Miklos » Peinture, dessin

Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

24 novembre 2017

Mais qui donc a dit « J’aimerais mieux aller hériter à la poste que d’aller à la postérité » ?

Classé dans : Histoire, Langue, Littérature, Peinture, dessin — Miklos @ 17:02


Benjamin Roubaud (1811-1847) : Le grand chemin de la postérité.
Cliquer pour agrandir.

Eh bien, ça dépend de la variante… :

- Plus impersonnelle : « Il vaut mieux passer à la Poste hériter qu’à la postérité ! » – selon le Dicocitations, l’intern@aute et bien d’autres sources (on se demande s’ils se sont simplement copiés les uns les autres, point d’exclamation final y compris), l’auteur en est Alphonse Allais, aucune ne fournissant de référence.

- Toujours du Dicocitations, autre formulation un chouia plus lourde, autre attribution à un illustre inconnu (de nous) : « Certains passent à la postérité tandis que d’autres se contentent de passer à la Poste hériter. », de Marc Hillman (Mots en mêlée. Quand l’humour s’en même, les mots s’emmêlent, 2011).

- Un qui n’aura pas copié-collé est Patrice Bérenger, industriel né à la fin des années 1940, dans une de ses chroniques qu’il publiait dans la tribune libre d’un journal associatif local (selon Babelio) : il y attribue cette « pensée » à Coluche.

- Encore plus impersonnelle : « Mieux vaut aller à la poste hériter qu’à la postérité. » - il s’agirait, selon d’autres sources en ligne, d’Alexandre Breffort (1901-1971), entre autres journaliste au Canard enchaîné et grand amateur de calembours, dont la pièce Les Harengs terribles aurait inspiré Irma la Douce.

- Et n’oublions pas Pierre Dac, que cite le programme du Théâtre de Chaillot pour la saison 94-95 à propos de son spectacle Pierre Dac. Mon maître soixante trois : « Il affirmait souvent qu’après lui, ses textes n’intéresseraient personne et le voici passant à la postérité. Ce qui vaut mieux, comme il le disait lui-même, que d’aller hériter à la poste. »

oOo

Pour ma part, j’avais découvert il y a fort longtemps cette citation dans Humour 1900, géniale anthologie de Jean-Claude Carrière (Éditions J’ai Lu en 1963). Dans le chapitre « Le jeu de mots », il y écrit :

En 1853, parut une « Petite encyclopédie bouffonne », signée du journaliste Commerson. Elle renfermait, entre autres textes oubliés, les « Pensées d’un emballeur ». Théodore de Banville s’écriait, en présentant ces pensées inattendues : « Voici un chef-d’œuvre ! »

Les plus célèbres de ces pensées disaient ceci :

J’aimerais mieux aller hériter à la poste que d’aller à la postérité.

[…]

Cette pensée avait en fait paru (pour la première fois sous la plume de Commerson ?) dans l’hebdomadaire Le Tinta­marre (sous-titré « Critique de la Réclame, satire des PuffistesFaiseur de puffs, charlatan. Le faiseur de réclames n’a pas de nom particulier : pourquoi lui en eût-on donné un ? Tout homme peut, à un moment donné, avoir besoin de la réclame et en faire. Ce n’est pas par état ; c’est par accident. Le faiseur de puff, ayant un métier, a aussi un nom : c’est le puffiste. On dit encore en prenant le nom d’un des plus célèbres puffistes des temps modernes : c’est un Barnum (Sarcey, Mot et chose, 1862, p. 237). — Trésor de la langue française. » et dont Commerson était directeur et rédacteur en chef) du dimanche 9 février 1851 (donc plus de trois ans avant la naissance d’Alphonse Allais), dans une rubrique de calembours intitulée « Pensées d’un Emballeur vendues au profil du journal le Pays, qui n’est pas hureux avec les mémoires de Lola Montès, Pan ! »

Trois mois plus tard, Le Nouvelliste, journal de Paris, annonce la parution d’un « charmant petit livre qui a pour titre : Pensées d’un emballeur, pour faire suite aux Maximes de Larochefoucauld. L’auteur est un homme d’esprit qui a fait ses preuves comme vaudevilliste et journaliste : c’est M. Commerson. L’originalité, l’excentricité, la singularité, la vivacité, la gaîté, la jovialité, voilà ce qui distingue ces Pensées où tout est surprise, imprévu, facétie, drôlerie, feu d’artifice et fou rire. » Ces Pensées seront ultérieurement publiées dans divers recueils à l’instar de la Petite encyclopédie bouffonne contenant les pensées d’un emballeur, les éphémérides et le dictionnaire du tintamarre, etc. (Paris, 1860).

Commerson ne s’est pas privé de réutiliser ce calembour dans d’autres contextes. Ainsi, à deux reprises dans son souvent hilarant ouvrage Biographie comique (1883) où il s’en prend à des célébrités – et non des moindres – de son temps :

- dans son portrait de Joseph-Simplicien Méry, né « aux Aygalades, en 1670, au dix-huitième étage d’un grenier à sel » (né en réalité en 1797 à Marseille…), à propos duquel il écrit : « On lui ouvrit celles [les portes] du Nain jaune, où il rédigea un nombre considérable d’articles ayant titre : la Petite Poste. Méry pensait qu’un jour il irait à la poste hériter. »

- dans son portrait de Clairville, qui, « dès l’âge de la puberté se mit à faire du couplet au mètre et à l’heure, tant et si bien, ma foi, que je n’hésite pas à le nommer le Cambronne du rondeau, le Dupuytren du couplet de facture », ni d’ailleurs à brosser son portrait en vers. Après avoir cité une « trentaine de pièces de circonstance », il poursuit :

À ces
Succès
Que l’on ajoute
Deux cents pièces qui
Parurent ainsi,
Parurent
Et disparurent aussi,
Par là,
Il a
Prouvé sans doute
Que la qualité
Et la quantité
Mènent à la poste hériter.

oOo

Mais Commerson est-il l’inventeur de ce calembour ? Voici ce qu’on lit dans un curieux ouvrage publié anonymement plus de dix ans plus tôt, Dupiniana et Sauzétiana, recueil de bons mots, calembourgs, rébus et lazzis des députés, pairs, magistrats, fonctionnaires, litté­rateurs et artistes de l’époque ; découverts et mis en lumière par les trois hommes d’état du Charivari, les rédacteurs du Corsaire et autres sommités littéraires, et publiés par un Oisif. Deuxième édition, Paris 1840 (et curieusement absent du catalogue de la BnF) :

M. Sauzet lui [à M. Dupin] demandait : Pourquoi une personne qui reçoit un héritage par la poste devient-elle célèbre ? C’est parce qu’elle va à la postérité (à la poste hériter) a répondu le célèbre avocat.

Les Ana « sont la plupart du temps des recueils d’anecdotes, de pensées, de bons mots attribués à un personnage célèbre. L’origine de cette sorte d’ouvrage est fort ancienne : les Symposiaques de Plutarque, les Memorabilia de Xénophon, les Nuits attiques d’Aulu-Gelle peuvent être considérés comme les prototypes du genre. » (Bibliographie critique et raisonnée des Anas français et étrangers, par A.-F. Aude. Paris, 1910. source).

Quant à Dupin et Sauzet, dont les dialogues calembouresques et imaginaires sont le sujet de l’ouvrage en question, ce sont deux personnages importants de l’époque : André Dupin (1783-1865), entre autres procureur général auprès de la Cour de cassation en 1830 (d’où le « célèbre avocat » dans la citation ci-dessus) et président de la Chambre des députés de 1832 à 1839 ; Paul Sauzet (1800-1876), lui aussi avocat en vue et vice-président de la même Chambre des députés en 1836.

Remontons plus avant dans le temps : six ans plus tôt, l’hebdomadaire La Caricature politique, morale, littéraire et scénique n° 215 du 18 décembre 1834 publie dans sa rubrique « Petite lanterne magique hebdomadaire » le passage suivant :

— M. Royer-Collard exerce pour les sentences, aphorismes, prédictions et généralement tout ce qui a l’air d’une pensée, le même monopole que M. de Talleyrand pour les réparties fines, et M. Dupin pour les gros mots, calembourgs, quolibets, coups de boutoir et facéties diverses. Tout ce qui se dit et se fait dans ce genre là, se met sur le compte de l’un des trois. Tout le monde leur prête, et c’est ce qui explique pourquoi l’un passe pour si profond, l’autre pour si spirituel, et le troisième pour si plaisant. Voici, par exemple, une nouvelle prophétie du père de la doctrine. On raconte que M. Royer-Collard disait ces jours-ci à M. Dupin : « Vous avez du talent…. (Inclinaison de M. Dupin) beaucoup de talent…. (Plus profonde inclinaison de M. Dupin). Vous serez ministre…. et même premier ministre de Louis-Philippe…. mais…. vous en serez aussi le dernier.… » Si ce mot est vrai, il ne faut plus s’étonner pourquoi tant de gens en France et surtout dans le département de la Nièvre, font des vœux pour l’avénement de M. Dupin.

— M. Sauzet paraît neanmoins devoir leur être opposé avec beaucoup de succès. Avant trois mois, nous aurons aussi un Sauzetiana, comme nous avons un Talleyriana, un Dupiniana et un Royer-Collardiana. Voici le bon mot que l’on prêtait ces jours-ci à l’avocat de Lyon. Quelqu’un lui ayant reproché de ne pas être monté à la tribune pour réfuter M. Thiers : « Qne diable ! répondit-il, voudriez-vous que j’eusse répondu à des gens qui tendaient la main à la chambre, et tenaient à leurs portefeuilles comme on tient à son dernier morceau de pain ! Si je n’ai rien répondu, c’est que je n’avais pas de monnaie sur moi. »

Il se pourrait donc que le calembour attribué en 1840 à Dupin se soit déjà retrouvé précédemment publié dans ces Dupiniana mentionnées en 1834 mais dont on n’a pas trouvé trace.

oOo

Se pose maintenant la question de l’auteur de l’ana Dupiniana et Sauzétiana dans lequel ce calembour est mentionné en 1840. Le sous-titre de l’ouvrage indique que ces dialogues ont été « découverts et mis en lumière par les trois hommes d’état du Charivari, les rédacteurs du Corsaire et autres sommités littéraires ». Le Charivari et La Caricature politique étaient respectivement un quotidien et un hebdomadaire, tous deux satiriques, fondés (en 1832 pour l’un, en 1830 pour l’autre) et dirigés par Charles Philipon, et dont le rédacteur en chef à l’époque était Louis Desnoyers. Quant au quotidien Le Corsaire, fondé en 1823, il était dirigé à cette époque par Jean-Louis Viennot, et deux de ses rédacteurs étaient Claude Virmaître et Achille Denis.

Et c’est dans Les aventures de Jean-Paul Choppart (plus tard réédité sous le titre de Les mésaventures de Jean-Paul Choppart), premier feuilleton-roman de la plume du même Desnoyers, que l’on trouve mention d’un de ces anas :

Vous avez de plus, par-dessus le marché (en donnant deux sous de plus), un Talleyriana, choix unique des bons mots, reparties piquantes, calembours et facéties diverses, que feu Son Éminence, le prince de Bénévent, a dits avant sa mort, et qui en ont fait un si illustre diplomate. Quand on possède ce petit livre, on peut se présenter partout sans crainte, même à la cour, et improviser de mémoire, pour toutes les circonstances, une foule de ces problèmes saugrenus, de ces coq-à-l’âne délicieux, de ces ingénieuses bêtises, qui font immédiatement d’un individu l’homme le plus spirituel de l’époque.

Il semble donc bien que ce soit Desnoyers qui ait parlé de ces anas au fil des années. En a-t-il aussi été l’auteur, et donc du calembour en question ? On ne le sait. Mais aucune mention de Commerson dans ce contexte… Pour illustrer le style de Desnoyers, voici un bref et savoureux extrait des aventures de ce Jean-Paul :

Jean-Paul appartenait à une famille d’honnêtes bourgeois. Il avait des sœurs, ce qui était très malheureux pour elles ; mais il n’avait pas de frères, ce qui était très heureux pour eux. Jean-Paul était fainéant, gourmand, insolent, taquin, hargneux, peureux, sournois.

oOo

Pour finir, on signalera que « Mieux vaut aller hériter à la poste… Qu’aller à la postérité. » est l’accroche dans le court métrage Assassins… de Mathieu Kassovitz, 1992.

Comme quoi, la postérité de ce calembour semble bien assurée, en tout cas mieux que celle de la Poste

22 novembre 2017

Poires

Classé dans : Actualité, Arts et beaux-arts, Peinture, dessin, Photographie — Miklos @ 1:48


Poires I. Cliquer pour agrandir.

 
Poires II. Cliquer pour agrandir.

 
Poires III. Cliquer pour agrandir.

 
Poires IV. Cliquer pour agrandir.

 
Poires V. Cliquer pour agrandir.

 
Poires VI. Cliquer pour agrandir.

 
Poires VII. Cliquer pour agrandir.

 
Poires VIII. Cliquer pour agrandir.

 
Poires IX. Cliquer pour agrandir.

 
Édouard Manet : Corbeille de poires. 1882.
Cliquer pour agrandir.

1 novembre 2017

Quelques alternatives toujours éprouvées au courrier électronique

Classé dans : Musique, Peinture, dessin, Photographie, Sciences, techniques, Société — Miklos @ 12:57


« Offrir une tournée à un facteur ne manque pas d’à-propos. » — Frédéric Dard
Cliquer pour agrandir.

Quand un facteur s’envole
S’envole, s’envole
C’est qu’il est trop léger
Alors pour voyager
Au-dessus des platanes
Il plane, il plane
Au-dessus des maisons
Il chante une chanson
Les oiseaux à la ronde
Lui font bonjour
Autant d’oiseaux au monde
Autant de lettres d’amour
Que le facteur apporte
Et glisse sous les portes
C’est le courrier du cœur
Le courrier du bonheur
C’est le courrier du cœur
Le courrier du bonheur
Joie sans pareille
Pour le facteur
Comme il fait bleu
Qu’il fait bon dans son cœur !
Il s’émerveille
Ô liberté
Joli soleil
Amour clarté !

Quand un facteur s’envole
S’envole, s’envole
Il voit le monde petit
Les gens comme des fourmis
Le clocher du village
Bien sage bien sage
L’école et la mairie
Et la gendarmerie
Sa fiancée toute rose
Dans un jardin
Comme une fleur éclose
Au milieu du chemin
Alors vite il se repose
Et cueille cette rose
Qu’il emporte avec lui
Seul dans son paradis
Qu’il emporte avec lui
Seul dans son paradis
Et c’est ainsi
Ainsi que finit
La chanson folle
Du facteur qui s’envole.

Charles Trénet

14 octobre 2017

“What a blind person needs is not a teacher but another self.” (Helen Keller)

Classé dans : Arts et beaux-arts, Peinture, dessin, Sculpture — Miklos @ 11:41

B*** in front of the Mona Lisa, with my extended arm behind her.B*** in front of the Mona Lisa. Musée du Louvre. (source)

I was recently solicited by a great guy, H***, in order to meet and guide a friend of his, B***, an impressively courageous 24 year-old blind woman, into the Orsay and Louvre museums. This turned out not only to be a privilege, but a transformative experience (for me). B***, who lives in Western Asia, had graduated last June in psychology. To quote her profile: “I’m a young trainer in youth field. I’ve been doing projects, activities, seminars etc. in NGOs working with disadvantaged groups especially people with disabilities, children and women. I’m involving events and activities for doing disability activism. I’m also writing in an online journal. I love writing, it opens my mind and makes me feel more confident by making decesions and acting.” And does she act! She came to Paris for a two-day stay, after having visited Malta and Rome. Alone. It was her wish to see the paintings in Orsay and the Louvre.

We started with the Orsay museum. It turned out that Orsay has no aids whatsoever for blind people – like a “tactile” room (as the Louvre does, see below) or descriptive audio guides. Frustration (mine) can lead to unconventional ideas: I suggested we go to the museum store, where I knew there were replicas of statues, and ask if she could touch them. The sales­woman readily agreed, and this allowed B*** to explore some of the sculptures of this museum with my explanations about the artists.

But what about the paintings? This turned out to be quite a different challenge. The use of such qualifiers as “big”, “small”, “great”, “amazing”, “striking” that we may use while standing in front of a work of art and sharing our feelings with a fellow visitor would provide no useful information to B***. I felt it was necessary to concentrate on being descriptive and factual: size of the painting, overall layout and shapes, colors, tonality and shades (B*** had at a time perceived colors), texture (of the skin, of the hair, of the clothing, of the buildings and the vegetation)1. Think about how to describe “objectively” the faces of the women in Renoir’s Bal du moulin de la Galette, for instance, the soft skin, the dark eyes and eyebrows, the red lips and the so characteristic smile, the rosy cheeks, the shape of the faces, the way they hold their head… What about the differences between the settings of the couple of paintings of the famous Étretat cliff – angle, colors, weather and overall atmosphere? This was a first for me. I hadn’t consciously thought of works that way before, but felt I had to try my best to project what I saw rather than what I felt into her mind.

The following day we went to the Louvre. We first visited its touch gallery, which currently “features 18 casts that show the diversity of the museum’s sculpture collection, from ancient to modern times” illustrating the both clothed and unclothed body through time. Watching B***’s hands explore with such a light touch the scultpures was fascinating. But at times, especially with drapes folding in complex ways around (parts of) the some of the bodies, she got lost, so I took the liberty to lead her hand as gently as I could and explain what she was touching locally by describing the overall shape. Next to each work, there is a Braille notice identifying the work… but unfortunately only in French. At the entrance of that room, there is a bilingual panel (in normal alphabet), explaining the genres that were displayed in the room. The Braille translation below again was only in French, so I provided an oral translation of the text.

We then went to the Mona Lisa room with Saul who had joined us meanwhile (and who took the above photo). As we unfortunately couldn’t come to the museum at opening time, it was already full with dense hordes of visitors. We managed to find a small space at the far left of the barrier keeping them away from the painting, and I started describing the work to her. Just a couple of minutes later, a guard came and asked us to follow him: he brought us to another barrier much closer to the painting – maybe less that 1 m away – where I had never seen anyone standing. This allowed me to notice much subtler differences in colors and shades (e.g., in the clothing) that I had from the public standpoint, which I then attempted conveying to B***, together with the larger features of the painting – the overall shape (foreground, landscape background), her posture (body, arms, hands), detailed shape (face, cheeks, chin, eyelids…), colors, tonality and shades. As we weren’t allowed to stay very long there (we were in between the general public and the painting), my explanations had perforce to be cut short after a few minutes: for example, it would have been informative to explain why Renaissance Italian paintings had such half or quartier openings into the background (as can be seen in other paintings in that room).

After that painting, there was the challenge to describe Veronese’s immense (6.66 m x 9.90 m) Wedding Feast at Cana, which stands opposite that of Mona Lisa (so she wouldn’t be bored only watching the back of tourists taking selfies without even looking at her): the palace structure and its levels, the people – their social classes and functions, their clothing, their attitudes and expressions… -, the animals (including the dog’s head in the upper left corner), and so many other aspects.

We ended up by visiting part of the Ancient Egypt section – that of the 4,400 year-old Seated Scribe with its poised position and calmly powerful expression, or – to me some of the most touching works I have seen – those of couples seated side by side, with a very formal and stiff attitude in the front, and a tender one in the back, where either or both have an arm discreetly holding their spouse around the back or on the shoulder. The one pictured below has the additional characteristic of being ever so slightly bent, which is hardly noticeable from the front: they must be an older, loving couple.

Transformative indeed.

A married couple and their child, seen from behind, with the wife's hand on her husband's shoulder. 4th dynasty, 2620-2500 B.C. Musée du Louvre.A married couple and their child. 4th dynasty, 2620-2500 B.C. Musée du Louvre. (front view)

______________

1. Come to think of it, it reminds me of the way I introduced over 45 years ago another handicaped (in this case: paralyzed) person – my friend Guy – to classical music, by having him listen to Bach’s Cantata BWV 106 (Gottes Zeit). Before every movement, I would draw his attention to melodic lines (by singing them the best I could), harmony and polyphony, textures of instruments, voices of soloists and choir. I had never done it before (nor after, as it turns out), and even 40 years later he would tell me how it transformed his life. Not to speak of mine.

9 juillet 2017

Détails

Classé dans : Arts et beaux-arts, Peinture, dessin, Photographie — Miklos @ 21:06


Antinoüs Mondragone. Vers 130 après J.-C. Cliquer pour agrandir.


Achille chez le roi Lycomède. Vers 240 après J.-C. Cliquer pour agrandir.


Achille chez le roi Lycomède. Cliquer pour agrandir.


Giovanni Bellini : La Vierge et l’Enfant entre saint Pierre et saint Sébastien. Vers 1487.
Cliquer pour agrandir.


Domenico Ghirlandaio : Portrait d’un vieillard et d’un jeune garçon. Vers 1490.
Cliquer pour agrandir.


Carlo Braccesco : L’Annonciation. Vers 1490-1500. Cliquer pour agrandir.


Orazio Samacchini (1532-1577) : Mercure ordonne à Énée d’abandonner Didon.
Cliquer pour agrandir.


Tiziano Vecellio, dit Titien : Les Pèlerins d’Emmaüs. Vers 1530. Cliquer pour agrandir.


Véronèse : Les Noces de Cana. 1562-1563. Cliquer pour agrandir.


Louis David : Les Sabines. 1799. Cliquer pour agrandir.

►►► Autres photos ici.◄◄◄

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos