Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

24 février 2017

Kilélélé, ou, Qui est-ce que préfèrent les gays dans le Gard ?

Classé dans : Langue — Miklos @ 13:13


Tragique chasse au sanglier. Couverture du Petit Journal du 23 décembre 1906.
Cliquer pour agrandir.

Le premier mot du titre est un indice pour trouver la réponse à la devinette.

Si vous n’avez pas trouvé, il s’agit du sujet en question dans ce qui suit, les homonymes (Nîmes étant la préfecture du Gard). Et si vous n’avez pas encore saisi ce que l’indice signifie, eh bien, c’est en langage SMS « Qu’il hait les laies ! », où apparaît le son à trois reprises dans trois orthographes différentes.

Soit dit en passant, la laie n’est pas que la femelle du sanglier, c’est aussi un « chemin de terre percé dans une forêt », et un « marteau de tailleur de pierre tendre, dit aussi marteau bretté, dont un tranchant au moins est denté », selon le Trésor de la langue française. Comme quoi, le haïsseur en question a le choix de l’objet de ses détestations, tout en prenant en compte que, dans le cas de la femelle du sanglier, c’est plus dangereux, comme le montre la couverture du Petit Journal du 23 décembre 1906 que l’on peut admirer ci-dessus.

Quittons les sangliers et revenons à nos moutons. Le son admet (au moins ; signalez-nous toute omission) les homonymes suivants :

L’ai, L’aie, L’aies, L’ait, L’aient (du verbe avoir)

Lai (deux sens distincts)

Laid(s)

Laie (vid. sup.)

Lait(s)

(s)

L’es, L’est (du verbe être)

Les (pluriel de l’article défini le)

Lès, Lez, Les

Une petite vingtaine. Et maintenant vous saurez répondre rapidement à la devinette suivante : Que s’exclame une fermière à Hawaï lorsqu’elle voit son garçon de ferme revenir de la traite le seau vide ? (réponseUkulélé ? (Où qu’est le lait ?))

Plus simple encore, le son é nous fournit les variantes suivantes :

- ai, aie, aies, ait, aient (du verbe avoir).

- eh, hé (interjection ; selon La Plume à poil, la première sert à attirer l’attention ou à  renforcer le mot qu’il précède, voire indique un sous-entendu, la seconde à appeler ou interpeller quelqu’un, voire l’adhésion ou l’approbation)

es, est (du verbe être)

et (la conjonction)

haie(s)

- hais, hait

Un peu plus d’une douzaine. Voyons maintenant les homonymes des autres sons de voyelles, commençons par le :

a (du verbe avoir)

à (préposition)

ah, ha (interjections, dont La Plume à poil – vid. sup. – nous illustre les subtiles différences)

Pas si riche que ça. Passons à o :

au(x) (préposition)

aulx (pluriel de ail)

eau(x)

haut(s)

Ô (non seulement un mot invariable servant à interpeller ou invoquer emphatiquement ce qui suit, mais aussi le nom d’un château – le Château d’Ô, dans l’Orne – dont on recommande la visite)

Oh, ho (interjections ; cf. La Plume à poil)

Os (le pluriel du même mot, os ; confusionnant, non ?)

Une bonne dizaine, dont certains quelque peu surprenants (d’où la recommandation farfelue d’un nutritionniste, « Les aulx, c’est bon pour les os » – farfelue, parce que les vertus de l’aïl sont ailleurs, si l’on peut dire).

On vous laissera faire l’exercice pour les sons i et u.

Une fois ceci fait, pourquoi ne pas s’en servir pour composer des devinettes, énigmes et virelangues que l’on n’oserait de qualifier d’oulipiennes ? En voici un exemple classique : « Si six scies scient six cigares, six cent six scies scient six cent six cigares.

On ne résiste au plaisir de citer deux textes en anglais british, qui a ses propres particularités linguistiques permettant de riches variantes :

- Ici, les homonymies utilisées sont wood – would et saw (il a vu) – saw (le substantif scie, le verbe il a scié) : Esaw Wood sawed wood. Esaw Wood would saw wood. Oh, the wood that Wood would saw! One day Esaw Wood saw a saw saw wood as no other wood-saw Wood ever saw would saw wood. Of all the wood-saws Wood ever saw saw wood, Wood never saw a wood-saw that would saw like the wood-saw Wood saw would. Now Esaw saws with that saw he saw saw wood.

- Là, c’est l’homonymie sur les sens de can – boîte de conserves / le verbe « mettre en boîte » / l’auxiliaire « pouvoir » : How many cans can a canner can if a canner can can cans ? A canner can can as many cans as a canner can if a canner can can cans (aucun rapport avec le French cancan, autre invention British).

On finira en buvant un coup de Chartreuse à votre santé en nous dirigeant vers le verre vert (précision : sans porter des chaussures de vair), et en vous rappelant que l’on avait, par le passé, cité un joli poème du XVIIIe (siècle, pas arrondissement) illustrant l’homonymie compte – conte – comte (et que l’auteur aurait pu enrichir avec celles de tan - tant – taon – temps –t’en – tend).

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos