprète idéal de Mathis ». (Source)

[221] Et après les Beatles et les Monkees... Pour ceux qui les auraient oubliés, les Monkees étaient un group de rock américain qui avait atteint la célébrité dans les années 1966-1968 (avec un revival en 1986). Quant aux Beatles, on ne vous fera pas l’insulte de vous rappeler qui ils étaient. Leur digne successeur est Susan Boyle, dont le second album, The Gift (vous devez tous avoir son premier, I Dreamed a Dream – aucun rapport avec Martin Luther King), qui vient à peine de sortir, a atteint la première place des ventes d’albums simultanément aux USA et au Royaume Uni, phénomène assez rare : selon Sony, il n’y aurait eu que les Beatles et les Monkees à avoir réussi ce tour de force. Neil McCormick se serait-il trompé ? Peut-être pas : il se peut que ce qu’il ait détecté n’ait pas été un épiphénomène, mais le début d’une tendance, le public, jeune ou non, continuant à se détourner des « icônes siliconées et botoxées », à la recherche d’une musique plus… lénifiante et de non-stars : Boyle en est l’incarnation même, elle n’a pas non plus l’étoffe des Beatles. En d’autres mots, elle serait la star des non-stars, en quelque sorte. (Source)

[222] Des millions de musiciens… …ça ne fait pas encore forcément un bon orchestre. Lors de l’émission de télévision chinoise Incroyable talent, c’est le pianiste Liu Wei, âgé de 23 ans, qui a remporté le concours. Petit détail : il a perdu ses mains à l’âge de 10 ans dans un accident et joue avec ses pieds. La Chine possède un nombre phénoménal de jeunes– estimée à 60 millions – qui étudient la musique avec acharnement, et surtout le piano et le violon, du fait du surinvestissement de leurs parents dans leur unique enfant (conséquence de la politique démographique chinoise). Travaillant de nombreuses heures en isolation, ils n’interagissent pas avec d’autres musiciens. En conséquence, le pays n’est pas capable de produire des orchestres de jeunes équilibrés et de qualité malgré cette pléthore, contrairement à ce que réalise par exemple le Venezuela avec sa politique volontariste et son célèbre réseau El Sistema dont nous avions déjà parlé à l’occasion de la nomination de Gustavo Dudamel à la tête de l’Orchestre philharmonique de Los Angeles. (Source)

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos