Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

22 février 2005

À propos de la fusion des archives nationales du Canada et de la Bibliothèque nationale du Canada en 2004

Classé dans : Livre, Sciences, techniques — Miklos @ 16:15

J’ai retrouvé récemment – pas plus tard que ce weekend – un texte que j’avais envoyé à biblio-fr en 1999, et dans lequel j’écrivais :

[...] avec ces nouvelles technologies, qui permettent de mettre à disposition du public des archives numérisées, la distinction devient plus floue (entre « bibliothèque numérique » et « archives numériques »). [...] Sur la question des contenus, il faudrait parler alors non seulement des fonds mais des « archives » (mémoire, richesse patrimoniale), et se demander si un des apports intéressants des nouvelles technologies ne serait pas celui qui mènerait vers une plus grande convergence entre ces deux concepts [...] Seule cette convergence peut faire de cette mémoire une mémoire active, la rendant accessible et mise dans le contexte avec la création intellectuelle permanente.

Je ne peux me retenir de citer ici une des réactions que ce texte avait entraînée :

La notion de fonds est différente dans les archives et dans les bibliothèques et il n’y a pas lieu de les rapprocher, encore moins de les confondre. [...] Les archives sont d’abords établies pour des raisons d’authenticité, de preuve, de fonctionnement. Ce n’est pas l’archiviste qui les constitue : s’il le faisait celà, il serait un véritable faussaire : il fabriquerait des preuves, tout simplement. En celà, les métiers d’archivistes et de bibliothécaires sont irréductiblement opposés. [...] On n’est pas dans « Fondation » ou la confusion est partout présente au fil de chaque tome.

L’annonce venant du Canada marque bien l’évolution pragmatique d’une vision rigoriste (et idéaliste), et de la mutation des techniques, voire des métiers, qui permettent de dépasser une compartimentalisation parfois extrême, dont bien de bibliothèques font encore les frais (pour des raisons historiquement compréhensibles mais qui demandent à être revues) ; ainsi, faut-il classer enregistrements sonores et partitions musicales en des lieux distincts, qui empêchent l’écoute des uns en lisant les autres ? Et ne serait-il pas plus utile, pour le chercheur comme pour le lecteur, de réunir les archives d’un compositeur – les traces de sa vie – avec les traces de sa création ? Ce ne sont que des exemples, et bien d’autres domaines bénéficieraient de tels rapprochements, virtuels s’il le faut – et les archives ne se limitent pas à l’écrit, quid des archives sonores ?

[publié à l'origine dans Biblio-FR à la suite d’un article qui rapportait cette fusion]

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos