Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

3 janvier 2012

Il y a 150 ans, déjà… (et bien avant aussi)

Classé dans : Actualité, Langue, Société, Économie — Miklos @ 0:06

Banque : Opération financière dont la portée est exagérée bien au-delà de sa valeur. — Les nombreuses faillites de banquiers menant le train le plus opulent, ont dû faire naître la nouvelle acception de ce mot. — Cette étymologie nous paraît plus naturelle que celle de banc ou tréteau de charlatan, avancée par quelques philologues.

« Ah ! c’est une bonne banque. » — Labiche.

Banque : Étalage de promesses mensongères : — Toute la banque dont l’essai est inutile avec l’homme de lettres qui attend sa semaine pour manger. » — Goncourt.

Banquiste : Charlatan, faiseur de banques.

« Les rois banquistes, caparaçonnés de paillons. » — P. Borel, 1833.

« Je doute fort que le nouvel exploiteur soit dans mes idées. — Qui est-ce ? — Une espèce de banquiste nommé Vernouillet. » — E. Augier.

Bouillon : Mauvaise opération, passe dangereuse.

« Le métier est rude à la Bourse, sans parler des soucis et des bouillons. » — Mornand.

« Bouillon, mot en usage dans la librairie pour peindre une opération funeste. » — Balzac.

« Il a bu un fameux bouillon » : manière burlesque de dire qu’un marchand a fait une perte considérable. — Dhautel, 1808.

Carotter, tirer une carotte : Obtenir par fraude quelque chose. (…)

Carotteur, tier : Expert en l’art de tirer une carotte.

« Les missives carottières destinées aux banquiers que nous a donnés la nature. » — La Bédollière.

Chou colossal : Entreprise destinée à tromper le public par des promesses ridiculement alléchantes.

Coup de pistolet : « Alléché par l’exemple et la perspective de quelques bénéfices énormes, et qui par cela même représentent la mort de milliers de gens, un novice vient tirer un coup de pistolet à la Bourse (c’est l’expression pour désigner une opération isolée et sans suite, un coup de main). » — Mornand.

Déveine : Malheur constant dans une série d’opérations quelconques. C’est le contraire de veine qui signifie au propre le filon de la fortune. On dit veinard.

« Il paraît que la banque est en déveine. » —About.

Homme de paille : Homme couvrant de son nom des actes, des écrits qui n’émanent pas de lui. Le journalisme et la finance emploient fréquemment l’Homme de paille.

Lorédan Larchey, Les excentricités du langage. Quatrième édition singulièrement augmentée. Paris, 1862.


Honoré Daumier : Le Banquier. Appelé capacité financière parce qu’il n’est autre chose qu’un récipient, un coffre exclusivement propre aux finances.
Le Charivari, 16 octobre 1835.

Bookmark and Share

2 commentaires »

  1. [...] du moins pour le moment. Quant aux banquiers, on ne peut que renvoyer nos lecteurs à un autre billet historique. [...]

    Ping par Miklos » Le mystère de la résurrection du Crédit lyonnais — 2 janvier 2013 @ 1:45

  2. Comme quoi, l’argent que les banques gagnent, c’est leur argent ; celui qu’elles perdent, c’est le nôtre.

    Commentaire par Miklos — 6 août 2013 @ 11:17

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos