Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

16 janvier 2010

L’idiot inutile, ou, nous payons tous pour le geste de Peillon

Classé dans : Actualité, Médias, Politique — Miklos @ 8:59

“For Brutus is an honourable man ;
So are they all, all honourable men.
(…)
I speak not to disprove what Brutus spoke,
But here I am to speak what I do know.”
— William Shakespeare, Julius Cæsar, acte III, scène 2.

Il s’avère que la « démarche », prévue de longue date, du personnage était destinée à assurer que personne n’occupe le fauteuil de contradicteur de gauche sur le plateau. Il devait craindre que, s’il avait refusé de participer avant le début de l’émission, Arlette Chabot, à laquelle il avait laissé croire jusqu’au dernier moment qu’il viendrait, n’aurait pas eu de mal à trouver un collègue pour se substituer à lui. Résultat : le plateau était à la disposition de la droite et de l’extrême droite, comme s’ils représentaient tout le spectre politique français sur cette question de l’« identité nationale ». Honorable, dites-vous ?

Au lieu de démontrer les hauts principes que Peillon clame maintenant, cette ruse, cette tromperie, ce subterfuge, montre la piètre opinion qu’il a de ses collègues de gauche, et plus généralement que tous les coups sont bons en politique, y compris celui de ne pas honorer ses engagements. Honorable, dites-vous ?

Quant à ses fameux « amis » de gauche qui prennent sa défense en critiquant le fait qu’il était relégué en deuxième partie d’émission, ils contredisent la parole de Nathalie Saint-Cricq (la rédactrice en chef de l’émission en question) qui affirme que ç’avait été le choix de Peillon, ce qui lui aurait permis d’apporter la contradiction, et d’avoir ainsi le dernier mot. En réalité, comme c’était un coup prémédité, son choix était judicieux ; s’il avait été prévu au début de la soirée et n’était pas arrivé alors, l’émission aurait sans doute été annulée ou reportée. On en aurait à peine parlé. Honorable, dites-vous ?

Il est à craindre que cette nouvelle bombe médiatique – on constate l’affection croissante des politiciens pour cette plate-forme d’expression – ne contribue qu’à la désaffection croissante des Français pour la politique et ses représentants et en particulier pour une gauche en déliquescence d’une part, et à justifier des méthodes de terrorisme (au figuré, pour le moment) de la part des politiciens d’autre part. C’est la démocratie qui en paie le prix.

Bookmark and Share

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos