Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

20 juillet 2018

Life in Hell : Coïncidences

Classé dans : Actualité, Peinture, dessin — Miklos @ 9:29

Bartholomet Jo-Jo (dit Bart) ayant entendu Akbar parler, et pas qu’une fois ni in peto, de The Party, le fameux et hilarant film de Blake Edwards sorti en 1968 qu’il avait vu au moins deux fois mais il y a fort longtemps, remarque qu’il passe à Paris ces jours-ci au Grand Action (allez-y, courrez le voir). Il propose donc à Akbar de s’y retrouver à 16 heures après son quart (Bart dit plutôt « taf », mais Akbar traduit automatiquement en français).

1. Quelque peu avant l’heure dite, Akbar se rend à la station d’autobus – et remarque d’abord que celui qu’il doit prendre vient de lui filer sous l’nez. Le suivant devrait passer dans une douzaine de minutes. Ce n’est pourtant pas le week-end, ronchonne Akbar en se demandant ce qu’il allait faire en attendant. Et soudain il aperçoit, assise sur le banc dans la station, la Madone des réseaux, elle-même en personne ! Cela faisait un certain nombre d’années qu’ils ne s’étaient vus, alors qu’ils se fréquentaient, à une période, assez souvent : elle avait une tendance croissante à annuler leurs rendez-vous au dernier moment pour voyages et autres « causes imprévues ». Il l’interpelle, elle le regarde un instant d’un air interloqué puis le reconnaît. Et là, il n’y a plus de problème pour meubler les 12 minutes. Comme il s’avère qu’ils doivent prendre le même bus, ils continuent à bavarder à bâtons rompus – ils en profitent pour se fixer un rendez-vous déjeunatoire deux jours plus tard. Akbar se demande in peto s’il aura vraiment lieu1 – puis continuent dans le véhicule quand, enfin, il arrive. Pas trop tôt, se dit Akbar qui n’a pas envie d’arriver en retard au cinéma.

2. À la station suivante, nombre de passagers envahissent l’autobus. Et voilà qu’une dame approche d’un pas hésitant du quatuor de sièges où la Madone des réseaux et Akbar s’étaient installés. Akbar la reconnaît tout de suite : c’est une fort sympathique ex collègue d’un organisme parent au sien d’alors qu’il avait dû croiser pour la première fois il y a une bonne vingtaine d’années, puis de temps à autre, mais plus depuis une quinzaine d’années. Il lui tend la main pour l’aider à rejoindre le siège vide à ses côtés, et commence à lui parler en la tutoyant. Elle met un peu plus longtemps que la Madone à reconnaître Akbar, qui, élégamment, fournit mine de rien des éléments d’identification au cours de la conversation. Et clic, ça y est ! À part leurs noms respectifs qu’ils ont oubliés, le reste est là, et quand elle lui demande son numéro de téléphone avant qu’Akbar ne descende, cette lacune est comblée respectivement. Nul doute que la Madone des réseaux qui descend avec l’ex collègue à la station suivante, et dont le carnet d’adresse est aussi épais que l’Oxford English Dictionary (en 20 volumes), n’aura aussi obtenu ses coordonnées.

3. Akbar et Bartholomet Jo-Jo (dit Bart) se retrouvent comme convenu devant le cinéma. Comme il a encore un bon quart d’heure avant le début de la séance, le premier propose au second d’aller prendre un café au bistrot du coin, au nom très distingué : c’est le Royal-Jussieu, qui fait aussi « restaurant français spécialisé en viandes d’Aubrac », des affiches sur les murs en vantant la qualité. Ceci ne tombe pas dans l’œil d’un aveugle, en l’occurrence dans celui de Bart, originaire de l’Aveyron. Il se met à interroger le serveur qui l’informe que les patrons s’avèrent aveyronnaisContrairement à ce que l’on pourrait croire, les habitants de ce département ne sont pas tous juifs, du moins de la sorte de ceux pour lesquels leur judaïté s’avère au nez., eux aussi ; puis, discutant avec la caissière qui avoue être leur fille, arrive à bien mieux localiser leurs patelins respectifs. Quelle joie !

4. Sortant du film où ils se sont fort réjouis des déboires de l’attachant Hrundi V. Bakshi joué par le génialement ineffable Peter Sellers, déboires (sans compter ceux du serveur qui sifflait tous les verres destinés aux invités) qui se termineront bien, on ne doute pas que Hrundi viendra chercher son caloquet, Akbar et Bart se rentrent à pied. Ils passent devant le fort impressionnant collège des Bernardins, et arrivent à jeter un coup d’œil à sa splendide nef gothique éminemment bien restaurée, puis s’offrent des glaces (chez Berthillon, voyons) et rejoignent la terre ferme sur la rive droite. Au feu, deux adultes et deux enfants semblent un peu perdus. Leurs échanges ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd : c’est de l’hébreu pour Akbar, langue qu’il s’avère parler aussi couramment que possible après des décennies d’abstinence. Ils engagent la conversation. Les paumés désirent rejoindre Montmartre, et essayaient en vain d’arrêter les taxis qui passaient, mais aucun d’eux ne voulait s’arrêter. Akbar leur explique que ce n’est pas dû au BDSBoycott, Divestment and Sanctions, campagne de boycott organisée par des ONGs palestiniennes contre Israël. mais au fait qu’ils étaient tous pris, comme l’indiquait la lumière rouge sur leur toit… Aucun de libre ne passant, Akbar leur indique comment arriver en métro à leur destination. En passant, justement, ils échangent des informations biographiques respectives de façon fort sympathique.

__________________________

1. Eh bien non, la Madone des sleepings n’est pas venue au rendez-vous – faut-il s’en étonner ?, ronchonne Akbar – et n’a répondu que quelques heures plus tard aux messages d’Akbar en s’excusant de ne pas s’être réveillée…

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson, dont Bart est l’un des membres.

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos