Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

12 mars 2016

Ouille ouille ouille ! Dire qu’une seule lettre, une seule, fait toute la différence…

Classé dans : Langue, Musique — Miklos @ 15:32

Bouille. Ancienne mesure de capacité pour le vin. Hotte pour la vendange. Mesure de charbon de bois. Bidon à lait. Ventre, panse. Longue perche dont les pêcheurs se servent pour remuer la vase et troubler l’eau, afin que le poisson entre plus facilement dans les filets. Marque de plomb apposée sur les pièces de drap et d’autres étoffes déclarées au bureau des fermes du roi ; droit payé pour l’apposition de cette marque. Tête, expression du visage. (TLFi)

Couille. Bijou de famille. (TLFi) Il y a bien cette chanson… on vous laisse la trouver.

Douille. Partie d’un instrument ou pièce de métal, creuse et généralement cylindrique, destinée à recevoir une tige, à assembler deux pièces, ou à servir de manche, de poignée. Tube cylindrique, de cuivre ou de laiton destiné à recevoir le culot d’une lampe électrique ou les broches terminant le culot d’un tube électronique et à assurer la connexion avec le circuit d’alimentation. Tube cylindrique qui contient l’amorce et la charge explosive d’une cartouche pour arme à feu. Instrument de forme conique adapté à une poche de toile forte, qui sert à former un ruban de crème dont on décore les pâtisseries. Argent. (TLFi)

Fouille. Excavation pratiquée dans le sol. Action d’examiner minutieusement l’intérieur d’une chose ou les vêtements d’une personne pour y trouver ce qui peut y être caché. Poche d’un vêtement. (TLFi)

Gouille. Boue, mare, fondrière. Lac, mer. (TLFi)

Houille. Combustible solide résultant de la fossilisation de végétaux au cours des temps géologiques, et qui se présente en gisements. Charbon. (TLFi)

Jouille. L’Officiel annonçait, il y a quelques jours, la nomination dans l’ordre de la Légion d’honneur d’un simple préposé des douanes nommé Jouille. Entre autres états de service, Jouille a tenu en échec, tout seul, dans les montagnes du Jura, une troupe de contrebandiers commandée par le fameux Paul Rabbe, dit le Malin, et plus connu encore sous le nom de Nul-s’y-Frotte. Lorsque les secours arrivèrent, la bande avait disparu, mais Jouille avait déjà fait deux prisonniers. (Le Voleur illustré, cabinet de lecture universel. Paris, 10/1/1873)

Mouille. Creux dans le lit à fond mobile d’un cours d’eau, localisé le plus souvent au sommet de la courbe d’une sinuosité. Avarie de tout ou partie d’une cargaison par suite d’humidité ou d’inondation. Source de faible débit ; dans un pré, suintement qui favorise la pousse de l’herbe au printemps ; endroit humide, marécageux, dans un champ ou dans un pré. (TLFi) On se mouille : on commence à se griser. (Dictionnaire du jargon parisien : l’argot ancien et l’argot moderne. Paris, 1878)

Nouille. Pâtes alimentaires. Personne niaise et peu énergique. Style en arts décoratifs. (TLFi)

Ouille. La crique de l’Ouille, entre Collioure et Le Racou.

Pouille. Pauvreté extrême et sordide ; aspect misérable d’un lieu, de personnes. Avarice, lésinerie honteuse. Lieu où l’on déposait les habits des malades pauvres dans un hôpital. Lieu ou objet misérable, sordide. Ensemble de personnes très pauvres ou très malpropres. (TLFi)

Rouille. Produit de corrosion (hydroxyde de fer) de couleur brun orangé qui se forme sur un métal ferreux exposé à l’air humide. Ensemble de taches roussâtres dues à l’humidité, qui apparaissent avec le temps sur certains matériaux. Altération du tain d’un miroir ; rousseurs qui apparaissent sur un miroir dont le tain est altéré. Sauce provençale froide à base de gousses d’ail et de piments rouges pilés avec de la mie de pain et de l’huile d’olive, qui accompagne la soupe de poisson et la bouillabaisse ; p. ext., mayonnaise à l’ail relevée de piments rouges. Tache naturelle que l’on peut observer à la surface de certains granits et qui est due à la présence de biotite ou d’hématite dans la pierre. Maladie cryptogamique des végétaux et en particulier des céréales caractérisée par l’apparition de taches orangées sur la tige et les feuilles des plantes atteintes. Mordant composé avec un sel ferrique, qui est utilisé dans la teinture en noir de la soie. Action destructrice du temps écoulé. Engourdissement intellectuel ou moral. Effet pernicieux d’un mal ; le mal lui-même. D’une couleur brun orangé rappelant celle de la rouille. La couleur elle-même. (TLFi)

Souille. Lieu bourbeux où le sanglier se vautre. Réduit servant de chambre, maison très petite où l’on se niche, ou s’isole. Empreinte que laisse l’étrave d’un bâtiment échoué dans le sable fin ou la vase. Fosse creusée et draguée au pied d’un quai permettant de recevoir des bâtiments de grande calaison. Puisard qui recueille l’eau infiltrée dans la cale au niveau de l’arbre d’hélice. Tranchée, sillon creusé dans le sol. Excavation allongée creusée sous l’eau pour recevoir une canalisation, des caissons, des blocs de béton lors de la construction d’une jetée. Sillon, trace que laisse dans le sol, un obus qui ricoche. Taillis médiocre, clair, à sous-bois peu épais à cause des grands arbres de futaie qui l’étouffent. Enveloppe d’oreiller, de traversin ou de matelas. Blouse. (TLFi)

Touille. L’action d’agiter, remuer pour mélanger. (TLFi)

Zouille. Quoi ! disent aujourd’hui nos coquettes Jeannetoun, vous voulez que j’accepte pour danser le radotage de nos chabrettaïres ! Bravo le violon ! bravo la clarinette ! La chabrette, ça n’est plus qu’une vieille zouille dont il n’est plus permis de faire cas, pas plus que de cette mauvaise guenille qu’on appelle encore notre pimpant barbichet. (Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, T38. Limoges, 1891.)

3 janvier 2016

Musées de Paris // Paris Museums


Musées de Paris. Cliquer pour agrandir. // Paris museums. Click to enlarge.

Si vous avez quelques heures à perdre à Paris, voici une brève liste de musées avec leurs horaires d’ouverture (à confirmer sur leurs sites en cliquant sur les liens, ils peuvent varier). // If you have a few hours to kill in Paris, here is a short-list of some of the Paris museums.

31 octobre 2015

Let’s go native, ou, Le sens (bien) caché…

Classé dans : Danse, Musique — Miklos @ 0:56


Ani’qu Ne’chawu’nani’, chant Arapaho (source)
Cliquer pour agrandir.

C’est en regardant sur Mezzo l’étonnante et souvent poétique et magique (et parfois curieusement kitsch) chorégraphie Voyageurs immobiles de P. Gentry et M. Underwood que j’ai été surpris d’entendre une chanson apprise dans mon enfance, sans que j’en aie compris alors les paroles : le web n’existait pas comme moyen universel de recherche de sens et de vérité.

Mais maintenant… Quelques clics m’ont permis de trouver deux sources francophones très estimées sur l’Internet – Wikipedia et YouTube – indiquant qu’il s’agissait d’une chanson en iroquois (langue que je ne pratiquais pas alors ; ni, d’ailleurs, maintenant, mais quoi doit être d’une ambiguïté extrême, les dites sources consultées en fournissant des traductions qui ne semblent pas avoir de rapport entre elles (sauf peut-être à en faire des analyses métaphysiques profondes pour en extraire les sens cachés) :

« Iroquois »

Traduction Wikipedia

Traduction YouTube

Ani’qu ne’chawu’nani’ (´2)

Awa’wa biqana’kaye’na (´2)

Iyahu’h ni’bithi’ti (´2)

Quand le soir descend au village indien

Le sorcier apparaît dans la vallée

Et le voilà qui arrive !

Père, aie pitié de moi,
Car je meurs de soif,
Tout a disparu – je n’ai rien à manger.

La source commune à ces citations – et à toutes celles qu’on a pu trouver – semble être un rapport scientifique datant de 1897 (cf. image ci-dessus) dans laquelle cette chanson est décrite comme un des plus tristes chants des danses des esprits des Arapahos – tribu amé­rin­dienne qui n’a rien à voir avec les Iroquois – et dont la signi­fication correspond à celle fournie dans YouTube. Quant à la Wikipedia, même le lien vers l’enregistrement sonore de la dite chanson ne fonctionne pas. Et pourtant, ce n’est pas si sorcier que ça.

Pour en revenir à la chorégraphie, j’y ai retrouvé une autre chanson de mon enfance aux paroles quelques peu mystérieuses : « Koukaboura rit dans l’eucalyptus… ». Si je savais alors ce qu’était un eucalyptus – il y en avait plein là où j’avais grandi – je n’avais aucune idée qui (ou quoi) était ce fameux Koukaboura. En tout cas, ça faisait très tribal.

Et là aussi les clics m’ont révélé qu’il s’agissait d’une chanson australienne composée un beau dimanche de 1932 par une professeure de musique, Marion Sinclair (et qui n’a donc rien de parti­cu­liè­rement tribal). Le K. en question (Kookaburra dans l’original) est un oiseau australien, sorte de martin-chasseur (ça m’éclaire bien, ça), appelé Dacelo en français (tout aussi clair comme explication). Que ce soit en anglais (langue utilisée dans cette chorégraphie) ou en français, il y a bien un côté rigolard dans l’affaire, en tout cas bien plus que notre triste mélopée iroquoise arapaho : pas étonnant, cet oiseau aime bien se fendre la poire.

26 août 2015

Some great musicians never die

Classé dans : Actualité, Musique, Sciences, techniques — Miklos @ 22:57


Extraits des pages consacrées à Celibidache et Ziaouani dans la Wikipedia.
Cliquer pour agrandir.

Mezzo ayant diffusé ce soir un concert avec l’orchestre Divertimento sous la direction de sa fondatrice Zahia Ziouani, on s’est intéressé au parcours de cette dernière.

Comme on peut le voir ci-dessus, elle a eu l’heur d’étudier la musique sous la direction du grand Sergiu Celibidache avant et après sa disparition.

Et puisque c’est l’encyclopédie universelle qui l’dit, c’est qu’c’est vrai.

22 avril 2015

Grâces soient rendues à un pigeon anonyme

Classé dans : Histoire, Lieux, Musique, Photographie — Miklos @ 17:02


Tsitsernakaberd, mémorial dédié aux victimes du génocide arménien à Yerevan.

Je n’aime pas les pigeons, surtout les parisiens d’entre eux, de ceux qui envahissent mes jardinières (en allant jusqu’à y pondre) malgré les piques que je m’évertue à y disposer, et encore moins ceux qui fréquentent le Centre Pompidou, ou du moins ses parages. Ils y pullulent, attirés par un étrange personnage plié en deux, à la barbe foisonnante et vêtu de guenilles, traînant des chariots pliants remplis de grands sacs en papier pleins de pain rassis. Dès qu’il se rapproche de la placette bordant l’atelier Brancusi, des nuées de pigeons y descendent de toute part, en provenance des toits et des arbres voisins où ils devaient guetter son arrivée. Roucoulant douce­reu­sement, une multitude de ces volatiles pouilleux l’entourent alors en virevoltant, les plus hardis se posant sur ses bras et sur ses épaules comme sur les branches d’un arbre, tandis que d’un air béat l’homme se met à éparpiller autour de lui des miettes de ce pain qu’il rapporte d’on ne sait où et qu’il distribue obsessionnellement jour après jour ici et ailleurs.

Par ce clair après-midi ensoleillé (et pollué) d’hier, je m’étais placé en haut de la piazza du Centre pour photographier les passants à pied et à bicyclette, afin de mettre en œuvre et de maîtriser certaines techniques de saisie du mouvement que j’avais apprises dans le cours de photo auquel je participe actuellement. Je m’étais placé à proximité d’un tronc d’arbre contre lequel je pourrai caler l’appareil pour l’empêcher de bouger lorsque le temps d’exposition serait plus long. Occupé que j’étais à guetter d’un œil mes prochaines cibles tout en effectuant les multiples réglages qui devaient avoir pour effet de les saisir de façon adéquate – un cycliste étant bien plus rapide qu’un piéton, le temps d’exposition, l’ouverture, la sensibilité ne sont pas les mêmes –, j’aperçois brièvement un pigeon posé non loin, sur le faîte du grillage qui borde l’entrée au parking souterrain ; il semblait surveiller mes mouvements d’un regard torve : il devait préparer son coup. Puis je me concentrai sur ma tâche et l’oubliai.

Plus d’une cinquantaine de photos plus tard, floc ! Une fiente atterrit sur mon épaule. Non seulement indigné, mais submergé par le souvenir de la honte cuisante que j’avais ressentie, enfant, quand un ancêtre de ce volatile m’avait pris pour cible dans la cour de mon école communale, je m’éloigne rapidement de l’arbre tout en essuyant vigoureusement les traces de l’outrage que je venais de subir. Puis, levant les yeux qui, jusque là, avaient été surtout fixés sur le viseur de mon appareil, qui vois-je ?

– Risto !

– Michel !

– …

– …

– Que fais-tu à Paris ?

– Notre chœur et quelques-uns de nos musiciensRisto, que j’avais connu – et grandement apprécié autant pour ses qualités humaines que professionnelles – alors qu’il était directeur artistique de l’Ircam, dirige actuellement le département musique de la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne. prennent part au concert de ce soir au Théâtre du Châtelet, commémorant les 100 ans du génocide arménien. Au programme, des œuvres de Khatchaturian et de Komitas, une création de Michel Petrossian et le Requiem de Mozart. J’ai une place de disponible assortie d’une invitation au cocktail qui s’en suivra, veux-tu venir ?

J’avais entendu du Khatchaturian dès mon enfance, en Israël, où ses œuvres (dont l’exotisme des mélodies et de l’orchestration m’avaient toujours fasciné), et pas que la trop célèbre Danse du sabre, étaient régulièrement diffusées à la radio et jouées en concert – ainsi que celles de bien d’autres compositeurs de pays faisant alors partie de la « sphère d’influence » soviétique –, ce qui n’était pas le cas en France ; c’est ainsi que je connaissais aussi bien mieux Smetana, Bartók, Kabalevski, Chostakovitch ou Janácek que bien de mes congénères français.

Quant à Komitas, j’avais découvert son existence lors de la conférence internationale Musique et bibliothèques musicales au 21e siècle, qui s’était tenue à Yerevan en novembre 2012, à l’occasion du 300e anniversaire de Sayat-Nova, grand poète arménien. À ce propos, il faut mentionner la publication de la version originale restaurée du plus qu’extraordinaire film Sayat Nova. La couleur de la grenade du génial réalisateur (arménien, lui aussi), Serguei Paradjanov. Si vous ne l’avez vu, allez le voir (il sort aujourd’hui en salle). Si vous l’avez vu, allez le revoir.

J’avais entendu parler de Michel Petrossian mais ne connaissais pas son œuvre. Et en ce qui concerne le Requiem de Mozart, je l’avais écouté un nombre incalculable de fois depuis mon adolescence dans une des interprétations de Bruno Walter (si je ne me trompe : avec Irmgaard Seefried, Jennie Tourel, Léopold Simoneau et William Warfield), à tel point que je l’entends encore aujourd’hui sans même l’écouter.

J’ai donc accepté sans hésiter en remerciant vivement Risto, et, in peto, ce pigeon que j’avais maudit quelques instants auparavant.

Le soir venu, je me retrouve à l’entrée du Châtelet. La foule qui s’y pressait devait d’évidence comprendre une grande partie de la communauté arménienne française : l’ample chevelure épaisse noir de jais des femmes, le teint de la peau et les traits des visages des uns et des autres, me rappelaient tant ceux que j’avais vus lors de mon séjour en Arménie. Se connaissant, ils se saluaient et s’embrassaient chaleureusement.

Nous étions fort bien placés, au premier rang du second balcon, quasiment au centre : on voyait ainsi toute la scène et les deux balcons où deux groupes de choristes se positionneraient dans l’œuvre de Petrossian, et surtout : on entendait fort bien. Trop bien d’ailleurs en ce qui s’agissait d’un vrombissement sourd de moteur (aération ?) présent sans discontinuer dans la salle…

Alain Altinoglu, le chef d’orchestre d’origine arménienne (et dont le père, m’a dit Risto, était mathématicien), a dirigé avec vigueur – voire avec punch, en ce qui concernait Khatchaturian – les œuvres de la soirée. On aurait toutefois apprécié plus de graduation dans les nuances, plus de sensualité dans les œuvres qui le demandaient. Quant aux solistes du Requiem, les voix de femmes étaient métalliques et avaient un vibrato insoutenable, à donner le mal de mer, et c’était le ténor qui s’en sortait le moins mal. La création de Petrossian, Ciel à vif, une interpellation de Dieu face à l’horreur absolue du génocide, intégrait des textes de diverses origines et langues, et ne manquait pas d’intérêt malgré quelques longueurs.

Le très généreux buffet du cocktail était fourni – faut-il s’en étonner – par Petrossian, et je n’ai pas souvenir d’avoir jamais dégusté un saumon fumé et mariné si savoureux, dont le goût reste en bouche longtemps après sans s’altérer, ainsi que celui de cette chaleureuse soirée.

On signalera aussi à cette occasion la publication du hors série de Marianne, Les Arméniens : une histoire française, et la récente ouverture de l’exposition Le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman : stigmatiser, détruire, exclure qui se tient jusqu’au 27 septembre au Mémorial de la Shoah.


Cliquer pour agrandir.

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos