Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

16 octobre 2012

Alla breve. XXXV.

Classé dans : Actualité, Alla breve, Musique — Miklos @ 11:53

[243] Un luthier, vite ! Musician’s Guide Map est un site interactif permettant de géolocaliser facilement des magasins d’instruments de musique. Il en répertorie déjà près de 600, dont 562 en Europe – la grande majorité en France : non pas que ce soit la spécialité nationale de notre doulx pays, mais cette réalisation est sans doute relativement franco-française, malgré le secret dont elle s’entoure : aucune information sur son (ou ses) auteur(s), la page Crédits, truffée d’ailleurs de fautes d’orthographe, ne précisant que le fait qu’il est « protégé par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle et le droit d’auteur ». On suspecte fort qu’il soit la réalisation d’un Sylvain Bouancheau, a.k.a. Sylgoud, titulaire du nom de domaine et amateur d’oud, seul instrument mentionné dans la page Liens dudit site. (Source)

[244] Stefan Zweig le musicien. Celui dont on aime tant lire les nouvelles et les romans a aussi été librettiste, celui de La Femme silencieuse (Die Schweigsame Frau), opéra-bouffe d’un Richard Strauss vieillissant créé à Dresde en 1935 – en l’absence du juif Zweig dans cette Allemagne nazifiée – sous la direction de Karl Böhm (on lira ici avec profit les avatars de cette œuvre). C’est sous son bâton qu’on en trouve un enregistrement de 1959 dans les trois CD accompagnés d’un livre et comprenant nombre d’extraits d’œuvres de Bach à Berg en passant par Haydn, Mozart, Schubert, Mahler, Schoenberg, Webern, et que l’on peut écouter ici. (Source)

[245] Les déboires de Kurt Masur. En avril de cette année, alors que le chef du Gewandhaus de Leipzig dirige un concert de l’Orchestre national de France (dont il avait été le directeur artistique de 2003 à 2008), il chute du podium dans la salle et se fracture l’omoplate, ce qui ne l’a pas empêché de revenir sur scène : en septembre, il ouvre la 19e saison du festival de musique d’Usedom (en mer baltique), et y dirige l’orchestre philharmonique balte de jeunes dans la première symphonie de Chostakovitch. Certains des musiciens – surtout ceux assis à l’arrière de l’orchestre – ont regretté de ne pouvoir entendre ce que disait le chef durant les répétitions : à 85 ans, c’est surtout sa voix qui en a pris un coup. Et là-dessus, on apprend qu’il souffre – à l’instar de James Levine dont on vient de raconter les problèmes – de la maladie de Parkinson. (Source)

[246] Le retour de Georges Prêtre. On avait annoncé en septembre l’annulation pour raisons familiales du concert Trilogie romaine (d’Ottorino Respighi) que devait donner le chef, âgé, lui, de 88 ans, avec l’orchestre philharmonique de Monte Carlo. Il revient au podium diriger cette formation dans un concert qu’il dédie à la mémoire de son fils disparu ces derniers jours à l’âge de 70 ans. Au programme, deux œuvres de Poulenc – dont il était le chef préféré – et une de Moussorgski. (Source)

[247] Saint Ceré en hiver. On connaît le Festival de Saint-Céré, fondé en 1980 et issu des « Rencontres de chant choral » créées dans les années 1960 par Pierre Host. Depuis 1986, l’équipe du Festival gère Opéra Éclaté, une compagnie nationale de théâtre lyrique et musicale. Elle y organise un festival d’hiver qui s’est ouvert samedi dernier avec un concert du chœur Archipels sous la direction de Joël Suhubiette. (Source)

[248] Bordelais majeurs, la Cochonne rit en chœur recrute chez le Pépère ! Il s’agit d’une chorale associative, créée en 2010 afin de « valoriser la chanson à boire, à rire et à manger ». Quant au pépère en question, il s’agit d’un bar à vin, musiques et cochoncetés, pardon, cochonnailles qui organise toutes sortes de manifestations musicales qui ont l’air bien sympathiques, ma foi. (Source)

[249] Le compositeur assassin. On fête (si l’on peut dire) aujourd’hui l’anniversaire du décès de Gesualdo dans des circonstances plutôt gore. Lui-même avait occis sa femme et l’amant de cette dernière, ce qui ne l’avait pas empêché de reprendre, plus tard, une autre femme plus une maîtresse. Mais il devait drôlement (si l’on peut dire) regretter son geste…

Bookmark and Share

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos