Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

28 mai 2017

Culture et communication à la Mairie de Paris

Classé dans : Actualité, Arts et beaux-arts, Langue, Progrès, Sciences, techniques — Miklos @ 17:41

Madame Hidalgo
Maire de Paris
Mairie de Paris
 
Paris, le 27 mai 2017.

Madame la Maire,

En passant en fin de matinée le vendredi 26 mai devant la mairie du premier arrondissement, j’ai contemplé l’accrochage de Miroslav Sekulic-Struja sur ses grilles. La pancarte qui parle de l’œuvre et de l’artiste y parle d’un ouvrage, « Renée Magritte Vu par... » (pancarte que j’ai prise en photo). Or comme vous devez le savoir, il s’agit de René Magritte.


Cliquer pour agrandir.

J’ai voulu le signaler aussitôt. Le gardien à l’entrée de la mairie m’a dit qu’il n’y avait personne pour ce faire…

J’ai alors voulu le signaler sur le site de la dite mairie : à la fin de la saisie, le site me répond invariablement que « Les caractères : <, >, #, « , & sont interdits dans les champs de saisie !  » Or mon message ne comportait aucun de ces caractères (j’avais même supprimé les guillemets partout).

En désespoir de cause, je me suis rendu sur le site de la Mairie de Paris, pour vous déposer le message ci-dessus dans le formulaire de contact qui s’y trouve. Et voilà que je reçois cet « accusé de réception » n° Ref417095 par courriel :


Cliquer pour agrandir.

et pourtant c’était ce que je venais de faire !

Je trouve cette conjonction de problèmes – culturel et commu­ni­ca­tionnels – bien désolante. À toutes fins utiles, je précise qu’étant infor­ma­ticien je sais en général me servir des outils de commu­ni­cation disponibles sur l’internet (quand ils fonctionnent correctement).

Veuillez accepter, Madame la Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

6 janvier 2017

Une pépite conjoncturelle

Classé dans : Langue, Médias, Sciences, techniques — Miklos @ 20:48


Extrait de l’article « Les LED sont-elles dangereuses pour les yeux ? » (Futura Santé, 6/1/2017). Cliquer pour agrandir.

L’article finalement assez inquiétant – il s’agit de la potentielle dangerosité pour les yeux des ampoules LED ayant remplacé les ampoules à incandescence – de Futura Santé est fort bien écrit. En sus, certains termes techniques, difficilement compréhensibles des non initiés (tels que « lumière » ou « œil ») peuvent être facilement élucidés : il suffit de cliquer sur le mot (souligné dans le texte) pour que s’ouvre une petite affichette définissant et illustrant ce terme.

Or (c’est le cas de le dire), voici que l’article confond la conjonction et le substantif « or », comme le montre l’illustration ci-dessus. On vous laisse voir par vous-même si l’explication de « LED » y serait donnée par la définition de « laide », ou celle de « lumière » par les biographies des célèbres frères.

19 octobre 2016

Ce violoniste a de la poigne

Classé dans : Musique, Sciences, techniques — Miklos @ 17:51

La chaîne Brava diffusant en ce moment même le Concerto pour violon de Jan Sibelius, interprété par Valeriy Sokolov au violon avec l’orchestre de chambre d’Europe sous la direction de Vladimir Ashkenazy, on était curieux d’en savoir un peu plus à propos de l’adolescent blondinet qui maniait si bien le violon.

Et voici ce qui s’affiche à l’écran : il serait, en sus d’un excellent violoniste, adepte de la boxe anglaise. Pourtant, il n’en a pas telle­ment l’air, et on imagine mal ses mains fines et aux doigts si agiles capables d’envoyer des uppercuts imparables sans en subir des conséquences désastreuses pour son art.

Il n’aura pas fallu longtemps pour trouver que notre AMI à tous a sans doute confondu – voire fusionné – le violoniste ukrainien Valeriy Sokolov (Вале́рій Соколо́в), né en 1986 (et qui devaitImpossible de le savoir : le sous-titrage de la chaîne n’a rien à voir avec ce qui est diffusé, et son site ne fournit pas cette information. avoir 22 ans lors de l’interprétation diffusée actuellement), avec l’ex boxeur amateur soviétique Valerian Sokolov (Валериан Серге́евич Соколов) né quarante ans plus tôt. Encore heureux qu’il ne l’ait pas confondu avec le footballeur professionnel russe Valeri Sokolov (Валерий Андреевич Соколов), de deux ans plus jeune que le soliste en question. À la décharge de notre AMI à tous, certains encouragent la (con)fusion entre Ukraine et Russie, alors avec des noms qui se ressemblent, en plus, où va-t-on, je vous le demande.

À Odessa, tiens ?

27 août 2016

La liste de diffusion : un média de communication comme un autre

Classé dans : Sciences, techniques, Société — Miklos @ 21:10

(source)

Une liste de diffusion est un dispositif infor­matique sur l’Internet comprenant essen­tiel­lement une adresse élec­tro­nique et des abonnés. Chaque abonné (et pour certaines listes, pas que des abonnés) qui envoie un message à cette adresse le voit être auto­ma­ti­quement retransmis aux adresses élec­tro­niques de tous les autres abonnés. Ce dispo­sitif permet donc à ses abonnés d’échanger sur un sujet d’intérêt commun : le propos de la liste.

Chaque abonné peut se désinscrire de la liste, en général en envoyant un message type à une adresse distincte de celle utilisée pour y envoyer des contenus, et/ou sur un site destiné à gérer la liste.

Chaque liste a, en principe, un ou des administrateurs chargés de veiller à son bon fonc­tionnement. Ce sont eux qui déter­minent le degré d’ouverture de la liste : est-ce que les messages doivent être validés par eux avant d’apparaître sur la liste (on dit alors que la liste est « modérée », un anglicisme de plus) ou non ; est-ce que la liste est ouverte aux messages provenant de non abonnés ou non, etc. Une adresse générique de mail (différente des deux autres) est attri­buée à l’ensemble de ces mo­dé­rateurs que l’on peut joindre indé­pen­damment.

Ce texte, écrit après une « crise » dans une liste de dif­fusion spé­cia­lisée consa­crée à la com­mu­ni­cation et aux médias, se voulait une cri­tique rai­sonnée et raison­nable de ce qui s’y était passé. Il n’y a pas été (encore ?) validé par le(s) ges­tion­naire(s) de la liste 24 heures après son envoi.

Ouverte auparavant à tous (non modérée), cette liste autre­fois assez léthargique – moins d’une demi douzaine de messages depuis janvier – a vu soudain s’y diffuser plus de 70 mes­sages en quelque 12 heures, et puis silence total : appa­rem­ment main­tenant modérée et muette comme une tombe, elle a dû être verrouillée par ses admi­nis­trateurs sans l’annoncer aux abonnés, effet boomerang si commun en politique : après le laxisme, le tour d’écrou.

La récente poussée de fièvre sur cette liste de diffusion consacrée à l’« histoire de la com­mu­nication – temps médias société » par le groupe éponyme de Sciences Po. et en relation avec la revue Le Temps des Médias, pourrait faire l’objet d’une étude scientifique (ou d’un article dans leur revue ?), ce que ce billet ne se targue pas d’être. Son auteur ayant déjà assisté à un phénomène quasi identique sur une autre liste – bien plus technique dans son propos – il tente de faire ici un bref résumé des événements assorti de quelques réflexions post liminaires.

___

C’est le 25/8 à 20h32 que l’épidémie s’est déclarée, lors d’un message envoyé à la liste demandant d’en désabonner son auteur, alors qu’il aurait dû être envoyé à l’adresse destinée à gérer les abonnements (ou à passer par son site). Un second message – qui y faisait référence (puisque son contenu se résumait à « Moi aussi ») – est arrivé 5 minutes plus tard, et puis la cadence et le nombre de demandes se sont accélérés. Le dernier message (public) demandant d’être désinscrit est arrivé le lendemain à 9h28.

Des plus de 70 messages échangés sur la liste au cours de cette épidémie de relativement courte durée mais parfois intense (au vu des majuscules et points d’exclamation) – l’auteur de ces lignes, un abonné parmi d’autres, en a fait le décompte exact – 45 demandaient qu’on les désabonne, 6 indiquaient comment le faire soi-même, et le reste contenait des demandes de non désabonnement, des commentaires sur ce phénomène (allant du « Que se passe-t-il ici ? » à des demandes insistantes de ne plus encombrer les boîtes mail de tous et même un « Bonjour Edgar » à vous-savez-qui). Enfin, un seul message concernait le propos de la liste (et non son fonctionnement) : il s’agissait d’un appel à communications pour un numéro futur d’une revue, appel probablement noyé dans le bruit et la fureur.

Voici la répartition horaire des deux catégories de message les plus pertinentes : les demandes de désabonnement, et les instructions pour ce faire :

Heure
d’envoi
 

Demandes
de désabonnement

Instructions
pour se désabonner

20-21

2

21-22

12

2

22-23

6

2

23-00

1

00-01

0

01-02

1

02-03

1

03-04

1

04-05

0

05-06

1

06-07

1

07-08

4

08-09

10

2

09-10

7

Total

45

6

On pourrait se poser quelques questions :

Pourquoi ces demandes sont-elles parvenues à la liste – et donc à tous les abonnés ?

Il y a deux explications possibles : l’une, c’est que le pied-de-page de chaque message diffusé sur la liste indique (fort ma­len­con­treu­sement – c’est l’un des reproches que l’on peut faire à la façon dont est configurée cette liste) que pour ce faire « il suffit de le signaler par retour de mail. » Faux : « on » aurait dû y indiquer soit l’adresse mail des administrateurs, soit une procédure de désa­bon­nement automatique. La première réaction du destinataire moyen de ces messages – et la réactivité est une des carac­té­ristiques de ce phénomène – est de suivre litté­­ra­­lement cette directive, et donc d’envoyer une demande de désinscription à la liste et donc à tous ses abonnés que cela n’intéresse absolument pas.

Mais on est en droit de se demander comment il se fait que des personnes intéressées souvent professionnellement par les médias (sinon pourquoi s’abonner à cette liste ?) ne connaissent pas les bases du fonctionnement des listes de diffusion, qui existent depuis belle lurette. Celles-ci comprennent en général deux adresses : l’une utilisée pour permettre à chaque abonné de communiquer avec tous les autres abonnés, et l’autre pour communiquer avec les gestionnaires (humains ou automatiques) de la liste. Ce qui se passe dans l’office de la cuisine ne doit pas déborder dans le salon, Madame Michu.

Or là c’est ce qui s’est passé. Il aurait dû être évident à tout usager d’une liste qu’envoyer une demande de désinscription à la liste l’enverrai à tous ses abonnés, tout en n’atteignant pas forcément son but, et ayant pour double effet celui de la contamination (on en reparlera) et de l’exaspération, avec à la clé d’autres demandes de désinscription. Un tel usager utiliserait alors son moteur de recherche favori pour trouver comment le faire – il lui aurait suffi d’un clic en l’occurrence pour trouver le site de gestion de la liste comprenant une page pour se désinscrire.

Quand bien même les participants à cette foire d’empoigne n’auraient pas été au fait des modalités de désinscription de listes de diffusion, pourquoi ont-ils persisté à y envoyer des messages, tout en étant eux-mêmes inondés par les demandes précédentes ? Il s’agit probablement d’une combinaison de mimétisme de foule (il est plus facile de lancer un moi aussi que de réfléchir à une solution prag­ma­tique) à l’emprise croissante du passionnel, de la réactivité et de l’instan­tanéité sur le rationnel et sur la réflexion posée (phéno­mène commun dans les commu­nications électroniques), avec pour consé­quence une atmosphère qui ressemble plus à des criailleries d’enfants trépignant de dépit dans une cour de récréation qu’à une société savante.

O tempora ! O mores !

Pourquoi se désinscrire ?

Avant ce big bang, la liste était particulièrement calme : on a compté moins d’une demi-douzaine de messages pertinents envoyés depuis janvier, ce qui en fait moins qu’un par mois.

Il est plausible qu’une partie des abonnés s’y soient inscrits sans trop connaître le propos de cette liste, ou, avec le temps, s’en soient désintéressés. Un des abonnés, bardé de titres, a même envoyé un message virulent à l’auteur de ce message (après qu’il ait indiqué en public comment se désinscrire) le critiquant pour l’y avoir inscrit sans qu’il l’ait demandé, une autre a parlé d’« abonnements d’office ».

La rareté des messages jusqu’à hier était telle que le « bruit » qu’ils généraient pour ces personnes était sans doute négligeable. Mais avec le début, puis le nombre croissant, de messages de désinscription a rendu ce bruit insupportable, probablement même pour ceux qui étaient réellement intéressé par le propos de la liste, devenu inaudible.

Enfin, on ne peut ignorer aussi l’effet d’entraînement dans une foule, aussi virtuelle soit-elle (par exemple le nombre de clics « J’aime » sur un item vous-savez-où, souvent sans trop savoir de quoi il s’agit vraiment).

Pourquoi continuer à envoyer des demandes publiques de désinscription après l’arrivée des messages qui expliquaient comment le faire ?

Il semblerait que ce soit dû aux intitulés (ligne « Sujet ») de certains de ces messages. Le tout premier qui expliquait comment se désinscrire est arrivé à 21h26, une petite heure après le début des événements et après que 8 demandes soient parvenues à la liste. Portant comme intitulé « Re : me désabonner de la liste Temps media. » comme tous les messages qui le précédaient et qui avaient demandé une désinscription, il se peut que les personnes intéressées à le faire ne l’aient même pas ouvert pour le lire et aient ainsi loupé l’occasion de se taire en public.

Soit dit en passant, un quart d’heure plus tôt (donc à 21h10, après l’apparition des quatre premières demandes) l’auteur de ces lignes avait envoyé à la liste un message intitulé « Comment se désabonner sans envoyer votre message au monde entier » dans lequel il expliquait comment le faire. Ce message n’est jamais parvenu à la liste, l’adresse d’émission n’étant pas la bonne… et le moteur de la liste n’ayant pas renvoyé un message d’erreur ou de transmission au modérateur (deuxième problème de configuration de la liste).

Quoi qu’il en soit, il semblerait que ce soient deux messages, envoyés à quelques minutes près vers 8h30 qui aient finalement attiré l’œil de ceux qui souhaitaient quitter la liste (pour autant qu’il y en avait encore…), intitulés respectivement « POUR SE DESABONNER SANS POLLUER » et « Arrêtez svp d’envoyer ces messages en rafale sur cette liste pour demander inutilement à vous désabonner, il y a un autre moyen… » qui aient fait de l’effet, quoiqu’au ralenti : 11 demandes de désabonnement sont arrivées dans l’heure qui a suivi ces deux messages : elles font en fait suite (« réponse ») à des demandes de désabonnement arrivées dans la boîte aux lettres de ces personnes avant les deux messages en question.

Ceci soulève l’intéressante question de l’arborescence des messages (qui répond à qui) qui, en général, n’est pas affichée dans nombre d’applications de lecture de mail qui en font une présentation linéaire qui réduit parfois ad absurdum les « fils de sens » qui se ramifient graduel­lement et peuvent parfois diverger consi­dé­ra­blement tout en s’affichant dans une séquen­tialité temporelle qui les mêle tous.

À quoi servent les intitulés des messages ?

On peut se le demander, par exemple à la lecture d’un message dont l’intitulé est « me désabonner de la liste Temps media » et le contenu « Idem ». On en déduirait que son auteur souhaite quitter la liste ? Eh bien non, il répondait à un précédent message portant le même intitulé, mais dont le contenu indiquait explicitement que son auteur souhaitait rester sur la liste…

Le plus curieux intitulé dans ce lot aura été sans doute « La Gratuité à quel prix ? », et dont le contenu était « Veuillez me désabonner de votre liste ». L’auteur « répondait » en fait à un message datant de… mars 2015 et annonçant la publication d’un ouvrage sur ce thème.

Le plus curieux contenu aura été le mail privé qu’a reçu l’auteur de ce texte en réponse à son message public expliquant comment se désinscrire, et qu’on ne résiste pas à citer (en omettant l’auteur et sa bardée d’une demi-douzaine de titres universitaires) :

La faute est à vous. Je n’avais nullement demandé d’être inscrit sur votre liste. Et, ayant répondu aux instructions affichées pour m’en désabonner, apparemment c’est à moi maintenant de perdre encore plus de temps à suivre vos instructions pour trouver un autre moyen de le faire. Vous exagérez.

Il est amusant de constater qu’une telle sommité n’avait pas compris que l’auteur n’était qu’un des usagers exaspérés par ce bruit et cette fureur et qui, au lieu de crier « Moi aussi » avait préféré répondre à la profonde détresse de l’abonné-malgré-lui et de celui-ne-sachant-pas-comment-faire.

Et l’administration de la liste, alors ?

On peut se le demander, mais on n’a pas de réponse. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’une liste de diffusion, aussi sérieux que soit son propos, ne peut fonctionner sans que quelqu’un garde un œil sur ce qui s’y passe. On n’est pas dans une cour de récréation, tout de même…

— Un abonné qui résiste encore à la vague (de désinscriptions).

Post-scriptum 1

Après avoir écrit ce texte, son auteur l’a envoyé à la liste. Oh surprise ! En retour, il reçoit une notification que son message a été transmis aux modérateurs, ce qui n’était pas le cas quelques heures avant, quand il y avait envoyé un message indiquant comment se désinscrire : ce dernier y avait été automatiquement retransmis et, on l’espère, aura contribué à la baisse des demandes publiques de désincription..

On imagine donc qu’un administrateur a finalement vu ce qui se passait, et a changé le mode opératoire de la liste, de « non modérée » à « modéré », avec pour conséquence que tout message qui y est envoyé doit forcément être validé avant sa rediffusion. Or depuis 8h51, la liste est muette.

Quant bien même ce serait le cas, on se demande pourquoi ils n’ont pas (encore ?) autorisé la retransmission de ce texte-ci.

Post-scriptum 2

Tout vient à point à qui sait attendre : un courriel personnel envoyé trois jours plus tard par la modération – qui, non connectée durant les quelques heures en question, avait sans doute dû éplucher la centaine de messages publiée sur la liste durant ces douze heures – a, entre autres, indiqué que la configuration de la liste avait changé de modérée à non modérée, pour une raison encore inconnue, ce qui avait causé son emballement (soit dit en passant, on comprend maintenant la raison du pied-de-page indiquant que, pour se désinscrire de la liste, il suffit de le demander en répondant à un message quelconque, cette réponse devant parvenir à la modération).

Ce qui soulève la question de la « nécessité » (sociale et/ou technique) de la connectivité permanente – les modérateurs de la liste auraient-ils dû surveiller la liste 24 heures sur 24 pour le cas où « la machine » se serait détraquée ? (on pense à Metropolis, aux Temps modernes ou à Mon Oncle) – voire uni­quement pour modérer instan­ta­nément les messages envoyés à cette liste en général si calme ? On est bien dans l’ère de l’emprise de la réaction sur la réflexion dont on a parlé plus haut.

Ô temps, suspends (un peu) ton vol !

29 décembre 2015

Quel cafard !, ou, L’anglicisation forcée du français par notre AMI à tous

Classé dans : Littérature, Sciences, techniques — Miklos @ 1:43


Premières lignes de (Super cafard) de Корней Чуковский (Korneï Tchoukovski, 1882-1969). Cliquer pour agrandir.

Notre AMIAspirateur Mondial de l’Information. à tous n’a de cesse d’inventer des outils qu’il met gratuitement à la disposition de tous : le tout premier a été son célèbre moteur de recherche (on se souvient que ses créateurs affirmaient vertueusement que « les moteurs de recherche financés par de la publicité seront biaisés, de façon inhérente. Il est donc crucial d’assurer l’existence d’un moteur de recherche transparent et situé dans le secteur universitaire. ») Et maintenant ? Ils sont partout sur l’Internet et ailleurs aussi : téléphones, voitures, lunettes, lentilles de contact… Il ne leur reste plus qu’à envahir nos corps, ce qui ne saurait tarder, après avoir envahi nos rues et nos réseaux privés. Notre servitude est-elle encore volontaire ?

Un domaine que Google ne manque pas d’envahir est celui de la langue. En décembre 2004, l’entreprise annonçait le lancement d’une bibliothèque virtuelle (gratuite) de quinze millions de titres imprimés. Le 22 janvier suivant, Jean-Noël Jeanneney, alors président de la bibliothèque nationale de France, publiait dans le journal Le Monde un appel – sous le titre de Quand Google défie l’Europe – non pas à s’opposer à ce projet, mais à un « sursaut », une « contre-attaque » à l’échelle européenne. Et c’est ainsi qu’est né Europeana.

Dans son texte, Jeanneney écrivait entre autre :

Le vrai défi est ailleurs, et il est immense. Voici que s’affirme le risque d’une domination écrasante de l’Amérique dans la définition de l’idée que les prochaines générations se feront du monde. Quelle que soit en effet la largeur du spectre annoncé par Google, l’exhaustivité est hors d’atteinte, à vue humaine. Toute entreprise de ce genre implique donc des choix drastiques, parmi l’immensité du possible. Les bibliothèques qui vont se lancer dans cette entreprise sont certes généreusement ouvertes à la civilisation et aux œuvres des autres pays. Il n’empêche : les critères du choix seront puissamment marqués (même si nous contribuons nous-mêmes, naturellement sans bouder, à ces richesses) par le regard qui est celui des Anglo-Saxons, avec ses couleurs spécifiques par rapport à la diversité des civilisations.

Si l’interpénétration des langues – et des cultures – est un phénomène naturel dans un monde en mouvement, celle que l’on remarque dans un des outils de Google, celui permettant d’effectuer des traductions, est assez significative de ces « couleurs » spécifiques dont parlait Jeanneney avec la retenue gentiment ironique qui qualifie ses propos.

Voici les premières lignes de la traduction du russe au français d’un amusant poème pour enfants, Le Cafard, de Korneï Tchoukovski, avec, en regard, une traduction personnelle (et non professionnelle) :

Google Translate

Miklos Translate

Racines Tchoukovski – Cockroach

Part One

Went Bears
Sur le vélo.

Et derrière eux le chat
Backwards.

Derrière lui, les moucherons
Sur le ballon.

Et derrière eux écrevisses
Dans un chien boiteux.

Wolves sur la jument.
Lions dans la voiture.

Les lapins
Dans le tram.

Toad sur un manche à balai …

Ils viennent et rient,
Gingerbread mâcher.

Soudain, hors de la porte
Le terrible géant,
Rousse et moustachu
Ta-ra-kan!
Cafard, cafard, cafard!

Il grogne et des cris,
Et The Wiggles moustache:
«Attendez, ne vous précipitez pas,
Je vais vous avale en un tournemain!
Avaler, avaler, ayez pitié.  »

Animaux ont commencé à trembler,
Nous sommes tombés dans un éva­nouis­sement.

Wolves frayeur
Ils mangent les uns les autres.

Pauvre crocodile
Toad avalé.

Une femelle éléphant, tremblante,
Et je me suis assis sur le hérisson.

(…)

Korneï Tchoukovski – Le Cafard

Première partie

Des ours allaient
À bicyclette.

Et derrière eux un chat
Assis devant-derrière.

Derrière lui des moucherons
Sur un ballon.

Et derrière eux des écrevisses
Sur un chien boiteux.

Des loups sur une jument,
Des lions dans une voiture.

Des petits lapins tout mignons
Dans un petit tramway tout mignon.

Une grenouille sur un manche à balai…

Ils s’en vont en souriant,
Et mâchonnant du pain d’épices.

Soudain du porche d’une maison
Un terrible géant,
Roux et moustachu
Un ca-fard !
Cafard, cafard, cafarissime !

Il grogne et crie,
Et remue ses moustaches :
« Attendez ! ne vous précipitez pas !
Je vous avalerai d’un coup !
Je vous avalerai, je vous avalerai, sans pitié ! »

Les animaux se sont mis à trembler,
Sont tombés dans les pommes.

Les loups, de peur,
Se dévorèrent les uns les autres.

Le pauvre crocodile
En avala la grenouille.

Et voilà qu’une éléphante toute tremblante
S’assit sur un hérisson.

(…)

On peut se demander à quoi est due cette invasion de mots anglais (correspondant bien au sens original) là où les termes français ne sont ni savants, ni désuets… Ne parlons pas des barbarismes et des contresens. On peut lire ici l’intégralité de la traduction d’une des versions en ligne de ce charmant poème.


Premières lignes de la traduction de Google du russe en français de Tarakanichtche (Super cafard) de Korneï Tchoukovski.
Cliquer pour agrandir.

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos