Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

15 mai 2011

Moyens de transport

Classé dans : Photographie, Société — Miklos @ 2:20

Transports parisiens : le cheval, le deux-roues, le quatre-roues…

On peut arriver d’un endroit à un autre, ou, ce qui revient au même, on peut voyager à pied, à cheval, en voiture, en bateau ou en vaisseau. On avance le plus lestement sur les chemins de fer et au moyen des bateaux à vapeur. Vu le petit nombre de chemins de fer, la manière la plus commode et la plus économique de voyager sur terre ferme est sans contredit la diligence. La diligence est une voiture qui part, à des jours et à des heures fixes, d’un certain endroit, pour transporter, en train de poste, dans un autre endroit des voyageurs et leurs effets, de l’argent, des marchandises et même des lettres, quand il n’y a pas de malle-poste sur la route que parcourt la diligence. La malle-poste est une voiture destinée au transport des lettres. L’homme qui dirige la diligence, pendant qu’elle est en route, porte le nom de conducteur; celui qui dirige la malle-poste est appelé courrier. Les chevaux sont conduits par le postillon.

[Hermine Chavannes] L’ami des enfans vaudois. Lausanne, 1838.

Sur le modèle de aller en voiture on entend souvent dire aller en bicyclette.

Lancelot, dans le Figaro du 10 mars 1928, rapporte le mot de Dumas fils : « Je ne dirai jamais : monter en bicyclette. Monter en chemin de fer me suffit ». Ce tour fâcheux, fréquent dans la conversation, se rencontre même dans le style écrit : « Flâner en voiture, en bicyclette ou même à pied ». Maurois Paris-Soir 31 août 1936.

Georges et Robert Le Bidois, Syntaxe du français moderne. Paris, 1938.

J’ai déjà signalé la bévue commise par l’étourdi qui, le premier, a fait ce raisonnement : « On va en voiture, parce qu’on est dans la voiture, mais à bicyclette, parce qu’on est sur une bicyclette. » Il n’avait pas vu que la préposition en, comme le in latin, signifie sur aussi bien que dans, et avait oublié que la préposition à ne remplace jamais la préposition sur, sauf dans la locution à cheval — anciennement en cheval, refaite par contamination de à pied — , donc qu’il fondait sa règle sur une exception. Devra-t-on dire qu’on se met à selle parce qu’on n’entre pas dans la selle, ou que le navire est à mer, tant qu’il n’a pas coulé ? A. Rigaud (Vie et langage, octobre 1967, p. 595)

Encyclopédie du bon français dans l’usage contemporain. Paris 1972.

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos