Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

3 mai 2020

Apéro virtuel XLII : langue(s), ou, Madame de Sévigné aurait mieux fait de tenir la sienne…

Classé dans : Actualité, Arts et beaux-arts — Miklos @ 0:59

Expressions provenant du Trésor de la langue française, à l’exception de langue de bois qui, curieusement, en est absente.
Cliquer pour agrandir.

Samedi 2/5/2020

Le thème proposé étant celui de « langue(s) », Michel a d’abord affiché une partie de la pierre de Rosette (reconnue quasi instantanément par Jean-Philippe) de façon à apercevoir les trois langues qui la recouvrent, dont l’une n’a pas de mystère pour Françoise (C.), qui nous avait appris à déchiffrer les hiéroglyphes : il avait décidé de parler traduction, et plus spécifiquement, de quelques-unes des tous premiers versets de la Genèse, toutes de l’hébreu original vers le français, et à cet effet il avait affiché une partie des deux folios de la Bible de Souvigny (qui date du dernier quart du XIIe s.) illustrant ce passage. Il a d’abord cité celle d’André Chouraqui (1987) – plus littérale tu meurs –, puis une version automatiquement chtimisée de celle de Zadoc Kahn (1899) – intitulée « L’Gueule ed’ bois traduite deul’ nig’doul original par les membres deul’ quinquin français chous l’targniole ed’ M. Zadoc Kahn, grand rabbin » –, suivie d’un extrait de la traduction de Fabre d’Olivet – en rendant simultanément ce qu’il dit constituer les trois sens, « l’un propre, l’autre figuré, le troisième hiéroglyphique » (plus tarabiscoté tu meurs) – et enfin sa version favorite, celle de Sébastien Castellion (1555), dans une excellente édition de Bayard avec une préface de Jacques Roubaud, qui rend compte de l’extraordinaire (pour son temps) approche du traducteur visant à produire un texte compréhensible pour tous, et son non moins extraordinaire courage dans son opposition à Calvin, qui est le sujet de Conscience contre violence de Stefan Zweig. On trouvera ici ces extraits (et quelques autres).

Françoise (C.) nous a lu « une lettre de Madame de Sévigné à sa fille », parlant du confinement de tous à Paris par le roi et Mazarin du fait de l’épidémie et qui circulerait beaucoup sur l’internet ces derniers jours. Problème : quand on l’a recherchée dans diverses éditons des lettres de la célèbre marquise en rédigeant ce compte-rendu, il s’avère… qu’elle ne s’y trouve pas. Est-ce pour cela que cette prétendue lettre parle du Menteur de Corneille ? Trop « approprié » pour être vrai, comme nombre de citations courtes ou longues sur l’internet, ce pastiche ne manque ni d’humour ni de réussite médiatique. Tout de même, d’aucuns l’ont aussi identifiée pour ce qu’elle est, en en donnant la source (réelle ou non), et on signale en passant qu’il en existe une version datée du 30 avril 2003.

Sylvie a alors enchaîné sur la langue de serpent, pierre précieuse formée par la fossilisation d’une dent de requin qui avait pour fonction de détecter les poisons dans un breuvage. À ne pas confondre avec la langue de vipère – serpent qui aurait tenu son nom d’un Romain à la langue fourchue, Viperius. Ce dernier a bien existé, mais sa parti­cu­la­rité anatomique et la raison invoquée pour l’émergence de cette expression (et notamment le prénom de celle qu’il courtise, Angelina, étant d’usage récent) semblent produites par un proche de la susdite marquise de Sévigné.

Françoise (P.) a évoqué des expressions utilisant le mot « langue », à l’instar de la langue des signes, la langue de Molière, avoir une langue bien pendue, la langue de bois, la langue des fleurs, la langue du cœur… jusqu’à la langue de pute. Puis elle a mentionné les langues les plus parlées au monde : le chinois, l’espagnol, l’anglais, le hindi, l’arabe… Curieusement, le polonais serait la 15e langue parlée dans le monde, suivie par l’indonésien. Selon un article du Monde de 2018, le français pourrait devenir la langue la plus parlée en Afrique, voire dans le monde selon une autre source. Françoise a terminé en disant que ses langues préférées étaient celle du cœur et celle de la musique. Michel serait curieux de savoir comment, dans ces statistiques, sont définies des langues telles que l’arabe ou le chinois, qui ont de nombreux dialectes. Il en a profité pour citer la source des expressions de son fond d’écran que l’on peut voir en illustration ci-dessus. Françoise (P.) s’est demandée si l’on connaissait l’origine du nom de famille « Lang ». Outre le fait que c’était d’apparence un nom provenant d’Europe centrale, nul n’a su y répondre. En écrivant ce compte-rendu, on a trouvé sur le site de généalogie Geneanet qu’il proviendrait « d’Allemagne ou d’Alsace-Lorraine, ce nom est un sobriquet désignant un homme grand (lang = long) ».

Enfin, Jean-Philippe, curieux de savoir quand, historiquement, s’était posée pour la première fois la question de l’origine des langues, a trouvé une controverse extraordinaire au tout début du IIe livre d’Hérodote, écrit au Ve s. avant J.-C. : celle où le pharaon Psam­mi­tichus voulait démontrer expérimentalement que les Égyptiens étaient le premier peuple et non pas les Phrygiens comme ils le reven­di­quaient, en remontant à l’origine des langues parlées : isoler deux enfants depuis leur naissance de toute personne parlante, et de voir quel serait le premier mot qu’ils prononceraient. Ce fut un mot phrygien… Jean-Philippe a ensuite fait un rapprochement (osé, dirions-nous) entre cette méthode et une théorie de Noam Chomsky – qu’il a lue dans L’instinct du langage de Steven Pinker –, selon lequel la langue n’est pas une construction culturelle se transmettant de génération en génération, mais que l’être humain est « précâblé » pour le langage – vocabulaire, syntaxe, grammaire (on trouvera ici une critique brève – et cinglante – de cette approche – trouvée lors de la rédaction de ce compte-rendu).

Sur ce, après avoir levé le coude, on leva la séance.

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos