Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

22 avril 2012

Playdoyers pro SMS

Classé dans : Littérature, Sciences, techniques — Miklos @ 0:44

Une minute est chère, et pour la ménager,
Jusqu’aux syllabes même, il faut tout abréger.
[…]
Boileau dit seulement en ses instructions :
« Soyez vif et pressé dans vos narrations ! »

François de Neufchâteau (1750-1828), Fables dédiées à Ésope. Prologue du livre septième.

Soyez clair, et surtout soyez bref.

Jules Sandeau, Un héritage. 1856.

Les écrivains Juifs & les copistes ne se contentent pas de faire des abréviations comme les Grecs et les Latins, en retranchant quelques lettres ou syllabes dans un mot ; souvent il n’en mettent que la première lettre. Ainsi ר signifie Rabbi, & א signifie אב, אדרבי, ou אמד, selon l’endroit où il se trouve. Ils prennent souvent les premières lettres de plusieurs mots de suite, & en y ajoutant des voyelles, ils font un mot barbare qui représente tous les mots dont il est l’abrégé.

Diderot et d’Alembert, Encyclopédie. 1751.

Il est certain que les fonctionnaires, en prenant le style ordinaire, allongent de beaucoup leurs dépêches, et de l’aveu des gens compétents il serait possible, en employant le style télégraphique, d’en réduire la longueur des trois quarts. En forçant chaque ministère, chaque administration à payer ses propres dépêches, sauf ensuite à en faire compte avec le ministère de l’intérieur, on corrigerait certains abus et on donnerait satisfaction au public. Chaque fonctionnaire, obligé à cette reddition effective de comptes, deviendrait plus sobre, n’enverrait que les dépêches nécessaires, et les traduirait en style laconique. Il en résulterait plus de rapidité dans les transmissions ; les bureaux seraient moins absorbés par le service administratif et les dépêches privées parviendraient plus vite à destination.

Baron Eschassériaux, séance du 11 juillet 1870 de la session ordinaire de 1870 du corps législatif.

L’instant est cher et mon sort en dépend.

Henri Lambert de Thibouville (1710-1784), Calixte, cité par C.S. Favart in Mémoires et correspondances littéraires, dramatiques et anecdotiques, 1808.

« Remember that time is money. »

Benjamin Franklin, Advice to a Young Trades­man, 1784.

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos