Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

22 février 2010

Life in Hell: les retards de la SNCF

Classé dans : Actualité — Miklos @ 1:44

Jeff et Akbar décident de passer la dernière semaine de décembre à Brüsel dans l’appartement de Constanze et de son mari. Mais Akbar est contraint d’y renoncer.

Quelques jours avant ledit voyage, il se rend à l’un des guichets de la SNCF pour annuler les deux billets, justificatif à la main. Le préposé s’en saisit et lui fait remplir un formulaire. Akbar le fait soigneusement et en garde une copie, au cas où. Fin du premier acte.

Sept semaines s’écoulent lentement. Akbar trouve un jour une lettre au logo de la compagnie dans son courrier : il se dépêche de l’ouvrir, espérant y trouver un chèque. Eh non, c’est une lettre lui demandant un RIB. Il en détache un, et y joint une lettre exprimant son étonnement que le préposé ne le lui en ait pas demandé quand il avait déposé sa demande, et qu’il aura fallu près de deux mois pour le lui réclamer. À cette allure, se dit Akbar, il sera remboursé juste avant ses prochaines vacances de Noël, cela lui permettra de racheter un billet pour Brüsel sans avoir à faire des économies durant l’année qui vient, chouette. La SNCF est contente elle aussi, les petits intérêts sur tous ces retards de remboursement font les grandes rivières. Fin du second acte.

Akbar attend toujours qu’ils passent à l’acte.

Akbar doit se rendre à Toulon. Le TGV démarre à l’heure (une fois n’est pas coutume) mais s’arrête presque aussitôt à quai pour une dizaine de minutes. L’annonce de la fermeture des portes repasse comme si de rien n’était, et le train quitte enfin comme à regret la gare de Lyon. Akbar, lui, est content.

Akbar compte profiter du long voyage pour tenir son journal. Il a donc pris avec lui son ordinateur, qui, pour portable qu’il est, lui rappelle une célèbre chanson de 1946, époque qu’Akbar croyait révolue où les ordinateurs devaient encore peser ces sixteen tons. Mais rien n’a changé depuis. Or ce TGV ne propose aucune prise électrique à ses voyageurs. Ça, c’est un retard technologique et c’est bien dommage, se dit Akbar, pour mes lecteurs.

Akbar reprend à Toulon un TER qui doit le ramener à Marseille, d’où il prendra le TGV pour rentrer chez lui. Il voit, inquiet, le tableau d’affichage qui indique que presque tous les trains ont un « retard probable » de durée variable. Si c’est prévu, se demande Akbar, pourquoi ne pas l’indiquer dans la brochure des horaires ? Le sien est annoncé à l’heure. Chouette, se dit Akbar, je ne raterai pas la correspondance.

Le train part effectivement à l’heure. Lorsqu’il arrive à Marseille, une voix pleine d’aïoli et de soleil annonce que le train est arrivé à l’heure. Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours (surtout de l’ours, dit Akbar)… Sitôt dit, le train s’arrête avant d’arriver à quai, et reste planté là, pendant dix minutes. Silence radio de l’aïoli. Il doit être mort de honte, se dit Akbar.

Malgré toutes ces péripéties, Akbar monte enfin dans le TGV. Akbar constate avec plaisir la présence d’une prise 220v près de sa place. Il y branche son 16 tonnes, et… pas de jus ! Pas de bol, se dit Akbar contrarié. Lorsque le contrôleur passe vérifier les billets deux heures plus tard, Akbar lui signale qu’il n’y a pas d’électricité dans la prise. — C’est normal, répond l’homme. — Normal ? demande Akbar. — Oui, dans les deuxièmes classes c’est défectueux.

Si c’est aussi prévu comme ça, se demande Akbar, pourquoi ne pas indiquer que c’est une prise non-électrique ? Mais – est-ce le fait d’en avoir parlé – le fluide se met alors à y circuler, par intermittences, il est vrai.

Et c’est pourquoi, chers lecteurs et chères lectrices, vous pouvez lire la relation de ma journée, conclut Akbar, malgré cet autre retard technologique.

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

Bookmark and Share

3 commentaires »

  1. oui, mais partir de la gare Saint-Lazare pour aller à Marseille, ça c’est une avancée technologique !

    Commentaire par francois75002 — 22 février 2010 @ 22:33

  2. Comme on le constate en lisant ceci, il y avait des trains de Paris à Marseille déjà en 1868. Ça c’était une avancée technologique…

    Commentaire par Miklos — 22 février 2010 @ 22:43

  3. …….. ah oui, c’était la gare de Lyon, Akbar s’est trompé dans son texte, j’ai corrigé pour lui, merci.

    Commentaire par Miklos — 22 février 2010 @ 22:52

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos