Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

31 mars 2005

À cinq heures du soir…

Classé dans : Littérature — Miklos @ 19:56

Le coup de corne et la mort.
Complainte pour Ignacio Sánchez Mejías

Federico García Lorca (1898-1936)

À cinq heures du soir.
Il était juste cinq heures du soir.
Un enfant apporta le blanc linceul
à cinq heures du soir.
Le panier de chaux déjà prêt
à cinq heures du soir.
Et le reste n’était que mort, rien que mort
à cinq heures du soir.

Le vent chassa la charpie
à cinq heures du soir.
Et l’oxyde sema cristal et nickel
à cinq heures du soir.
Déjà luttent la colombe et le léopard
à cinq heures du soir.
Et la cuisse avec la corne désolée
à cinq heures du soir.

Le glas commença à sonner
à cinq heures du soir.
Les cloches d’arsenic et la fumée
à cinq heures du soir.
Dans les recoins, des groupes de silence
à cinq heures du soir.
Et le taureau seul, le cœur offert!
À cinq heures du soir.
Quand vint la sueur de neige
à cinq heures du soir.
quand l’arène se couvrit d’iode
à cinq heures du soir
la mort déposa ses œufs dans la blessure
à cinq heures du soir.
À cinq heures du soir.
Juste à cinq heures du soir

Un cercueil à roues pour couche
à cinq heures du soir.
Flûtes et ossements sonnent à ses oreilles
à cinq heures du soir.
Déjà le taureau mugissait contre son front
à cinq heures du soir.
La chambre s’irisait d’agonie
à cinq heures du soir.
Voici qu’au loin arrive la gangrène
à cinq heures du soir.
Trompe d’iris sur l’aine qui verdit
à cinq heures du soir.
Les plaies brûlaient comme des soleils
à cinq heures du soir.
et la foule brisait les fenêtres
à cinq heures du soir.
À cinq heures du soir.
Ah, quelles terribles cinq heures du soir !
Il était cinq heures à toutes les horloges !
Il était cinq heures dans l’obscurité du soir !

español

Bookmark and Share

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

Pas de commentaire »

  1. C’est magnifique,Garcia Llorca,vraiment.Faudra que je pense à découvrir un peu mieux.J’en avais lu il y a longtemps…

    Commentaire par misterblue — 31 mars 2005 @ 20:00

  2. Puis-je te demander l’auteur de la peinture illustrant ce poème?

    Commentaire par theutheu — 31 mars 2005 @ 21:35

  3. Il suffit de passer le curseur sur l’image pour le voir: il s’agit de Salvador Dali, et le tableau s’intitule "Tauromachie individuelle"

    Commentaire par miklos — 31 mars 2005 @ 21:46

  4. (là encore, étonnant sur le Purcell de quelques articles plus haut !)

    Commentaire par kliban — 2 avril 2005 @ 15:21

  5. (extrèmement différent, soit dit en passant, de cet autre poème d’heure : Um Mitternacht – Friedrich Rückert, dont Mahler a tiré un Lied :

    Um Mitternacht
    hab ich gewacht
    und aufgeblickt zum Himmel;
    kein Stern vom Sterngewimmel
    hat mir gelacht
    um Mitternacht.

    Um Mitternacht
    hab ich gedacht
    hinaus in dunkle Schranken.
    Es hat kein Lichtgedanken
    mir Trost gebracht
    um Mitternacht.

    Um Mitternacht
    nahm ich in Acht
    die Schlägemeines Herzens;
    ein einziger Puls des Schmerzes
    war angefacht
    um Mitternacht.

    Um Mitternacht
    kämpft’ ich die Schlacht,
    o Menschheit, deiner Leiden;
    nicht konnt ich sie entscheiden
    mir meiner Macht
    um Mitternacht.

    Um Mitternacht
    hab ich die Macht
    in deine Hand gegeben !
    Herr über Tod und Leben,
    du hälst die Wacht
    um Mitternacht !

    -

    A minuit,
    réveillé,
    j’ai regardé le ciel ;
    parmi les millions d’étoiles,
    aucune ne m’a souri
    à minuit.

    A minuit
    se tournèrent mes pensées
    vers les ténèbres closes.
    Aucune pensée de lumière
    ne m’a consolé
    à minuit.

    A minuit
    j’ai écouté
    les battements de mon coeur,
    et seule une douleur aigüe
    s’est ranimée
    à minuit.

    A minuit
    j’ai engagé le combat
    ô humanité, contre tes souffrances;
    ma force n’a pas suffi
    à remporter la victoire
    à minuit.

    A minuit
    j’ai remis ma force
    dans tes mains,
    Seigneur de vie et de mort,
    toi qui veilles
    à minuit !
    )

    Commentaire par kliban — 2 avril 2005 @ 15:30

  6. Merci…

    Commentaire par miklos — 2 avril 2005 @ 15:46

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos