Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

27 août 2009

Alla breve. X.

Classé dans : Actualité, Alla breve, Musique — Miklos @ 22:37

[73] Concerts pour la paix. Mardi 1er septembre, le World Orchestra for Peace, fondé en 1995 par le chef d’orchestre Georg Solti et composé d’une sélection des meilleurs musiciens des plus grandes formations internationales, se produira à Cracovie pour marquer le 70e anniversaire du début de la deuxième guerre mondiale. Il sera dirigé par le russe Valery Gerguiev, et donnera en première mondiale Prelude to Peace, œuvre commandée pour l’occasion à Krzysztof Penderecki (dont une autre œuvre, Kadisz, sera créée le 29 août dans le cadre des commémorations du 65e anniversaire de la liquidation du ghetto de Lódz), et la Cinquième symphonie de Gustav Mahler. Ensuite, ils partiront à Stockholm pour y donner un concert dans le cadre d’un festival célébrant 200 ans de paix entre la Suède et la Finlande. (Source)

[74] Un duo inatttendu : Yo-Yo Ma et Plácido Domingo. On essaie fébrilement de se rappeler quelles sont les œuvres pour violoncelle et ténor – on en trouve quelques contemporaines, de Ross Edwards (Nos qui vivimus), de Dmitri Smirnov (The Path, to Lermontov’s poem) ou de William Sydeman (Three Songs after Emily Dickinson) par exemple… Il y a surtout l’admirable aria Geduld, Geduld de la Passion selon Saint Matthieu, de J.S. Bach, pour ténor et violoncelle solistes (et orchestre). Mais ce n’est pas de ce type de performance qu’il s’agit : Placido Domingo y dirige l’orchestre philharmonique de Los Angeles (dont nous venons de parler) dans le Concerto pour violoncelle de Dvorák avec Yo-Yo Ma, une bien belle œuvre, et ensuite la Cinquième symphonie de Čajkovskij, pardon, de Tchaïkovski. Critique.

[75] Dawn Upshaw et la Troisième de Górecki. Rares sont ceux qui n’ont pas entendu (parler de) ce tube, plus connu sous son nom de Symphonie des chants plaintifs, qui a explosé sur la scène internationale avec l’enregistrement qu’en a fait le chef d’orchestre David Zinman avec la soprano Dawn Upshaw en 1995. À l’occasion de leur collaboration actuelle au Festival d’Edimbourg, on peut lire un entretien très intéressant avec Upshaw, où elle parle surtout des Folk Songs de Luciano Berio (composés pour la regrettée Cathy Berberian) qu’elle interprète avec Zinman à Edimbourg, et d’Ayre d’Osvaldo Golijov (cycle basé, lui aussi, sur des chants populaires – juifs, en l’occurrence), qu’elle vient de donner à Glasgow – ces deux œuvres faisant partie d’un disque enregistré chez Nonesuch. (Source)

[76] Symphonie pour les Grateful Dead. La chef d’orchestre Marin Alsop a dirigé la Dead Symphony no. 6, An Orchestral Tribute to the Music of the Grateful Dead de Lee Johnson à lors d’un concert à la mémoire de Jerry Garcia, guitariste renommé des Grateful Dead décédé il y a quatorze ans. (Source)

[77] Quatuor pour cordes de mineur. Il ne s’agit pas de la tonalité de cette œuvre, mais du fait qu’elle a été écrite par Tim Woos, compositeur américain âgé de dix-sept ans (il faut dire que cela fait une dizaine d’années qu’il fait de la musique). Elle sera jouée en public par un ensemble de professionnels dans le cadre de l’atelier « jeunes compositeurs » (Woos en est le plus jeune) durant le festival de musique de chambre Lake Champlain. Entretien.

[78] Remasteriser ou non ? À l’occasion de la sortie d’un coffret de six disques compacts, comprenant la remasterisation des premiers albums du groupe post-punk britannique The Durutti Column, un article discute des questions éthiques que soulève ce procédé, que ce soit pour la musique pop ou la musique classique. Pour cette dernière il cite le travail d’Andrew Rose, ingénieur du son chez Pristine Classical, qui affirme non seulement réparer les manques du medium sur lequel la musique a été enregistrée, mais aussi celles du matériel utilisé lors des sessions d’enregistrement d’alors… Le résultat de ses concoctions, dans le cas par exemple d’un enregistrement datant de 1914 – comparez le « avant » et « après » – est bluffant. Mais est-ce « authentique » ? (Rassurez-vous, on n’ouvrira pas le débat sur le sens de ce terme qui n’en a d’ailleurs pas).

Bookmark and Share

Voir aussi les articles (liste générée automatiquement) :

4 commentaires »

  1. je ne connais pas la symphonie des chants plaintifs, l’interprétaztion de Dawn Upshaw est bouleversante

    Commentaire par francois75002 — 30 août 2009 @ 22:07

  2. C’est la 3e symphonie de Gorecki. Un tube, j’vous dis.

    Commentaire par Miklos — 30 août 2009 @ 22:13

  3. [...] d’inspiration spirituelle et notamment sa Troisième symphonie dite Des chants plaintifs (on en avait parlé à l’occasion du Festival d’Edimbourg), le compositeur polonais vient de décéder dans sa [...]

    Ping par Miklos » Alla breve. XIX. — 14 novembre 2010 @ 0:02

  4. [...] d’inspiration spirituelle et notamment sa Troisième symphonie dite Des chants plaintifs (on en avait parlé à l’occasion du Festival d’Edimbourg), son œuvre est bien plus complexe que ça, comme [...]

    Ping par Miklos » Henryk Mikołaj Górecki (6/12/1933-12/11/2010) — 15 novembre 2010 @ 9:05

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos