Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

26 février 2005

Un coup de ballet

Classé dans : Danse — Miklos @ 9:56

Dans l’article « Contemporeanotrash » du 15/1 (disponible dorénavant aux Archives nationales1, Paris IV, ou sur demande expresse), je parlais de ma découverte, il y a déjà un bail, de la danse contemporaine, et de mes récentes déceptions dans ce domaine.

Rebelotte : le spectacle 1-2-3/Propositions (une création, en cinq épisodes chorégraphiés par cinq personnes ou groupes différents) des Ballets C. de la B.2 se rajoute à la liste qui se rallonge comme un nez en hiver3. Et pourtant, leur spectacle de l’année dernière – Foi, du génial Sidi Larbi Cherkaoui – était bouillonnant de vie et de joie, mais celui d’hier, lassant, informe, parfois trash, plus souvent ennuyeux, ne contenait que quelques rares bribes amusantes – notamment le 2e show de Darryl E. Woods. Cet américain noir et filliforme, incontestablement doué et d’une présence intense sur scène, a commencé par se transformer de vamp en homme, en un stip-tease amusant, en clin d’œil aux films des années 1950 – mais est-ce de la danse ? Plus tard, en un long monologue hilarant et pince-sans-rire, parfois émouvant aussi, il a imité des anciennes pubs américaines, les détournant vers un côté coquin, et, passant du coq à l’âne, a parlé de son enfance et adolescence d’enfant découvrant son homosexualité dans un milieu pas particulièrement tendre pour ce genre de phénomène. Mais est-ce de la danse ?

Le spectacle s’est ouvert par une séquence dans laquelle Mette Edvardsen rampait sous le tapis de scène. Une fois sortie, elle a passé le reste du temps à déambuler, en parlant parfois au public. Et ça, est-ce de la danse ? Quant au trio Game over us, chorégraphié et interprété par deux hommes et une femme, il y avait enfin des moments très bien dansés (qui rappelaient du Trisha Brown), et quelques séquences dites très droles, notamment celles que déclamait Lisi Estaras avec une voix imperturbable à l’accent espagnol si chaud et rrrrocailleux :

C’est une blonde qui rrregarde fixement une boîte de jus d’orange. Aprrrès une demi-heure, sa collègue n’en peut plus et lui demande :
- Mais pourquoi la rrregardes-tu comme ça ?
- Parce qu’il y a écrit « concentrrré »
rrrépond-elle.

Mais est-ce de la danse ?

Pour finir, nous avons eu droit au long court-métrage d’Anaïs et Olivier Spiro The Unclear Age dans lequel Erna Ömarsdóttir et Damien Jalet (le grand inspirateur de Sidi Larbi Cherkaoui) évoluaient dans une décharge publique, avec des moments souvent trash : critique de la société de consommation dont les objets amoncellés sont l’univers du couple, mourant à l’image du monde occidental contemporain qui s’étouffe sous le poids de sa modernité – sans doute, belle idée (ou est-ce un concept ?) bien filmée, mais est-ce de la danse ?

Pourtant, je ne critiquerai pas le Théâtre de la Ville et surtout Gérard Violette, son directeur, qui est à l’origine de la programmation si originale, créatrice, inventive, ouverte, de la salle, phénomène trop rare en France. J’y ai eu bien des soirées de grandes joies – musique, danse ou théâtre – bien plus que dans toute autre salle4. Quand on encourage la création, les métissages, le traditionnel comme le marginal, on peut ne pas plaire à tout le monde, et c’est tout à leur honneur qu’ils y persévèrent malgré les critiques parfois déplacées. Quand on aime, on râle. Mais on revient. J’y reviendrai, et plutôt deux fois qu’une. Vivement le Don Juan de Tirso de Molina mis en scène par le génial magicien Omar Porras, dont j’avais parlé ici avec délectation !


1Même si c’est la Bibliothèque nationale qui s’est chargée d’archiver le Web dans un grand coup d’aspirateur encore mal réglé, et vient d’annoncer (le 16/2/2005) l’intention de numériser rétrospectivement la presse. Donc tous les journaux… donc celui-ci. Nous serons donc lu par les générations futures (que nous les ayons enfantées ou non), ce qui ne manquera pas de consolera certains de n’être pas lus présentement.
2Dont le très beau site mérite une visite attentive.
3Et pourtant j’adore l’hiver. Je vous montrerai bientôt quelques photos que j’ai rapportées du Groenland. Quand je les aurais retrouvées, that is.
4Et à un prix très abordable. Comme quoi, une salle subventionnée peut produire une programmation exceptionnelle.

___________________
Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

Pas de commentaire »

  1. Bonjour Miklos,

    Contente que tu t’interesse à la danse.
    Qu’est-ce que tu penses de Herman Diephuis ?
    « d’Après J-C » et « Samson et Dalila »

    Commentaire par Saskia — 28 novembre 2005 @ 10:58

  2. Je ne connaissais pas Herman Diephuis, et je viens de trouver deux textes, sur D’Après JC et Samson et Dalila. Ca me laisse perplexe – je ne sais pas si j’aimerais aller voir ou non. Peux-tu en dire quelque chose ?

    Commentaire par Miklos — 4 décembre 2005 @ 21:12

  3. Bonjour,

    réaction un peu tardive. Mais, bon.
    A plusieurs reprises j’ai participé aux représentations d’Après JC. Pièce d’une grande beauté.
    Absolument à voir. Dalila et Samson aussi très très beau. Musique superbe. La scène de la table qui tourne (la leçon d’anatomie) pendant que Dalila chante « Remember me » est mortel de beauté. Inoubliable. A voir

    Commentaire par Saskia — 4 mai 2006 @ 23:55

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos