Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

20 juillet 2013

Qu’y a-t-il de commun à Clafoutis, Excel, Hashtag, Ikéa, J’Adore, Périphérique, Superman et Térébentine (sic) ?

Classé dans : Histoire, Politique, Société — Miklos @ 19:14

Ce sont quelques-uns des prénoms dont des parents bien intentionnés ont récemment affublés leurs rejetons, ici et ailleurs.

En France, depuis la Révolution et jusqu’en 1966, on ne pouvait choisir de prénoms autres que ceux « en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus dans l’histoire ancienne » (ce qui, soit dit en passant, avait compliqué la tâche de mes parents à ma naissance). Après quelques évolutions, la loi en est arrivée en 1993 à l’article 57 du code civil qui stipule :

Tout prénom inscrit dans l’acte de naissance peut être choisi comme prénom usuel. Lorsque ces prénoms ou l’un d’eux, seul ou associé aux autres prénoms ou au nom, lui paraissent contraires à l’intérêt de l’enfant ou au droit des tiers à voir protéger leur patronyme, l’officier de l’état civil en avise sans délai le procureur de la République. […]

C’est ainsi que les parents du petit Périphérique ont finalement été contraints de choisir un autre prénom pour leur enfant.

D’ailleurs, ce n’est pas qu’en France que l’Administration veille – parfois – aux intérêts des enfants. Ainsi, en Suède, le petit Albin aurait dû se prénommer Brfxxccxx­mnp­cccc­lll­mmn­prx­vcl­mnck­ssq­lbb11116 (ce qui évoquera immédiatement dans votre esprit Porfich­toumik­dabi­croûté, ce prénom doux comme une caresse dont on avait parlé ici) si ses parents avaient eu gain de cause en 1996.

Le choix de prénoms destinés à faire plaisir aux parents et – inévitablement – à faire souffrir leurs enfants une fois qu’ils mettront pied dans la société – n’est pas récent. Ainsi on peut lire dans la Gazette anecdotique du 15 mars 1884 (le numéro qui comprend aussi l’article concernant l’expression « Glissez, mortels… » dont nous venons de parler) l’information suivante, qui concerne une sacrée personnalité dont on comprendra mieux les motivations après avoir lu l’article que L’Humanité lui a récemment consacré.

Folie prénominale

On sait que Mme Paule Mink, la célèbre socialiste, est mariée à un sieur Négro, ancien ouvrier mécanicien à Montpellier. Il y a deux ans, elle mit au monde un petit garçon auquel elle voulut imposer, en le déclarant à l’état civil, les prénoms de Lucifer-Blanqui-Vercingétorix. Le maire refusa d’inscrire d’aussi singuliers prénoms, et un jugement survenu pour régler la question lui donna raison. Il y a quelques jours, Mme Négro-Mink vient d’accoucher d’un nouveau garçon auquel elle a voulu donner cette fois les noms de Spartacus-Blanqui-Révolution. Même refus du maire.

Le ménage Négro-Mink s’est alors adressé au ministre de la justice pour se plaindre de ce procédé ; mais il est fort probable que Mme Mink ne gagnera pas son procès plus facilement que la première fois.

Fin de citation. On rajoutera pour finir que Lucifer Négro l’a échappé belle…

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos