Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

19 juillet 2011

L’abbesse myope et le joyeux drille

Classé dans : Littérature, Photographie — Miklos @ 9:51

Après avoir récemment évoqué ce curieux rébus à la fois coquin et moral qui orne la porte d’une abbaye, il n’est que justice de faire part de cette amusante et leste histoire qui concerne un couvent de religieuses. L’auteur, Bonaventure des Périers, est un bourguignon, contemporain de Clément Marot et proche de Marguerite de Navarre, sœur de François Ier. Ceux qui souhaiteraient se délecter avec d’autres contes de cet acabit devraient se précipiter sur Les Vieux conteurs français : c’est une réédition datant de 1841 de quatre recueils : Les cent nouvelles nouvelles, dites les nouvelles du roi Louis XI ; Les contes ou les nouvelles récréations et joyeux devis de notre Bonaventure des Périers ; L’Heptaméron, ou les nouvelles de Marguerite, reine de Navarre ; et Le printemps d’Yver, contenant cinq histoires discourues au château du printemps par Jacques Yver. Cet ouvrage, longuement préfacé, revu, corrigé et annoté, est l’œuvre d’un Paul L. Jacob, bibliophile – pseudonyme de Paul Lacroix (1806-1884).

Du jeune garçon qui se nomma Thoinette, pour être reçu à une religion de nonnains : et comment elle fit sauter les lunettes de l’abbesse qui la visitait toute nue.

Il y avait un jeune garçon de l’âge de dix-sept à dix-huit ans, lequel étant à un jour de fête entré en un couvent de religieuses en vit quatre ou cinq qui lui semblèrent fort belles ; et dont n’y avait celle pour laquelle il n’eut trop volontiers rompu son jeune ; et les mit si bien en sa fantaisie, qu’il y pensait à toutes heures.

Un jour comme il en parlait à quelque bon compagnon de sa connaissance, ce compagnon lui dit : « Sais-tu que tu feras ? Tu es beau garçon, habille-toi en fille, et te va rendre à l’abbesse ; elle te recevra aisément ; tu n’es point connu en ce pays-ci. » Car il était garçon de métier, et allait et venait par pays.

Il crut assez facilement ce conseil, seAinsi. pensant qu’en cela n’avait aucun danger qu’il n’évitât bien quand il voudrait. Il s’habille en fille assez pauvrement, et s’avisa de se nommer Thoinette.

Donc de par Dieu s’en va au couvent de ces religieuses, où elle trouva façon de se faire voire à l’abbesse qui était fort vieille, et de bonne aventure n’avait point de chambrière. Thoinette parle à l’abbesse, et lui compta assez bien son cas, disant qu’elle était une pauvre orpheline d’un village de là auprès, qu’elle lui nomma. Et en effet parla si humblement que l’abbesse la trouva à son gré, et par manière d’aumône la voulut retirer, lui disant que pour quelques jours elle était contente de la prendre, et que si elle voulait être bonne fille, qu’elle demeurerait là dedans.

Thoinette fit bien la sage, et suivit la bonne femme d’abbesse, à laquelle elle sut fort bien complaire, et quant et quantEn même temps. se faire aimer à toutes les religieuses. Et même en moins de rien elle apprit à œuvrer de l’aiguille. Car peut-être qu’elle en avait déjà quelque chose, dont l’abbesse fut si contente qu’elle la voulut incontinent faire nonne de là dedans.

Quand elle eut l’habit, ce bien ce qu’elle demandait, et commença à s’approcher fort près de celles qu’elle voyait les plus belles, et de privauté en privauté elle fut mise à coucher avec l’une. Elle n’attendit pas la deuxième nuit que par honnêtes et aimables jeux elle fait connaître à sa compagne qu’elle avait le ventre cornu, lui faisant entendre que c’était par miracle ; et vouloir de Dieu. Pour abréger, elle mit sa cheville au pertuisPetite ouverture. de sa compagne, et s’en trouvèrent bien, et l’une et l’autre ; laquelle chose en la bonne heure il, dis-je elle, continua assez longuement, et non seulement avec celle-là, mais encore avec trois ou quatre des autres desquelles elle s’accointa.

Et quand une chose est venue à la connaissance de trois ou de quatre personnes, il est aisé que la cinquième le sache, et puis la sixième ; de mode qu’entre ces nonnes, y en ayant quelques-unes de belles et les autres laides auxquelles Thoinette ne faisait pas si grande familiarité qu’aux autres, avec maintes autres conjectures il leur fut facile de penser je ne sais pas quoi.

Et y mirent un tel guet, qu’elles les connurent assez certainement, et commencèrent à en murmurer si avant, que l’abbesse en fut avertie, non pas qu’on lui dît que nommément ce fût sœur Thoinette, car elle l’avait mise là-dedans, et puis elle l’aimait fort, et ne l’eût pas bonnement cru. Mais on lui disait par paroles couvertes qu’elle ne se fiât pas en l’habit, et que toutes celles de léansLa-dedans. n’étaient pas si bonnes qu’elle pensait bien, et qu’il y en avait quelqu’une d’entre elles qui faisait deshonneur à la religion, et qui gâtait les religieuses. Mais quand elle demandait qui c’était, elles répondaient que si elle les voulait faire dépouiller, elle le connaîtrait.

L’abbesse ébahie de cette nouvelle en voulut savoir la vérité au premier jour, et pour ce faire, fit venir toutes les religieuses en chapitre. Sœur Thoinette étant avertie par ses mieux aimées de l’intention de l’abbesse, qui était de les visiter toutes nues, attache sa cheville par le bout avec un filetFil extrêmement fin. qu’elle tira par derrière, et accoutre si bien son petit cas, qu’elle semblait avoir le ventre fendu comme les autres, à qui n’y eût regardé de bien près, seAinsi. pensant que l’abbesse qui ne voyait pas la longueur de son nez ne le saurait jamais connaître.

Les nonnes comparurent toutes. L’abbesse leur fit sa remontrance, et leur dit pourquoi elle les avait assemblées, et leur commanda qu’elles eussent à se dépouiller toutes nues. Elle prend ses lunettes pour faire sa revue, et en les visitant les unes après les autres, ilElle. vint au rengRangée. de sœur Thoinette, laquelle voyant ces nonnes toutes nues, fraîches, blanches, refaitesEn vigueur, en bon état., rebondies, elle ne put être maîtresse de cette cheville qu’il ne se fît mauvais jeu Qui lui joua un mauvais tour.. Car sur le point que l’abbesse avait les yeux le plus près, la corde vint rompre, et en débandant tout à un coup la cheville vint repousser contre les lunettes de l’abbesse, et les fit sauter à deux grands pas loin. Dont la pauvre abbesse fut si surprise, qu’elle s’écria : « Jesus Maria, ah, sans faute, dit-elle, et est-ce vous ? Mais qui l’eût jamais cuidéPensé. être ainsi, que vous m’avez abusée? »

Toutefois qu’y eût elle-fait ? sinon qu’il fallut y remédier par patience, car elle n’eut pas voulu scandaliser la religion. Sœur Thoinette eut congé de s’en aller, avec promesse de sauver l’honneur des filles religieuses.

Bonaventure des Périers, Les Nouvelles récréations et joyeux devis. Lyon, 1561.

Bookmark and Share

Un commentaire »

  1. [...] va de rebondissement en rebondissement n’est pas sans rappeler certains contes de la Renaissance dont nous parlions récemment ou, pour ceux qui préfèrent la musique à la lecture, une farandole dans laquelle alternent le [...]

    Ping par Miklos » Les faits, rien que les faits — 20 juillet 2011 @ 0:01

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos