Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

30 mars 2009

Un concert à ne pas manquer

Classé dans : Actualité, Musique — Miklos @ 22:55

Demain (mardi 31/3), à la salle Pleyel, un concert exceptionnel : l’interprétation bouleversante par Petra Lang, à la voix chaude et enveloppante, délicate et puissante autant dans les registres bas qu’élevés, du Lied der Waldtraube (extrait des Gurrelieder et dont on peut écouter une partie ici) d’Arnold Schoenberg qui n’est pas sans évoquer Mahler et Strauss (elle chantera aussi des Lieder de Webern) ; celle, magistrale, du très grand pianiste Maurizio Pollini dans des œuvres pour piano seul ou non de Schoenberg, de Berg et de Webern, et notamment un magnifique duo avec le clarinettiste Alain Damiens dans les Quatre pièces op. 5 de Berg, et un autre, très beau – les Trois petites pièces de Berg – avec le violoncelliste virtuose aux pieds nus Éric-Maria Couturier (en fait il avait des chaussettes, ce soir lors de la générale) ; et last but not least, l’Ensemble intercontemporain sous la direction ciselée, claire, intense et sans afféterie de Pierre Boulez.

À lire :
Marc Zisman : Viennoiseries pour Boulez et Pollini

___________________
Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

2 commentaires »

  1. Alors, ce concert ?
    Je n’y étais malheureusement pas… Je le regrette, en particulier pour Pollini, dont je suis un grand admirateur.

    Commentaire par Giusepe — 6 avril 2009 @ 7:41

  2. J’étais à la générale : ce que j’en ai écrit ici dès que j’en suis sorti est basé sur mes impressions. En sus, et c’est là l’intérêt accru d’une répétition, on a eu droit à des moments très éclairants, là où Boulez a fait travailler la balance minutieuse entre les instruments de l’Ensemble, dans quelques mesures de la Symphonie de chambre op. 9 de Schoenberg. Un réglage d’horloger. Et l’aboutissement&nsbp;? Une évidence. Enfin, étant arrivé bien avant tout le monde, j’ai pu voir et entendre Pollini tester le piano, en compagnie de l’accordeur : là aussi, on entend soudain le piano autrement, note à note, chaque note restant suspendue dans l’air de la salle…

    Commentaire par Miklos — 6 avril 2009 @ 8:32

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos