Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

21 avril 2020

Apéro virtuel XXX : de l’exposition Léopold Chauveau et de popotames – de la Société de gens de lettres et des subtiles différences entre plagiat et inspiration – d’une autre épidémie, celle de la tulipomania…

Classé dans : Non classé — Miklos @ 0:01

Lundi 20/4/2020

À l’occasion de l’exposition Au pays des monstres. Léopold Chauveau (1870-1940) qui se tient au Musée d’Orsay jusqu’en juin, Michel nous a montré la brève et très belle et très curieuse vidéo la présentant, nous a parlé brièvement du remarquable Léopold Chauveau – médecin, sculpteur, illustrateur et auteur de livres pour adultes et enfants – et de son non moins remarquable père, Auguste, un des précurseurs méconnus de la théorie moderne de la vaccination, et pour finir nous a lu un passage qui lui est consacré dans Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre deux-guerres de Mathilde Lévêque, où cette dernière montre son opposition aux racismes (et son soutien au végétarisme), en 1927, en citant un extrait de son roman Les cures merveilleuses du docteur Popotame. Ce passage a déclenché un débat chez les participants sur cette façon de parler des nègres et des blancs, puis des usages de « nègre » en littérature (Le nègre du Narcisse de Joseph Conrad – 1897 ; Petits contes nègres pour les enfants des Blancs de Blaise Cendrars, 1928 ; Dix Petits Nègres, d’Agatha Christie, 1929, et les métamorphoses ultérieures de son titre) et en boulangerie-pâtisserie (les fameuses têtes de nègre). Pour finir, Michel a cité un court conte (Le biberon de Vendredi de Pierre Mille dont le héros s’appelle le gosse Popotame, à l’instar du docteur éponyme chez Chauveau et publié la même année).

Françoise (P.) a été fidèle au thème proposé, « lettre(s) », en nous parlant de la Société des gens de lettres, fondée en 1838, afin de se protéger collectivement contre l’exploitation illégale de leurs œuvres, ce qui a entraîné un autre débat, sur la réutilisation par des créateurs (par exemple : des compositeurs) de créations d’autrui, sans que cela soit forcément considéré comme plagiat, voire les variations écrites au fil des siècles sur une mélodie particulière (à l’instar des centaines de compositeurs ayant repris le thème des Folies d’Espagne) ou les nombreuses interprétations d’une même mélodie (pour exemple, Sombre Dimanche).

Pour clore cet apéro, Jean-Philippe nous parla de l’épidémie de tulipomania qui fit rage en Hollande, entre 1634 et 1637, notamment grâce à un virus qui donnait aux tulipes des combinaisons de couleurs (en fait : de dépigmentation) fort extraordinaires, et faisaient qu’on se les arrachait (métaphoriquement) à des prix non moins extraordinaires (source : La Tulipe, de Anna Pavord), ce que Sylvie dit avoir lu in L’irrésistible ascension de l’argent de Niall Ferguson, suivie (comme on pouvait s’y attendre) par un krach.

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos