Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

13 janvier 2015

Life in Hell : Akbar perd la tête, ou quoi ?

Classé dans : Actualité — Miklos @ 0:42


Cliquer pour agrandir.

Akbar a de multiples activités professionnelles et bénévoles, auxquels se rajoutent deux cours qu’il suit trois fois par semaine. Pour gérer cet emploi de temps de ministre, il utilise un agenda bleu à reliure en spirale. Quant aux contenus des multiples réunions qui en découlent, il les note dans un grand cahier orange à spirale.

Vendredi dernier, quasiment à l’heure où blanchit la campagne, il participe à une importante réunion professionnelle. Une fois celle-ci terminée, il file au déjeuner de travail de l’association à laquelle il fournit gracieusement ses compétences. Il quitte la table avant le dessert et rentre chez lui.

Ce n’est que lundi matin qu’il désire consulter son cahier orange, et oh surprise !, celui-ci est introuvable malgré ses recherches systématiques. Il finit par appeler l’organisatrice de la première réunion de vendredi : pas plus de cahier que de cheveu sur la tête à vous-savez-qui. Il tente alors d’appeler l’association avec laquelle il avait déjeuné : pas de réponse. Il décide de s’y rendre en début d’après-midi.

En général il y va à pied, mais voulant faire vite il emprunte le métro et descend au coin de la rue du château d’eau dans laquelle se trouvent les bureaux en question. Au bout d’un certain moment, il se dit que vraiment ça fait loin, et quelques instants plus tard il aperçoit une église – celle de la Trinité ? – alors qu’il aurait dû se rapprocher de la place de la République. Il en déduit rapidement qu’il a dû emprunter la rue dans la mauvaise direction à la sortie du métro.

Au lieu de faire simplement demi-tour et revenir sur ses pas, il tourne à droite dans une grande rue, puis dans d’autres plus ou moins petites à angles plus ou moins droits avec les précédentes, découvrant ainsi des quartiers de Paris dont il ignorait jusqu’à l’existence. Après une longue errance, il retombe dans la rue du château d’eau, s’assure d’y marcher cette fois dans le bon sens, et arrive finalement à destination.

Il s’y voit remettre son cahier dans une belle enveloppe kraft portant son nom. Après moult remerciements, il s’en retourne (à pied, comme ça je ne me tromperai pas, murmure Akbar in peto) chez lui et s’arrête chez Picard surgelés pour acheter le poisson que Jeff affectionne.

Au réveil d’une petite sieste impromptue et néanmoins bien méritée, il constate qu’un numéro inconnu lui a téléphoné pendant son sommeillon. Il le rappelle et s’identifie à la personne qui lui répond. Elle lui dit être pharmacienne de quartier, et l’informe que le caissier du Picard chez lequel Akbar était passé était venu lui remettre en mains propres un cahier orange à reliure en spirale pensant que c’était le sien ; elle l’examine, y voit le nom d’Akbar, effectue quelques recherches et trouve comment le joindre.

Akbar avait derechef oublié son cher cahier.

Il se rend à la pharmacie en question. La tenancière, ne sachant à qui elle a affaire, l’accueille aimablement. Akbar lui demande : « Avez-vous par hasard… (bref silence) des cahiers orange à reliure en spirale ? », à quoi elle éclate de rire et lui remet l’objet en question. En guise de remerciement, il lui tend une praluline qu’il avait achetée en chemin à son intention. Elle lui suggère de la donner plutôt au caissier de Picard. Excellente idée, répond Akbar, une pour vous, une pour lui. En ressortant, il en achète donc une seconde qu’il va remettre au caissier stupéfait.

Jamais deux sans trois, se dit Akbar, légèrement inquiet : où vais-je maintenant oublier mon cahier ?, suite à quoi il décide de prendre des mesures conservatrices drastiques.

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

Bookmark and Share

Un commentaire »

  1. C’est la saga des baby boomers qui commencent à vieillir? À présent je cherche: i) un collier de perles (Allò Marie Antoinette?); ii) deux magnifiques stylos d’une couleur que j’adorais. Est-ce que la pharmacienne, ou le caissier de Picard en savent quelque chose?

    Commentaire par Patrizia — 13 janvier 2015 @ 18:50

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos