Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

2 janvier 2013

Le mystère de la résurrection du Crédit lyonnais

Classé dans : Littérature, Économie — Miklos @ 1:43

L’édition critique par Pierre Servet du Mystère de la résurrection. Angers (1456) chez Droz (1993) comporte un passage qui ne manque pas de piquant, ayant été écrit plus de 500 ans avant le début de l’affaire Crédit Lyonnais – Addidas – Bernard Tapie, affaire qui, elle, commence l’année de la publication de cette édition critique…

Saudret

Dea ! Nous sommes bons compaignons
Pourtant que sommes mal vestus.
Nous avons laissé mil escuz,
Par Dieu qui me fist, a la banque
De Lion.

Le Varlet de l’Ouste

         Ha, c’est tout quanque
Je disoie presentement,
Car vous estes certainement
Gros marchans et gros usuriers.
Vous en avez bien des deniers
Et des escuz et des ducatz !
Ha, vous ne les emporterés pas
Quant vous partirés de ce monde.

Tapie, lui, semble l’avoir emporté, du moins pour le moment. Quant aux banquiers, on ne peut que renvoyer nos lecteurs à un autre billet historique.

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos