Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

29 mars 2009

Le sourire

Classé dans : Récits, Sciences, techniques — Miklos @ 1:12


Fig. 30-32 du traité de Duchenne de Boulogne.
Cliquez pour agrandir.

« Un sourire calculé et charmant errait sur ses lèvres sensuelles. » — André Imberdis, L’Auvergne depuis l’ère gallique jusqu’au XVIIIe siècle, 1863.

L’homme fut immédiatement conquis par l’immense sourire qui découvrait de grandes dents presque trop blanches et par l’éclat du regard pétillant. Bouleversé, il se sentit irré­mé­dia­ble­ment attiré à en perdre la raison vers ces lèvres qu’il rêvait d’effleurer, vers ces yeux dans lesquels il se serait volontiers noyé, vers ces cheveux soyeux noir de jais dans lesquels il glisserait dou­ce­ment ses doigts. Immobiles l’un face à l’autre, sans se toucher ils parais­saient déjà s’en­lacer.

Quand ils s’embrassèrent, le temps s’arrêta. L’homme était soudain désarmé et nu, le monde extérieur pourtant si bruyant s’était estompé, il n’entendait plus que le battement effréné de son cœur prêt à exploser d’une joie sans limite et d’effroi devant l’intensité de ses émotions, il ne sentait plus que le souffle légè­rement parfumé qui lui caressait mainte­nant le visage.

Une fois, l’homme contemplait discrè­tement le visage tant aimé. Une moue enfantine et jouissive s’y dessinait, on aurait dit la bouche d’un bébé repu après la tétée. Lorsque le visage se sentit soudain observé, le sourire ensor­celant s’y dessina d’un coup, brus­quement, comme si quelqu’un avait appuyé sur un bouton.

C’est alors que le temps se remit à passer.

«Le grand zygo­matique est le seul muscle qui exprime complé­tement la joie, à tous ses degrés et dans toutes ses nuances, depuis le simple sourire jusqu’au rire le plus fou. — Il ne rend aucune autre expression. […]

Voyez le sujet représenté dans les figures 30 et 31 : ses grands zygo­ma­tiques sont au maximum de contraction. Au premier abord, il paraît s’aban­donner au rire le plus franc, mais un moment d’attention vous fait découvrir que sa gaieté est factice ; plus vous regardez cette riante, plus elle vous blesse par sa fausseté. […]

Si vous comparez ces figures 30 et 31, dont le rire est faux et menteur, à la figure 32 du même individu photo­graphié au moment où j’avais excité sa gaieté, vous sentez qu’ici son rire est franc et commu­nicatif. […] C’est uni­quement d’un mouve­ment parti­culier de la paupière infé­rieure que dépend la diffé­rence expressive de ces figures.[…]

Le muscle qui produit ce relief de la paupière inférieure n’obéit pas à la volonté : il n’est mis en jeu que par une affection vraie, par une émotion agréable de l’âme. »Son inertie, dans le sourire, démasque un faux ami.

Guillaume Duchenne de Boulogne, Méca­nisme de la physio­nomie humaine ou analyse électro-physio­lo­gique de l’expres­sion des passions, Paris, 1876.

Bookmark and Share

2 commentaires »

  1. [...] des problèmes réels. Daniel Sibony conclut ainsi : « Il y a d’un côté le sourire outil de travail, considéré comme outil miracle, et peut-être son utilisation va se moduler et se modérer. [...]

    Ping par Miklos » Life in Hell : ça ne rigole pas — 15 avril 2010 @ 6:13

  2. [...] l’homme, il peut être calculé ; on a donné ailleurs les clés pour distinguer le franc sourire de celui du faux [...]

    Ping par Miklos » Le sourire du chat — 10 juillet 2011 @ 3:54

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos