Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

22 juin 2005

Robespierre

Classé dans : Littérature — Miklos @ 9:43


Cette beauté d’ange que l’on prête malgré soi, — par delà les pages poussiéreuses d’un livre feuilleté jamais autrement que dans la fièvre, — à quelques-uns des terroristes mineurs : Saint-Just, Jacques Roux, Robespierre le Jeune, — cette beauté que leur conserve pour nous à travers les siècles, nageant autour d’une guirlande de gracieuses têtes coupées comme un baume d’Égypte, le surnom de l’Incorruptible — ces blancheurs de cous de Jean-Baptiste affilées par la guillotine, ces bouillons de dentelles, ces gants blancs et ces culottes jaunes, ces bouquets d’épis, ces cantiques, ce déjeuner de soleil avant les grandes cènes révolutionnaires, ces blondeurs de blé mûrissant, ces arcs flexibles des bouches engluées par un songe de mort, ces roucoulements de Jean-Jacques sous la sombre verdure des premiers marronniers de mai, verts comme jamais du beau sang rouge des couperets, ces madrigaux funèbres de Brummels somnambules, une botte de pervenches à la main, ces affaissements de fleur, de vierges aristocrates dans le panier à son — comme si, de savoir être un jour portées seules au bout d’une pique, toute la beauté fascinante de la nuit de l’homme eu dû affluer au visage magnétique de ces têtes de Méduse — cette chasteté surhumaine, cette ascèse, cette beauté sauvage de fleur coupée qui fait pâlir le visage de toutes les femmes — c’est la langue de feu qui pour moi çà et là descend mys­té­rieusement au milieu des silhou­ettes rapi­des comme des éclairs des grandes rues mou­vantes comme sur l’écran d’une allée d’arbres en flammes dans la cam­pagne par une nuit de juin, et me désigne à certaine extase panique le visage inou­bliable de quelques guil­lotinés de nais­sance.

Julien Gracq,
Liberté grande

Bookmark and Share

Pas de commentaire »

  1. Oh, Gustave Moreau !.. moi qui ne savais pas quoi faire de ma journée, vite, au musée ! :-)

    Commentaire par chat_gouttiere_32a_republik — 22 juin 2005 @ 12:40

  2. C’est un musée qui vaut la visite, et plus d’une fois…

    Commentaire par Miklos — 22 juin 2005 @ 12:48

  3. Quelle phrase! Quelle taille de phrase!

    Commentaire par hugoindigo — 22 juin 2005 @ 23:39

  4. Je pense plus au contenu de la phrase – à ses expressions frappantes par leur portée suggestive (je pourrais presque toutes les citer, jusqu’à "guillotonés de naissance") – qu’uniquement à sa taille. Cette longue énumération poétique et terrible qui aboutit comme par une explosion à la "langue de feu" et à l’"extase panique" est saisissante.

    Commentaire par miklos — 23 juin 2005 @ 1:13

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos