Miklos
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » — Michel de Montaigne

This blog is © Miklos. Do not copy, download or mirror the site or portions thereof, or else your ISP will be blocked. 

11 novembre 2014

Défilé de mode à Paris : la Trash Fashion.

Classé dans : Littérature, Photographie, Société — Miklos @ 17:49

«La vulgarité n’est pas un sujet aimable. Les pauvres n’y sont pas beaux comme ils le sont toujours dans la littérature compassionnelle et sociale, ennoblis par leurs souffrances. Non, écrire sur la vulgarité c’est n’écrire ni sur les nantis ni sur les défavorisés, mais sur un mouvement qui tire les uns et les autres vers le bas. La vulgarité n’est pas un sujet gentil, c’est un sujet limite. Sous le déluge vulgaire, les déclassés et les repus ne sont pas admirables. Ici, personne ne gagne a priori ; apparemment, la vulgarité ne fait pas de prisonniers. Elle tue, plus encore que le ridicule qui, lui, a fait long feu.

La vulgarité est un ensemble de codes, un flirt avec les débordements ; un état où tout se mélange, tout se mêle, où le corps, encore et toujours, est ramené sur le devant de la scène avec ses fluides et ses productions. […]

Les artistes ont saisi la vulgarité comme une matière superactive. L’époque entropique et anthropique qui est la nôtre ne sait plus quoi faire de ses décharges réelles de détritus et la matière semble prendre sa revanche sur les hauteurs issues de l’esprit des Lumières. […]

À défaut de fond, on soigne la forme. On en rajoute, on accumule. C’est ainsi que les grilles du jardin du Luxembourg sont devenues les cimaises d’une déferlante d’expositions de photos ethnico-géographiques. Pour un premier succès de Yann Arthus-Bertrand, combien de sous-talents ? […] La place Vendôme a eu, elle aussi, les honneurs des horreurs. Plus d’une installation d’artiste a frôlé le révulsif. […]

La maîtrise avec laquelle les publicitaires ont joué de la mode trash confirme l’utilité de la vulgarité. C’est un outil qui parle à tous, qui franchit toutes les barrières sociales. La vulgarité est toujours en libre-service et comme l’air, elle est encore gratuite. Servez-vous. […]

« Commander, c’est parler aux yeux »», disait Napoléon. L’image véhicule la vulgarité à la vitesse de la lumière. Le flash vulgaire est imparable.

Philippe Trétiack et Hélène Sirven, Limite vulgaire. Stock, 2007.

Bookmark and Share

Animaux de Paris. Le flamant.

Classé dans : Langue, Littérature, Nature, Peinture, dessin, Photographie — Miklos @ 16:35


Street art. Autres photos ici.
À propos de l’artiste.

   Une patte repliée
Sous leurs plumes qui se figent,
Les hauts flamants rassemblés
S’efforcent de ressembler
À des roses sur leur tige.

   Vit-on jamais dans le vent
Rosier plus vibrant de roses
Que ce bouquet de flamants roses,
Ce bouquet que le lac pose
Au pied du soleil levant ?

   Et, quand le bouquet s’effeuille,
Qui peut encore distinguer,
De ce nuage rosé
Que la brise cueille,
Le flamant rose envolé ?

Maurice Carème

«Flamant. s. m. Oiseau aqua­tique, qui est rouge et blanc avec un long bec et des jambes fort hautes. Le flamant qui se voit dans les Antilles, et que l’on appelle aussi flambant, est gros comme une cigogne. Ses jambes, grosses environ comme les doigts, ont quinze ou seize pouces de hauteur, depuis le pied jusqu’à la première jointure, et depuis cette jointure jusqu’au corps, elles en ont presque autant. Elles sont toutes rouges ainsi que les pieds qui sont à demi marins. Cet oiseau a le col rond et menu pour sa grandeur. Sa longueur est d’une demi toise. Il a la tête ronde, petite, et un gros bec moitié rouge et moitié noir, qui est long de six ou sept pouces, et courbé en forme d’un demi arc. Il s’en sert pour chercher au fond de l’eau des vers marins, et quelques petits poissons dont il fait sa nourriture. Toutes ses plumes sont de couleur incarnate, et quand il vole à l’opposite du soleil, il paraît tout flamboyant ainsi qu’un brandon de feu, et c’est de là qu’il a pris son nom. Les jeunes sont beaucoup plus blancs que les vieux. Ils deviennent de couleur de rose à mesure qu’ils croissent, et de couleur entièrement incarnate quand ils sont âgés. Il y en a qui ont les ailes mêlées de plumes rouges, blanches et noires. Ces oiseaux ont un cri si fort, qu’en les entendant, on croit ouïr le son de quelque trompette. Ils sont rares, et on n’en voit guère que dans les salines les plus éloignées des habitants. Ils vont toujours en bande, et pendant qu’ils barbotent dans l’eau pour y trouver de quoi se nourrir, il y en a toujours un qui fait le guet, ayant le col étendu, et jetant les yeux partout. Sitôt qu’il entend le moindre bruit ou qu’il aperçoit quelqu’un, il prend l’essor, et jette un cri qui sert de signal aux autres pour le suivre. Ils volent en ordre comme les grues, et la moindre blessure qu’ils reçoivent les fait demeurer sur la place. Ils sont gras, et ont la chair assez délicate, quoiqu’elle sente un peu la marine. La langue passe surtout pour un très friand morceau. Leur peau qui est couverte d’un mol duvet, est bonne aux mêmes usages que celles du cygne et du vautour. Il y a bien de l’apparence que ces oiseaux sont de la même nature de ceux qui se trouvent dans les îles du Cap Vert, et que les Portugais nomment flamencos. »  Ils ont le corps blanc et les ailes d’un rouge vif, approchant de la couleur de feu, et sont aussi grands qu’un cygne.

Thomas Corneille, Dictionnaire des arts et des sciences. Paris, 1694.

«Peu à peu, l’étymologie oubliée permit d’écrire flamant ou flamand, et d’un oiseau couleur de feu ou de flamme on fit un oiseau de Flandre, on lui supposa même des rapports avec les habitants de cette contrée, où il n’a jamais paru. [...] Pline semble mettre cet oiseau au nombre des cigognes, et Seba se persuade mal à propos que le phénicoptère chez les anciens était rangé parmi les ibis. Il n’appartient ni à l’un ni à l’autre de ces genres : non seulement son espèce est isolée, mais seul il fait un genre à part ; et du reste quand les anciens placent ensemble les espèces analogues, ce n’est point dans les idées étroites ni suivant les méthodes scolastiques de nos nomenclateurs ; c’est en observant dans la nature par quelles ressemblances des mêmes facultés, des mêmes habitudes,» elle rapproche certaines espèces, les rassemble et en forme pour ainsi dire un groupe réuni par des manières communes de vivre et d’être.

Buffon, Oiseaux, « Le flamant ou le phéni­coptère » (extrait). Paris, 1838.

Bookmark and Share

3 novembre 2014

Les Quatre Cents Versions, ou, Tirez sur…

Classé dans : Actualité, Cinéma, vidéo, Langue, Sciences, techniques — Miklos @ 1:32


François Truffaut levant les yeux au ciel de stupéfaction
à la lecture de ce billet.

Arte venant de diffuser Le Dernier métro, on s’est intéressé à Jean-Pierre Léaud qui a joué dans tant de films de François Truffaut à l’excep­tion de celui-ci. Et voici ce que disent les diverses versions (bon, il y en a moins que quatre cents) de vous-savez-quelle ency­clo­pédie de sa date de naissance :

« Jean-Pierre Léaud (* 28. Mai 1944 in Paris) ist ein französischer Filmschauspieler. » (allemand)

« Jean-Pierre Léaud (French: [ʒɑ̃pjɛʁ le.o]; born 28 May 1944) is a French actor, best known for playing Antoine Doinel in François Truffaut’s series of films about that character, beginning with The 400 Blows in 1959. » (anglais)

« Jean-Pierre Léaud, naixito de París o 5 de mayo de 1944, ye un actor francés, con quantos premios recibitos mientres a suya carrera artistica. » (aragonais)

« Жан-Пиѐр Лео̀ (на френски: Jean-Pierre Léaud) е френски актьор, роден на 5 май 1944 г. в Париж, Франция. » (bulgare)

« 장피에르 레오 (프랑스어: Jean-Pierre Léaud, 1944 5 5) 프랑스의 배우이다. » (coréen)

« Jean-Pierre Léaud (født 28. maj 1944 i Paris, Frankrig) er en fransk filmskuespiller. » (danois)

« Jean-Pierre Léaud (París, 28 de mayo de 1944) es un actor de cine francés, conocido por su colaboración con el director francés François Truffaut. » (espagnol)

« Jean-Pierre LÉAUD (naskiĝis en 1944) estas franca aktoro. » (espéranto)

« Jean-Pierre Léaud (sündinud 5. mail 1944) on prantsuse filminäitleja. » (estonien)

« Jean-Pierre Léaud (s. 5. toukokuuta 1944) on ranskalainen näyttelijä. » (finnois)

« Jean-Pierre Léaud est un acteur français, né le 28 mai 1944 à Paris. » (français)

« Ο Ζαν-Πιερ Λεό (Jean-Pierre Léaud, γεν. 5 Μαΐου 1944) είναι Γάλλος ηθοποιός. » (grec)

« Jean-Pierre Léaud (Párizs, 1944. május 28. –) francia filmszínész. » (hongrois)

« Jean-Pierre Léaud (28 di mayo 1944 en Paris) esis franca aktoro. » (ido)

« Jean-Pierre Léaud (Parigi, 5 maggio 1944) è un attore francese. » (italien)

« ジャン=ピエール・レオ(Jean-Pierre Léaud, 194455 – ) は、フランスの俳優。» (japonais)

« De Jean-Pierre Léaud, gebuer den 28. Mee 1944 zu Paräis, ass e franséische Schauspiller. » (luxembourgeois)

« Jean-Pierre Léaud (Parijs, 5 mei 1944) is een Franse acteur. » (néerlandais)

« Jean-Pierre Léaud (født 5. mai 1944 i Paris) er en fransk skuespiller. » (norvégien)

« ژان-پییِر لِئو (به فرانسوی : Jean-Pierre Léaud) (زادهٔ ۵ مه ۱۹۴۴) بازیگر فرانسوی است. » (persan)

« Jean-Pierre Léaud (ur. 5 maja 1944 w Paryżu) – francuski aktor, scenarzysta i reżyser. » (polonais)

« Jean-Pierre Léaud (Paris, 28 de Maio de 1944 -) é um ator francês. » (portugais)

« Жан-Пьер Лео́ (фр. Jean-Pierre Léaud, род. 28 мая 1944, Париж) — французский актёр, пик карьеры которого пришёлся на 1960-е—1970-е годы. » (russe)

« Jean-Pierre Léaud (* 5. máj 1944, Paríž, Francúzsko) je francúzsky herec. » (slovène)

« Jean-Pierre Léaud (5. maj 1944.-) je francuski glumac, najpoznatiji po ulozi Antoinea Doinela, protagonista serije poluautobiografskih filmova znanmenitog francuskog fillmskog režisera Françoisa Truffauta. » (serbo-croate)

« Jean-Pierre Léaud, född 28 maj 1944 i Paris, är en fransk skådespelare. » (suédois)

« Jean-Pierre Léaud (* 5. května 1944 v Paříži) je francouzský herec. » (tchèque)

« Jean-Pierre Léaud (Fransızca telaffuz: [ʒɑ̃pjɛʁ le.o]; doğum 28 Mayıs 1944) Fransız oyuncu. » (turc)

« -皮埃·里奧(Jean-Pierre Léaud194455生於巴黎),法國电影演員 » (zhuang)

On en perdrait son latin ! Ils sont vraiment incapables de se copier correctement entre eux… : 14 pour le 5 mai contre 12 pour le 28 mai, et, prudents, 2 ne précisent que l’année. Qui a tort, la majorité ou la minorité ? Et les tire-au-flanc du réseau, quelle date vont-ils copier-coller ?

Pour ceux que cela intéresserait vraiment, on indiquera qu’Unifrance Films – organisme chargé de la promotion du cinéma français dans le monde – donne le 5 mai comme la date de naissance de Léaud. On espère qu’ils n’ont pas trouvé l’information vous-savez-où, dont la majorité des pages qui sont consacrées à l’acteur, y compris celle en français, seraient donc erronées…

Bookmark and Share

23 octobre 2014

Animaux de Paris. Les deux girafes.

Classé dans : Histoire, Nature, Peinture, dessin, Photographie, Sciences, techniques — Miklos @ 17:29


Street art. Cliquer pour agrandir.
Autres photos ici.
À propos de l’artiste.

«Girafes vivantes en Europe. Outre les deux girafes que le pacha d’Égypte a envoyées aux rois de France et d’Angleterre, une troisième, destinée à l’empereur d’Autriche, est arrivée dans la maison de quarantaine de Venise. Elle est également accom­pagnée de quelques Arabes pour la soigner, et de vaches pour la nourrir.» Elle a dû passer l’hiver à Padoue pour être transportée à Vienne, au retour de la belle saison. (Notizen aus dem Gebiete der Natur und Heilkunde, tome XVIII, n° 18, oct. 1827.)

Bulletin des sciences naturelles et de géologie, Paris, 1828.

«M. Mongez a présenté à l’Académie des Sciences, dans sa séance du 3 juillet 1827, des recherches curieuses et assez étendues sur la Girafe : nous nous empressons d’en donner un extrait, qui servira de complément au Mémoire récemment publié par M. Geoffroy S.-Hilaire et qui a seulement trait à l’histoire naturelle.

« Je ne veux point peindre ici, dit l’auteur, les mœurs ni les caractères qui distinguent cet animal, le plus grand des Quadrupèdes modernes ; je veux retracer son histoire, mais seulement d’après les auteurs qui ont vu des Girafes ou qui ont vécu avec ceux qui en avaient vu : quant à ceux qui ont copié leurs devanciers, je n’ai pas cru devoir en faire mention. »

Moyse est le plus ancien écrivain qui ait parlé de la Girafe, qu’il appelle (d’après le texte de la Septante) Chameau-Panthère, Zemer en hébreu. C’est dans le chapitre xive du Deutéronomc.

Les deux Girafes que feu Lancret et M. Jomard ont dessinées dans les bas-reliefs des temples de l’Égypte (Sculptures. Chap. viii des Descriptions, et dans la planche 95 du vol. i des Planches d’antiquités) prouvent que cet animal a été connu des anciens Égyptiens.

Aristote, le père immortel de l’histoire des animaux, n’a fait aucune mention de la Girafe dans ceux de ses ouvrages qui sont parvenus jusqu’à nous : on ne sait point s’il avait voyagé en Égypte, mais son silence prouve du moins que les Grecs ses contemporains ignoraient l’existence de cet animal ; car il en a décrit plusieurs qu’il ne connaissait que par le récit des voyageurs.

Un siècle après la mort d’Aristote, Ptolémée Philadelphe fit voir aux Alexandrins une Girafe et un Rhinocéros d’Éthiopie, dans cette pompe triomphale, devenue célèbre par sa richesse et par les récits d’Athénée (lib. v, cap. 32). Ce fut lui qui fit traduire en grec la Bible par les Septante.

Cent quatre-vingts ans avant l’ère vulgaire, Agatharchide, dont Photius nous a conservé des extraits si précieux, a décrit la Girafe brièvement, mais avec exactitude : il dit qu’elle habitait dans le pays des Troglodites (les côtes occidentales de la mer Rouge).

Artemidore, auteur d’une Description de la terre, que Strabon et Pline ont souvent citée, et qui écrivait un siècle avant l’ère vulgaire, avait parlé de la Girafe comme on le voit dans Strabon (livre 16, 1. v, p. 281 de la traduction in-4°). Les Arabes l’appellent Siraf, Zurapha, et les Grecs modernes l’ont désignée par le nom de ???af??.

Les Romains n’avaient point encore vu de Girafe lorsque César, qui pouvait en avoir entendu parler ou même l’avoir vue en Égypte, leur donna ce nouveau spectacle. Il fit paraître une Girafe dans les jeux du cirque l’an 708 de Rome, quarante-cinq ans avant l’ère vulgaire. Pline, qui nous l’apprend (lib. 8, cap. 18, sect. 27), avait vécu avec ceux qui avaient vu cet animal ; il dit qu’elle étonna les spectateurs, moins par la contrée sauvage où elle était née et où on l’appelait Nabis et Nabum, que par ses formes extraordinaires. Varron (Ling. lat., iv, p. 18), qui mourut après César, ajoute « qu’on l’avait amenée d’Alexandrie d’Égypte, et qu’on l’avait nommée Camelopardalis, parce qu’elle ressemblait au chameau par ses formes, et à la panthère par les taches de son pelage. » Ab Alexandria Camelopardalis adducta, quia erat figura ut camelus, maculis ut panthera.

Diodore de Sicile, qui écrivait dans le siècle qui précéda l’ère vulgaire, et qui avait pu voir une Girafe à Rome dans les jeux de César, ou en Asie dans ses voyages, n’ajoute rien qu’une erreur aux traits sous lesquels on peignait la Girafe ; il lui donne (lib. 2, p. 163) « une bosse comme celle du chameau. »

Horace, né l’an 63 avant l’ère vulgaire, et mort l’an 7 avant cette ère, pouvait avoir vu dans l’an 45 la Girafe que César montra aux Romains dans les jeux du cirque ; il en fait mention dans l’endroit où il reproche à ses concitoyens de se passionner pour les combats d’animaux (Epist., lib. 2 ; Epist. i, vers 194). Il la désigne ainsi : Diversum confusa genus panthera camelo.

Le savant géographe romain, Strabon, a très bien décrit la Girafe (lib. 16, tom. v, p. 280 de la traduction in-4°) ; seulement il s’est trompé en lui refusant, d’après une simple conjecture fondée sur la disproportion de ses jambes, la vitesse dans la course, qu’Artemidore avait dit être excessive. Cette légère erreur a été réfutée par du Theil dans une Note sur ce texte de Strabon.

Si Strabon avait vu quelque Girafe, il aurait appuyé sa réfutation sur le témoignage de ses propres yeux ; car il avait voyagé en Égypte avec le gouverneur Ælius Gallus, son ami, depuis Alexandrie jusqu’aux cataractes du Nil, confins de l’Éthiopie. Son silence sur cet objet semble prouver qu’à cette époque on ne voyait point de Girafe dans l’ancien empire des Pharaons.

L’auteur grec des poèmes sur la Chasse et sur la Pêche, a décrit la Girafe (de Venat, lib. iii, p. 461) ; sa description ne présente rien qui soit digne de remarque, si ce n’est le vers où il dit que les jambes de derrière sont « beaucoup plus courtes que les autres, et que l’animal semble être agenouillé sur le train de derrière. »

Je ne parle point de la mosaïque de Palestrine, à cause de la volumineuse crinière que porte sur ce monument l’animal dans lequel on a cru reconnaître la Girafe. Ce caractère entre autres, m’empêche de la voir dans cette mosaïque.

La fin du premier millénaire de la fondation de Rome, et le commencement du second, furent célébrés dans cette ville par des jeux d’une pompe et d’une durée extraordinaires ; ces jeux durèrent trois jours et trois nuits, sans que, dit saint Jérôme (in chronico Eusebii), le peuple se livrât au sommeil. Philippe Ier, successeur de Gordien III, y donna en spectacle aux Romains, l’an 248, entre autres animaux extraordinaires, dix Girafes.

Vingt-six ans après (l’an 274), Aurélien traîna à la suite de son char triomphal la courageuse et infortunée Zénobie, et il célébra ce triomphe par des jeux où parurent plusieurs Girafes.

Cosmas indicopleustes, Cosme le voyageur qui écrivait vers l’an 535 de l’ère vulgaire dit (apud Montfaucon, t. ii, p. 335, liv. xi) : « On ne trouve la Girafe que dans l’Éthiopie ; c’est un animal intraitable et sauvage : on en élève cependant une ou deux sitôt qu’elles sont nées dans le palais du roi et pour son amusement. Lorsqu’on leur présente pour boisson du lait ou de l’eau, elles ne peuvent s’abaisser jusqu’à terre pour boire qu’en écartant les jambes de devant, car leur poitrail et leur col sont plus élevés que le reste de leur corps. » Enfin il ajoute : « Je raconte ce fait comme je le connais, très exactement. » Il est fâcheux qu’il n’ait pas dit de quel pays était roi celui dont il a parlé.

Philostorge (Hist. eccles., lib. iii, tit. xi) écrivait dans le quatrième siècle de notre ère une histoire ecclésiastique, dans laquelle il parle des animaux venus d’Éthiopie, et il dit qu’il en avait vu des dessins à Constantinople ; mais dans la description très courte qu’il donne de la Girafe, il ne parle ni comme témoin oculaire, ni comme en ayant vu des dessins. Du reste, il compare cet animal à un grand cerf ; ce qui fait penser qu’il donnait des cornes à la Girafe. Ainsi, Antoine Costanzio ne serait pas le premier, comme il le dit, qui aurait reconnu que la Girafe en était pourvue.

Dans son roman des Éthiopiques, ou de Théagène et Chariclée, écrit dans le quatrième siècle (lib. 5, p. 509, éd. 1611) de notre ère, Héliodore raconte qu’un roi des Éthiopiens reçut avec un grand appareil les félicitations sur ses triomphes, avec les présents de son peuple, de ses tributaires et de ses alliés ; entre ces derniers, les Axiomites (les Abyssins modernes) lui présentèrent une Girafe dont Héliodore fait une longue description assez exacte, et remarquable par l’article suivant relatif à son allure ; II dit : « Elle est différente de celle de tous les animaux terrestres et aquatiques ; la Girafe ne remue pas comme eux les jambes diagonalement et alternativement, mais elle porte les deux pieds gauches ou les deux pieds droits ensemble (c’est-à-dire qu’elle marche l’amble naturellement). » Au reste, ajoute-t-il, cet animal est si doux qu’on peut le conduire avec une petite corde passée autour de la tête.

Antonio Costanzi (en latin Antonius Constantius), du petit nombre des auteurs qui ont vu des Girafes, et dont je rapporterai plus bas le témoignage, parle de cette allure extraordinaire de l’amble, qui n’est d’ailleurs l’allure naturelle que des poulains, et qui a pour cause la faiblesse de leurs reins.

L’Égypte appartenant encore aux empereurs Grecs dans le siècle d’Héliodore (celui de Théodose), l’auteur des Éthiopiques pouvait avoir conversé avec des personnes qui avaient visité cette contrée.

Le dernier des écrivains grecs parvenus jusqu’à nous, qui aient vu la Girafe, est Cassianus Bassus, auteur de la compilation intitulée Géoponiques, qui fut composée dans le dixième siècle. Voici ses propres expressions : « Florentinus dit dans ses Géorgiques, qu’il avait vu à Rome une Girafe. J’en ai vu moi-même à Antioche une qui avait été amenée de l’Inde. » Seul de tous les auteurs que j’ai cité, Cassianus Bassus fait venir la Girafe de l’Inde, contrée Asiatique ; mais on ne peut prendre ici ce terme à la rigueur, parce qu’il désigne souvent l’Éthiopie et la haute Égypte, surtout dans les écrivains ecclésiastiques ; d’ailleurs, plusieurs des textes relatifs à la Girafe, que j’ai rapportés, la font venir expressément de l’Éthiopie.

Ici finissent les témoignages des auteurs anciens, relatifs à la Girafe.

Albert le grand est le premier des auteurs modernes qui aient parlé de la Girafe sous les noms d’Anabula et de Seraph. C’est dans le Traité de Animalibus (p. 578 de ses œuvres), qu’il décrit celle qu’un sultan d’Égypte avait envoyé en présent avec d’autres animaux peu connus, à Frédéric II, empereur d’Allemagne, mort en 1250, et qu’il avait vue.

M. Reinaud (Hist. de la Croisade de l’empereur Frédéric II, d’après les auteurs arabes) nous apprend que le chroniqueur arabe, Jafeï, parle d’une autre Girafe envoyée par le sultan Biba, à Mainfroi, fils naturel du même empereur Frédéric II, dont je viens de parler.

Après Albert le grand, Antoine Constanzio a parlé d’une Girafe qu’il avait vue dans la ménagerie de Laurent de Médicis, à Fano, dans le duché d’Urbin, en 1486 (Antonii Constantii, Epigrammatum libellus etc., Fani, 1502). Costanzio l’a décrite d’une manière très détaillée dans une lettre qu’il adressa en 1486, à Galeas Manfredi, prince de Faenza, insérée dans le recueil désigné plus haut. J’en rapporterai quelques traits relatifs à mes recherches. « C’est, dit-il, dans la partie méridionale de l’Éthiopie que se trouve le Caméléopard appelé Siraf par les Arabes, et Girafe par les Européens. Il a le train de derrière plus bas que celui de devant, en sorte qu’il paraît assis. Les habitants de Fano, ajoute-t-il, ont vu la Girafe courir sans effort, avec tant de vitesse, que des cavaliers ne pouvaient la suivre même à bride abattue et en piquant leurs chevaux. » « Voici, dit-il encore, une chose qui me surprend davantage : Pline, Solin, Strabon, Albert le grand, Diodore, Varron et d’autres écrivains, n’ont pas su que notre animal avait des cornes, ce qui me fait conjecturer que celui que l’on vit pour la première fois à Rome sous la dictature de Jules César, avait perdu les cornes aussi bien que l’autre qui appartenait à l’empereur Frédéric, du temps d’Albert le grand. » « Enfin, Constanzio dit : quand le caméléopard marche, le pied gauche ne suit pas le mouvement du pied droit de devant, au contraire, les deux pieds droits se meuvent ensemble, puis les deux gauches, de façon qu’en marchant il paraît se montrer en même temps de différents côtés. »

C’est évidemment l’amble que décrit ici Constanzio, et dont avant lui Heliodore seul avait parlé.

Avant qu’un sultan d’Égypte envoyât une Girafe en présent à l’empereur d’Allemagne Frédéric II, l’empereur de Constantinople, Michel Paléologue, en recevait une qui lui était donnée par le roi d’Éthiopie, celle-ci a été soigneusement décrite par Pachymère (Mich. Paléolog., lib iii, cap iv etc.) qui l’avait vue. Il dit formellement qu’elle n’avait pas de cornes, contradiction apparente dans les descriptions diverses de la Girafe, qui disparaît, si l’on trouve que ces cornes tombent en certains temps, comme le bois du cerf, de l’élan, du renne etc.

En 1483, Bernard de Breydenbach, chanoine de Mayence, fit un voyage en Orient. Il visita Jérusalem, le mont Sinaï, et il alla jusqu’au Caire, capitale du sultan d’Égypte. Ce fut dans le palais de ce prince des mamelucks, qu’il vit une Girafe : on en a donné un dessin exact, mais grossier, dans la première édition des Voyages de Breydenbach (Mayence, 1486, in-folio).

Vers le milieu du seizième siècle, Pierre Gille (en latin Gyllius), le premier naturaliste français qui ait écrit arec exactitude, dit (cap. ix, lib xvi, ex Æliani historia de vi et natura animalium) avoir vu trois Girafes au Caire.

Thevet, qui se trouva en Égypte avec Gilles, vit encore deux de ces Girafes qui étaient conservées dans le château du Caire, et donna, dans sa Cosmographie (liv. xi,chap. xiii, 1575), une description et une figure qui ont été copiées par Ambroise Paré. Thevet dit avoir appris que ces Girafes avaient été amenées des contrées situées au-delà du Gange ; seul de tous ceux qui ont parlé de cet animal, il lui donne l’Asie pour patrie. Fameux par sa crédulité, Thevet a rapporté tous les contes dont on se plaisait à le bercer, et celui-ci était probablement du nombre ; mais il peut avoir exprimé une vérité relative lorsqu’il a dit que la Girafe ne courait pas avec vitesse ; il aurait raison s’il comparait son allure (l’amble) avec le galop.

C’est aussi dans le château du Caire que Belon (lib. ii, chap. 49) en vit une vers le milieu du même siècle, le 16e. On l’appelait vulgairement Zurnepa.

Dans son histoire d’Éthiopie (écrite dans le 17e siècle), contrée d’où on avait amené les Girafes dont j’ai parlé jusqu’ici, Ludolf (lib. i, cap. 10, num. 33) décrit ce grand animal, mais il ne le fait que d’après les auteurs qui l’avaient précédé. Seulement, il ne lui donne qu’une petite queue, ce qui est conforme à la vérité.

En 1822, le dey d’Alger envoya au grand seigneur une Girafe ; et par un hasard singulier, l’esclave du dey qui la conduisit est le même esclave qui conduisit en France celle d’Alexandrie (en 1837).

M. Edouard Ruppel écrivait du Caire, en 1825 à M. le baron de Zach (nouvelles Annales des Voyages de MM. Eyries et Maltebrun, décembre 1825, p. 422) : « Me voilà enfin de retour du Kordufau… Quoique les gélabi ou marchands passent leur vie en voyages, on ne peut cependant rien apprendre d’eux. J’ai demandé à plusieurs gélabi si, dans leurs voyages, ils n’avaient jamais rencontré de Girafes, tous m’ont répondu qu’ils n’en avaient jamais vu : cependant cet animal n’est rien moins que rare, la preuve de cela c’est que nous en avons tué cinq en fort peu de temps. »

M. Cailliaud (Voyage à Meroé, 1826) voyageant sur le Nil Blanc (le Nil proprement dit au-dessus de Meroé), vit, dit-il, « des hippopotames agiles et inquiets, qui nageaient autour de sa barque et qui faisaient entendre leurs mugissement… Les Singes, ajoute-t-il, les Hyènes, les Onagres, les Girafes, les Éléphants se montraient à droite et à gauche du fleuve. »

M. Gau, antre voyageur célèbre, a vu des Girafes au-dessus des Cataractes du Nil.

Enfin, les Girafes errent encore dans le pays des Caffres, sur les côtes orientales de l’Afrique et dans le centre de l’Afrique, sur les bords du lac Tsad (Voyage du major Denham.-)

M. Mongez termine ce Mémoire sur la Girafe et sur les causes qui la rendent si rare dans les contrées désignées jadis par le nom général d’Éthiopie, en rapportant un texte d’Ammien Marcelliu (lib. xxii, cap. 19), écrivain du quatrième siècle, texte relatif à l’Hippopotame d’Égypte, mais qui peut s’appliquer aussi à la Girafe. « Ces animaux, dit-il, ont été souvent amenés dans nos contrées, et aujourd’hui on ne peut les trouver. Les habitants du pays (de l’Égypte) pensent que, fatigués des poursuites de la multitude, ils ont été forcés de se retirer sur les terres des Blemmyes (Éthiopiens des bords occidentaux de la mer Érythrée).

Le savant académicien auquel nous empruntons ces recherches, conclut ainsi :

« Des textes nombreux que j’ai rapportés dans ce Mémoire, et d’après lesquels seuls j’ai formé mon opinion, il résulte 1°. qu’il n’a point paru avant cette année 1827 de Girafe en France ; 2°. qu’il paraît que cet animal n’a point été amené en Europe (Constantinople excepté) depuis 1486 ; 3°. que Jules César le premier en montra une aux Romains ; 4°. que les anciens Égyptiens l’ont sculptée sur leurs monuments, et que les sultans d’Égypte en conservaient dans leur palais au Caire ; 5°. que l’Éthiopie (nom sous lequel les anciens comprenaient souvent les pays situés au midi des Cataractes du Nil) a toujours fourni à l’Égypte, à Alexandrie surtout, les Girafes décrites par les auteurs ; 6°. Enfin, que, malgré quelques erreurs faciles à corriger par le rapprochement des textes contraires, on avait pu obtenir jusqu’à ce jour des descriptions assez exactes de cet animal,» sauf le mutisme si extraordinaire dans un aussi grand quadrupède, mais dont aucun écrivain n’a cependant parlé. »

« Mémoire sur la Girafe » par M. Mongez, membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), in Annales des sciences naturelles, t. 11, Paris, 1827.

Bookmark and Share

19 octobre 2014

Animaux de Paris. Le singe.

Classé dans : Littérature, Peinture, dessin, Photographie — Miklos @ 15:12


Street art.
Autres photos ici.
À propos de l’artiste.

Messieurs les beaux esprits dont la prose et les vers
Sont d’un style pompeux et toujours admirable,
Mais que l’on n’entend point, écoutez cette fable,
            Et tâchez de devenir clairs.
Un homme qui montrait la lanterne magique
            Avait un singe dont les tours
            Attiraient chez lui grand concours.
Jacqueau, c’était son nom, sur la corde élastique
            Dansait et voltigeait au mieux,
            Puis faisait le saut périlleux ;
Et puis sur un cordon, sans que rien le soutienne,
            Le corps droit, fixe, d’aplomb,
            Notre Jacqueau fait tout du long
            L’exercice à la prussienne.
Un jour qu’au cabaret son maître était resté
             (C’était, je pense, un jour de fête),
            Notre singe en liberté
            Veut faire un coup de sa tête.
Il s’en va rassembler les divers animaux
            Qu’il petit rencontrer dans la ville ;
            Chiens, chats, poulets, dindons, pourceaux,
            Arrivent bientôt à la file.
« Entrez, entrez, messieurs, criait notre Jacqueau,
C’est ici, c’est ici qu’un spectacle nouveau
Vous charmera gratis.  Oui, messieurs, à la porte
On ne prend point d’argent : je fais tout pour l’honneur. »
            À ces mots, chaque spectateur
            Va se placer, et l’on apporte
La lanterne magique ; on ferme les volets,
            Et par un discours fait exprès,
            Jacqueau prépare l’auditoire.
            Ce morceau vraiment oratoire
            Fit bâiller, mais on applaudit.
Content de son succès, notre singe saisit
            Un verre peint qu’il met dans sa lanterne ;
            Il sait comment on le gouverne,
Et crie, en le poussant : « Est-il rien de pareil !
            Messieurs, vous voyez le soleil,
            Ses rayons et toute sa gloire.
Voici présentement la lune, et puis l’histoire
            D’Adam, d’Ève et des animaux…
            Voyez, messieurs, comme ils sont beaux !
            Voyez la naissance du monde ;
Voyez… » Les spectateurs, dans une nuit profonde,
Écarquillaient leurs yeux et ne pouvaient rien voir,
            L’appartement, le mur, tout était noir.
« Ma foi, disait un chat, de toutes les merveilles
            Dont il étourdit nos oreilles,
            Le fait est que je ne vois rien. —
            Ni moi non plus, disait un chien. —
Moi, disait un dindon, je vois bien quelque chose ;
            Mais je ne sais pour quelle cause
            Je ne distingue pas très bien. »
Pendant tous ces discours, le Cicéron moderne
Parlait éloquemment, et ne se lassait point.
Il n’avait oublié qu’un point :
C’était d’éclairer sa lanterne.

Florian, Le Singe qui montre la lanterne magique.

Bookmark and Share

The Blog of Miklos • Le blog de Miklos