Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

4 mars 2007

Du rififi chez les Wikipediens

Classé dans : Sciences, techniques, Société — Miklos @ 11:46

À l’occasion de la mise en ligne du millionième article dans la Wikipedia, le très sérieux magazine américain New Yorker publiait en juillet 2006 un long essai analysant l’évolution de cette encyclopédie interactive, dans une mise en perspective historique et sociale de la quête encyclopédique remontant jusqu’à 220 avant JC. L’auteur de cet article de fond est Stacy Schiff, lauréate du prix Pulitzer en 2000 pour Vera (Mrs. Vladimir Nabokov). À propos des efforts de la Wikipedia consacrés à assurer la fiabilité des contenus, elle y décrivait en détail le rôle d’un de ses principaux éditeurs, « titulaire d’un doctorat en théologie et d’un diplôme de droit canon, et qui avait écrit ou enrichi 16 000 articles », et qui s’est consacré ultérieurement au nettoyage du site, corrigeant des erreurs, supprimant des obscénités. L’auteur de l’article rajoute que ce « professeur titulaire d’une chaire de religion dans une université américaine privée (…) n’avait à ce jour rencontré aucun autre Wikipedien et ne participerait pas à la conférence internationale des contributeurs ».

Et pour cause. On vient d’apprendre que le célèbre éditeur – et depuis janvier dernier salarié de Wikia – est un djeun de 24 ans, qui ne détient ni diplômes supérieurs ni chaire de religion. Jim Wales, co-fondateur de la Wikipedia, a d’abord réagi en annonçant qu’il ne considérait ceci que comme faisant partie du pseudonyme de l’éditeur incriminé ; plus tard, il lui a demandé de démissionner, tout en rajoutant que la Wikipedia était basée (entre autres) « sur les deux piliers de la confiance et de la tolérance » et que « l’harmonie de notre travail dépend de la compréhension mutuelle et du pardon des fautes ».

Comme quoi, le religieux n’est jamais très loin. Or la connaissance n’est pas basée sur la croyance, mais sur un système de relais de transmission et d’enrichissement du savoir, dont on doit pouvoir s’assurer de la fiabilité et de la compétence, faute de pouvoir vérifier tout à la source soi-même. La sanction des pairs – par les diplômes, par exemple (mais pas uniquement ni nécessairement) – est un des éléments contribuant à cette garantie. Le fonctionnement démocratique d’une communauté – réelle ou virtuelle – nécessite une délégation de pouvoir accordée avec confiance ; une fois cette confiance trahie sur un point, la suspicion de tromperie peut s’étendre au reste : c’est une chose de ne pas posséder des diplômes reconnus, c’en est une autre de prétendre qu’on en a pour usurper confiance et pouvoir.

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos