Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

9 avril 2012

Mais qui sont donc Louis de Compiègne de Veil et Jean Rou ?

Classé dans : Histoire, Judaïsme, Religion — Miklos @ 18:34

Louis de Compiègne de Veil (1637-1690?), personnage intéressant à plus d’un titre, avait eu pour parrain un roi de France et servi un roi d’Angleterre, avait connu Bossuet et était connu de Leibnitz, mais il ne l’est pourtant pas de la Wikipedia.

Né juif, il subit les sermons de Bossuet : à Metz dont ce dernier était alors l’évêque, les juifs étaient contraints d’y assister. Lavage de cerveau réussi, puisqu’il se convertit au catholicisme en grande pompe – le jeune Louis XIV en est le parrain en compagnie d’Anne d’Autriche – et, plus tard, part en Angleterre où il devient protestant à l’instar de son frère, ce qui ne manquera pas de chagriner Bossuet qui le lui écrira. L’existence de cette lettre est due à un autre injustement inconnu, Jean Rou.

Mais la réputation de Louis de Compiègne est surtout due à sa traduction en latin d’un célèbre abrégé du Talmud, traduction que connaissait Leibnitz et par qui l’information revient à Bossuet (qui ne devait pas être ravi de l’apprendre).

Les quelques documents retranscrits ici décrivent le contexte de la conversion de Louis et de son frère, fournissent le texte de la lettre de Bossuet tel que la révèle Rou précédée de sa relation de la façon dont ils firent connaissance, et suivie d’une recension de la traduction en question et de l’échange entre Leibnitz et Bossuet la concernant.

Quant à Jean Rou (1638-1711), il n’est pas qu’ignoré de la Wikipedia, ce qui est assez curieux au vu de sa biographie et des traces qu’il a laissées. Ce protestant est brièvement avocat au parlement de Paris (1659), métier qui lui plaît peu et qu’il quitte rapidement pour « s’occuper de travaux littéraires ». Il part aux Pays Bas en 1680 pour remplir la place de gouverneur des enfants de madame de Sommerdick, mais il se brouille rapidement avec elle et devient secrétaire interprète des États généraux de Hollande jusqu’à son décès, alors qu’il préparait un Abrégé d’une Histoire universelle, ou Récits des faits les plus curieux qui se sont passés dans l’histoire ancienne et moderne.

La Société de l’histoire du protestantisme français le tire de l’oubli quasi-total dans lequel il était tombé lorsqu’elle décide de publier, en 1857, les Mémoires inédits de ce « peintre à son insu des mœurs et de l’esprit de la bourgeoisie protestante de Paris sous Louis XIV ; témoin naïf et quelquefois observateur très fin de beaucoup de choses et de personnages de cette époque fameuse, mêlés accidentellement à sa vie. » Cette publication fera l’objet d’une recension qui résume bien la vie de ce personnage et qu’on trouvera également retranscrite intégralement ici.

Documents cités :

- Bossuet à Metz : les Juifs et les conversions des deux frères Veil

- Jean Rou, à propos de Louis de Compiègne de Veil

- Bossuet : Lettre à un Juif retiré en Angleterre, qui, après avoir embrassé la religion catholique, l’avait quittée pour passer chez les protestants.

- À propos de la traduction en latin d’un traité de Maïmonide par Louis de Compiègne

- Bossuet, Leibnitz et Louis de Compiègne

- Mémoires inédits de Jean Rou [recension].

Bookmark and Share

2 commentaires »

  1. Manifestmeent, Jean Rou a commencé à travailler très petit !

    Commentaire par Jeff — 16 avril 2012 @ 0:34

  2. Oops ! Merci pour la lecture vigilante (ce n’était même pas de la jeunesse, c’était de la science fiction !). Corrigé…

    Commentaire par Miklos — 16 avril 2012 @ 7:24

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos