Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

23 août 2018

Les robots sans cervelle

Classé dans : Médias, Sciences, techniques — Miklos @ 10:53


Publication dans Facebook, le 23.8.2018 (source de l’article)

Un article du Monde du 20 mai dernier sur lequel j’étais tombé en « navigant » de fil en aiguille m’avait ému. Je l’ai signalé dans ma page Facebook, assorti d’un petit commentaire, comme on peut le voir ci-dessus.

Et voilà que quelques instants plus tard je suis informé par Facebook que cette publication a été supprimée parce qu’elle « semble indé­sirable et ne respecte pas les standards de la communauté », tout en m’offrant deux choix de réponse :

1. Ce n’est pas indésirable.

2. Je n’ai pas publié cela.


Réaction instantanée de Facebook.

Il va sans dire que j’ai cliqué sur l’option 1, suite à quoi s’est immé­dia­tement affiché un message comme quoi Facebook avait « examiné [ma publication] plus en détail et en avait conclu qu’elle n’allait pas à l’encontre de leurs Standards de la communauté », et l’a par consé­quent restaurée.


Réaction instantanée de Facebook.

On peut se demander :

1. Qu’est-ce qui allait à l’encontre de ces prétendus Standards ? Le fait de parler d’un couple qui s’aime depuis son mariage il y a 60 ans, alors qu’on n’a aucun mal à y publier des informations de tout genre sur les frasques d’un certain président américain ? Le fait de casser un sucrier, d’y trouver une lettre d’amour et de la lire alors qu’elle n’avait pas été adressée au lecteur ? Le fait de vanter les mérites du sucre, alors qu’il n’y en avait pas dans le dit sucrier et qu’on en connait les dangers (cf. le documentaire d’Arte ci-dessous) ?

2. Qui a « examiné plus en détail » la publication dans le laps de temps quasi instantané entre mon clic et la décision qu’elle (la publi­cation en question) était honorable ? Si c’est « le robot », pourquoi a-t-il d’abord déterminé que cette publication était indésirable, puis est devenue désirable ?

C’est Facebook qui devient de plus en plus indésirable (ce qui n’empêche pas des milliards d’êtres humains d’y être accros, comme au tabac, à l’alcool et à d’autres substances indésirables…).

Plus encore, ce n’est qu’un des innombrables exemples du danger de la robotisation, dont les premières alertes sont loin d’être récentes ; si l’homme a été doté d’une cervelle, c’était bien pour le distinguer des machines passées, présentes et futures. Mais certains hommes – et parmi eux, les concepteurs de ces robots soi-distant intelligents – n’en sont sans doute pas dotés plus que les linottes, du moins en ce qui concerne la sensibilité, alors que même des oiseaux tels que les aras semblent ressentir des émotions

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos