Miklos » Life in Hell : Akbar s’en va-t-en guerre

Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

19 mai 2011

Life in Hell : Akbar s’en va-t-en guerre

Classé dans : Actualité, Économie — Miklos @ 21:12

Qu’où les banquiers seront trouvés avoir failli en ce que dessus, ou autrement avoir fait faute en leur charge et registre, sera procédé contre eux par empri­son­nement de leur personnes, jusques à pleine satis­faction des dommages et intérêts desdites parties, et de punition corporelle, si elle échet. — Henry II, Réfor­mation des abus en l’obtien des bénéfices ecclésiastiques, 1550.

La carte de crédit d’Akbar, bien que non biodégradable, se dégrade rapidement : elle expire à la fin du mois et sa fin de vie n’est pas des plus agréables, elle se fendille de partout ; en plus, à son âge avancé elle est la cible potentielle d’arnaqueurs sans scrupule. C’est triste, d’autant plus que sa vie a été émaillée d’incidents plus ou moins dramatiques (tel cette longue amnésie). Il la traite donc avec encore plus d’égards, et espère que sa réincarnation se matérialisera rapidement.

Quelle surprise ! Akbar trouve ce matin une lettre de sa banque, Haches Baissées (celle d’Akbar est levée), dans lequel se dévoile cette réincarnation : scintillante, jeune et belle, telle Vénus sortant de l’eau. C’est une surprise à deux égards : elle arrive à temps (ce qui n’est pas dans les habitudes de sa banque qui se hâte lentement sauf quand il s’agit d’agios) mais elle arrive non recommandée (contrairement aux fois précédentes). Akbar frémit : depuis deux mois, il constate que les courriers sont déposés au hasard dans les boîtes à lettres, on se croirait à la loterie, sa carte aurait pu se glisser chez sa voisine, dieu préserve !

La lettre qui l’accompagne l’enjoint d’abord de détruire (en gras dans le texte) la précédente, puis l’informe qu’en fait la nouvelle est inactive : il lui faut se rendre à un distributeur pour y effectuer un premier retrait, ce qui aura pour effet de lui insuffler la vie.

Ni une ni deux, Akbar se précipite à l’agence la plus proche. Il glisse avec un plaisir non dissimulé la carte dans la fente, compose le code, et voit s’afficher un menu lui proposant de déposer des espèces ou des chèques, de voir la position de son compte, voire d’imprimer un relevé d’identité bancaire… mais comment retirer des espèces ??? Ai-je la berlue ?, se demande-t-il en retirant l’impétrante et réessayant dans un distributeur voisin. Chou blanc. Il réessaie avec son ancienne carte, et voici qu’apparaît l’option « retrait d’espèces ». J’ai bien fait de ne pas la détruire, soupire-t-il avec soulagement.

Il s’adresse à l’agente d’accueil qui fait d’abord la moue (une petite moue gracieuse) parce qu’il n’est pas de leur agence et lui raconte ses mésaventures. Elle se rend avec lui devant un troisième distributeur et constate les faits. Je n’ai jamais, mais jamais vu ce cas, s’exclame-t-elle, ils ont dû oublier de mentionner la possibilité de retrait en vous renouvelant la carte. Elle vérifie tout de même sur l’ordinateur et s’étonne, Mais non, ils l’ont bien fait ! Long silence. Eh bien rendez vous à votre agence pour essayer là-bas.

Tout en la remerciant poliment malgré la moutarde qui commence à lui monter au nez, Akbar se dit que c’est un comble, on revient à l’âge de pierre, si ça ne marche pas ici, ça ne marchera pas là-bas ! Il appelle Mr Massenet, son conseiller (celui qui avait « oublié » de lui commander une carte et était parti en vacances sur le champ). Je ne sais quoi vous dire, Monsieur Akbar. Je ne peux que vous commander une toute nouvelle carte, avec un nouveau numéro. Il porte bien mal ce titre de conseiller, se dit Akbar, qui lui répond : Mais j’ai des abonnements qui sont mensuellement débités de cette carte – téléphone, internet… – si vous me l’annulez toutes les factures seront rejetées et moi je fais quoi ? Je ne pourrai même plus vous appeler pour râler ! Le conseiller met un temps pour comprendre le problème, puis propose de recommander la même carte en espérant que ce problème disparaîtra.

La moutarde, continuant sa progression, atteint le cerveau d’Akbar : il lui est évident que ce n’est pas un problème de fabrication de carte. Mais à quoi bon discuter… Il remercie froidement mais poliment et raccroche.

Quelques instants plus tard, le téléphone sonne. Monsieur Massenet à l’appareil. En fait, il n’y a pas de problème : vous pourrez faire cette opération à partir du 20 mai, demain. Vous l’avez fait trop tôt. Akbar ne s’étonne plus et ne répond que pour la forme : Rien ne l’indiquait dans la lettre qui était d’ailleurs datée d’il y a un mois ! Monsieur Massenet, philosophe, impertinent ou plus simplement… simplet, rétorque : Il n’y que vous à qui ce genre de problème arrive. Akbar se dit qu’il y a une autre conclusion, plus scientifique : il n’y a que lui qui doit se plaindre, les autres sont résignés.

Jeff et Akbar sont les personnages d’une série de bandes dessinées de Matt Groening, qui est aussi le père de la fameuse – et infâme – famille Simpson.

Bookmark and Share

2 commentaires »

  1. la même chose m’est arrivée

    Commentaire par francois75002 — 20 mai 2011 @ 0:24

  2. [...] lui recommande sa banque. Il appelle sur le champ son agence pour leur demander où et comment faire. Aucun de ses [...]

    Ping par Miklos » Life in Hell : l’argent ne fait pas le bonheur (en fait, ça dépend chez qui il est déposé) — 8 mai 2013 @ 1:55

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos